Archive pour la catégorie 'Cyclisme'

Federico Bahamontès, l’Aigle de Tolède, s’est envolé !

 

Baha train valise

Je pensais en avoir terminé avec mes « vélocifèrations » (néologisme inventé par l’écrivain Christian Laborde pour égrener sur scène ses souvenirs de Tour de France) autour de la grande boucle de 1953 remportée par Louison Bobet, lorsque j’appris la disparition du champion espagnol Federico Bahamontes.
C’était, jusqu’au 7 août dernier, le plus ancien vainqueur du Tour de France encore en vie, privilège qu’il avait acquis à la mort de Roger Walkowiak et qui appartient désormais à un autre coureur français, Lucien Aimar, victorieux en 1966. Baha avait soufflé, en juillet, ses 95 bougies. Dans mon esprit, il me semblait presque aussi éternel que les neiges recouvrant (de plus en plus parcimonieusement à cause du réchauffement climatique) les cimes qu’il tutoyait à vélo, au point que Jacques Goddet, directeur du Tour, le surnomma l’Aigle de Tolède, sa province d’origine.
Les spécialistes considèrent quasi unanimement qu’il partage avec le Luxembourgeois Charly Gaul, le titre de meilleur grimpeur de toute l’histoire du cyclisme.

Gaul et Baha grimpeurs 2

Le blond, dans le maillot rouge blanc bleu de champion du Luxembourg, c’était Gaul, fluet, au style fluide, léger comme un cabri, beau dans le style chérubinesque qui lui valut rapidement le surnom d’Ange de la montagne. J’eus l’occasion de conter ses chevauchées légendaires dans plusieurs billets, notamment à la sortie du livre L’échappée de Lionel Bourg* qui, dans sa prime enfance, tomba en idolâtrie de l’ange après que, juché sur les épaules de son père, il lui soit apparu traversant Saint-Chamond, lors du Circuit des Six Provinces 1954, avant qu’il ne s’envole dans le col de la Croix de Chaubouret.
L’autre, le brun, teint mat, cheveux ondulés, dans son maillot gris perle ceinture et liserés sang et or de l’équipe d’Espagne, c’était Federico au style saccadé, se déhanchant, balançant les épaules de gauche à droite.
L’ange aimait la pluie et la neige, l’aigle planait sous le soleil.
Je connus le bonheur de vivre dans mon enfance l’éclosion et les exploits de ces champions à travers les commentaires enflammés des radioreporters émis par l’antique « T.S.F » grésillante du salon familial, et la lecture des magazines Miroir-Sprint et Miroir des Sports qu’achetait mon père (je les possède toujours)**.

Gaul et Baha meilleurs grimpeurs 1

Dans la mythologie du Tour de France : « le grimpeur incarne la figure romantique du héros solitaire, une sorte de Don Quichotte au grand cœur, instruit par un idéal de grandeur et des humeurs belliqueuses. Quel que soit le but qu’il poursuit, le grimpeur court après sa vérité face aux pentes les plus rudes, et ce huis clos anachronique avec la haute montagne le dévoile dans toute la force de son élévation. S’il fascine autant, c’est parce qu’il reste par nature un rebelle, un anticonformiste capable de renverser en un jour des hiérarchies solidement établies. C’est en montagne que tout se joue, toujours. Il règne sur des espaces insolites, désertés, hostiles au commun des mortels ».
Autant dire que l’imagination moulinait à fond chez le gamin normand que j’étais, même s’il venait déjà de tomber définitivement sous le charme de son « pays » Jacques Anquetil, « l’homme chronomaître ».
Sur mon petit vélo vert, je « refaisais l’étape » dans les deux cours du collège dirigé par ma maman, et lorsqu’il s’agissait d’aborder la montagne, j’escaladais plusieurs fois, dans le quartier, un raidard d’une centaine de mètres au nom évocateur mais excessif de rue du Bout de l’Enfer. Je poussais le mimétisme en tentant de copier le style de Bahamontès, assis sur la selle, les mains en haut du guidon et balançant la tête d’un côté à l’autre.
Une trentaine d’années plus tard, le destin me guérit de mes frustrations de gosse natif d’une région plate, au sens cycliste du terme, en me faisant croiser une charmante pyrénéenne. Je pus alors connaître le vertige des passages du Tour de France au sommet des cols. Je découvris aussi la délectation un brin masochiste de me confronter moi-même à vélo*** à ce que le dessinateur caricaturiste Pellos appelait avec humour les juges de paix. Mes jambes et mon cœur comprirent réellement ce que signifiait physiquement et moralement de hisser ma grande carcasse au sommet d’un col. À chaque coup de pédale, me revenaient en mémoire moult épisodes de la légende des Cycles. Il me plait que Federico choisit de dire adieu au Tour de France en 1965 en mettant pied à terre dans le col du Portet d’Aspet que je franchis à plusieurs reprises lors de mes randonnées ariégeoises.
Pour l’écrivain Christian Laborde, son histoire d’amour avec les grimpeurs du Tour de France s’enracine aussi dans son enfance. Chaque été, le mois de juillet arrivant, c’est toute la famille Laborde, originaire d’Aureilhan, en périphérie de Tarbes, qui filait dans les cols pyrénéens pour aller applaudir les champions de l’époque : « Quand les grimpeurs s’envolent, la montagne s’enflamme. La montagne, c’est-à-dire les sources, l’herbe, le torrent, les lacets, les vaches, les marmottes, les aigles, les chevaux, les ours, le desman rose, la neige, le soleil, le vent, la pluie, nous. Nous et nos mains qui les applaudissent, nous et nos gosiers qui hurlent leur nom, nous et les bouteilles que nous avons bues. Notre chapeau est de fortune, et notre enfance retrouvée. Il était temps …
Les grimpeurs ! Pour les voir, on se lève à 4 heures du matin. Quand j’étais môme, la nuit précédant le Tour, je ne dormais pas. La féérie de Noël n’est rien comparée à la fièvre du Tour. Et que vaut un jouet déposé par le Père Noël devant la cheminée, au regard du bidon que Federico Bahamontès, l’Aigle de Tolède, abandonne à vos pieds ? Le jouet, on le casse, on l’oublie. Le bidon, on le recueille, on l’expose, on le vénère…
Le grimpeur est seul, une moto le précède, nos cris l’entourent. Le grimpeur passe, laqué de sueur, la visière de la casquette sur la nuque, comme un rappeur, et c’est le flow parfait, la montée somptueuse, les sévères lacets avalés en souplesse.
Le grimpeur attaque, part. Vers où ? Loin des verrous. Le grimpeur s’en va, rompt les amarres. Le grimpeur est un esquif qui se casse, sur sa coque, on lit Kas. Le grimpeur fait une fugue, comme un ado, une fugue sur une route verticale, un goudron légendaire, une fugue en sol majeur… Les livres d’histoire disent que Dieu a créé les Pyrénées pour séparer les Français des Espagnols. Billevesées que tout cela ! Il s’en fout, Dieu, des frontières et des états. Il a créé les Pyrénées pour distinguer les grimpeurs des non-grimpeurs. Car « Dieu s’intéresse aux courses cyclistes ». »
Moi, j’avais 7 ans lorsque j’ai vu Bahamontès en chair et en os débuter dans le Tour de France 1954, à l’occasion d’une mini-étape contre la montre par équipes disputée sur le circuit de Rouen-les-Essarts, en lever de rideau du Grand Prix automobile. Je n’en garde aucun souvenir, mes yeux d’enfant s’écarquillaient pour Hugo Koblet, Ferdi Kubler, Jean Robic et Louison Bobet, vainqueurs des premiers Tours d’après-guerre.

1954 Baha Essarts clm

Quelques jours plus tard, Bahamontès se révèle au grand public lors des deux étapes pyrénéennes, affirmant d’emblée d’exceptionnelles qualités de grimpeur. Lors de l’étape Bayonne-Pau, il surgit seul au sommet de l’Aubisque noyé dans le brouillard, une minute avant les hommes forts du Tour. Le lendemain, entre Pau et Luchon, Federico poursuit son festival dans les cols du Tourmalet et de Peyresourde.

1954 Baha Tourmalet 3Tour 54 Baha Tourmalet1

Brillant dans les ascensions, Federico s’avère par contre un piètre descendeur, un handicap rédhibitoire qui l’empêche de conserver l’avance acquise sur ses adversaires dans les montées. Ainsi, seul en tête au sommet de Peyresourde, il est rejoint dans la descente vers Luchon par les « régionaux » français Bauvin et Malléjac, et doit se contenter d’une seconde place sur les allées d’Étigny. « J’ai peur dans les descentes car les routes en meilleur état que chez nous permettent des vitesses effarantes ».
Très attardé au classement général, on comprend vite que l’unique objectif du Tolédan est de capitaliser les points pour le classement du Grand Prix de la Montagne. À défaut d’un maillot distinctif blanc à pois rouges (qui n’apparut qu’en 1975), ce trophée jouissait alors d’un grand prestige avant qu’à partir des années 1990, un système discutable de distribution des points et de classification des difficultés à franchir, ne le décrédibilise en faussant la véritable hiérarchie.
En ce temps-là, il n’était pas question, comme aujourd’hui, de « trains » menés par l’ensemble des coureurs d’une même équipe, les yeux rivés sur leur compteur de watts, les tympans bouchés par les oreillettes reliées aux directeurs sportifs. Dès que la route commençait à s’élever, les vrais grimpeurs caracolaient aux avant-postes, creusant souvent des écarts impressionnants. Christian Laborde fut marqué à jamais par l’image de « ce Bahamontès qui part seul » : « Le grimpeur est le champion le plus fascinant. C’est l’homme seul qui parvient à s’extraire de la masse du peloton pour s’envoler dans un décor majestueux et s’offrir un royaume splendide ».
Federico s’adjugea à 6 reprises le Grand Prix de la Montagne, performance dépassée par Richard Virenque (7 victoires… à l’insu de son plein gré ?). Le champion espagnol refusait d’être comparé au populaire coureur français : « Virenque ne m’arrive pas à la cheville. Qu’il ne m’en veuille pas, mais, si lui est grimpeur, moi je suis Napoléon ! ».
Lors de son premier Tour en 1954, Bahamontès livra une autre facette de sa personnalité qui lui valut bientôt le surnom familier de Fédé le Fada. L’épisode appartient aux petites histoires du Tour de France et a été relaté maintes fois de manière très approximative par des journalistes peu scrupuleux ne prenant pas le temps de consulter les archives originales d’ailleurs guère loquaces sur le sujet. On peut ajouter, peut-être pour les dédouaner un peu, que Federico, lorsqu’il égrenait ses souvenirs, il les colorait à sa guise selon son interlocuteur.
Bref, lors de la dix-septième étape Lyon-Grenoble, dans la traversée du Vercors au sommet du pittoresque col de Romeyère, comme à son habitude, uniquement concerné par les points du Grand prix de la Montagne, Federico prit le maquis déposant à mi-col ses compagnons d’échappés parmi lesquels le maillot jaune Louison Bobet et Ferdi Kubler. La banderole Saint-Raphaël-Quinquina (apéritif parrain du trophée) franchie, il se laissa glisser prudemment dans la descente. Il semble qu’il fut alors victime d’un incident mécanique et en profita, le temps que la voiture de son directeur technique parvienne à sa hauteur, pour … déguster une glace à la vanille auprès du camion d’un marchand ambulant.
Coïncidence cocasse, cette même année, sortit sur les écrans, ce n’est pas une blague, Poisson d’avril, un nanar de Gilles Grangier avec Bourvil et De Funès dans lequel mon compatriote normand chantait Aragon et Castille, quelques couplets entraînants qui lanceraient bientôt la carrière de son auteur, Boby Lapointe.

« Au pays daga d’Aragon
Il y avait ugud une fille
Qui aimait les glaces au citron
Et vanille
Au pays degue de Castille
Il y avait tegued un garçon
Qui vendait des glaces vanille
Et citron … »

https://www.dailymotion.com/video/xcj2ce

Federico revient sur le Tour de France en 1956. Auparavant, il a participé à la Vuelta (Tour d’Espagne) se classant quatrième, devancé par son grand rival national Jesùs Loroño, puis au Giro d’Italia qu’il abandonne lors de la mythique dix-huitième étape Merano-Monte Bondone courue dans des conditions climatiques dantesques et remportée par l’autre monstre des cimes Charly Gaul.
Sur le Tour de France, Federico apparaît un peu moins dominateur en montagne, laissant, pour quelques points, le trophée du meilleur grimpeur à … Charly Gaul. Par contre, il est devenu un « vrai » coureur sur le plat, montrant même de réels progrès dans l’exercice du contre la montre. Cette fois, la perspective d’être le premier Espagnol susceptible de remporter le Tour de France n’est pas illusoire. Il termine finalement quatrième d’une épreuve débridée qui revient, à la surprise générale des spécialistes, à Roger Walkowiak, un valeureux coureur de l’équipe régionale du Nord-Est-Centre.

1956 Baha col de l'Oeillon1956 Baha Izoard

Son honorable performance vaut à Federico une belle popularité auprès du public français et de signer bon nombre de contrats pour la tournée de critériums d’après-Tour. Il n’a cependant pas perdu son caractère fantasque comme en témoigne Jean Bobet, frère de Louison, coureur lui-même avant d’être un excellent journaliste : « Il était vraiment cocasse, ce Federico. Il lui manquait toujours une roue arrière, une paire de chaussures ou un vélo de piste pour remplir décemment les contrats que son manager lui présentait. À chaque frontière, il changeait de peau, je veux dire de couleurs, défendant en Italie le prestige d’une marque d’apéritif ou de brillantine, en France celle d’une marque de cycles, et en Espagne, celle d’un vélomoteur. »

MonédièresAu Bol d’Or des Monédières, cher à l’accordéoniste Jean Ségurel, avec les plus grands champions de l’époque

Sur la Vuelta 1957, Baha affiche rapidement ses ambitions en s’emparant du maillot amarillo de leader au terme de la troisième étape. Mais il est victime de basses manœuvres au sein de son équipe menées par son grand rival Loroño avec l’assentiment de leur directeur sportif Luis Puig. Il doit se contenter finalement de la deuxième place derrière Loroño et du Grand Prix de la Montagne. René de Latour, dans le Miroir des Sports, prédit : « Qu’on ne s’y trompe pas, Bahamontès, cet athlète léger, sec comme un sarment de vigne, est peut-être le vainqueur du Tour de France 1957 ! Sous ses airs de fantaisiste aux projets nébuleux et aux ambitions confuses, il cache un ardent désir de frapper le grand coup qui ferait de lui, de Séville à Irun et de Barcelone à Madrid, l’égal en popularité d’un Dominguin ou d’un Ortega, les dieux de la tauromachie. »
Ce Tour de France 1957, je m’en souviens particulièrement, car « mon champion » Anquetil allait y faire ses grands débuts. Leader unique de l’équipe de France, ses capacités encore inconnues dans la montagne qu’il allait découvrir, ses plus redoutables adversaires semblent être les deux grimpeurs hors catégorie, Gaul et Bahamontès.
La chaleur caniculaire qui règne cet été là en Normandie est en partie l’alliée d’Anquetil qui n’est jamais meilleur que sous la chaleur. Les défaillances et les abandons se multiplient, justifiés, à mots couverts, par l’usage excessif d’amphétamines. Charly Gaul, victime d’une insolation du côté de Granville, se retire dès la deuxième étape. Federico, lui, flaire tous les bons coups, il fait même partie de la bonne échappée lors de l’étape Caen-Rouen remportée par … Anquetil, prophète en son pays, et pointe à la quatrième place du classement général, précédant le Normand de près de trois minutes.
L’hécatombe se poursuit entre Rouen et Roubaix par une température de hauts-fourneaux. Comme disait La Fontaine à propos d’une autre épidémie : « Ils n’en mouraient pas tous, mais tous en étaient frappés. » Entre autres, Baha, qui, explication fumeuse, aurait reçu un coup de bouteille asséné maladroitement par un spectateur, dans la traversée d’un petit village de la Somme : « La population s’est massée à l’entrée du village pour rafraîchir les coureurs : cuvettes en plastique, brocs d’eau froide, tuyaux d’arrosage … Bahamontès n’a pas vu le coup venir et s’écroule dans l’herbe. On l’éponge, on l’asperge. Bientôt, il présente son visage gris cendre, secoue la tête ruisselante de tant d’eau secourable, sans ouvrir la bouche, assommé, inconscient jusqu’à l’évanouissement. »

1957-07-01 - But et CLUB - Miroir des Sports - 634 - 24

Avertissement sans frais, à deux doigts d’abandonner, Federico repart, préservant sa quatrième place au classement général.
Rebelote quelques jours plus tard entre Besançon et Thonon-les-Bains où, à ma plus grande joie, Anquetil l’emporte encore. Mais l’autre fait du jour, c’est l’abandon théâtral de Federico qui inspira à Antoine Blondin, une superbe chronique intitulée « Un aigle en chaussettes » :
« La vierge de Pilar est un des personnages les plus sollicités d’Europe. Elle figure dans un nombre considérable de jurons et fait des heures supplémentaires les jours de corrida. La légende veut qu’un liquide jaillisse, surgisse de sa poitrine lorsque survient la catastrophe ou l’imprévu. Les statues de Castille ont dû ruisseler hier après-midi, sur le coup de 2 heures, quand Federico Bahamontès a mis pied à terre en lisière d’un bois où une famille jurassienne menait tranquillement sa partie de campagne. On n’a pas toujours l’aubade d’un aigle de Tolède choisissant votre nappe en matière plastique pour venir s’y rouler entre la poire et le fromage. Cet étonnant intermède dans le pique-nique dura exactement vingt minutes, le temps d’apprêter un taureau pour la mort, et laissa derrière soi un gazon ravagé, où les ampoules des flashes photographiques craquaient sous les pas comme des coquilles d’œufs. Le Tour de France est aussi grand par ce qu’il élimine que par ce qui le nourrit. Ses déchets sont sublimes. La disparition de Bahamontès s’est déroulée avec la verve un peu déchirante d’un sketch de Chaplin…

1957 Baha main dos

Depuis quelque temps, Bahamontès tenait son guidon d’une seule main. Le bras gauche replié dans le dos à la hauteur des reins, il circulait à travers le peloton, se penchait sur Bauvin pour alimenter une détermination dont le sens nous échappait. Brusquement, il quitta la route, s’affala sur le bas-côté, cassant net la caravane dont les véhicules se télescopaient. Madame, une femme de fort tonnage, était déjà sur les lieux, sa timbale à la main, chavirée de solitude maternelle et de rosé d’Arbois. Monsieur, plus circonspect, venait par-derrière avec le sourire partagé d’un père tranquille qui accueille un parachutiste tombé dans la soupière. Alors les photographes s’abattirent en nuées de sauterelles, à leur tour relégués par l’ensemble de la communauté ibérique explosant dans le vide à grand renfort d’exclamations et de claques dans le dos, dont les échos devaient se propager jusqu’à Besançon, vieille ville espagnole. Cependant, le peloton était encore en vue et Bahamontès gigotant comme un forcené, fut empoigné sans façon sous les aisselles et remis sur son vélo. « Ah ! Federico, tu n’as perdu qu’une minute. » Bahamontès se laissa retomber sur l’herbe avec conviction et le cercle de famille se referma sur lui. « Vous voyez bien qu’il manque d’air. Il va étouffer. » Noblement, un petit hidalgo dépouilla sa chemise et commença de l’agiter sous le nez du gisant en lui imprimant le mol balancement que les matadors mettent dans la muleta. Bahamontès se dressa à quatre pattes sous une rafale de « Olé ! » et de « Vamos ! », et Luis-Puig, son directeur technique, interprétant ce geste pour un gage de bonne volonté, se prit à parler tendrement à l’oreille de son coureur :
« Anda, Fede ! Tu n’as que cinq minutes de retard ! « 
Federico darda vers l’autre un regard haineux et détacha sa montre de son poignet pour la ranger dans la poche de son maillot. Il entendait par là qu’il entendait se situer hors du temps d’un monsieur comme Luis-Puig, échapper à l’obsession rongeuse du chronomètre, rentrer dans la vie civile. Désormais, chacun de ses mouvements, sournois, vicieux, têtus, allait tendre à s’enfuir, à gagner ne fût-ce que quelques centimètres dans la direction où vivent les êtres normaux et quotidiens, à se blottir, pourquoi pas, dans le giron de cette dame, accueillant comme la Terre promise. Le grimpeur ailé s’en allait en rampant. Madame comprit sans doute cet appel, car elle lui lança son mouchoir, un mouchoir rouge, à la fois signal et trophée. « Me cago en la leche ! » dit simplement Luis Puig, en faisant mine de se désintéresser de la question. Bahamontès en profita pour retirer ses chaussures. Le chauffeur de la voiture se précipita pour les lui remettre de force. Bahamontès, avec l’œil d’en dessous d’un gamin en maison de redressement qui s’apprête à étrangler sa bienfaitrice, les subtilisa derechef et les glissa sous ses fesses. Tout autour, on était partagé entre l’impatience et l’admiration, craignant à la fois que la comédie ne s’éternisât ou qu’elle tournât court. Ferraz et Moralès, ses peones, étaient descendus de bicyclette pour attendre leur chef de file. Ferraz, dans sa casaque de champion d’Espagne, couleur de maillot jaune et de lanterne rouge, ne sachant sur quel pied danser, s’était assis dans le fossé. Moralès, au faciès de braconnier, fut plus expéditif. Il ceintura Bahamontès en lui criant : « -Pour ta femme ! –Non ! –Pour l’Espagne ! –Non ! –Pour Franco ! –Non ! … »
Durant quelques instants, Bahamontès fut sans doute l’homme le plus flatté et le plus injurié de la planète. Puis, dans un grand silence, il se leva et, chaussant ses fameuses chaussures ainsi que des babouches, se dirigea en traînant la savate vers la voiture-balai … »
Un journaliste malicieux écrivit : « Ce jour-là, l’aigle volait bas, il s’était transformé en mulet des Asturies ».

1957 Baha abandon21957-Baha abandon

abandon Baha Tour 1957

On apprit, le soir, de la bouche même de Federico, qu’avant le départ de l’étape, Luis Puig, son directeur sportif, lui avait fait une injection, « officiellement » de calcium, mais avait piqué dans le muscle plutôt que dans la veine. Dans sa chronique prémonitoire de la veille, Blondin qualifiait Luis Puig de « préparateur en chimie qui n’aurait pas réussi à fourguer les plans de la bombe atomique espagnole ». Les organisateurs du Tour estimèrent que la présence de Luis Puig comme directeur technique ne serait pas souhaitable sur le Tour de France suivant, ce qui ne l’empêcha pas de devenir président de l’Union Cycliste Internationale de 1981 à 1990. Bien après la fin de sa carrière, jusqu’aux ultimes années de sa vie, Federico évacuait tout soupçon de pratique personnelle du dopage, mettant en avant son incontestable longévité : « Aujourd’hui, je me demande où sont tous ceux qui couraient avec moi ? Dans une interview donnée au journal L’Équipe, « il racontait volontiers les seringues dans les musettes (des autres), les cliniques suisses où l’on pouvait se faire régénérer le sang (pas le sien) ou encore la recette de son propre cocktail. À savoir un mélange de café, de cognac, de Kola Astier (un excitant) et d’Agua del Carmen (un tranquillisant), autant d’adjuvants autorisés de fait, à défaut d’être interdits. Bahamontes a chevauché dans un Far-West sans shérif, les premiers contrôles antidopage débutant la dernière année de sa carrière, en 1965. »
Les années se suivent et se ressemblent en Espagne. Ainsi, à l’occasion de la Vuelta 1958, on assiste à l’implacable rivalité entre les deux irréconciliables Loroño et Bahamontès. Cette lutte médiocre et stérile entre les deux « Grands » d’Espagne profite à Jean Stablinski premier Français vainqueur de la Vuelta. Bahamontès se contente de la sixième place et du Grand Prix de la Montagne.
Federico enchaîne avec le Giro, disputé par équipes de marques, au départ duquel s’alignent les vieillissants Louison Bobet et Fausto Coppi. Étonnamment, il court dans la formation sponsorisée par le fabricant italien des machines à café Faema aux côtés de Charly Gaul, son alter ego des cimes, et … de son grand rival ibérique Loroño. Il fait valoir cependant sa suprématie de grimpeur en remportant en solitaire la 4ème étape qui s’achève sur la colline de Superga qui domine Turin, lieu de sinistre mémoire où, en 1949, s’écrasa l’avion qui transportait les joueurs de la mythique équipe du Torino, de retour d’un match à Lisbonne.

Giro 58 Superga Gaul Baha

Souffrant des reins, conséquence d’une chute, Bahamontès apparaît en retrait dans les étapes des Dolomites. Il ne termine que dix-septième d’un Giro remporté par le futur champion du monde Ercole Baldini.
C’est revêtu du maillot de champion d’Espagne que Federico prend le départ, à Bruxelles, du Tour de France 1958. Un nouveau directeur sportif, Dalmation Langarica, est à la tête de l’équipe d’Espagne qui compte encore malgré tout dans ses rangs l’irréductible rival Loroño.
Comme à l’habitude, les étapes dites de plaine pénalisent le Tolédan mais : « dans l’étape Dax-Pau, il suffit que se devinent, noyées dans une crasse humide, les montagnes pyrénéennes pour que l’Aigle retrouve ses ailes, des ailes énormes, presque démesurées qui le font planer très haut. » Un autre Tolédan d’adoption, El Greco, fut parfois critiqué pour sa manière de distordre ses personnages dans ses tableaux, notamment les ailes d’un ange !
C’est un aigle royal qui réussit la performance de franchir détaché tous les cols pyrénéens, d’abord l’Aubisque lors de l’étape Dax-Pau, puis le lendemain, l’Aspin et le Peyresourde. Il semble même avoir effectué quelques progrès en descente puisqu’il remporte en solitaire l’étape Pau-Luchon.

1958 Baha Pyrénées21958 Baha Pyrénées

Insatiable, il précède Charly Gaul au sommet du col des Ares et de Portet d’Aspet au début de l’étape Luchon-Toulouse. Federico, intenable, s’envole dans tout ce qui monte, ainsi encore entre Béziers et Nîmes, dans les modestes cols du Vent et de Rogues.
La lutte promet d’être belle sur les pentes surchauffées du Mont Ventoux escaladé contre la montre. Gaul fait un récital reléguant notamment Anquetil, Bobet et Geminiani à plus de 4 minutes. Seul, Bahamontès résiste à l’Ange de la montagne, ne lui concédant que 31 secondes.
« Baha » se distingue encore dans la grande étape alpestre Gap-Briançon. Il fait un festival dans le col de l’Izoard qu’il franchit en tête avec 5 minutes d’avance sur Gaul. Il l’emporte en solitaire à Briançon avec notamment 3’ 50’’ sur Anquetil qui reste encore le favori logique pour la victoire finale à Paris.
C’est mal connaître Charly Gaul qui, le lendemain sous des trombes d’eau, accomplit dans le massif de la Chartreuse l’un de ses plus légendaires exploits. « L’ange qui aimait la pluie » gagne l’étape à Aix-les-Bains avec près d’un quart d’heure d’avance sur le maillot jaune Geminiani et 23 minutes sur Anquetil malade qui abandonnera bientôt victime d’une pleurésie. Quant à Bahamontès, il termine à une demi-heure.
Finalement, Federico achève le Tour à la huitième place, à plus de 40 minutes de Gaul. Consolation, outre un nouveau succès au Grand Prix de la Montagne, il remporte le classement du plus combatif, récompensant son tempérament de battant et son esprit offensif.
La saison 1959 débute mal. Federico, après avoir gagné l’étape Séville-Grenade de la Vuelta, abandonne, souffrant d’un anthrax. Il s’attire les foudres de Fausto Coppi, capitaine de route circonspect de son équipe Tricofilina-Coppi : « Tu ne seras jamais qu’un mauvais gregario ! ». Baha vexé lui répond sèchement : « Alors, cette année, c’est un gregario qui gagnera le Tour de France ! ».
Il est vrai qu’il semble se présenter au départ de Mulhouse dans une disposition d’esprit qu’on ne lui connaissait pas, débarrassé de son ennemi intime Loroño qui a renoncé à disputer le Tour après moult chamailleries avec Langarica, directeur sportif de l’équipe ibérique. Un Basque qui écartait un Basque pour un Castillan ne fut pas une chose qui plut à Bilbao !
Bahamontès manifeste beaucoup de vigilance, se glissant dans la bonne échappée lors de la première étape et apparaissant encore dans l’ascension vers la citadelle de Namur, terme de la seconde étape. Du jamais vu, il pointe à la troisième place du classement général, précédant tous les candidats à la victoire finale, Gaul bien sûr mais aussi le quatuor de l’équipe de France composé de Anquetil, Rivière, Bobet et Geminiani.
Il montre sa motivation lors de l’étape contre la montre Blain-Nantes. Rejoint à quelques kilomètres de l’arrivée par Anquetil parti deux minutes après lui, il met alors un point d’honneur à rester à hauteur de « mon » champion, le devançant même de quelques centimètres sur la ligne d’arrivée.
Premier bilan à Bayonne : Roger Rivière le devance de 2’29’’, Anquetil de 31’’, par contre, il précède Charly Gaul de 7 secondes. Jamais, Federico n’avait atteint les Pyrénées, aire préférée de l’Aigle de Tolède, dans une position aussi favorable.
La montagne semble accoucher d’une souris, les « grands » se désintéressent du déroulement des opérations, laissant délibérément l’initiative aux outsiders et seconds plans. Loin derrière, Bahamontès et Gaul effectuent leur numéro de duettistes, mais ça commence à jaser à en croire Roger Bastide et René de Latour dans le Miroir des Sports :
« La montée du Tourmalet, celles le lendemain d’Aspin et de Peyresourde ont offert le même spectacle : Federico Bahamontès qui se dressait sur les pédales et secouait la tête de droite à gauche en un mouvement convulsif, et Charly Gaul qui suivait calmement, se déhanchant le moins possible et relançant son braquet avec une souplesse de jambes incomparable. L’on eut l’impression, les autres suivant loin derrière, d’un numéro de duettistes parfaitement au point. Tous deux, dans les moments de répit, se parlaient, s’encourageaient mutuellement du geste et partageaient fraternellement le contenu de leurs bidons ou des canettes qu’ils cueillaient au passage. Au sommet de Peyresourde, ce fut le couronnement : Gaul ralentit et donna une vigoureuse poussée à Bahamontès comme pour marquer ostensiblement qu’il ne tenait pas à franchir avant lui la ligne du classement pour le Trophée St-Raphaël-Quinquina du meilleur grimpeur.

1959-07-06+-+Miroir+des+Sports+-+751+-+01

1959+-+BUT+et+CLUB+-+46th+Tour+de+France+-+027A

Chacun s’est interrogé sur la signification de cette poussette. Était-elle le fait d’un coureur complaisant, condescendant ou excédé ?
Le doute n’est plus possible, ont ricané les suspicieux : Gaul et Bahamontès sont d’accord. Ils ont désormais la confirmation qu’ils sont bien les plus forts dans les cols et les aigles, comme les loups, ne se mangent pas entre eux. Ils vont se partager le Tour de France : à l’un le maillot jaune, à l’autre le titre et les profits de « roi de la montagne ».
Il est de bon ton, dans certains milieux, pour paraître au courant, pour être le « monsieur-à-qui-on-ne-la-fait-pas » de crier « à la combine ». Il y a eu mieux dans le genre. L’envoyé spécial d’un hebdomadaire à sensation a été parachuté sur le Tour. On –ce « on » bavard, insinuant, malveillant, insaisissable-, on chuchote que tout était arrangé : Rivière allait gagner le Tour et Bahamontès le Grand Prix de la Montagne. Gaul serait dédommagé par une somme importante et Baldini signerait une série d’avantageux contrats dans les tournées d’après-Tour. Seuls, Anquetil et Bobet n’avaient pas encore reçu d’emploi dans cette fructueuse répartition. Mais cela n’allait sans doute pas tarder. Quelles réponses opposer à de telles inepties ? »
La première survient lors de l’étape Albi-Aurillac disputée sous une chaleur caniculaire. La bataille que l’on avait vainement espérée dans les Pyrénées, la côte de Montsalvy surplombant la vallée du Lot, escaladée pour la première fois par les coureurs du Tour, allait la provoquer sous la férule de Bahamontès. Le champion de France Henry Anglade l’emporte à Aurillac devançant, dans le même temps, Anquetil et Federico. Rivière concède plus de quatre minutes. Louison Bobet et Charly Gaul terminent à plus de vingt minutes.
Jacques Goddet écrit dans son éditorial de L’Équipe : « Le coureur le plus impressionnant est bien l’impayable Bahamontès. Sa gaîté, la vivacité de son regard, sa lucidité, l’attention qu’il porte enfin à toute chose, son envolée à la verticale sur Montsalvy, tout cela le désigne particulièrement à l’attention de notre caravane terriblement excitée par des éléments nouveaux. »
Federico apporte une deuxième réponse à l’occasion de l’ascension contre la montre du Puy de Dôme. L’Aigle plane au-dessus du volcan. Il remporte l’étape et pointe désormais à 4 secondes du maillot jaune, le Belge Hoevenaers. À l’arrivée, il exprime sa déception : « Si moi il avait su, moi il aurait appuyé plou fort sur les pédales dans le dernier kilomètre et moi il serait maillot amarillo » !

1959 Baha Puy de Dôme

L’Aigle sort ses serres une troisième fois entre Saint-Étienne et Grenoble, comme un clin d’œil à ses histoires dans le Tour, en attaquant dans le col de Romeyère, celui-là même où cinq ans plus tôt, il avait pris le temps de déguster une glace.
Seul Gaul, l’ange ressuscité, l’accompagne dans son offensive. Les deux grimpeurs rallient le vélodrome de Grenoble, 70 kilomètres plus loin, avec 3’42’’ d’avance sur le groupe des favoris. Bahamontès, radieux, endosse enfin le maillot jaune : « Federico rit, il rit de sa bouche ouverte sur ses dents aiguës, brillant dans l’épice du visage, rit de ses yeux qui voient au-delà les Pyrénées, les filles de Castille gonfler d’orgueil leurs jeunes poitrines tandis que les oriflammes décorent le quartier de la maison du Greco qu’il habite… » Quel lyrisme !

1959-07-16 - Miroir des Sports - 754 - 06A

1959-07-14

Ça se présente bien pour l’Espagnol d’autant qu’on aborde les deux étapes alpestres, un terrain qui lui est a priori tout à son avantage. D’autant aussi que les adversaires qui seraient susceptibles de le mettre en difficulté, les quatre « frères en l’air » de l’équipe de France, comme Antoine Blondin les désigne avec humour, jouent une drôle de partition. Louison Bobet, triple vainqueur du Tour de France, fait son adieu à l’épreuve en mettant pied à terre au sommet du col de l’Iseran. Anquetil et Rivière, englués dans leur guerre d’égo, préfèrent la victoire finale de Bahamontès plutôt que celle d’Henry Anglade, le champion de France de l’équipe régionale du Centre-Midi. Robert Chapatte décrivit avec justesse la situation après que Federico, toujours médiocre descendeur, ait été retardé par une crevaison dans le col du Petit-Saint-Bernard : « … Ses bonnes fées françaises allaient encore le dépanner après sa crevaison. Anquetil rappliqua le premier de l’arrière, puis l’autre locomotive-maison Rivière … L’Aigle de Tolède, accroché de toutes ses serres au convoi inattendu des Tricolores lancés sur les trousses de leur ennemi juré, le régional nommé Anglade, était sauvé. Son désastre, un instant envisagé avec effroi, fut évité. »
Federico Bahamontès conserva son maillot jaune jusqu’au Parc des Princes, devenant ainsi le premier coureur espagnol à remporter le Tour de France.

1959+-+BUT+et+CLUB+-+46th+Tour+de+France+-+000A

Blog Bahamontès et Coppi à ParisBlog Bahamontès à Paris

Tour 59 Baha tour d'honneur

Federico reçut un accueil triomphal à son retour dans sa cité de Tolède en liesse : « Cette Espagne qui ressentait le besoin, au sortir de la guerre civile, de se créer des personnages à la hauteur de ses fantasmes, héros positifs capables de panser ses déchirures et ses malentendus, le conservera dans son histoire nationale au même titre qu’El Cordobès, le torero des années blêmes ».

Capture d’écran 2023-10-19 à 11.02.32Capture d’écran 2023-10-19 à 10.18.53positivos-reportajes-a-37

L’Aigle de Tolède reçut des sollicitations de toute part et de toute sorte, ainsi un organisateur lui proposa d’effectuer une tournée dans les arènes des plus grandes villes d’Espagne afin qu’il se produise face à de jeunes taureaux. Celui qu’on avait surnommé à ses débuts El Picador déclina l’invitation pourtant fort juteuse.
L’année cycliste 1960 débuta tragiquement avec la mort, le 2 janvier, « du » campionissimo, l’immense Fausto Coppi sous la marque duquel Bahamontès avait remporté le Tour de France, l’été précédent, en présence d’ailleurs de Fausto au Parc des Princes.
Le printemps, pour moi, fut radieux avec Jacques Anquetil, premier coureur français à triompher au Giro d’Italia. J’étais peut-être moins fébrile à l’approche du départ Tour de France, Anquetil ayant choisi de se reposer sur ses lauriers transalpins, les espoirs d’un succès d’un Français sur la grande boucle, étaient portés désormais par son grand rival national Roger Rivière.
On retrouva le caractère fantasque et imprévisible de Federico. Son Tour de France allait s’achever dès le deuxième jour. Robert Barran relata avec talent l’épisode dans sa chronique de Miroir-Sprint, « Contes de la grand’ route » :
« Nous avons vécu ce lundi un épisode de guerre des Flandres d’un nouveau genre. Plutôt une espèce d’occupation franco-italienne. Les Belges, en effet, mis à part Adriaenssens, restaient fort discrets. Ils passaient pourtant sur des routes qui leurs sont familières puisqu’elles sont les leurs. Les oriflammes semblaient de tous côtés les convier à une kermesse qui, pour leur part, n’eut rien d’héroïque, de la Flandre Orientale à la Flandre Occidentale. Malgré tous les rappels d’histoire présents, dès Termonde, dans cette boucle de la Dendre que les habitants, transformés en une « armée de canards », inondèrent pour contraindre Louis XIV à lever le siège. Dans Gand, aux îlots pris entre l’Escaut et la Lys, c’était aux Espagnols de songer. On leur avait appris que Charles Quint naquit dans cette ville. Et ce fut le commencement de la retraite défaitiste pour Federico Bahamontès. Où était-il, le Grand d’Espagne, l’Aigle de Tolède ?
Le maître des opérations, Julien Berrendero, aux yeux plus tristes que jamais, ces yeux qui paraissent constamment baignés dans on ne sait quelle nostalgie, avait pourtant fait donner l’arrière-garde. Sur cette abracadabrante petite route qu’on pourrait baptiser ruelle, une ruelle sur laquelle les arbres baissaient leurs branches comme pour balayer la poussière, après Sint-Martens-Laten, célèbre pour être la résidence du pape du cyclisme belge Karel Steyaert, Federico semblait perdre toute sa conviction.
C’est presque à son corps défendant qu’il réintégra le peloton. Pour en disparaître de nouveau alors que les escarmouches lancées par les Français et contrées par les Italiens faisaient rage sur le chemin de Ostende. Face à la mer jaunâtre, Federico se sentit la nausée. Dans un geste que l’on connaît bien, désormais, il porta la main à son estomac, s’arrêta puis s’en fut sans gloire après une dernière attitude de colère et des jurons qui seuls avaient quelque chose d’homérique.
Des jurons, la langue espagnole en est riche. Les coéquipiers de Bahamontès qui, dans l’affaire, avaient perdu 16 minutes, et beaucoup d’espérances financières, en laissèrent sur la route autant que de gouttes de sueur. Et le dernier arrivé, San Emeterio, le compagnon fidèle et dévoué de toujours, en piquait une crise. Ces hommes avaient traîné pesamment leur amertume et leur retard à travers ces dunes désolées de Zuydcoote (rendu célèbre par un prix Goncourt) à Dunkerque qui rappelle toujours Juin 1940. »
On se cultivait, en ce temps-là, en lisant les magazines sportifs.
André Chassaignon est très virulent dans le Miroir des Sports : « Qui va se souvenir de cette désertion, de cette abdication pitoyable du vainqueur de l’année précédente, de cette montée sans gloire dans le camion-balai des fatigués et des traîne-lattes ? Il n’était plus là. Tant pis pour lui ou plutôt tant mieux pour le Tour qui n’a que faire des grands premiers rôles lassés de traîner leur gloire de kermesses en critériums et qui ont oublié l’essentiel de leur métier : la foi. »

1960-06-30 - Miroir Sprint - 734B - 081960-06-30+-+Miroir+des+Sports+-+805+-+041960-06-30+-+Miroir+des+Sports+-+805+-+051960-06-30 - Miroir Sprint - 734B - 17

En 1961, après un début de saison satisfaisant avec des victoires dans les traditionnelles courses de côte du Mont-Agel et d’Arrate, Federico abandonne dans le Giro puis déclare forfait pour le Tour de France.
Âgé de 33 ans, l’amorce de son déclin est annoncé. Mais l’Aigle va se remplumer en rejoignant, pour la saison 1962, l’équipe française Margnat-Paloma. Le Tour de France connaît une véritable révolution avec l’abandon des équipes nationales et régionales au profit des marques extra-sportives. Déjà, point positif, Federico ne devrait plus gaspiller son énergie et son moral dans les récurrentes luttes intestines ibérico-espagnoles. En dépit de la qualité médiocre du jaja de table marseillais (qui sera repris plus tard par la société Kiravi !), Federico retrouve des couleurs, en particulier, en abordant le massif pyrénéen.
Lors de l’étape Pau-Saint-Gaudens, on retrouve un scénario qui nous est familier. Federico semble avoir clairement fixé son objectif, à savoir le classement du meilleur grimpeur. Il franchit détaché les trois cols au programme, Tourmalet, Aspin et Peyresourde, mais ne peut empêcher le groupe des favoris de revenir sur lui à la faveur des descentes.

1962-07-09 - Miroir Sprint - 840A - 09

Le lendemain, l’Aigle plane au-dessus de ses adversaires dans l’ascension contre la montre vers la station de Superbagnères. C’est l’occasion pour Antoine Blondin de raconter cet épisode épique, qu’il intitule L’Aigle du casque, en pastichant un extrait de la Légende des siècles de Victor Hugo :

« Jaillis du bas-Luchon, ils se font la valise,
Anquetil effarant monte le col en prise
Devant Planckaert qui tangue au rythme d’un pendule.
La poursuite s’acharne et, plus qu’auparavant,
Forcenée, à travers les arbres et le vent,
Fait peur aux têtes blêmes et donne le vertige
Aux sapins sur les monts, aux motards en voltige,
À ces peuples massés dans la brume glacée,
Dont l’angoisse ne connaît plus qu’un cri : « Assez! »
Anquetil est superbe et Planckaert est sublime,
On voudrait le combat sans bourreau ni victime,
Le gibier sans chasseur et le chasseur sans cible :
Ce genre d’utopie plaît aux âmes sensibles.
Mais la montagne est là, comme les montagnards,
Et la pente aux jarrets plante mille poignards,
Elle s’élève encore. Plus que jamais fuyant,
L’enfant prodige court devant l’ogre effrayant.
. Ce fut, passé la ligne, et à Superbagnères,
Qu’Anquetil déposa sa superbe bannière
Et consentit à sombrer, le pavillon haut.
Cependant que Planckaert, dans un dernier sursaut,
Tranchait la tête du classement général
A son profit. L’enfant vaincu n’eut pas un râle.
Il tomba de vélo, heureux, lucide et las
Et tendit deux mains confiantes. Hélas !
Le monstre avait déjà revêtu la tunique
Éclatante et riait par un miracle unique.
Ainsi rit dans son antre infâme la tarasque,
Oubliant l’aigle immense accroché à ses basques.
Ce n’est jamais en vain que l’on appelle à l’aide
Un aigle, surtout si c’est l’Aigle de Tolède.
Bahamontes alors, dont le vol souverain
Réduit un col au rang obscur de souterrain,
Et qui, calme, immobile et sombre, l’observait,
Cria : « Cieux nuageux, montagne que revêt
L’innocente ferveur des foules innombrables,
O gaves, ô forêts, cèdres, sapins, érables,
Je vous prends à témoin, vous aussi, mon beau chêne,
Que Planckaert torture ses pignons et sa chaîne
Et il est monteur comme un arracheur de dents! »
Cela dit, l’Aigle, en quelques mouvements ardents,
Avant de s’envoler, terrible, vers la nue
Aveugle l’ogre belge et lui met dans la vue
Une minute vingt secondes et des poussières.
Voici donc, à Luchon, ce qu’il s’est passé hier :
Anquetil vengé par un grimpeur ailé.
Ah ! ne disons jamais que le grimpeur est laid ! »

Dans les étapes alpestres, Federico est moins dominateur, se satisfaisant (mais peut-il faire mieux à 34 ans ?) de passer en tête au sommet du plus haut col d’Europe, le Restefond (2 802m) escaladé pour la première fois, et du mythique Izoard. Dans le quotidien L’Équipe, Jean Bobet évoque la disparition de l’espèce des grimpeurs tandis que Jacques Goddet fustige « les aigles qui ont satisfait leur petite vanité en se contentant de donner quelques coups de griffes sur les sommets ». C’est même un sprinter, Émile Daems, un « flahute » pur jus qui l’emporte à Briançon. Ce n’était évidemment pas pour me déplaire car cela favorisa le dessein d’Anquetil de gagner le Tour pour la troisième fois, Federico le terminant à la quatorzième place.
Les années n’ont que peu de prise sur Bahamontès qui semble se bonifier avec le temps comme le bon vin, je ne parle pas bien sûr de la piquette provençale qui s’affiche sur son maillot.
Pour commémorer sa cinquantième édition, le Tour 1963 s’élance de l’Hôtel de Ville de Paris avant de prendre son départ réel sur les bords de Marne, du côté de Nogent … Ah ! le petit vin blanc qu’on boit sous les tonnelles !
Mais c’est le vin Margnat qui va être à l’honneur. Anquetil, retardé par une chute du côté de Guermantes, commune rendue célèbre par Marcel Proust, est déjà à la recherche d’une minute et demie perdue sur Federico qui s’est glissé dans la bonne échappée.

1963-06-24. Une de L'Equipe

Au pied des Pyrénées, Federico, ne comptant qu’un débours de 1 minute et 33 secondes sur Anquetil, n’a jamais été dans une position aussi favorable. Mais il ne possède plus le punch d’avant. Il franchit en tête les cols d’Aubisque et du Tourmalet sans creuser d’écarts significatifs sur Anquetil qui, lui au contraire, semble avoir progressé en montagne. Le champion normand, d’ailleurs, règle au sprint à Bagnères-de-Bigorre ses compagnons d’échappée Perez-Francès, Poulidor et Bahamontès, empochant au passage la minute de bonification.

1963-07-04 - Miroir des Sports - 972 - 111963-07-04 - Miroir des Sports - 972 - 21

Le lendemain, entre Bagnères et Luchon, avec les ascensions des cols d’Aspin, Peyresourde et Portillon, Federico se contente d’assurer sa première place au trophée du meilleur grimpeur.
Une stèle a été élevée, en 2016, dans la montée du col du Portillon, versant espagnol du Val d’Aran, en l’honneur des champions espagnols vainqueurs du Tour de France : en tête de liste, Federico bien sûr, suivi des six autres cyclistes ibériques qui lui succédèrent au palmarès de la grande boucle : Luis Ocaña, Pedro Delgado, Miguel Indurain, Alberto Contador, Oscar Pereiro (après déclassement de l’américain Floyd Landis) et Carlos Sastre.

Portillon Espagnols stèle 1 2Portillon Espagnols stèle 2 2

Ce Tour de France 1963 était intéressant parce que le grand favori Anquetil avait pour projet de le gagner sans avoir recours comme à son habitude aux étapes contre la montre.

1963-07-08 - Miroir des Sports - 973 - 01

Au regard des écarts serrés entre Anquetil et Bahamontès, et à un degré moindre Poulidor, la bataille promettait d’être intense à l’occasion des trois étapes alpestres.
Je laisse le soin à Maurice Vidal, dans sa chronique « Les Compagnons du Tour » de Miroir-Sprint, d’évoquer la première de ces étapes, de Saint-Étienne à Grenoble, avec l’ascension du col de Porte dans le massif de la Chartreuse, théâtre en 1958 d’une chevauchée épique de Charly Gaul, l’alter ego des cimes de Federico : « Il y avait très loin à l’arrière un coureur du nom de Charly Gaul. C’est l’ancien seigneur des lieux sur lesquels jadis il exerça une redoutable suzeraineté. Ne vous inquiétez surtout pas pour lui, ne le plaignez pas, il n’aimerait pas ça. Il affiche une mine réjouie, une bonne santé évidente. Simplement, il fait un Tour de France à l’eau d’Évian ou de Perrier. Les jeux dangereux, il les laisse aux autres. Cet homme qui s’exclamait un jour : « je ne veux pas mourir » … est en train de revivre. Bonne reconversion, Charly !
Cette Chartreuse qui fut Gaulienne (c’est grand, c’est beau, la Chartreuse), nous y pénétrions par les Gorges du « Guiers Mort », dont Henry Beyle, qui fit carrière sous le nom de Stendhal, disait qu’elles étaient les plus belles du monde (du moins, c’est le Guide qui l’affirme). La route y monte doucement encore, se frayant un chemin dans les forêts. Au moment où elle se resserre pour former ce qu’on appelle « La Porte de l’Enclos », Bahamontès s’évada du peloton dans un style de pistard. Deux hommes se lancèrent à sa poursuite : Lebaube et Van Looy, qui ne doute décidément plus de rien. Federico se retourna, regarda venir ses deux chasseurs, et au moment où ils allaient l’atteindre, plaça sa botte favorite, son démarrage sur petit braquet. Pour deux cyclistes lancés à corps perdu à la poursuite d’un troisième, cette mésaventure est terrible. Ils « explosèrent « comme on dit dans l’argot des pelotons, et durent se laisser absorber de nouveau pendant que Bahamontès poursuivait son ascension solitaire.
Derrière lui, les choses n’allaient pas bien du tout pour Jacques Anquetil … Il roula en tête, autant que le lui permettait son état. Mais dès qu’il s’écartait, personne ne se présentait pour prendre le relais. Pas même Poulidor qui n’avait pourtant pas les mêmes raisons de se plaindre du blocage raphaeliste, encore moins de se désintéresser de la fugue de Federico…»
Le bilan de cette première manche alpestre était clair : avec la minute de bonification, Federico, victorieux à Grenoble, reprenait trois minutes à ses principaux rivaux et s’installait à la deuxième place du classement général.
Le lendemain, de Grenoble à Val d’Isère, les coureurs franchissaient les cols de la Croix de Fer et de l’Iseran. On ne parlait pas encore de réchauffement climatique et, bien au contraire, cet été-là, les neiges étaient éternelles sur l’Iseran obligeant les Ponts et Chaussées à percer à la hâte dans la glace des tunnels de fortune.

On n’assista pas à la bagarre espérée. C’est un second couteau, un Espagnol tout de même, Fernando Manzanèque, coutumier des échappées au long cours, qui remporta l’étape.
Deux faits marquants tout de même : d’une part, l’abandon de l’Ange de la montagne Charly Gaul dans le lieu-même où, dix ans plus tôt, il s’était révélé dans le Critérium du Dauphiné Libéré, d’autre part, la grosse défaillance du belge Gilbert Desmet qui, par voie de conséquence, laissait son maillot jaune à … Bahamontès ! Federico possédait trois petites secondes d’avance sur Anquetil, mais ne pouvait nourrir aucune espèce d’illusion. Le problème était clair : attaquer le Normand dans la dernière étape alpestre et provoquer son effondrement pour se mettre à l’abri du chronomètre allié de mon champion.
Val d’Isère-Chamonix : « C’était une rude étape, une randonnée qui fatiguerait un touriste en automobile. Partir de Val d’Isère avant 9 heures du matin, passer par le Val d’Aoste italien et le Valais Suisse en franchissant les cols du Petit et du Grand Saint-Bernard, de La Forclaz et des Montets pour parvenir sur le coup de 16h 15 à Chamonix, c’est de toute façon une performance. Mais accomplie à bicyclette, dans les conditions d’une course cycliste menée tambour battant, sous la chaleur, dans le froid des sommets ou sous la pluie des orages montagnards, une telle randonnée peut devenir infernale. »
Ce fut, entre Bahamontès et Anquetil, l’une des plus belles passes d’armes que connut le Tour de France, notamment sur la route de terre défoncée et ravinée de La Forclaz.

1963-07-11 - Miroir des Sports - 974 - 011963-07-11 - Miroir des Sports - 974 - 17

Ce jour-là, je fus le plus heureux des gosses. Anquetil remportait sa deuxième étape de montagne (après Bagnères-de-Bigorre) et, empochant la bonification, chipait définitivement la toison d’or à Federico.
Quelques jours plus tard, au Parc des Princes, Anquetil, acclamé pour son panache, remportait son quatrième Tour de France, battant le record de Louison Bobet. Federico, valeureux second, gagnait pour la cinquième fois le Grand Prix de la Montagne.

1963 Podiem Parc

Tour63blog2

Le public parisien siffla Poulidor pour son peu d’esprit offensif. Un journaliste cultivé cita Pierre Corneille, Rouennais comme Anquetil : Que voulez-vous qu’il fît contre Anquetil et Bahamontès ?… « Qu’il mourût, Ou qu’un beau désespoir alors le secourût. N’eût-il que d’un moment reculé sa défaite ». Excellent sujet de réflexion avant le bac, l’année scolaire suivante !
Je ne connais pas la longévité d’un aigle, il me faudrait plonger dans les Histoires naturelles du comte de Buffon. Je sais par contre que l’Aigle dit de Tolède peut encore à 36 ans tenir plus qu’honorablement son rang sur le Tour de France.
Les plus anciens de mes lecteurs se souviennent probablement du Tour de France 1964, le plus beau de l’après-guerre selon beaucoup de spécialistes, qui divisa les Français en deux camps irréconciliables : les Anquetiliens et les Poulidoristes.
Les esprits se focalisèrent tellement sur l’affrontement entre les deux champions français, qu’ils laissèrent dans l’ombre, l’excellent comportement de Federico.
Il remporte en solitaire l’étape Thonon-les-Bains-Briançon après avoir fait forte impression dans le col du Galibier, notamment aux yeux d’Abel Michea, l’excellent journaliste de Miroir-Sprint : « Quel numéro que celui du picador. À quoi le comparer ? À un chamois bondissant, à un moineau voletant ? Non, il n’est comparable qu’à Federico Martin Bahamontès de Santo Domingo. Quelques coups de pédale alertes, secs, nerveux, qui le font sautiller sur son vélo. Puis une seconde de détente, la tête rejetée en arrière, les bras qui lâchent le guidon pour fouetter l’air … De nouveau, toc, toc… Premier grand prix d’interprétation, Federico Bahamontès ! » Ce soir-là, l’Aigle de Tolède pointe à la deuxième place du classement général juste derrière un « Coq de Fougères », le petit Breton Georges Groussard.

1964-07-01 - Miroir Sprint - N° 943B - 07

TOUR1964 blog90

De Luchon à Pau, Federico fait encore des siennes comme à l’époque de ses plus belles années : « Prodigieux, extraordinaire, fantastique, les qualificatifs manquent pour saluer comme il convient l’exploit de Bahamontès, échappé 3 kilomètres après le départ de Luchon dans les premières pentes de Peyresourde avec son compatriote Julio Jimenez, franchissant avec lui l’Aspin et le Tourmalet, puis portant l’estocade et passant seul à l’Aubisque avec une avance de 6’35’’ sur Anquetil et Poulidor. »
Dommage qu’il reste encore une soixantaine de kilomètres pour atteindre la cité du bon roi Henri. Son avance fond, Federico gagne tout de même l’étape, mais rate de ravir le maillot jaune de Georges Groussard pour 35 petites secondes. C’était son ultime chance car, dès le lendemain, Anquetil s’empare de la tunique jaune à la faveur de l’étape contre la montre Peyrehorade-Bayonne.

1964 - Miroir du Cyclisme - 47 - 461964 - Miroir du Cyclisme - 47 - 471964-07-09 - Miroir Sprint - 944B - 32

De nombreux articles mais aussi des livres ont relaté, parfois de manière épique, le duel au-dessous du volcan entre Anquetil et Poulidor. Seul, les spécialistes se souviennent que, sur les pentes du Puy-de-Dôme, la victoire d’étape se joua en fait entre Federico Bahamontès et un autre grimpeur espagnol Julio Jimenez.
Le surlendemain, jour du 14 juillet, j’étais avec mes parents (oui, exceptionnellement, ma maman s’intéressait au cyclisme !) sur le plateau de Saclay, entre Versailles et Paris, pour assister au dénouement de ce Tour exceptionnel, et surtout encourager mon champion normand en passe de remporter son cinquième Tour de France, exploit jamais encore réalisé à l’époque.
Ce fut la première fois que je pus voir véritablement Bahamontès en chair et en os. Jusqu’alors, il était toujours dissimulé dans l’anonymat du peloton lors de ses traversées de mon Pays de Bray natal.
Cette fois, il m’apparut seul quelques instants avant Raymond Poulidor parti deux minutes et trente secondes après lui. L’orgueilleux Federico, une fois rejoint, eut la fierté de ne pas se faire distancer et réussit même à recoller à la roue du Limousin sur la piste du Parc des Princes. À 36 ans, il montait encore sur le podium et enlevait le Trophée de la Montagne pour la sixième fois.

TOUR 1964 blog 84

Tour 64 podium

Federico s’aligna une ultime fois au départ du Tour de France 1965. Le Tour de trop ou plutôt sa manière de faire ses adieux à une épreuve dans laquelle il avait écrit les pages les plus enthousiasmantes de sa carrière.
Spectacle désolant, Federico termine la dixième étape Dax-Bagnères-de-Bigorre, avec les ascensions des cols d’Aubisque et Tourmalet, à la cent-seizième et avant-dernière place, à 37’ 48’’ de son compatriote Julio Jimenez.

Tour 65 Baha abandon 2Tour 65 Baha abandon 3

Le lendemain, après un timide baroud d’honneur au pied du col du Portet d’Aspet, soudain, il met pied à terre dans l’ascension du col, manquant même de s’engager dans un chemin muletier. Sans cris et colère comme ce fut le cas lors de certaines désertions dans les Tours du passé, il revêt calmement son survêtement de l’équipe Margnat et monte dans la voiture-balai. Le cinéaste Claude Lelouch fut témoin de la scène qu’on peut voir dans le documentaire Pour un maillot jaune qu’il réalisa.

Tour 65 Baha abandon 4Tour 65 Baha abandon

Les ailes de l’Aigle de Tolède étaient rognées. Il les replia définitivement, le 12 octobre 1965, lors de l’escalade de la colline de Montjuich dominant Barcelone, qu’il termina second derrière Poulidor.
Ainsi s’achevait la carrière d’un champion singulier et attachant qui jouissait d’une grande popularité en France, d’abord pour son panache, il y accomplit, presque exclusivement, ses plus beaux exploits en montagne, ensuite pour son caractère fantasque et déroutant qui amusait le public. On peut imaginer que son palmarès aurait été beaucoup plus étoffé si, à son époque, il y avait eu autant d’arrivées d’étapes en altitude qu’aujourd’hui.
Ce n’est sans doute pas un hasard si Federico et le footballeur Just Fontaine apparaissent dans les souvenirs d’un des personnages du film Le fabuleux Destin d’Amélie Poulain.
Mes lecteurs de moins de cinquante ans ne comprendront probablement pas mon admiration pour Bahamontès : c’est mon enfance, du moins ce qu’il en reste, les revues spécialisées de l’époque que je feuilletais avidement, les commentaires enflammés des radioreporters dès que Federico s’envolait. Sa tactique était simple, il n’en connaissait qu’une, dès le premier col il attaquait. Le personnage semble tenir tout entier dans ses prénom, nom et même surnom : « un prénom d’empereur Habsbourg pour un membre de l’aristocratie galonnée du cyclisme, un nom d’aventurier qui fait voisiner bas et monts, cimes et précipices. »
Le regretté Pierre Chany, le « journaliste aux 50 Tours de France », écrivit de lui : « Quand il grimpait, il était étourdissant, accomplissant son ascension au rythme de métronome de ses épaules. Le plus admirable, c’était le mouvement de son corps au niveau des reins. Il avait la souplesse d’un danseur de flamenco. »
Philippe Bordas en brossait aussi un beau portrait dans le chapitre « L’art de grimper » de son livre Forcenés : « Federico Bahamontès de Tolède est au temps de Gaul le seul humain qui lui soit comparable. Mais Bahamontès escalade dans un style caprin désordonné, secouant ses parts, l’échine levée vers les feuilles tendres, tournant la nuque comme si ses arrières brûlaient. Il tend un cou long compliqué de couleuvres palpitant sous sa peau. Il va vite, dans une anarchie qui fait mal. Arrivé sur les cimes, il écoute le vent, il s’achète une glace à la vanille et pâture sur le col, en attendant. Comme il ne sait pas descendre, il reste sur l’échelle. Jean Bobet le lettré l’appelle « Fédé le fada ». Bahamontès n’excelle qu’en côte. Plus qu’un grimpeur, c’est un côtoyeur. »
Federico tient une place à part dans l’histoire du cyclisme. À tel point qu’au plat pays de Jacques Brel (qui aimait le vélo), terre de sprinters et coureurs de classiques, paraît une revue trimestrielle en langue flamande portant son nom : « Un ovni car BAHAMONTÈS ne ressemble à aucune autre des revues existantes sur le vélo. Des histoires de courses, de bas-côtés, d’hommes. Des récits émouvants, singuliers, parfois oubliés, de leaders et de porteurs de bidon, de coureurs de grands tours et de classiques. Des triomphes historiques en défaites dramatiques d’hier et d’aujourd’hui. Nous faisons fi de l’écume du jour mais offrons une place majeure aux sujets intemporels qui resteront gravés dans nos mémoires. » Une revue inclassable comme Federico, sauf au sommet des cols.

bahamontes-une-revue-velo-qui-devrait-grimper-01Revue Bahamontes 2

La déclinaison française de cette luxueuse revue n’a point survécu dès son deuxième numéro.
Le regretté Jean-Louis Murat, autre artiste passionné de vélo, français celui-là, s’inspira de Federico pour écrire sa chanson Le champion espagnol :

« Le Champion espagnol
qui n’a pas froid aux yeux
précédé de motos
en position tenace
sur la route du ciel
en film noir et blanc
aux portes des villages
à la faveur du vent

Sur les pentes légères
pense à son temps compté
le maillot jaune en tête
comme un chien affamé
Ulysse en son royaume
fait une offrande aux dieux
et s’enfonce isolé

Tout devient médiéval
tout est creusé par l’air
Tourmalet tout va bien
que retombe la gloire
Je ne manque de rien
comme à l’instant de naître

Le vainqueur espagnol
figure d’éternité
vient renforcer mes bords … »

Image de prévisualisation YouTube

L’iconoclaste Salvador Dali offrit une toile à Federico, le représentant. Avec humour, Federico avouait qu’il avait beau retourner le tableau dans tous les sens, il ne s’y reconnaissait pas !

Bahamontes Dali)_0

Baha Indurain Delgado

Federico nous a quitté le 8 août dernier à Valladolid où il s’était retiré pour passer les dernières années de sa vie, affaibli par la maladie, non loin d’une de ses deux « filles secrètes ». Il eut comme d’autres grands champions cyclistes, une vie sentimentale compliquée.
Il n’y a plus grand chose qui lie Tolède à Bahamontès, sinon une sculpture le montrant en pleine action élevée en 2016 au belvédère du Miradero surplombant le Tage et la ville. En 2019, un acte de vandalisme la jeta même à terre, pauvre Federico, lui qui ne tombait quasiment jamais. Il fut rapidement redressé sur sa monture.

Escultura_de_Federico_Martín_Bahamontes_en_Toledo_01Homenaje a Federico MartÌn Bahamontes al conocerse su muerte

Quelques semaines avant sa mort, une concentration cyclotouriste se hissa jusqu’au Miradero pour célébrer ses 95 ans. Pour la circonstance, fut déroulée au pied de la stèle une étoffe blanche à pois rouges rappelant le maillot distinctif de meilleur grimpeur du Tour de France qui n’existait pas à son époque.

Bahamontes magasin Tolède

À quelques pas de l’Alcazar, Plaza Magdalena, son ancien magasin de cycles et articles de sport, fermé en 2004, a laissé place à un supermarché chinois. Au-dessus, sur la façade, est encore accrochée une pancarte souillée par les fientes de pigeons : on y lit les noms des deux « saints » Magdalena et Bahamontès sur un dessin d’aigle avec des montagnes en arrière-plan.

Marca Bahamontes

Le lendemain de son décès, le quotidien sportif madrilène Marca a republié la une qui glorifiait Federico à l’occasion de son succès dans le Tour de France 1959.
Idole en Espagne, deux jours de deuil officiel « en signe de douleur et de reconnaissance » ont été prononcés par le maire de Tolède : « Grâce à lui, nous avons tous gagné le Tour ! ».

Adieu Baha

* http://encreviolette.unblog.fr/2015/02/11/lionel-bourg-sechappe-avec-charly-gaul/
** http://encreviolette.unblog.fr/2008/07/09/le-tour-de-france-tours-de-mon-enfance/
*** http://encreviolette.unblog.fr/2008/04/03/les-cols-buissonniers-en-pyrenees-le-mente-et-le-portet-daspet/
Pour cet hommage à Federico Bahamontès, j’ai puisé dans :
Tour de France Chroniques de L’Équipe d’Antoine Blondin, La Table Ronde
Forcenés de Philippe Bordas, Folio
Federico Bahamontes, collection La Véridique Histoire, de Jean-Paul Ollivier, Glénat
Dictionnaire amoureux du Tour de France de Christian Laborde, Plon
Miroir-Sprint et But-Club Miroir des Sports, certains articles de Robert Barran, Pierre Chany, André Chassaignon, Robert Chapatte, Abel Michea, Maurice Vidal

Publié dans:Cyclisme |on 22 octobre, 2023 |Pas de commentaires »

Ici la route du Tour de France 1953 (3)

Pour revivre les 16 premières étapes de ce Tour de France 1953 :
http://encreviolette.unblog.fr/2023/06/27/ici-la-route-du-tour-de-france-1953-1/
http://encreviolette.unblog.fr/2023/07/12/ici-la-route-du-tour-de-france-1953-2/

J’ai achevé mon deuxième billet alors que 82 concurrents rescapés du Tour profitaient de leur seconde journée de repos en Principauté de Monaco, un privilège dont ne pourraient plus jouir les champions d’aujourd’hui, encore que les organisateurs envisagent une dernière étape contre la montre entre Monaco et Nice à l’occasion du Tour 2024 pour cause de Jeux Olympiques.

Repos Monaco 1Repos Monaco 2

Bobet repos

Louison Bobet, qui fait office de favori aux yeux des spécialistes, est allé se dégourdir les jambes du côté du Cap Martin, et en attendant les fruits de la victoire, a savouré ceux de la tarte que mademoiselle Colette Picard, l’hôtesse de l’hôtel de l’Europe à Menton, lui a spécialement préparée. Sur le chemin du retour vers Monaco, il a roulé quelques kilomètres en compagnie du maillot vert Fritz Schaer en chemisette et short.

1953-07-21

Parce qu’ils doivent remplir les colonnes de leur journal, les suiveurs ne se reposent pas et choisissent un angle décalé pour leurs articles.
Ainsi Marcel Hansenne regrette le temps des Tours d’avant : « Les coureurs n’ont plus le temps de faire des bons mots. Cela signifie la disparition intégrale de ce que nous appellerons l’époque pagnolienne. Il fut un temps, en effet, où Marcel Pagnol exerçait une forte influence sur les épreuves cyclistes. Ses interprètes favoris étaient René Vietto et Apo Lazaridès. On leur doit des dialogues d’une surprenante saveur, qui valaient bien aux yeux des dilettantes, les plus belles échappées de l’histoire cycliste. »
René de Latour brosse avec verve le portrait du coureur « invisible » pourtant bien présent dans le peloton : « Il existe dans le Tour de France une catégorie de concurrents tout à fait particulière, c’est celle des « invisibles ». Ils roulent, mangent, boivent, dorment comme les autres. Ils ont un nom, une valise en duralumin, un numéro matricule, un maillot plus ou moins bariolé, un stock de boyaux italiens, une pharmacie ambulante et des musettes interchangeables à chaque contrôle de ravitaillement. Leurs bidons pleins sont vidés. Leurs bidons vides sont jetés. Et, fait curieux, leurs jambes s’agitent au même rythme que ceux qui appartiennent à toutes les autres catégories. Les « invisibles » poussent même la ressemblance jusqu’à rouler aussi vite que les vrais coureurs. Mais jamais plus. Pourtant, ce ne sont que des touristes pris en charge comme s’il s’agissait d’une tournée bien organisée, avec chambres retenues à l’avance, menus établis de longue date et itinéraires fouillés au millimètre et à la seconde.
Que font-ils dans la course ? Nul ne le sait… et eux encore bien moins. Ils ne se le demandent d’ailleurs même pas. Ils ont surtout pris le départ, ce qui est bien la chose essentielle pour tout « invisible » qui se respecte. Pour en arriver là, ils ont intrigué, couru les salles de rédaction, tenté de faire jouer leurs relations, rappelé des performances passées et juré leurs grands dieux que si jamais on leur faisait confiance on allait voir ce qu’on allait voir.
Mais le fait est là : on ne voit rien. Jamais rien. Ils n’abandonnent pas, ne tombent jamais, ignorent même la crevaison. Chaque matin, au départ de l’étape, Henri Boudart clame leurs noms. Il est d’ailleurs le seul qui puisse se vanter de bien connaître leurs silhouettes. Á pied… évidemment. Car c’est surtout lorsqu’il est juché sur une bicyclette que l’ « invisible » le devient vraiment. Avant d’appuyer sur les pédales, il est tout. Quelques secondes plus tard, il n’est plus rien. Le peloton s’ébranle… l’« invisible » a disparu. Les suiveurs auront cent choses à relater, mille incidents à noter, trois douzaines d’échappées à contrôler, numéro par numéro. Mais celui de l’« invisible » ne sera jamais accolé à l’un d’eux sur l’ardoise.
L’« invisible », lui, réalisera ce tour de force d’échapper à toute constatation d’existence. Comme « soufflé » par une bombe, il aura disparu aux yeux des suiveurs. Noyé dans la masse mouvante du peloton, il s’y amalgame si bien, s’y perd si parfaitement qu’on l’oublie aussi totalement que s’il n’était jamais né.
Même parmi ceux qui prétendent avoir de bons yeux, nul ne le repère, ne le distingue. Il est là sans y être, tout en y étant.
Il n’est jamais à l’arrivée, ce qui nécessite l’affirmation d’une personnalité ou d’une volonté. Á l’arrière non plus. Car l’« invisible » (ne lui faisons pas cette injure) est loin d’être un toquard. Il tient très bien les roues. Il a parfois un très beau palmarès. Et, lorsqu’il est lâché, ce n’est jamais seul de façon que nul ne puisse le distinguer et qu’il continue à rester invisible, impalpable. Jusqu’au bout. Car il va parfois jusqu’au bout, l’« invisible ». La Tour Eiffel se dessine à l’horizon qu’il est toujours là, insoupçonné, incognito, plus que jamais.
Personne ne crie son nom sur le bord des routes. Et pour cause… Comment le public saurait-il qu’il a disputé le Tour ? Il n’a pas gagné de quoi s’offrir huit jours de vacances. L’argent du Tour est pour ceux qui justifient leur présence. Une fois ce périple terminé, l’« invisible » pleurera sur son triste sort. Jusqu’à l’an prochain. Et si les sélectionneurs lui préfèrent alors un « visible » en puissance, l’« invisible » hurlera à l’injustice.
Car il est ainsi fait l’« invisible », qu’il croit dur comme fer qu’il contribue au succès du Tour de France et que sa présence est indispensable. »
De mon côté, je profite de cette parenthèse pour me téléporter soixante-dix ans plus tard au départ du Tour de France 2023 à Bilbao. Dans la lignée des merveilleux dessins de Pellos, le dessinateur de L’Équipe Lasserpe, inspiré par le musée d’art moderne et contemporain Guggenheim, à l’architecture futuriste, de la capitale basque, présente dans une allégorie le Tour qui démarre.

IMG_2618

Ses visiteurs sont aussi perplexes voire sceptiques devant les œuvres jaunes exposées que nous pouvons l’être devant un « bleu de Klein » mais, surtout en l’espèce, face à la domination outrancière et presque effrayante des deux mutants du Tour, le Slovène Tadej Pogacar et le Danois Jonas Vingegaard. Sans transpirer, sans essoufflement, ou presque, ils ont explosé les watts dans les cols pyrénéens à l’heure où j’écris ces lignes… !

Monaco-Gap 2

Tour Côte d'Azur

Revenons au mardi 21 juillet 1953, nos champions de l’époque, sans capteurs de puissance mais peut-être quelques comprimés d’amphétamines dans une poche de leur maillot, disputent leur première étape alpestre Monaco-Gap, 261 kilomètres, au profil accidenté, avec l’ascension de plusieurs cols de deuxième et troisième catégorie, sous une forte chaleur.
L’air du pays donne des ailes à l’Azuréen José Mirando qui, surtout, s’est fixé comme objectif le trophée du meilleur grimpeur. Ainsi, il précède au sommet du col du Pilon (km 65) l’Espagnol Jesus Loroño justement leader de ce classement.

Col de Lègues

Mirando réitère au col des Lèques après s’être de nouveau enfui au contrôle de ravitaillement de Castellane (km 120) en compagnie du Parisien Stanislas Bober et du Hollandais Gerrit Voorting vainqueurs d’étapes au début du Tour.

Col de LabouretCol Labouret échappés

Le plein de points assuré, Mirando laisse partir, dans la descente, ses deux compères. C’est alors qu’Adri Voorting, le frère de l’autre, l’Espagnol Serra et Georges Meunier le « facteur de Vierzon » se lancent à la poursuite des deux échappés qu’ils rejoignent peu après Le Brusquet (km 184).

Monaco-Gap

L’ascension du col du Labouret (km 200) est fatale à Adri Voorting. Possédant plus de 5 minutes d’avance sur le peloton, on pense alors que l’étape va se jouer entre les quatre échappés. C’est sans compter sur une attaque d’un autre Hollandais, Wagtmans, qui emmène avec lui le Tricolore Antonin Rolland et Il Vecchio Gino Bartali. Est-ce la présence sur le bord de la route de son « meilleur ennemi » Fausto Coppi, venu de Novi Ligure avec ses fidèles gregarii de la Bianchi Carrea et Milano, qui a fait exploser Bartali ? C’est du moins ce que le quotidien L’Équipe met en avant en première page.

Coppi Monaco-Gap

1953-07-22

MS N° 371 b du 23 juillet 1953 03 Astrua & Bobet

Wagtmans Gap

Wagtmans, Bartali et Rolland récupèrent les quatre fuyards à l’amorce du col de la Sentinelle. Dans le col, le coureur du plat pays Wout Wagtmans place une attaque décisive et, après une descente à grande vitesse, termine en solitaire à Gap, apportant une nouvelle victoire d’étape à la combative formation néerlandaise. Bartali revigoré finit deuxième à 44 secondes, Voorting et Rolland suivent à 55 secondes. Le peloton avec Louison Bobet et le maillot jaune Malléjac pointe à 3 minutes et 51 secondes.
Le Finistérien Malléjac conserve sans problème son paletot jaune. La bonne affaire est réalisée par Antonin Rolland qui se replace à la quatrième place du classement général à seulement 38 petites secondes de son leader Louison Bobet.
Pierre About dans L’Équipe : « Fausto Coppi, venu de Novi Ligure pour voir passer le Tour, s’est déclaré incapable de faire un pronostic. On comprend son embarras et on le partage : à la veille d’affronter le groupe géant Vars-Izoard, nous nous sommes retrouvés à Gap avec dix prétendants au Maillot Jaune que porte toujours le remarquable champion des cycles Terrot Jean Malléjac, dix prétendants groupés en moins de 10 minutes. Les positions déjà serrées au départ de Monaco le sont plus que jamais. Tel est le résultat de l’étape qui nous a menés au pied des grands cols. Une étape qui s’annonçait sans histoire ou tout au moins simplement nourrie d’une petite histoire qui infirme notre supposition d’hier. Les Hollandais ont recherché et trouvé une nouvelle victoire par équipes, le bouillant Wagtmans étant vainqueur à Gap après que les frères Voorting eurent lancé le coup avec Bober et Mirando, puis l’Espagnol Serra.
L’événement majeur fut l’entrée en scène fracassante de Gino Bartali si volontairement discret jusqu’à présent. »
André Leducq, deux fois vainqueur du Tour, se demande, lui, ce qu’aurait été ce Tour de France si Fausto Coppi y avait participé : « J’ai vu Fausto Coppi sur le bord de la route entre Monaco et Gap. Il avait le torse nu avec des lunettes foncées sur son nez en coupe-vent. Je l’ai reconnu trop tard pour pouvoir m’arrêter et je l’ai bien regretté. J’aurais aimé savoir ce qu’il pensait de ce Tour si ouvert, alors que l’an dernier, à la même période de la course, seul un tremblement de terre aurait pu mettre sa victoire en péril.
Sa silhouette entrevue a automatiquement fait déferler en mon esprit une vague de « si… Que se serait-il passé si Fausto, se rendant aux raisons de ceux qui auraient voulu qu’il ignore la présence de Gino Bartali avait quand même pris le départ ? Serait-il actuellement en tête avec une avance le mettant à l’abri d’une mauvaise surprise ? Aurait-il pu résister aux incessantes attaques qui ont animé la course depuis le départ ? Ses équipiers auraient-ils pu garder, de manière satisfaisante, le contrôle d’une course où chacun joue son va-tout avec une fougue rare ? Fausto se serait-il montré supérieur à Robic dans les Pyrénées ? N’aurait-il pas surveillé dangereusement Bartali ou Koblet se laissant ainsi prendre de précieuses minutes par les meilleurs tricolores ? Mais avec des « si » …
Ces questions sont autant de problèmes bien difficiles à résoudre, mais je crois pouvoir répondre, avec une chance de me tromper évidemment, à chacune d’elles. Tout d’abord, je suis persuadé que Coppi doit bien regretter son abstention. Ceci, d’autant plus que les choses ayant tourné de la manière que l’on sait, il se serait trouvé débarrassé d’un Koblet et d’un Robic qui n’ont pas été seulement victimes de la malchance, mais encore et surtout d’une « perte de vitesse », ce qui ne fait aucun doute pour ceux qui ont pu constater à quel point ils étaient cuits avant même de prendre contact avec le sol.
Le seul fait qu’Astrua soit, en son absence, le leader italien doit faire singulièrement réfléchir Fausto. Car, si je me souviens bien, Astrua n’a jamais été particulièrement menaçant pour lui lorsqu’ils se sont trouvés côte à côte.
Mais si, ayant voulu effectuer une course toute de prudence, Coppi s’était contenté d’attendre les Alpes, il est vraisemblable qu’il n’y aurait pas eu un seul homme pour lui résister sérieusement dans l’Izoard. Il est normal de considérer qu’il serait à coup sûr mieux armé pour le faire que ne l’est l’équipe italienne actuelle, aux éléments un peu trop hétéroclites et où une certaine jalousie règne. Il n’y a pas chez les Transalpins cet intérêt puissant qu’est l’appât du gain que Fausto, gagneur du Tour, faisait constamment miroiter, avec preuves à l’appui, à ceux qui n’étaient là que pour le servir fidèlement, intégralement.
J’imagine mal l’échappée de Béziers, pour ne prendre que celle-là, se déroulant avec autant de régularité, si Carrea et ses aides avaient été là pour mener un train soutenu, comme ils savent et peuvent le faire, lorsque Fausto donne l’ordre de limiter les dégâts.
Mais je ne regrette pas son absence. C’est elle qui a rendu le Tour passionnant, comme il ne l’a pas été depuis celui de 1947. »
Mercredi 22 juillet, nous y sommes : c’est l’étape reine Gap-Briançon (165 kilomètres), la bataille des Alpes tant attendue qui doit rendre son verdict à cinq jours de l’arrivée au Parc des Princes, et l’espoir pour le public français que Louison Bobet, assez discret depuis le début du Tour, assoie sa prétendue supériorité.

Dacquay Col de Vars

Trois Français s’enfuient dès la sortie de Gap, les deux régionaux du Nord-Est-Centre Jean Dacquay et Bernard Quennehen traînant comme un boulet le Tricolore de service Adolphe Deledda. L’écart va rapidement se creuser : 1’20’’ à Ubaye (km 32), 4’40’’ à Barcelonnette (km 61), 7’35’’ à La Condamine-Châtelard (km 74), jusqu’à 9’05’’ à Saint-Paul-sur-Ubaye au pied du col de Vars.

Bobet col de Vars

MAX Console

Dès les premiers lacets, Bobet lance la contre-offensive, emmenant avec lui Schaer, Nolten, Mirando et Loroño. Á l’approche de la jolie petite chapelle du Mélézen, Bobet accélère encore et seul le premier du Grand Prix de la Montagne Jesus Loroño reste accroché à ses basques.
Au sommet de Vars (km 91), Deledda passe en tête devant Dacquay et Quennehen à 15 secondes, le tandem Bobet-Loroño s’est rapproché à 1’45’’. Nolten est pointé à 2’30’’, Le Guilly et Malléjac à 2’55’’, Astrua à 3’, Schaer et Bartali à 3’45’’.
Dans la descente, Bobet déchaîné, distance Loroño puis rejoint Deledda tandis que Dacquay et Quennehen lâchent prise.
Le coup est parfait : dans la vallée du Guil, les deux Tricolores sont seuls en tête et Adolphe Deledda relayant (enfin) de toute son énergie, donne un sacré coup de main à son leader Louison qui n’a plus qu’à parachever son œuvre dans le col d’Izoard.

Bobet Deledda Guil

Bobet Deledda Miroir des Sports - 417 - 01

Bobet accélère sans à-coups et dépose Deledda dans l’interminable ligne droite très pentue entre la chapelle Saint-Laurent d’Arvieux et le hameau de Brunissard. C’est le début de sa chevauchée magistrale avec en conclusion la traversée de la grandiose et mythique Casse Déserte*.

Bobet Casse déserte

Peu avant le sommet, Bobet a la surprise de se voir photographier par Fausto Coppi, encore une fois sur le bord de la route. L’instant a été immortalisé sur la pellicule, pas toujours pour des raisons sportives. En effet, à côté de Fausto, apparaît Giulia Occhini plus connue sous le nom de la « Dame blanche », impliquée alors dans une relation extra-conjugale avec le campionissimo qui fit scandale à l’époque dans la catholique Italie.

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/i00012454/louison-bobet-dans-le-col-de-l-isoard-croise-dans-un-virage-fausto-coppi-qui

Au sommet d’Izoard, Bobet passe en tête. Suivent : Nolten à 3’40’’, Loroño à 4’15’’, Geminiani à 7’35’’, Bartali à 8’22’’, Mahé et Malléjac à 8’40’’, à 9’50’’ Astrua, à 10’ Schaer…
Dans la descente, Bobet, bien que victime d’une crevaison, augmente encore son avance sur ses poursuivants. Après avoir survolé l’étape, il triomphe sur le Champ de Mars à Briançon et s’empare du maillot jaune, probablement définitivement.

1953-07-23-2

Bobet Izoard MS

Nolten IzoardAstrua et Schaet IzoardPellos lessive alpestre

Félix Lévitan exprime son enthousiasme dans sa « correspondance » à Henri Desgrange :
« Cette fois, c’est bien vrai : on a dû pleurer dans les chaumières… Bobet maillot jaune, c’est Leducq vainqueur du Tour en 1930 ! C’est la fin d’une longue domination étrangère. C’est enfin un succès tricolore … Les foules désespéraient. Elles étaient « sport » pourtant, ces foules sans cesse déçues dans leur amour-propre et si elles applaudissaient sincèrement les Coppi, Koblet et autres Kubler, elles n’en gardaient pas moins dans le fond du cœur l’espoir d’une revanche éclatante.
L’heure est venue. Elle a sonné dès les pentes de Vars où Bobet s’est détaché sans coup férir. Une attaque empreinte de force et de majesté. Une lente accélération, une progression irrésistible. Et tous ses rivaux, l’un après l’autre, ont baissé la tête, accepté l’inévitable, admis sa supériorité.
Cheveux au vent, l’œil aux aguets, la mine sereine, Bobet a dégringolé Vars à toute allure, filé le long du Guil secouru par Deledda enfui depuis Gap et retrouvé après le sommet de Vars, puis attaqué l’Izoard sans appréhension, avec la certitude d’y parachever son ouvrage.
Vous vous souvenez de l’Izoard ? Il n’a rien perdu -ou presque- de son aspect d’antan. Il a conservé sa route étroite, son col poussiéreux, ses virages abrupts, ses plaques de verdure et ses déserts de pierres, sa Casse déserte, monumentale, chaotique, effrayante dans ses proportions. C’est un décor à la mesure du Tour ! C’est le décor du Tour. La course trouve là toute son expression, toute sa grandeur. C’est l’arène de la minute de vérité. Les spectateurs y sont toujours nombreux, haletants, impatients. Ils frangent la crête, s’éparpillent sur les flancs, bordent la route et scrutent intensément l’horizon dégagé. Cette ligne blanche, c’est le chemin de gloire du vainqueur. C’est le calvaire du vaincu. Un point minuscule, des chromes qui scintillent au soleil, c’est lui, c’est Bobet… On le sait, on le sent, on le voit. Bobet … c’est Bobet … Le nom vole de lèvres en lèvres, se répercute d’écho en écho, emplit le ciel d’azur et se perd dans l’éternité !
-Vas-y Louison !
On ne sait pas si on l’aime, on ne se le demande pas, on l’acclame :
-Vas-y Louison !
Et avec quelle émouvante ferveur. En 1930, c’était : « Vas-y Dédé ! »
Aujourd’hui, c’est Louison. C’est plus doux, plus tendre, moins jovial ce « Vas-y Louison ! » que ce « Vas-y Dédé ! » mais c’est avec le même amour débordant, la même reconnaissance confuse que la foule la jette aux quatre vents. C’est surtout un Français. Enfin un Français !
La remise du maillot jaune s’est faite sans cérémonie. Dès qu’il l’eût endossé, Louison Louison a simplement demandé une éponge et un peigne. Il a fait sa toilette, et il souriait, mais pas franchement, non ! Il n’y croyait pas encore, tout cela était trop beau, trop facile.
Aujourd’hui, le Tour est acquis. Plus de huit minutes sur son suivant immédiat, le solide, effacé et gentil Malléjac, près de dix sur Astrua le leader des Italiens, désolé ce soir de n’avoir pas eu la force de répondre à l’attaque de Bobet, c’est plus qu’il n’en faut, semble-t-il pour assurer la défense du maillot jaune jusqu’au Parc des Princes. »
C’est peut-être en raison de tels récits que j’eus envie, en mon âge adulte, de visiter l’Izoard*, cette cathédrale du cyclisme qu’est la mythique Casse déserte à la sortie de laquelle une stèle, avec les effigies de Fausto Coppi et Louison Bobet, immortalise les exploits que réalisèrent ici les deux grands champions disparus prématurément.

Bobet Izoard 3Bobet Izoard 4

Charles Pélissier salue aussi « le plus grand exploit de Louison Bobet » :
« Il est bien difficile, ce soir à Briançon, pour un suiveur français de ne pas éprouver une satisfaction qui, pour n’avoir rien de commun avec du chauvinisme, n’en est pas moins intense.
En effet, que de fois, au soir de cette étape Gap-Briançon, n’avons-nous pas vu s’envoler tous nos espoirs de victoire française ? Depuis des années, sans rancœur, avec une sportivité qu’on nous reconnaîtra je pense, nous avons salué les exploits de nos amis italiens, suisses ou belges. On nous permettra donc aujourd’hui de saluer comme il convient celui de notre coureur numéro un : Louison Bobet.
Par un curieux retour des choses, c’est au moment où chacun pensait qu’il ne gagnerait plus jamais le Tour, où ses plus chauds partisans doutaient de lui dans les courses par étapes, qu’il vient, par une conduite de course qui fut à la fois sage et hardie, de prendre une option très sérieuse sur la victoire finale. J’ai trop souvent moi-même, tout en plaçant Louison au premier plan de nos coureurs, été sceptique sur ses possibilités de rester constamment en forme, pour ne pas dire aujourd’hui : « Chapeau bas ! ».
Á Briançon, Louison est solidement installé en tête. Son estocade est sans équivoque. Elle restera dans les grands exploits du Tour de France. Á moins de l’imprévisible accident, et bien que le Tour 1953 soit encore loin d’être terminé, Bobet devrait parvenir en vainqueur au Parc des Princes.
C’est un événement attendu par le public sportif français depuis 1946.
L’offensive de Bobet a d’ailleurs été très bien préparée. Quatre hommes s’étaient échappés avant le col de Vars. Parmi ceux-ci, un équipier tricolore : Adolphe Deledda.
Les échappés eurent jusqu’à 7 minutes d’avance. Bobet, lui, attaqua dès le bas du col, lâcha tout le monde et rejoignit les quatre leaders dans la descente. Seul, Deledda parvint à rester dans la roue du champion français, ce qui lui permit (là se révèle l’intérêt de l’opération) de faire toute la vallée en sa compagnie, de l’aider dans ce passage toujours propice aux regroupements. Dans l’Izoard, Bobet s’envola et consolida son avance jusqu’à l’arrivée.
Évidemment, les autres, tous les autres, ont souffert de la comparaison. Et pourtant, je me garderai d’oublier deux coureurs qui sont sans doute les futurs grands hommes du Tour : François Mahé et Malléjac.
Rester toute la journée en compagnie d’hommes comme Astrua, Bartali, Geminiani, après les efforts qu’ils ont déjà accomplis dans l’épreuve, voilà qui situe mieux que des mots la classe de ces jeunes gens qui réaliseront de très grandes choses dans les prochains Tours, s’ils continuent à pratiquer leur métier avec sérieux.
Le Hollandais Nolten est, lui aussi, étonnant. Ce garçon, qui s’est mal préparé cet hiver et qui a fait depuis Strasbourg, des efforts presque toujours inconsidérés, a, dans cette étape décisive, livré une chasse solitaire à Bobet. Que serait-ce s’il était plus discipliné ? »
Gaston Bénac, s’il loue la performance de Bobet à sa juste valeur, est néanmoins critique sur la qualité de ses adversaires :
« En quelques coups de pédale, qui lui permirent, lui, l’aigle de l’Izoard, de s’élever au-dessus des oisillons des vallées, Louison Bobet a conquis, et cela avec une aisance remarquable, le maillot jaune, en prenant une option sur le titre de vainqueur du Tour de France 1953.
En vérité, il n’y eut pas de lutte. Un train express luttait contre des omnibus qui s’essoufflaient derrière lui. Cette grande étape alpestre, qui donne à un Tour de France animé une conclusion éloquente, se résuma en un seul exploit, un grand exploit. Derrière, il n’y eut rien ou presque rien.
Ce fut une victoire brutale qui ne permet aucune discussion. Oui, on peut discuter le talent d’un écrivain ou d’un acteur, on ne peut discuter la violence des rayons solaires dont nous fûmes gratifiés hier. L’exploit de Bobet est d’une limpidité d’eau de roche. Un seul homme voulut répondre à son effort, le petit Espagnol Loroño, mais en quelques coups de pédale, Bobet le relégua à son rang, très brillant d’ailleurs. Un seul autre étranger tenta l’impossible, c’est-à-dire revenir sur Bobet, c’est le Hollandais Nolten. Sa vaillance, son assiduité lui valurent une brillante seconde place, récompense de son jeune talent.
Quant aux autres grands rivaux de Bobet, ils parurent, dès la descente de Vars, accepter humblement leur défaite. Et bientôt, ils ne formèrent plus, dans les premiers lacets du col d’Izoard, qu’un troupeau de moutons irrésolus que l’on menait à l’abattoir. Où étaient les grimpeurs Bartali, Schaer, Astrua ? Tous battus, archi-battus dans leur élément : la grande montagne.
« Je n’aurais jamais supposé qu’ils soient si petits ! » eût pu penser Bobet s’il avait voulu être sarcastique. Mais les journalistes italiens acceptaient la défaite avec plus de bonhomie et d’impartialité que leurs compatriotes venus par milliers sur le mont Genèvre.
« Dans ce Tour, sans Coppi, Kubler, Koblet et Robic, il n’y avait qu’un seul homme de classe : Bobet » déclarait M. Ambrosini, directeur de la Gazzetta dello Sport. »
Quant à Astrua, il n’est qu’un coureur de second plan. Vous le constatez bien maintenant. C’est comme Bartali, à 39 ans, il réalise toujours de beaux exploits, mais il ne peut plus être un champion n°1. Le danger italien était moins important qu’on pouvait le supposer. Reste le Suisse Schaer qui s’était montré brillant dans les Pyrénées. Or, lui aussi, rampa après deux heures d’effort pour s’envoler. Et dès lors, il s’incorpora dans le troupeau. Seuls, les Espagnols Loroño et Serra, ainsi que le Hollandais Nolten essayèrent de tirer timidement leur épingle du jeu. Mais ils n’étaient bientôt plus en course, tout au moins en course pour les premières places.
Et l’on se demande aujourd’hui, avant de s’élancer dans la vallée, puis dans la plaine, en prenant enfin la direction du nord, si la race des grimpeurs ne s’est pas éteinte. Quand on voit le rouleur Wagtmans, vainqueur de la première étape des Alpes, chatouiller Schaer jusqu’au bout de la grande étape de l’Izoard et devancer Bartali et Astrua, ce classement par catégories bien rangées ne doit pas être complètement révisé. Louison Bobet est loin d’être le type du grimpeur, ce qui ne l’a pas empêché d’être classé comme tel dans deux des cols les plus sévères d’Europe : Vars et Izoard.
L’homme qui monte le mieux est l’homme en forme. Lorsque ce dernier se confond avec l’homme de classe, la victoire n’est pas éloignée. Bobet vient, une fois de plus, d’en administrer la preuve.
Certains me diront : le Tour n’est pas fini. Bobet peut connaître des défaillances. Il y a encore quatre étapes à courir, et encore et surtout une de 70 kilomètres contre la montre qui pourrait lui faire perdre quelques minutes dont seul pourrait bénéficier Astrua, le meilleur dans cette spécialité.
Sans doute, mais Bobet est admirablement encadré par sept hommes qui lui seront complètement dévoués. Et ensuite, dans sa forme actuelle, il semble à l’abri de la moindre défaillance. Enfin, il est loin d’être médiocre contre la montre. Rappelons-nous sa victoire dans les Nations et aussi dans l’étape accidentée de Paris-Côte d’Azur. La victoire de Bobet, qui fut la conclusion d’excellentes tactiques mûries par Marcel Bidot ne peut être entamée d’ici Paris. Et cela surtout parce que tous ses adversaires ont aujourd’hui des âmes de vaincus, le départ de Bobet au bas de Vars leur ayant complètement coupé les jarrets. »
Jeudi 23 juillet, c’est la sortie des Alpes, direction Lyon la capitale des Gaules. Plus que 87 coureurs qui démarrent les jambes lourdes avec la perspective du col du Lautaret comme petit déjeuner.

Lautaret

La première escarmouche, œuvre du Lyonnais Jean Forestier (tiens tiens), est vite réprimée. Puis c’est au tour de Georges Meunier et Jean Le Guilly qui, plus heureux, parviennent à faire le trou. Ils sont suivis des Espagnols Langarica et Loroño, puis un peu plus loin par Forestier qui ne désarme pas.
Au sommet du col du Lautaret (km 25), Le Guilly passe seul en tête avec 50’’ d’avance sur Loroño, 1’20’’ sur Langarica, 1’25’’ sur Meunier et Forestier, 1’ 55’’ sur le Belge Hilaire Couvreur et 2’44 » » sur le peloton des favoris.
Dans la descente du col, Le Guilly, peu à l’aise, se fait rejoindre et même distancer par un quatuor composé des deux « orange et blanc » du Nord-Est-Centre Forestier et Meunier, et des deux coureurs ibériques Loroño et Langarica.

lac de Chambon

Á Bourg-d’Oisans (km 67), au bas de la descente proprement dite, les quatre hommes possèdent 1’20’’ d’avance sur Le Guilly qui a été rejoint par Couvreur, et 4’30’’ sur le peloton. Ils ne font qu’accroître leur avance qui atteint 13 minutes au contrôle de ravitaillement de Grenoble (km 113).
Jean Forestier passe en tête au sommet de la côte de Moirans comptant pour le Grand Prix de la Montagne (3ème catégorie). Il attaque dans la côte de Saint-Symphorien-d’Ozon située à 15 kilomètres de l’arrivée. Loroño est irrémédiablement lâché, par contre, Langarica revient sur Forestier en ramenant également Meunier.
Le public lyonnais est de plus en plus optimiste et enthousiaste quant à une victoire de l’enfant du pays Jean Forestier, d’autant plus qu’il peut compter à ses côtés sur Meunier, un équipier de la formation du Nord-Est-Centre.

Lyon ForestierLyon Meunier Forestier

Sur la piste mouillée du vélodrome municipal (l’ancien stade Gerland), aucun des trois échappés ne voulant emmener le sprint, on assiste à une incroyable séance de quasi-surplace. Forestier surveille Langarica et Meunier en profite pour partir à fond et gagner avec une longueur d’avance sur Forestier devant un public amer par ce qu’il considère comme un camouflet.
Le « facteur de Vierzon » Georges Meunier est sifflé injustement pour n’avoir pas laissé gagner son coéquipier, le « gone » Jean Forestier. Celui-ci qui soufflera ses 93 bougies au moins de septembre prochain pourrait peut-être témoigner de cette mésentente.
Amand Audaire, un autre « gars du Nord-Est-Centre », remporte le sprint du peloton, 9’59’’ plus tard, mais auparavant, Hilaire Couvreur en « chasse patate » s’adjuge une méritoire cinquième place. Aucune modification notoire au classement général.

1953-07-24

Louison Bobet part bien sûr en jaune le lendemain à l’occasion de l’étape contre la montre entre Lyon et Saint-Étienne, 70 kilomètres sur un parcours truffé de montagnes russes dans les monts du Lyonnais, permettez l’expression.
Celle qu’on a coutume d’appeler épreuve de vérité mérite moins ce qualificatif tant la vérité de ce Tour a été livrée lors de la grande étape alpestre de l’Izoard.
Louison Bobet, meilleur grimpeur dans les Alpes, démontre qu’il est aussi le meilleur rouleur en l’emportant largement, malgré une crevaison, dans la capitale du Cycle, sur la cendrée du stade Geoffroy-Guichard.

Bobet clm

1953 - BUT et CLUB - Le TOUR - 61

Bobet clm Monts Lyonnais

Ses deux suivants au classement général ont été dominés : Malléjac termine 10ème à 4’43’’ et Astrua se classe 7ème à 4’13’’. Le Belge Alex Close, parti 4 minutes avant lui, a même été rejoint par le maillot jaune.
Les principales satisfactions proviennent des coureurs des Pays-Bas : Wim Van Est obtient une belle deuxième place à 1’45’’ de Bobet, et Wout Wagtmans, 4ème à 3’25’’ effectue une belle remontée à la sixième place du classement général, dépassant les trois Tricolores Antonin Rolland, Nello Lauredi et Raphaël Geminiani.

1953-07-25

Il faut relever aussi la belle performance (8ème) du Morbihannais de l’équipe de l’Ouest Joseph Morvan. Celui qu’on appelait familièrement Job Morvan était d’ailleurs un spécialiste du contre la montre : il remporta à six reprises (sur six participations) la belle course Manche-Océan (de Binic ou Paimpol à Auray), 137 kilomètres avec le franchissement du terrible Mûr-de-Bretagne, une épreuve au palmarès duquel figurent notamment de beaux rouleurs comme Albert Bouvet, Gérard Saint et aussi Aldo Moser (le frère aîné de Francesco) qui souffla un Grand Prix des Nations à Roger Rivière.
Morvan, souvent prophète en son pays, gagna ultérieurement une étape du Tour à Saint-Malo ainsi que le Tour de l’Ouest, une belle course à étapes malheureusement disparue. Robert Chapatte en brossa un portrait original en le décrivant comme un « coureur paysan » : « Son souci permanent, c’est de savoir si la grêle n’endommagera pas ses semis, si le blé est bien engrangé ou le sillon bien tracé. » Pittoresque analyse sociologique d’une France essentiellement rurale où le Tour de France constituait un ascenseur social pour beaucoup de coureurs d’extraction modeste !
En première page du quotidien L’Équipe, apparaît un curieux entrefilet avec un appel à la sportivité du public parisien. Pourquoi en serait-il autrement pour accueillir Louison en jaune ?
Samedi 25 juillet, avant-dernière étape entre Saint-Étienne et Montluçon, 210 kilomètres. Dès le départ, l’allure est rapide : Darrigade mène la première attaque dans la côte de La Fouillouse, aussitôt pris en chasse par huit coureurs, Rossello, Isotti, Baroni. Adriaensens, Suykerbuyk, et les Tricolores de service Deledda, Rolland et Lauredi.
Tout rentre dans l’ordre avant la traversée de Montbrison, moment de répit qui permet peut-être aux suiveurs de goûter à la délicieuse fourme locale.

Pont Allier

On assiste surtout à une bataille entre les coureurs du Nord-Est-Centre et des Pays-Bas pour la conquête du challenge international par équipes.
L’échappée décisive se dessine dans la Côte de La Faye (km 177) sous l’impulsion du Lorrain Gilbert Bauvin vite rejoint par le Hollandais Wagtmans, Walkowiak et Renaud.
Dans la traversée de Saint-Eloy-les-Mines (km 182), Bauvin et Wagtmans sèment leurs deux compagnons tandis qu’à l’arrière, se détachent à leur tour Nolten et Molinéris qui ne tardent pas à rejoindre Renaud et l’enfant du pays, le Montluçonnais Roger Walkowiak.

Bauvin et Wagtmans

Sur le quai Rouget de Lisle à Montluçon, Wout Wagtmans, déjà vainqueur à Gap, bat facilement Bauvin au sprint, soufflant ainsi la cinquième place du classement général au maillot vert Fritz Schaer et renforçant la position de la Hollande au challenge par équipes. Le peloton réglé par Fiorenzo Magni arrive à 2’38’’.
Dimanche 26 juillet, c’est la quille, pas de grasse matinée pour autant, les 76 rescapés prennent le départ à 7 heures pour effectuer la dernière étape Montluçon-Paris longue de 328 kilomètres.
C’est une procession triomphale pendant 250 kilomètres où il ne se passe pas grand chose, l’occasion pour les photographes d’effectuer leurs traditionnels clichés de fin de Tour de France. Darrigade sprinte à Orléans pour une prime substantielle devant la statue de Jeanne d’Arc.

Jeanne d'Arc Orléans

MS N° 372 du 27 juillet 1953 16 Bobet et ses dauphins

C’est dans la côte de Dourdan qu’on assiste à la première véritable offensive. Elle est l’œuvre de … l’orgueilleux Louison Bobet en personne : « Bobet sensationnel émergeait, faisait littéralement éclater devant lui l’imposant peloton des motos et des voitures qui précédaient le groupe jusque-là compact, se frayait impétueusement un chemin, se muait en un furieux attaquant alors que le leader est généralement un être discret et prudent au possible. La furia française trouvait là une admirable illustration : l’une de ces belles images d’Épinal dont la collection constitue la légende du Tour. Puis Bartali ripostait, puis Forestier se mettait en devoir de terminer en beauté son premier Tour, puis des Schaer, Wagtmans, Malléjac donnaient, eux aussi, le ton le plus élevé à cette fin de course échevelée. Peut-être les vainqueurs ne furent-ils pas, en définitive, les plus méritants de l’affaire. »

Bobet Dourdan

Louison ne peut cependant résister à la chasse organisée derrière lui, essentiellement par les Italiens.
Dans la côte de Saint-Rémy-les-Chevreuse (km 302), le banlieusard parisien Stanislas Bober tente sa chance. Il est rejoint d’abord par Bernard Gauthier et l’Italien Mario Baroni, puis par sept autres coureurs : deux Italiens Magni et Drei, le Belge Couvreur, le Breton Morvan, le Sud-Est Molinéris, le Nord-Est-Centre Forestier et l’inévitable Hollandais de service Gerrit Voorting.

Versailles

Ça sent l’écurie, les derniers kilomètres sont couverts à une allure folle par le groupe de tête. Sur la piste rose du Parc des Princes comble, Baroni emmène le sprint pour Fiorenzo Magni qui se dégage dans la ligne droite et l’emporte nettement.

Parc Princes Magni

31 secondes plus tard, arrive le peloton au sein duquel figure bien sûr le maillot jaune Louison Bobet qui remporte, à 28 ans, le Tour du Cinquantenaire, le Tour le plus rapide de son histoire (moyenne 34 km.605).
Séquence émotion : « Marseillaise au Parc. Debout au premier rang de la tribune officielle, le torse moulé dans son maillot jaune, le dernier, celui qui restera dans l’histoire, ayant à ses côtés sa femme et sa petite fille, Louison Bobet, immobile, regarde droit devant lui, vaguement, quelque part, et ne doit rien voir, car de grosses larmes perlent sous ses paupières. L’émotion est si forte qu’après les dernières notes de l’hymne national qui vient d’être exécuté en premier pour la première fois à la fin d’un Tour depuis 1947. Bobet a du mal à sourire. Il tend son bouquet comme une parade vers les ovations qui montent. Malgré les amis, la famille, la foule des supporters enthousiastes, le vainqueur du Tour est isolé dans sa victoire. Il réalise. Son bonheur est intérieur. Les gestes dont il a rêvé depuis tant d’années… »

Bobet au Parc

Bobet baiser Parc

MS N° 372 du 27 juillet 1953 01 Louison Bobet et sa fille Maryse

Un peu plus tard, Maurice Garin, vainqueur du premier Tour de France en 1903 effectue aussi un tour d’honneur.
Le méritant Jean Malléjac et l’effacé Giancarlo Astrua complètent le podium. Le combatif Suisse Fritz Schaer remporte le premier Maillot Vert du classement par points de l’histoire du Tour. L’Espagnol Jesus Loroño gagne le Trophée de la Montagne. Le Challenge International par équipes revient à l’épatante équipe de Hollande, très offensive.

classements

C’est le temps désormais de dresser des bilans. Le quotidien L’Équipe n’est pas avare de dithyrambes à sa une : « Bobet vainqueur éblouissant ». Le journal organisateur se doit évidemment de susciter la curiosité de ses lecteurs, peut-être aussi de flatter leur fibre patriotique.

1953-07-27 31953 - BUT et CLUB - Le TOUR - 00-1

Dans son éditorial journalier, Jacques Goddet, le directeur du Tour et de L’Équipe, exhorte ses lecteurs : « LE TOUR qu’il faut aimer ! ». Certains douteraient-ils de la qualité de l’épreuve cuvée 1953 ?
Claude Tillet, dans le numéro spécial d’après-Tour du Miroir des Sports, s’en fait le défenseur : « 1948 Bartali… 1949 Coppi… 1950 Kubler…1951 Koblet … 1952 Coppi à nouveau. On avait bien le droit de se demander après avoir alignés, il y a un an, cette impressionnante liste de victoires étrangères dans le Tour de France, ce que l’avenir réservait aux routiers nationaux ! À vrai dire, l’examen de la question se révélait décevant au possible. Très riche en bons coureurs, nous ne possédions qu’un seul homme de classe internationale : Louison Bobet. Or, ce même Louison avait dû renoncer au Tour et on se demandait si son état de santé, si l’extrême sensibilité de son système nerveux, lui permettrait un jour de prendre le départ de la grande épreuve avec quelques chances de succès.
De plus, on ne pouvait se dissimuler que, par rapport aux champions précités, il se révélait légèrement inférieur … Pourquoi ne pas dire les choses telles qu’elles sont ? Bobet grimpait moins bien que le Bartali de 1948, avait été dominé par le Kubler de 1950, roulait et grimpait moins fort que les Coppi et Koblet de 1949, 1951 et 1952. En revanche il possédait indiscutablement ce feu intérieur, ce cran, ce ressort qui caractérisent les purs champions. Sur ce plan, au moins il était l’égal de Gino, Fausto, Ferdi et Hugo. Mais parviendrait-il à se surpasser au point de gagner le Tour ? À franchement parler, nous étions plus sceptiques que jamais au départ de Strasbourg. D’abord parce que la personnalité de Koblet semblait dominer le lot, ensuite parce que notre compatriote était dans une condition physique rien moins que douteuse, les bruits les plus alarmants s’étaient succédé à son sujet, et l’on se demandait même si sa participation n’allait pas constituer une sorte de handicap pour l’équipe de Marcel Bidot !
Et voici que Bobet gagne le Tour de France 1953, le Tour du « Cinquantenaire », interrompant par la même occasion une impressionnante série de succès suisses et italiens ! C’est là une sorte de miracle, mais un miracle dont tout le mérite rejaillit sur le vainqueur. On nous dira évidemment : « Petite victoire …Coppi s’était abstenu, Kubler avait renoncé, Bartali est un vieillard, Koblet et Robic ont dû abandonner sur chutes ! »
Que répondre à cela ? Mais, tout simplement que si l’on étudie les raisons profondes des faits cités, on se rend compte que chacun des intéressés s’est trouvé dans un cas analogue à celui d’un Bobet obligé de s’abstenir en 1952 ou de capituler en 1951… Ses adversaires profitèrent souvent des défaillances de Louison. Cette fois c’est Louison qui a exploité les faiblesses morales ou physiques des autres. Selon l’expression populaire : « Le coup est régulier ».
Pourquoi Ferdi n’est-il pas parti ? Sans doute parce qu’il craignait Koblet. Pourquoi Coppi est-il resté sur la touche ? Parce qu’il redoutait l’intelligence de Bartali, à base de machiavélisme et comédie. Pourquoi Koblet et Robic ont-ils abandonné ? Ici, nous touchons un point extrêmement délicat. Il est toujours trop facile d’accabler les vaincus, et nous ne voudrions pas charger ici ceux qui s’écroulèrent -au propre comme au figuré- dans la période même où ils avaient atteint le sommet de la course.
Il convient de répéter que lorsque Koblet tomba dans la descente faisant suite au col de Soulor, il offrait l’image d’un homme absolument épuisé, n’ayant plus le contrôle de sa direction. On peut donc admettre que le bel Hugo était allé au-delà de ses forces du moment en voulant s’imposer à ses adversaires dans les cols pyrénéens. Il est un vaincu davantage qu’une victime … En ce qui concerne Robic, le cas est moins flagrant, mais il s’apparente de près à celui de Koblet. Sur Albi-Béziers, Robic était distancé, perdait sans cesse du terrain, et réagissait mal, non seulement sur le plat mais encore sur les rampes cévenoles qui auraient dû, logiquement, lui être favorables et lui permettre une contre-attaque victorieuse. Pis, dans une descente qui n’avait rien d’acrobatique, il touchait une roue, tombait, demeurait groggy et ne repartait que longtemps après, arrivant finalement à Béziers avec 38 minutes de retard sur les vainqueurs Lauredi, Geminiani, Bobet et Rolland. Il est hors de doute que, tout comme en ce qui concerne Koblet, la chute n’avait été qu’une manifestation de la dépression physique subie par le Breton de Paris. Là encore, il ne serait pas équitable de faire de Bobet un simple profiteur …
Après avoir disséqué les raisons pour lesquelles Bobet doit être considéré comme un grand vainqueur, attachons-nous à démontrer -et ce ne sera pas difficile- que ce Tour fut un grand Tour de France. Nous l’avions baptisé, avant le départ, le « Tour de l’équilibre ». Effectivement, il fut parfaitement équilibré du début à la fin, et tout concourt à ce résultat.
1° Le parcours était parfaitement choisi : excellent tronçonnement de la chaîne pyrénéenne, très bonne arrivée « en haut » (mais pas trop haut !) à Cauterets, expérience heureuse en ce qui concerne le remplacement du trop monumental Ventoux par les étapes cévenoles Albi-Béziers et Béziers-Nîmes, qui ne comptèrent pas pour peu, il s’en faut ; étape contre la montre unique et bien suffisante, retour à Paris très rapide…
2° l’intérêt de l’épreuve fut soutenu d’un bout à l’autre. On avait commencé par la double attaque fulgurante de Schaer et Wagtmans. Il n’y eut pas une seule journée véritablement morne en dépit d’un temps parfois bien quelconque ; et l’intérêt, fait d’incertitude se maintint pour le moins jusqu’à Saint-Etienne, à quarante-huit heures de Paris.
Comment à ce propos, ne pas citer des chiffres éloquents ? Au soir de la dix-septième étape, l’écart entre le premier et le dixième du classement général était de 26 minutes en 1951, de 52 minutes en 1952 … et de moins de 10 minutes en 1953 ! Seuls, depuis la guerre, les Tours de 1947 et de 1950 nous avaient laissés aussi longtemps et aussi tardivement dans l’ignorance – toujours passionnante- du résultat final.
3° La moyenne horaire est, de très loin, la plus élevée que l’on ait jamais enregistrée. Certes, cela pourrait ne pas signifier obligatoirement que ce Tour fut très bon, mais joints aux autres facteurs de succès sportif que nous venons d’énumérer, cela confirme d’éclatante manière qu’en dépit de l’absence de Coppi, le Tour 1953 fut d’une qualité très supérieure à celle de beaucoup d’autres. Á propos de Coppi, et sans vouloir minimiser en quoi que ce fût une performance qui, en son temps, fut considérée comme peu banale, il n’est pas mauvais d’indiquer que, sur Gap-Briançon, le temps réalisé en 1951 par le campionissimo vainqueur solitaire de l’étape-reine, fut battu d’environ vingt-trois minutes par Bobet, cette année. Bien entendu, les circonstances de la course et l’orientation du vent influent considérablement dans un sens ou dans l’autre, sur le résultat chronométrique, mais il n’est pas mauvais d’inscrire cette précision à l’actif du Tour 1953 et de son beau vainqueur ! »
Poursuivant son bilan, Claude Tillet passe ensuite en revue les grands acteurs du « drame » :
« Le maillot vert fut incontestablement l’une des attractions de l’épreuve… On ne pouvait souhaiter plus belle récompense pour le Suisse Fritz Schaer qui fit merveille avant l’effondrement de Koblet et sauva l’honneur, ensuite, ne disparaissant jamais de la scène, jouant constamment un rôle important, demeurant presque jusqu’au bout un possible vainqueur absolu. Nerveux, adroit, volontaire, rapide, Schaer s’est montré sous son véritable jour. Nous sommes pleins d’estime pour lui.
Nous parlerons de l’Alsacien Roger Hassenforder qui s’empara du maillot jaune à Caen, ne le lâcha qu’aux portes de Pau, après avoir été victime d’une sérieuse indisposition physique. « Hassen » s’est taillé une telle popularité que sa disparition dans la première étape pyrénéenne n’aura pas constitué pour lui, dans l’esprit de la foule, une condamnation. On aime les coureurs à panache et on se montre indulgent lorsqu’une fantaisie naturelle les emmène un peu trop loin.
Nous parlerons sans plus attendre de Malléjac qui ne fut pas un leader de circonstance mais bien un leader susceptible de l’emporter. Son résultat contre la montre confirme pleinement notre point de vue. Malléjac, très bon coureur régional, vécut longtemps dans l’ombre de Bobet. Son enrôlement dans une autre équipe de marque, puis sa sélection dans le Tour au titre de l’équipe de l’Ouest lui donnèrent l’occasion de mettre en valeur sa personnalité. Il devrait à présent courir les « classiques » avec la confiance énorme que peut donner un tel résultat. N’oublions pas, puisque nous avons recherché la justification de son rang inattendu, qu’il se défendit magnifiquement sur Gap-Briançon, se comportant en grand routier et non en homme résigné à l’échec.

Malléjac Hassen Parc

Allons-y maintenant de notre couplet de la déception ! Il aura Astrua pour sujet. Nous n’hésiterons pas un instant à dire que l’Italien fut très inférieur au Suisse Schaer et que celui-ci eût amplement mérité la troisième place du classement général qui échoit à Giancarlo.

Astrua

Nous avons retrouvé, du côté belge, un Close aussi discret, aussi effacé qu’un Ockers … mais, hélas ! un peu moins valeureux. Le problème belge est donc à reconsidérer en son entier.
Que penser -Bobet étant mis à part- des Français « nationaux » ? Nous avons retrouvé un remarquable Antonin Rolland (toujours en vie, il fêtera ses 99 ans en septembre prochain ndlr), un Lauredi plutôt terne dans l’ensemble, un Geminiani toujours égal à lui-même, toujours énergique en diable, mais manquant de facilité qui permet les performances sortant de l’ordinaire.
Il est apparu que Le Guilly était un peu léger pour appartenir à la grande équipe. En tout état de cause, le gosse grimpa moins bien qu’en 1952. Il sera probablement plus à l’aise l’an prochain dans une formation régionale. Enfin, il faut tresser des lauriers à Deledda qui fut l’homme de la situation du bas de la descente de Vars jusqu’au pied de l’Izoard.
Si l’on cherche ensuite à désigner la meilleure équipe étrangère, il n’y a pas à aller bien loin. Dans le domaine de la cohésion et de l’efficience, comme dans celui de la combativité, les Hollandais s’avérèrent du début à la fin les plus solides et les plus ardents.
Du côté des Italiens, et le cas d’Astrua étant traité, peu de choses à dire puisque Magni ne fit pas le meilleur de ses Tours, puisque Bartali est un grand champion maintenant usé qui, raisonnablement, devrait abandonner sa place à l’impressionnable Coppi. Alfredo Binda ne disposait pas, cette fois, des cartes maîtresses et son intelligence de la course ne put suppléer l’insuffisance des hommes.
Les Espagnols souffrirent de l’absence d’un Ruiz : Loroño ne se distingua qu’en montagne et Langarica se montra le seul routier complet de la formation dirigée par Mariano Canardo.
Nicolas Frantz n’eut pas davantage de chance avec ses Luxembourgeois et le bon classement d’un Ernzer ne saurait nous faire oublier la carence à peu près totale des autres coureurs du Grand-Duché. »
Il est vrai que le jeune Charly Gaul a abandonné presque dans l’anonymat lors de la sixième étape. C’est la preuve que tous ces jugements et avis péremptoires ci-dessus seront possiblement remis en question dans les années à venir.
Gaston Bénac tire aussi son propre bilan favorable à Bobet : « Nous avons terminé le Tour satisfaits, et satisfaits doublement. Tout d’abord, l’intérêt, même lorsque les seconds plans tinrent le haut de la scène, ne faiblit pas, et lorsque les as attaquèrent, un peu à retardement, nous vîmes le meilleur s’envoler, laissant ses adversaires étrangers sur place.
Décapité au début par l’absence de Coppi et de Kubler, puis par l’accident de Koblet, le Tour semblait se complaire dans les futilités quotidiennes, avec quelques bons prétendants sans panache, lorsque éclata l’homme de classe, le seul survivant du grand quatuor.
Mais Louison Bobet, parti sans très grande conviction, pas très affûté, trouvait peu à peu, bien préservé par une excellente équipe de France, et la forme et le moral.
Si l’Italie a Coppi, la Suisse Koblet et Kubler, la Hollande Van Est, la France met en ligne un super-champion aussi complet que les premiers avec Louison Bobet, auquel il ne manquait au palmarès que le Tour et le championnat du monde. » Il faudra attendre l’année suivante, sur le circuit de Solingen, pour le maillot arc-en-ciel.

Bobet portrait

Cet été 53, je n’avais que six ans… et demi, et plus peut-être qu’à Bobet, je m’intéressais à un jeune cycliste, proche du domicile familial, qui écumait les courses régionales. Le 23 août, un mois après le sacre en jaune de Bobet, il survolait la finale contre la montre du « Maillot des As » organisé par le quotidien régional Paris-Normandie. Il réalisait à cette occasion un véritable exploit en parcourant les 122 kilomètres à plus de 42 kilomètres/heure de moyenne, et reléguant son second Claude Le Ber à plus de 9 minutes. Le journal L’Équipe nota : « Sur sa performance, Jacques Anquetil, c’est donc son nom, aurait très certainement battu les plus grandes vedettes internationales ».

Maillot des As Anquetil

Le chatouilleux Louison Bobet a du mal à croire à la moyenne énoncée, avançant l’hypothèse d’une erreur commise dans le kilométrage du parcours.
Un qui ne doute pas, c’est Francis Pélissier, directeur sportif de l’équipe La Perle, qui, illico, fait signer son premier contrat professionnel à Anquetil, déclarant avec aplomb et une certaine forfanterie : « Je vais faire gagner le Grand Prix des Nations à un gamin. Gagner une course avec Louison Bobet ou Emile Idée, c’est enfantin. Mais lancer Tartempion et battre tout le monde, ça c’est du sport. »
En septembre 1953, Tartempion Anquetil survole le Grand Prix des Nations, prestigieuse épreuve contre la montre sur un parcours de 142 kilomètres avec les côtes de la vallée de Chevreuse, et titille à quelques secondes près le record du « pédaleur de charme » Hugo Koblet.
Á l’arrivée au Parc des Princes, Bobet est présent. Vêtu d’un beau maillot jaune en soie, il a participé à une réunion d’attente sur piste. Il s’approche du vainqueur et, beau joueur, prend acte de l’exploit réalisé : « « J’étais sceptique sur ta moyenne du Maillot des As. Maintenant, je suis convaincu ! » Et il pousse la gentillesse jusqu’à ouvrir sa Thermos pour lui servir un gobelet de thé chaud, sous l’œil amusé des photographes qui fixent, à cet instant, le premier cliché réunissant le numéro un du cyclisme français et « ce gosse normand, au visage angélique et à l’allure féline », un gosse dont Bobet pressent qu’il deviendra bientôt son rival. »
La suite, mes plus fidèles lecteurs la connaissent : c’est ainsi que naquit une indéfectible passion pour Jacques Anquetil**, « l’idole de ma jeunesse ». Jolie coïncidence, tandis que j’écris ces lignes, je reçois par courrier, en remerciement de ma collaboration, une carte souvenir éditée par le Club Philatélique de Rouen et sa région à l’occasion d’une Fête du Timbre organisée à Quincampoix, village où repose « mon » champion.

timbre Anquetil

Quant à Louison Bobet, il est bien possible que je vous en reparle … dans un an, lors de mon évocation du Tour de France 1954 !

* http://encreviolette.unblog.fr/2009/07/09/le-col-de-lizoard-col-mythique-des-alpes/
** http://encreviolette.unblog.fr/2009/04/15/jacques-anquetil-lidole-de-ma-jeunesse/
http://encreviolette.unblog.fr/2009/08/22/jacques-anquetil-lidole-de-ma-jeunesse-suite/
Pour cette évocation du Tour de France 1953, j’ai puisé dans les magazines de ma collection, Miroir-Sprint et Miroir des Sports But&Club. Pour combler certains manques, j’ai fait appel à mon ami Jean-Pierre Le Port que je remercie vivement.

Publié dans:Cyclisme |on 23 juillet, 2023 |Pas de commentaires »

Ici la route du Tour de France 1953 (2)

Pour revivre les premières étapes très animées de ce Tour de France 1953 :
http://encreviolette.unblog.fr/2023/06/27/ici-la-route-du-tour-de-france-1953-1/

100 coureurs prennent le départ de la dixième étape Pau-Cauterets (103 kilomètres) qui constitue aussi la première étape de montagne avec l’ascension du col d’Aubisque et son marche-pied, le Soulor, versant Ouest, puis la montée vers la station thermale de Cauterets qui accueille le Tour pour la première fois. La météo s’est améliorée dans la nuit, dissipant les craintes à ce sujet.

avant Aubisque

« La portée de la bataille pyrénéenne se situe à la sortie des Eaux-Bonnes, au pied de l’Aubisque, où Koblet attaquait violemment, se détachant irrésistiblement et provoquant la dislocation du peloton. Pourtant sa tâche n’était pas aisée : derrière lui, le jeune Buchaille ripostait furieusement, emmenant Schaer, Astrua, Impanis, Bobet, Geminiani, Close, Van Genechten, tandis que Bauvin se mettait plus lentement en action. Koblet débordait les trois hommes qui s’étaient sauvés dès les premiers kilomètres, l’Italien Drei, Darrigade et son coéquipier Huber, mais il ne regagnait pas de terrain sur l’Espagnol Loroño dont l’échappée, à l’entrée d’Eaux-Bonnes, n’avait pas suscité de réaction en raison de la très mauvaise position occupée par le fuyard au classement général.

Dans AubisqueFavoris dans AubisqueAubisque à jugéLoronoLorono seul

Loroño poursuivait donc sa course sans être inquiété, tandis que derrière lui, Koblet n’accentuait que difficilement son avantage sur les poursuivants. Au sommet du col, où il passait 5’30’’ après Loroño, il possédait tout juste 15 secondes sur Astrua, Van Genechten et le Belge Desmet admirablement revenu, 20 secondes sur Bobet, Bauvin et Schaer, 45 secondes sur Robic. En un mot, son initiative ne se transformait pas en envolée.
Dans la descente préludant à la petite remontée vers le col de Soulor, il nous rappelait le grand Koblet. Mais dès l’attaque du Soulor, il faiblissait et l’on voyait revenir vers lui Schaer, Bauvin, Huber, Astrua, Bobet et Van Genechten, lesquels le « sautaient » littéralement à 50 mètres du point culminant. Dès lors, la belle mécanique était cassée : Hugo tombait une première fois, sans se faire de mal, puis une seconde fois…
Je lis dans le Miroir des Sports :
« À près de 80 kilomètres à l’heure, Koblet descendait le col comme un fou. Son maillot rouge flamboyait dans le soleil. Le champion helvétique prenait des risques énormes. Il virait court sur la route empierrée où son coéquipier Huber avait renoncé à le suivre. Et, soudain, ce fut la chute : un extraordinaire saut périlleux. Hugo alla s’affaler dans les bruyères tout près d’un petit pont et resta là, sans vie, semblait-il. Le directeur-adjoint du Tour Félix Lévitan, André Leducq et Huber l’équipier de Koblet qui suivait son chef, se précipitèrent et relevèrent le grand favori du Tour. Mais tout de suite, il fut clair que Koblet ne repartirait pas. Il ne geignait même pas. Non, il était complètement hébété et portait des blessures à la tête et au bras. Il respirait faiblement : le choc avait été d’une rare violence. Koblet d’abord allongé sur le bord de la route fut ensuite transporté en civière jusqu’à l’ambulance. Le docteur diagnostiqua, en plus des multiples plaies, plusieurs fractures des côtes.
Peu de temps avant de s’effondrer à bout de forces, zigzaguant sur la route, Hugo Koblet avait pourtant lancé une attaque de grand style. Il avait tenté de forcer la chance et pendant un moment on avait retrouvé le grand champion ailé. L’œil clair, il avait déclenché, dressé sur ses pédales, une offensive foudroyante, lâchant Bauvin, Astrua, Schaer le maillot jaune, Bobet, Van Geneugden. Mais Koblet avait trop présumé de ses moyens et brusquement la mécanique craqua. Il n’était plus le pédaleur de charme, mais rien qu’un athlète épuisé qui force quand même coûte que coûte, et qui ne voit plus les dangers de la route. Alors, ce fut la chute. »

MS N° 370 b du 15 juillet 1953 03 Chute de Kobletchute Koblet 2

Voici un autre témoignage, de première main celui-là, celui de Félix Lévitan qui a été témoin de la chute : « Vous voulez savoir comment ça s’est passé ? Après Soulor, dans la descente sur Arrens. Koblet avait monté l’Aubisque à l’arraché. Il s’était, comme on dit vulgairement, sorti les tripes. Vidé, sans force, passé par des rivaux qu’il avait vainement tenté de distancer, il s’était aventuré comme un fou dans la dégringolade du col. Était-il lucide ? Ses muscles, en tout cas, n’obéissaient plus à son cerveau, même par automatisme. De cela, je suis certain. Je peux dire, en effet : j’y étais. Je m’étais attaché à ses basques. Je ne l’eusse pas quitté pour un empire. Je n’y mets aucune vanité : je constate. Hugo était le centre de la course. C’était l’homme à suivre … et je l’ai relevé dans le fond du fossé profond où il avait filé tout droit à l’angle d’un virage aigu. Quelle scène ! un parapet de pont, étroit comme une margelle de puits, des buissons sur la gauche, une ouverture de cinquante centimètres entre les arbrisseaux et le petit mur de pierre. C’est là où il est passé … Un miracle ! »

Koblet chambre

Dans sa chambre, le soir à l’hôtel, le Suisse, la tête recouverte d’un épais bandage, se confiait en présence d’un journaliste du quotidien Le Monde : « Je ne comprends pas, ce qui m’est arrivé. Au pied du col, j’étais remarquablement bien quand j’ai attaqué. Puis brutalement, à 3 kilomètres du sommet, cela n’a plus été du tout. »
– Qu’ont dit les médecins ?
– Oh ! les docteurs », s’écrie Hugo Koblet en faisant un geste vague.
À Cauterets, on a beaucoup parlé de médecine dans tous les cafés où se tenaient les suiveurs. Un ancien champion, vainqueur du Tour, disait : « Quand un homme atteint une supériorité éclatante et surnaturelle, ce n’est pas, croyez-moi, grâce à de l’eau gazeuse… Moi je préférais les produits de mon époque ; ils étaient moins puissants, peut-être, mais moins dangereux aussi. »
À l’arrivée, Gino Bartali s’était aussi fendu de son commentaire : « À Eaux-Bonnes, il est parti comme une fusée. À cette allure, il ne pouvait pas aller bien loin. Ce garçon est suicidaire. » Le spectre du doping était évoqué à bas mots.

Chute Koblet Pellos

Mais revenons sur la course : dans la même descente du Soulor, peu avant la culbute de Koblet, on apprit que le Nord-Est-Centre Guy Buchaille, qui avait si bien grimpé, avait fait une dramatique chute dans le même précipice où s’était grièvement blessé le Hollandais Wim Van Est deux ans auparavant.
Félix Lévitan encore : « Je vais vous parler de Guy Buchaille, un gamin –vingt ans- et qu’on a fêté, il y a un moment, dans le hall de l’hôtel d’Angleterre où je l’ai fait ramener de Lourdes dans ma voiture, comme un miraculé.
C’en est un… Il était sorti de l’ombre dans les premières pentes de l’Aubisque. À une quarantaine de secondes de Koblet, il s’était rué à l’avant et il animait la poursuite que les Schaer, Bobet, Astrua, Robic, hésitaient à conduire par excès de prudence. Vingt ans, de l’ambition et de la qualité. Alors Guy Buchaille s’est battu. Il a été merveilleux. C’est à bout de forces, pourtant, tout comme Hugo, qu’il a atteint le faite de l’Aubisque. Il a été imprudent. Un précipice s’est ouvert devant lui, il y a chu, tête la première, et son vélo a continué à bondir de roche en roche, jusqu’au fond du trou, à trois cents mètres environ (pour bien connaître l’endroit, une centaine de mètres serait plus raisonnable ! ndlr). Buchaille a atterri sans blessures sur un lit de mousse et de fougères… Là encore, le reste n’est que littérature. »

BuchailleChute Buchaille 2

Il faut en parler quand même : La fin de l’étape, c’est-à-dire l’ascension de Cauterets, était marquée par le retour ardent d’un Robic très sûr de soi qui devait s’adjuger au sprint la deuxième place de l’étape, la première étant prise depuis 5’ 54’’ par Loroño dont les autres événements minimisaient quelque peu la si belle performance. « Biquet » bénéficiait de 30 secondes de bonification et se rapprochait ainsi du leader Schaer.
Ainsi, la plus facile et la plus courte des deux étapes pyrénéennes -100 kilomètres et un seul col- prenait une importance capitale. »

1953-07-14

Jesus Loroño a renoué avec la tradition des grands grimpeurs espagnols, notamment Vicente Trueba, la « puce de Torrelavega » qui avait remporté le premier Grand Prix de la Montagne du Tour en 1933.
Le Suisse Schaer, orphelin désormais de son leader Hugo Koblet, a, mine de rien, consolidé son maillot jaune. Robic le rejoint au classement par points, il portera donc le maillot vert demain.
L’ancien maillot jaune Roger Hassenforder, arrivé hors des délais, est éliminé.
Le Tour devient plus ouvert que jamais.
Le sage journaliste René de Latour nous rappelle le vieux dicton : il ne faut jamais vendre la peau de l’ours (des Pyrénées, il y en avait encore à cette époque, et pas des Slovènes ! ndlr)) avant de l’avoir tuée :
« Il faut posséder une vieille expérience du Tour de France pour conserver lucidité et objectivité, pour ne pas mettre le doigt dans l’engrenage de l’enthousiasme et de la confiance aveugle en un homme, surtout lorsque ce dernier est remarquablement doué comme Hugo Koblet. Il a suffi d’un précédent, un seul, ayant déchaîné l’admiration (probablement sa chevauchée dans l’étape Brive-Agen* lors du Tour 1951 qu’il remporta, ndlr), pour que, sans plus réfléchir, la foule se soit emparée d’une idole et n’ait pu concevoir la possibilité de sa défaite. Nous nous souvenons qu’il y a seulement deux semaines, et même moins, quiconque aurait envisagé que Hugo Koblet puisse connaître la défaillance aurait été immanquablement taxé d’incompétence ou de parti pris.
Aucun doute n’était permis. Fausto Coppi absent, les jeux étaient faits, le Tour 1953 devenait le Tour Koblet.
Les défenseurs du bel Hugo ne manqueront pas de prétendre que, seule, une chute brisa les ailes de celui qui ne pouvait pas, ne devait pas être battu. Même par les forces réunies de tous ceux qui, de bonne guerre, s’acharnaient à sa perte.
Voilà qui ne sera pas l’avis des témoins les plus directs de ce que l’on peut appeler, en toute objectivité, la plus belle défaillance du Tour 1953. Sa chute ne fut qu’une suite presque logique de l’état de faiblesse extrême dans lequel Koblet se trouva subitement plongé une fois le col de Soulor atteint. Tombé ou pas, l’homme était bel et bien battu. Provisoirement, peut-être, mais si nettement… La magnifique machine à pédaler avait connu la panne. Dans la mécanique, jusque-là si bien réglée, un ressort venait de se rompre. Koblet, baigné depuis plusieurs semaines dans la confiance la plus aveugle, renforcée par le concert d’éloges qui l’entourait, tombe de bien plus haut que les quelques mètres au bas desquels on le recueillit inerte ; Il tombe de toute la hauteur du gigantesque piédestal où l’avait installé la ferveur populaire … »
Mardi 14 juillet, c’est la deuxième étape dans les Pyrénées, de Cauterets à Luchon : courte encore (115 kilomètres) mais difficultueuse avec le classique triptyque, cols du Tourmalet, Aspin et Peyresourde. Peut-on espérer la victoire d’un Français en ce jour de fête nationale ?

avant Tourmalet

« L’homme du matin » est le Luxembourgeois Goldschmidt qui démarre comme un fou dès le départ pour attaquer les premiers contreforts du Tourmalet avec une certaine avance. Mais dès que la pente commence à s’élever sérieusement, le poulain de Nicolas Frantz est rejoint par Mirando, le maillot jaune Fritz Schaer et le vainqueur de la veille Jesus Loroño. La riposte vient immédiatement d’un groupe de favoris composé notamment de Robic, Le Guilly, Bauvin, Bobet, de l’Italien Astrua, du Belge Van Genechten.

MS N° 370 b du 15 juillet 1953 16 Robic Le Guily & Bobet dans la TourmaletRobic But ClubRobic et Le Guilly TourmaletRobic Le Guilly Tourmalet

Bientôt, « Biquet » Robic se retrouve seul en tête en compagnie du Breton de l’équipe de France Le Guilly. Les deux hommes passent au sommet du Tourmalet (km40) avec 1’36’’ d’avance sur Gilbert Bauvin (3ème du général), 1’44’’ sur Schaer tandis que le groupe Bobet-Bartali pointe à 3’45’’.
Bien que victime de deux chutes dans la descente, Robic maintient son avance sur le maillot jaune qui a distancé Bauvin, alors que Le Guilly, victime également d’une cabriole, rétrograde.
Robic poursuit son cavalier seul dans le col d’Aspin qu’il franchit (km 62) avec 1’48’’ d’avance sur Schaer, 4’33’’ sur Bauvin, Bobet, Loroño, Lauredi et Huber, Gino Bartali pointant à 7’50’’. La descente sur Arreau modifie peu les positions.

Robic dans AspinRobic Aspin MIroir-SprintRobic Peyresourde

Dans le col de Peyresourde, le maillot jaune de Schaer, victime d’une grosse défaillance, s’effiloche. Robic passe au sommet avec un avantage de 2’20’’ sur Bobet et Bauvin, 5’40’’ sur les deux Suisses Schaer et Huber, 5’55’’ sur Lauredi, 7’ sur Bartali.
Dans la descente vers Luchon, Robic perd un peu de temps sur Bobet et Bauvin, mais en conserve suffisamment sur Schaer et, avec le bénéfice de la minute de bonification, s’empare du maillot jaune qu’il portera ainsi pour la première fois le lendemain, car lors de son succès dans le Tour 1947, il avait construit sa victoire lors de la dernière étape. Il cumule avec le maillot vert et le Grand Prix de la Montagne.

Robic des grands joursRobic boit Perrier à LuchonVersion 2

1953-07-15

Bobet Peyresourde Robic

Le soir, à l’hôtel, Félix Lévitan s’empresse de raconter l’étape dans sa correspondance virtuelle avec Henri Desgrange (en réalité, il s’agit d’un procédé littéraire car l’article appartient au « roman du Tour » publié dans le numéro spécial d’après-Tour du Miroir des Sports) : « La nuit est tombée sur Luchon, emplie d’un monde grouillant et enthousiaste. Il y a un instant encore, j’étais dans la chambre de Jean Robic, un petit bout d’homme qui, dans l’après-midi, a fait hurler de joie les foules du Tourmalet, d’Aspin et de Peyresourde.
Quels cris, quelles clameurs !… J’en ai encore les oreilles bourdonnantes. C’était du délire. Et l’autre était là, minuscule sur sa machine, sa grosse tête à demi-chauve penchée sur le côté, grimpant bien en selle, sans un heurt, sans une faiblesse … Mais quel visage, mon Dieu. Quel visage ! Pas une goutte de sang dans ses joues livides, des yeux fixes, fiévreux, des rides profondes, partout… Et cette image de la douleur, c’était aussi celle de la victoire…
-Fatigué, Jean ?
Il a paru étonné de ma question. Baigné, massé, sa lassitude s’était envolée.
-Non, pas précisément. Pourtant, je le reconnais, ça n’a pas été facile. Il a du sang, ce Schaer ! Mais j’en voulais. C’était lui ou moi. Il fallait que l’un de nous craque. Je savais que ce serait lui…
Eh bien, oui, ça a été Schaer et, contre toute attente, à l’instant où il paraissait de taille à rattraper enfin l’insaisissable Biquet –c’est le surnom de Robic- échappé à sa surveillance depuis le Tourmalet. Une défaillance surprenante, comme j’en ai tant vu dans ma vie. Un long filet de bave lui coulait de la bouche. Il ruisselait de sueur, il étouffait… C’était affreux… Finalement, il a laissé son maillot jaune à Robic pour une poignée de secondes. Une misère, dix-huit secondes seulement !
-C’est inouï ce que vous me racontez là : dix-huit secondes ; à peine un peu plus qu’un k.o.
Oui, Patron. Mais quel k.o ! C’est étrange, d’ailleurs, ce rapprochement avec un combat de boxe, car il m’est venu à l’esprit dans Peyresourde. J’ai imaginé Schaer touché à la pointe du menton, je l’ai vu tituber, se tenir aux cordes, tomber, se relever, se battre encore, être à nouveau saoulé de coups, tanguer d’un coin à l’autre, s’accrocher, esquisser un dernier geste de défense, et puis se laisser aller sur les genoux, avant le coup de grâce.
-Vous en avez eu pitié, naturellement ?
-Naturellement !
-Et la foule, elle, s’en est réjouie ?
-Naturellement !
-L’âme d’une foule, mon petit, m’a toujours effrayé. Durant ma vie entière, j’ai eu peur des foules, de ses élans, de ses réactions, de ses colères. Je devine des milliers de personnes difficilement contenues sur le bord de la route. Je les devine hurlant : « Robic ! Robic ! »
– Oui, Patron, et ce nom résonnait sur les parois de la montagne, trouait la brume qui nous environnait, se répercutait en écho dans la profondeur des vallées…
-Avec le recul de la réflexion, là, soyez franc, n’était-ce pas excessif ?
-Non ! Tout concourait à ce débordement d’enthousiasme. À cette délivrance, oserais-je dire. Il faut se mettre dans la peau du spectateur français. Depuis des années, il espère en vain la victoire d’un compatriote. Depuis 1947 –et c’était précisément Robic- il n’en a pas vu gagner un. Tour à tour, les Italiens et les Suisses se sont partagés les succès. Régulièrement ses espoirs ont été ruinés. Cette fois encore, en raison de la présence de Koblet, il n’a pas caressé l’espoir d’un triomphe français et, coup sur coup, en moins de vingt-quatre heures, voilà Hugo hors de combat et Robic déchaîné… N’est-ce pas une délivrance ?
À Luchon, les vitres des allées d’Étigny ont tremblé quand Robic a surgi de la montagne, terriblement las, mais premier.
Un peu plus d’une minute après survenaient Bobet et Bauvin. Il était temps… Quant à Schaer, il n’apparut que plusieurs minutes plus tard, galérien traînant son boulet dans un dernier sursaut d’énergie. En cent kilomètres, en trois cols, tout était bouleversé, remis en place. C’est l’apanage de la montagne d’étalonner les valeurs. Le Tourmalet n’a pas failli à a tâche, ni Aspin, ni Peyresourde qui pour n’être que des petits cols comparés au précédent, n’en ont pas moins prolongé son action et permis d’étayer sa supériorité.
-Encore, m’a dit Robic, je crois bien que sans ma chute du Tourmalet, tout se fût mieux passé…
Ce n’est pas impossible. Le bonhomme est tombé, en effet, dans le premier lacet tout noyé de brume, et il a perdu dans la dégringolade un bidon de nourriture liquide, écrasé par une voiture suiveuse. Il a laissé également, dans cette cabriole, un peu de son audace. Il en est sorti les genoux couronnés, mais c’était là le moindre de ses soucis, ce qui comptait par-dessus tout, c’était son bidon. Il en pleurait, tandis qu’on le remettait en selle : « Mon bidon … Mon bidon… »
-J’ai eu peur de la fringale, m’a-t-il confié …
Finalement, tout s’est parfaitement passé : c’était son jour, voilà tout. »
Il me faut évidemment vous conter ici l’anecdote, la part de légende même, liée à ce fameux bidon. Elle a été colportée depuis, avec moult variantes, par maints « historiens » du Tour, il semblerait que la version la plus « raisonnable » soit celle de Jean-Paul Ollivier dit « Polo la Science » qui la tiendrait directement des deux protagonistes, deux Bretons comme lui, Robic lui-même et son directeur sportif de l’équipe de l’Ouest Léon Le Calvez.
Au départ de Pau, Le Calvez aurait soufflé à Robic : « Dans les cols, tu seras bien, mais dans les descentes, tu es trop léger… Tu ne feras pas le poids. Il faut un truc pour t’alourdir. »… En effet, magnifique grimpeur, Jean Robic accuse deux handicaps d’importance : sa taille (1,61m) et son poids (60 kg).
« Soudain, l’un d’eux lance quelque chose d’étonnant : pour alourdir le vélo, il faut trouver un bidon rempli de plomb. On ignore encore aujourd’hui qui, de Robic ou de Le Calvez, fut à l’origine de ce bidon-miracle, chacun l’ayant revendiqué pour son propre compte. En tout état de cause, les deux y ont contribué. Il s’agissait donc d’un bidon dans lequel on aurait coulé du plomb… »
On raconte donc que Le Calvez abandonna ses coureurs, lors du repas de l’équipe, le soir à l’hôtel, pour retrouver un forgeron de Cauterets, par ailleurs monteur en chauffage central. « On avise une vieille casserole et, au fur et à mesure, on verse le plomb liquide dans le bidon en duralumin. » Le tour est joué et Robic peut s’endormir d’un sommeil… de plomb !
Sauf que … : « Comment Robic va-t-il entrer en possession de son précieux bidon, puisque tout ravitaillement venant du directeur sportif est interdit en dehors du contrôle prévu à cet effet ? » … « Quelques hectomètres avant le sommet du Tourmalet, tu donneras quelques coups sur ton guidon. Ainsi, je ferai observer au commissaire de course qui sera dans ma voiture, que ton cintre est desserré. Tu t’arrêteras et le mécanicien ira à toi. Tout en faisant semblant de te dépanner, il te glissera le bidon dans le porte-bidon ! »
En tête au sommet du Tourmalet, « Tête de cuir », plutôt tête de linotte, oublia le stratagème mis en place par son directeur sportif. « Le bon Léon n’est pas né de la dernière pluie. Soudain, il lance à l’adresse du commissaire Lavallée : « J’ai l’impression que son guidon est desserré ». Le commissaire n’a rien vu, et pour cause. Le mécanicien bondit hors de sa voiture, le bidon de plomb dans la combinaison et s’approche du coureur, avec pour prétexte de resserrer le guidon de sa machine. Là, dans le brouillard intense, il effectue sa secrète opération, donne une petite poussette à Robic qui va rechercher Le Guilly à l’avant… »

Robic bidon

Ce à quoi n’avait pas pensé Robic, c’est qu’un bidon lesté de 6 kilos de plomb modifie le centre de gravité du vélo et le rend moins contrôlable. Déséquilibré, il chute dans la descente. « On assiste alors à ce spectacle insolite : au lieu de s’occuper de son vélo, Robic court comme un dératé vers son bidon qui s’est détaché du cadre et roule vers le ravin… »
En tout cas, ces deux étapes contredisent cette assertion attribuée, à tort, à Louis XIV : « Il n’y a plus de Pyrénées ! »
À Luchon, Claude Tillet tire un premier bilan :
« Nous attendions naturellement beaucoup des étapes pyrénéennes. Nous devons toutefois confesser que nous n’avions pas envisagé de si profondes modifications en deux étapes, totalisant, rappelons-le, tout juste 215 kilomètres.
L’abandon de Hassenforder leader déchu, l’élimination de Koblet par un accident qui eût pu être mortel, la conquête du maillot jaune par Robic, l’effondrement de Wagtmans, la médiocre performance d’ensemble des Italiens sur ce terrain qui paraissait leur convenir admirablement, sont autant de faits sensationnels qui nous laissent aujourd’hui, à Luchon, en présence d’une situation absolument passionnante : Robic qui a littéralement arraché le maillot jaune à Schaer au prix d’un formidable « triplé dans les cols de la seconde étape, ne précédant le Suisse que de 18 secondes. Nous trouvons à 1’50’’ un Bauvin excellent. Bobet n’est qu’à 9’12’’ après avoir magistralement terminé l’ascension de Peyresourde… De plus, nous avons la joie de constater qu’il y a six Français dans les dix premiers du classement général puisque Lauredi, François Mahé et Antonin Rolland suivent, de relativement près, Robic, Bauvin et Bobet …
… Robic tiendra-t-il ? Il est infiniment trop tôt pour répondre, dans un sens ou dans l’autre, à une semblable question. Tout ce que l’on peut dire est que ce Robic-là est le meilleur de ceux que nous avons connus depuis longtemps. Il a une mine excellente, son humeur est stable et son courage est toujours aussi grand. Lorsqu’une chute l’attarda quelques secondes, après le passage du Tourmalet, il bougonna, mais repartit dans la descente embrumée et glissante avec un sang-froid édifiant. Cet homme-là est en pleine possession de ses moyens. Ses qualités et sa forme du moment ne doivent cependant pas nous incliner à négliger la réelle précarité de la situation. Il n’y a pas à se dissimuler que quatre hommes au moins demeurent susceptibles de le battre avant Paris et que ces quatre beaux coureurs sont groupés à moins de 10 minutes. Or la preuve est faite que 10 minutes ne sont pas grand chose lorsque la rudesse des obstacles se mêle d’amoindrir la valeur du temps. »
Je me souviens (un peu) qu’au mois d’août de cette année-là, avec mes parents, nous avions visité les Pyrénées à bord de la Peugeot 203. Avec mon père et mon frère, nous « refaisions la course » dans les cols. La chaussée était peinte d’encouragements à certains coureurs. L’environnement n’était pas une préoccupation, et au gré du vent, des pages de journaux jonchaient encore les estives.
Pour le moment, au sortir des Pyrénées, en ce mercredi 15 juillet 1953, il s’agit d’une étape entre Luchon et Albi (228 kilomètres) à classer probablement dans les étapes dites de transition, l’occasion pour quelques « sans-grades » de se mettre en évidence.

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 042

Ainsi, profitant d’un passage à niveau fermé près de Valentine (il existe toujours !), le Belge Hilaire Couvreur et le Français de l’équipe régionale de l’Ouest Roger Pontet prennent la poudre d’escampette, bientôt rattrapés par le Luxembourgeois Jim Kirchen.
Les trois courageux sont rejoints, à Saint-Martory (km 61), par un groupe de 14 coureurs : une belle brochette de « régionaux » Jacques Dupont et André Darrigade de l’équipe du Sud-Ouest, Siro Bianchi du Sud-Est, les Parisiens Jacques Renaud et Maurice Quentin, les régionaux de l’Ouest (équipiers de Robic) François Mahé, Jean Malléjac et Bernard Bultel, Jean Forestier, Ugo Anzile et Roger Walkowiak du Nord-Est-Centre, le Luxembourgeois Willy Kemp et deux Belges Jan Adriaenssens et Martin Van Geneugden.
Viennent se joindre, dix kilomètres plus loin à Martres-Tolosane, Claude Colette et Hubert Bastianelli de l’équipe du Sud-Ouest, le Breton Joseph Morvan et le Berrichon de Vierzon Georges Meunier., puis à Poulejon (km 78), le Francilien Alfred Tonello, l’Espagnol Trobat, le Luxembourgeois Marcel Ernzer et le Hollandais Wim Van Est.
Au total, l’on compte, partis dans cette aventure, 25 coureurs (Bultel décrochera), aucun Tricolore de l’équipe de France, le mieux classé de la bande étant François Mahé, l’équipier du maillot jaune Robic, 7ème du classement général à 11’ 54’’.
Justement, la veille au soir, à leur hôtel de Luchon, Robic explique à ses équipiers la tactique qu’il souhaiterait voir adopter : « Tu sais, Jean (Malléjac), je voudrais bien que l’un de vous me débarrasse de mon maillot jaune. Vous en êtes capables, François Mahé et toi. Il suffit de vous mêler aux attaques de demain. Jamais les Tricolores ne pourront imaginer que je vous donne carte blanche. »
Le plan semble fonctionner à merveille. Le ravitaillement de Toulouse (km 131) est atteint avec une heure d’avance sur l’horaire. Le peloton pointe à 12’ 05’’, le maillot jaune est virtuellement dans la musette de François Mahé.

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 043

1953-07-16

Les favoris du Tour se désintéressent de cette « croisade des Albigeois ». Sur le circuit automobile d’Albi, André Darrigade remporte au sprint sa première étape (qui sera suivie de beaucoup d’autres, 22 au total !). Le peloton franchit la ligne 20 minutes et 44 secondes plus tard. François Mahé s’empare du maillot jaune de Robic qui conserve son maillot vert.
Félix Lévitan n’en revient pas : « Tout cela est incroyable, ahurissant, stupéfiant ! C’est la faillite des Pyrénées, la faillite des as et des directeurs techniques des dits as. C’est à croire que la cervelle de certains mollit au contact de la montagne … ou alors, c’est le suiveur qui ne comprend plus rien …
Enfin, je vous fais juge ! On vient d’escalader quatre cols en deux jours dans les Pyrénées. Deux-cents kilomètres au total, pénibles, exténuants et au long desquels on s’est battu pour une seconde jusqu’à l’épuisement. Voilà que s’offre à nous le long ruban de route Luchon-Albi. Pas de difficultés. Rien qu’une route plate, large, ensoleillée, et sur ce terrain, une fugue de vingt-cinq gars décidés, un ralentissement prononcé du peloton anesthésié par la présence du maillot jaune de Robic, quarante de moyenne pour les leaders, vingt minutes de retard pour les lâchés !…
Naturellement, le classement général est bouleversé de fond en comble. François Mahé leader, le Luxembourgeois Ernzer second et l’Italien de France Ugo Anzile troisième, Robic quatrième. Et Robic qui se tord de rire, mais se tord… »
Félix Lévitan : « La manœuvre est claire, limpide, et l’aveuglement des rivaux de Robic sans excuses.
-Je ne tenais pas au maillot jaune, a expliqué Robic aux journalistes. Je sais, en effet, tout ce que ce magnifique habit doré suppose de soucis, de contraintes. J’entendais en être dégagé au plus vite, et je crois y avoir songé dès que je l’ai endossé à Luchon. J’y ai réfléchi dans la nuit et je me suis dit qu’il serait gaulois que je m’en défisse (je doute que Robic ait employé le subjonctif !) sans tarder au profit d’un … équipier. Les hasards de la course ont fait le reste …
Bobet onzième à 18 minutes du nouveau maillot jaune, un équipier de Robic, et à 9 minutes de Robic lui-même ! Il est vraiment passionnant ce Tour de France !

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 044

Les Tricolores de Marcel Bidot ruminent leur vengeance, pourquoi pas à l’occasion de la 13ème étape Albi-Béziers, 189 kilomètres sous un ciel bleu et une lourde chaleur. Une étape pour baroudeurs avec un profil accidenté et les cols de Fauredon et des Treize-Vents dans le massif de l’Espinouse.
Petite correction géographique et linguistique : appelé improprement le col des Treize-Vents, suite à une mauvaise traduction de l’occitan, était nommé à l’origine « Très Vents » car soumis aux trois principaux vents de la région, la tramontane, le cers et le marinet.
Ce qui est certain, c’est que ça souffla dans le peloton, ce jour-là.
« Ce n’est plus un Tour de France, c’est une boîte à explosifs. Pas un pétard n’est mouillé. Ils éclatent à coup sûr l’un après l’autre et il suffit d’une petite flamme pour les allumer… Une allumette, une seule et hop ! c’est l’explosion ».
On vient à peine de quitter la cathédrale en grés rose d’Albi que Lauredi part à l’offensive avec le champion de France Geminiani, mais les deux Tricolores n’insistent pas. Ils remettent ça au kilomètre 12, accompagnés cette fois par Louison Bobet et Antonin Rolland, les Italiens Astrua, Magni et Drei, le Belge Alex Close, les Néerlandais Wagtmans et Suykerbuyk, le Luxembourgeois Dierkens, et quelques coureurs des équipes régionales Bauvin, Darrigade, Forestier, Mirando , Bober et l’équipier de Robic Jean Malléjac.
Dans la côte de Lafontasse (km 49), le groupe de tête possède 4’50’’ sur le peloton dans lequel Robic ne semble pas au mieux.
En cette ascension, je ne résiste pas à me projeter dans l’avenir et à rendre hommage au génial Antoine Blondin que nous retrouverons d’ailleurs l’an prochain si je vous relate le Tour 1954.
En ce lieu donc, alors que le géant Emmanuel Busto s’était échappé lors d’une étape insipide, Blondin émergea de son assoupissement en déclamant Le fabuleux de Lafontasse, il en fera le titre de sa chronique quotidienne :

« Un jour, sur pédalier, allait, je ne sais où
Le Busto au long bec emmanché d’un long col … »

Retour en 1953, dans le col de Fauredon (km 68) : l’écart se creuse encore, le peloton pointant au sommet à 6’20’’. Dans la descente de ce col, Robic chute lourdement : groggy, il met quelques minutes à recouver ses esprits puis, ensanglanté, repart courageusement, attendu par quatre coéquipiers Bultel, Esnault, Chupin et Pontet. À La Salvetat (km 90), son retard atteint désormais les 17 minutes puis 24 minutes au contrôle de ravitaillement de Murat (km 111).

Robic chute

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 0501953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 049

Derrière les échappés, le peloton est disloqué et de multiples petits groupes sont éparpillés.
Le col des Treize-Vents (3 kilomètres à 9% de moyenne) opère une sélection à l’avant. Au sommet, le Provençal Mirando passe en tête devant Bobet, Astrua, Malléjac, Lauredi, Close, Antonin Rolland, Wagtmans et Geminiani. Magni et Darrigade sont à 50 secondes, Bartali à plus de 10 minutes, Robic en perdition à … 29 minutes et 45 secondes.

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 047

La course est jouée et la hiérarchie ne va plus guère changer. L’intérêt se reporte maintenant sur la victoire d’étape qui devrait se disputer sur la cendrée du mythique stade des Sauclières de Béziers** entre les quatre Tricolores de l’équipe de France.
Pour vous narrer l’épisode, je puise dans les « histoires à Nounouchette » : la petite Nounouchette avait de la chance. L’hiver, à la morte saison cycliste, devant la cheminée de la maison bourguignonne, elle glissait sa tête sur la poitrine de son grand-père qui, attendri, un verre de Meursault à la main, lui contait de belles histoires de la légende des cycles. Ce papy s’appelait Abel Michea, truculent journaliste à L’Humanité et au Miroir du Cyclisme. Rien que pour cela, le Parti Communiste Français méritait d’exister ! Écoutez-le donc raconter la treizième étape du Tour 1953 entre Albi et Béziers :

« L’étape des camisards. Ah, ma Nounouchette, quelle corrida ! J’aime autant te dire, mon petit oiseau, que ça roulait drôlement … Et en vue de Béziers, notre douzaine de lascars comptaient vingt minutes d’avance sur les débris du peloton. Il ne restait plus qu’à se partager le butin. Bobet exigea de ses équipiers qu’on lui laisse gagner l’étape pour qu’il puisse mettre la bonification dans sa musette…
Tu connais la piste de Béziers, mon trésor ? Non ? C’est une piste en cendrée. On appelle comme ça le mâchefer que Jules Cadenat a entassé autour de la pelouse de rugby. Une pelouse qu’il brosse, peigne amoureusement, mais la piste …
Donc, l ‘ami Nello (Lauredi) entra en tête sur cette piste pour … emmener le sprint à Louison (Bobet). Geminiani était en deuxième position, et Bobet en troisième. Comme à la manœuvre. Nello menait dur. Et prenait des risques. Si bien que dans chaque virage, il décollait … Les écarts se creusaient. Dans le dernier virage, on entendit Geminiani hurler.
Là, ma Nounouchette, il faut dire que les intéressés ne sont pas d’accord. « Je lui criais de ralentir » affirme Geminiani. « J’ai entendu qu’il me criait : plus vite, plus vite » affirme Nello ! Toujours est-il que le résultat de ce sprint arrangé à l’avance fut : 1er Lauredi ; 2ème Geminiani ; 3ème Bobet … Aïe, aïe, aïe … Si tu avais entendu Louison, mon trésor. Je te jure que tu ne l’aurais pas reçu dans ton salon ce jour-là …
Il paraît en effet que ça péta le soir à la table de l’équipe de France, une véritable soupe à la grimace. Le début du repas, on aurait dit la sainte Messe, tout le monde le nez baissé dans son assiette. Puis ce fut l’orage : Geminiani se leva, empoigna la table et la culbuta soupière comprise sur Louison Bobet ! »

1953-07-17

Robic, malheureux « Biquet » termine à 38 minutes et 9 secondes. Son coéquipier, le maillot jaune, François Mahé finit à vingt minutes. Le classement général est complètement chamboulé. Consolation, c’est un autre brave de l’équipe de l’Ouest, Jean Malléjac, qui s’empare du maillot jaune.

Malléjac en jaune

Version 2

Quel Tour ! Vendredi 17 juillet, 14ème étape, 214 kilomètres de Béziers à Nîmes, le quotidien L’Équipe plante le décor : « Chaleur, cigales, marquage, d’où « temps mort », malgré un tracé propice à la bataille dans un décor admirable. Pourtant … »
Déjà, Jean Robic meurtri, démoralisé, renonce à prendre le départ.

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 052MS N° 371 a du 20 juillet 1953 08 & 09

Après quelques escarmouches vite réprimées, la bataille se circonscrit entre cinq coureurs courageux qui couvrent, seuls, 200 des 214 kilomètres que compte l’étape : le Néerlandais Jan Nolten, le tricolore de service Jean Le Guilly, le « Sud-Est » René Rotta, le Parisien Alfred Tonello, et le Picard du Nord-Est-Centre Bernard Quennehen. Au Vigan, à la mi-course, leur avance est de 13 minutes 20 secondes. Au ravitaillement de Saint-Hippolyte-du-Fort, elle dépasse les 18 minutes.
À l’ombre des arènes, le tout nouveau professionnel Quennehen porte l’estocade au sprint. Vous pensez bien que mon Picard de père fut heureux du succès de son « pays », un an après l’épopée de « ch’tiot » Pierre Pardoën, un autre Amiénois.

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 053

Au classement général, Jean Malléjac conserve bien évidemment son paletot jaune. Quant à Fritz Schaer, il récupère le maillot vert du fait de l’abandon de Robic.
Je découvre, dans un entrefilet de Miroir-Sprint que : « L’arrivée à Nîmes fut marquée par de regrettables incidents. Le service d’ordre, composé de C.R.S., se livra à d’inconcevables brutalités sur la personne de journalistes et de photographes. Un de nos confrères italiens a eu son appareil brisé, d’autres journalistes furent frappés. Il fallut une véhémente protestation pour que deux de nos confrères ne fussent pas emmenés menottes aux mains. Notre journal élève une protestation indignée contre de tels faits qui sont passés dans les mœurs courantes de la police et qui portent atteinte à la liberté de la presse. Des sanctions doivent être prises contre les « excités C.R.S. de Nîmes. » Comme quoi « l’ensauvagement » ne date pas d’aujourd’hui !
Samedi 18 juillet, quinzième étape, 83 coureurs au départ de Nîmes pour Marseille (173 km) avec la traversée de que l’on appelait à l’époque le désert de la Crau, une étendue de cailloux chauffés à blanc.
Première échappée sérieuse de huit hommes entre Arles et Miramas : le « régional « de l’étape, le Marseillais de l’équipe de France Raoul Rémy, deux du Sud-Est Vitteta et Molinéris, Forestier du Nord-Est-Centre, Quentin de l’Ile-de-France, le Suisse Schellemberg, l’Italien Baroni et l’Espagnol Serra. Ils sont bientôt rejoints par le Hollandais Adri Voorting et l’Ibérique Iturbat. Les échappés possèdent une avance de 10 minutes au ravitaillement d’Aix-en-Provence.
Du côté de La Pomme et de La Bouilladisse, ça bouge un peu à dans le peloton : Astrua ayant perdu momentanément le contact, les Tricolores Bobet, Geminiani et Bernard Gauthier attaquent sèchement, accompagnés par le maillot vert Schaer et Malléjac qui défend son maillot jaune. Après une dure chasse, Astrua bien aidé par Bartali et Magni parvient à revenir du côté de Roquevaire.
L’avance des échappés a fondu dans la bagarre mais elle est encore de cinq minutes lorsque sont abordées les dernières difficultés du parcours, notamment le col de la Gineste dans l’ascension duquel se dégagent Forestier, Quentin et Voorting.

MS N° 371 a du 20 juillet 1953 11 (2)1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 055

Sur la piste du vélodrome de Marseille, Maurice Quentin s’impose à l’issue d’un sprint serré.
Jean Malléjac conserve son maillot jaune à la veille de l’étape qui emmène les coureurs en Principauté de Monaco.
Dimanche 19 juillet, de Marseille à Monaco, c’est l’étape type de transition avec « la mer qu’on voit danser le long des golfes clairs ». Après un petit tour dans l’arrière-pays, on traverse des localités, Sainte-Maxime, Saint-Aygulf, Mandelieu, Juan-les-Pins, qui incitent au farniente. Si Hassenforder était encore dans le peloton, il est possible qu’il aurait proposé un arrêt trempette dans la Grande Bleue comme le firent, sous l’impulsion d’Apo Lazaridés, les concurrents du Tour 1950.

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 060

« Quand Mirando alla poliment demander aux « Tricolores » la permission de démarrer vu qu’on approchait de Biot, pays du petit José, on la lui donna. Il était entendu que par ce dimanche ensoleillé, on ne devait faire de peine à personne, même pas à Rossello qui s’arrêta pour se faire enlever une poussière dans l’œil, et non plus à Bobet qui creva deux fois sans déchaîner le peloton. Le beau Midi avait tout loisir d’admirer le défilé multicolore. Colette profita de cette somnolence pour enlever la prime de 100.000 francs de Beauvallon où vécut le « Père du Tour » (Souvenir Henri Desgrange ndlr). Apo Lazaridès a largement le temps de ravitailler ses « ex-collègues » qui passent devant son domaine des Issambres.

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 058

Enfin l’Estérel et ses pins se présenta, et Mirando démarra. Il ne partit pas seul. Molinéris prit sa roue, Loroño et Van Genechten les rejoignirent, et enfin Van Est les rattrapa après Cannes.

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 057B1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 057CMS N° 371 a du 20 juillet 1953 16

À Antibes, les cinq ont 1’17’’ d’avance. À l’arrière, les « Azuréens » protègent fraternellement l’échappée du benjamin José Mirando. À Nice (km 212), l’avance des cinq monte à 4 minutes. Ensuite, à l’attaque du col d’Èze (2ème catégorie), Bobet tente de « larguer » le maillot jaune, mais Malléjac s’accroche avec l’énergie du désespoir. Sous l’effet de cet assaut cruel, c’est le peloton qui souffre le plus et se disloque. Schaer le secoue si fort qu’il réussit à se détacher. Quant aux cinq de devant, ils vont aussi se séparer dans la descente sur Monaco, après que Mirando soit passé en tête au sommet. Van Est surprend ses adversaires qui ne s’attendaient pas à ça du « sinistré » de l’Aubisque. Il vole littéralement (et sans tomber) dans le toboggan qui l’amène en vainqueur au stade Louis II. »

MS N° 371 a du 20 juillet 1953 13Van Est Monaco 2

1953-07-20 - BUT-CLUB 416 - 40th Tour de France - 039

Malléjac détient toujours le maillot jaune mais les positions se sont resserrées : Giancarlo Astrua est deuxième à 1’13’’ et Louison Bobet troisième à 3’13’’.
En guise de bilan, à la veille de la deuxième journée de repos à Monaco (il y a pire !), Maurice Vidal, dans son bloc-notes, affirme que « c’est un curieux et dur métier que celui de coureur cycliste : « Il faut d’abord savoir souffrir. J’entends par souffrir, sentir tout son corps frémir et devoir le violenter, le secouer, lui faire rendre tout ce qu’il peut. Pas constamment, c’est heureux, mais tout à coup, sans y être préparé ou en être averti.
Voyez Jean Dotto, le grimpeur de talent. Un petit col se présente à quelques kilomètres du départ du Tour. Il se dresse sur ses pédales, contracte ses muscles et se déchire un ligament. Résultat : une année perdue et, dans ce sport, les années comptent triple.
Souffrir ! J’en connais un qui sait souffrir. Il s’appelle Giancarlo Astrua. Ce n’est ni un Apollon ni un intellectuel. Il ne pédale pas dans le charme, n’a pas de pointes à la Gino Bartali ou le style enveloppé de Magni. Lui, il pioche, il laboure, mais il sait se faire souffrir…
Qui peut dire aussi dans ce métier de quoi demain sera fait ? Nous avions vu Teisseire sur les routes du Dauphiné, un Teisseire aérien, formidable, irrésistible. On réclamait pour lui le fauteuil de leader de l’équipe de France. Et puis, sans savoir pourquoi, voilà Lucien qui pédale dans un épais coton, qui sent ses jambes de flanelle (quelle logique !).
Par contre, Bobet était un moribond à une semaine du départ. Partira…partira pas ? On a l’impression qu’il partit uniquement parce qu’il ne pouvait pas faire autrement. Et puis les jours passent, et Bobet va de mieux en mieux sans qu’il ait rien fait pour cela. Il a maintenant sa mine des grands jours et son style de vainqueur de Milan-San Remo. Pourquoi et comment ? C’est le mystère de la forme d’un athlète racé et fragile.
Koblet semblait s’envoler dans ce Tour de France. Il s’envole dans l’Aubisque pendant 500 mètres et il reste là, en équilibre, entre le Koblet qu’il fut et celui qu’il veut redevenir. Quelque chose a craqué. Quoi ? Mystère, mystère encore.
Regardez encore ce jeune Forestier. Au début de l’épreuve, on a plaisanté tant il semble voir le Tour de l’arrière. Mais il insiste, il continue à faire tourner les jambes. Et un jour, le voilà rôdé. Les bielles sont bien en place. L’organisme est chauffé et le voilà dans toutes les offensives. Il est, comme on dit, en état de grâce. Même chose pour Quennehen qui parvient même à gagner son étape. Et cette équipe du Nord-Est-Centre se montre à six têtes. Cette équipe « régionale » qui comprend des coureurs d’Amiens, de Lyon, de Nancy et de Vierzon. Quand on vit sa composition avec ses huit jeunots inédits dans le Tour, comme on a plaint ce pauvre Ducazeaux qui allait les semer dans les huit premiers jours au coin de toutes les routes. Et les voilà partis, ces jeunes francs-tireurs, flamberge au vent, faisant le coup de feu du réveil au coucher, se relayant en tête, participant à toutes les échappées, réussissant des coups de maître, plaçant des candidats à la victoire individuelle, menant de loin au classement par équipes. On attend qu’ils se couchent, comme on dit dans le Tour. On est certain qu’ils vont disparaître, mais ils sont toujours là à Monaco, et il ne reste que six étapes à courir. Ils nous font une révolution ces généraux imberbes.
Et je ne parle pas des Bretons qui perdent leur leader Robic mais conservent le maillot jaune. Le gars Mahé François, qui travaille à la ferme, et le gars Malléjac qui travaille à l’arsenal, se vêtissent de jaune, comme les grands, et trouvent cela tout naturel. Pour eux, le bon travail doit se payer et tous ces jeunes-là sont de fameux bons ouvriers. »

1953-07-20

MS N° 371 a du 20 juillet 1953 01

Le Tour de France n’a pas encore livré son verdict. Louison Bobet rallie majoritairement les suffrages du public et des suiveurs. Il reste une semaine de course avec le franchissement des Alpes.
À suivre dans un prochain billet …

Pour cette évocation du Tour de France 1953, j’ai puisé dans les magazines de ma collection, Miroir-Sprint et Miroir des Sports But&Club. Pour combler certains manques, j’ai fait appel à mon ami Jean-Pierre Le Port que je remercie vivement.

* http://encreviolette.unblog.fr/2021/06/25/ici-la-route-du-tour-de-france-1951-2/
** http://encreviolette.unblog.fr/2011/02/11/la-vieille-dame-de-beziers-ou-le-stade-des-sauclieres/

Publié dans:Cyclisme |on 12 juillet, 2023 |Pas de commentaires »

Ici la route du Tour de France 1953 (1)

Jouant les boomers invétérés du « c’était mieux avant » (dans le domaine du cyclisme), comme chaque année, au tournant de l’été, je vous retrouve pour vous conter les Tours de France de mon enfance, ceux dont j’écoutais les reportages sur l’antique TSF familiale, ceux dont je découvrais les péripéties à travers la lecture des précieux magazines en bistre et en vert.

1953 - BUT et CLUB - Miroir des Sports - GUIDE - 091953 - Miroir Sprint - SPECIAL - 291953 - Miroir Sprint - SPECIAL - 151953 - BUT et CLUB - Miroir des Sports - GUIDE - 21Pour moi, ce sera un Tour de France à l’encre violette

Aujourd’hui, malgré les médias omniprésents, on ne reconnaît plus les coureurs casqués, lunettés, leurs maillots, cuissards et chaussures surchargés d’inscriptions publicitaires. Quand on peut les voir passer !… Des arrêtés préfectoraux interdisent souvent aux voitures l’accès aux cols 48 ou 72 heures avant.
Les oreillettes en liaison avec les voitures des directions techniques remplacent le fameux sens tactique des coureurs. Les cardiofréquencemètres, les capteurs de watts et autres gadgets technologiques, contrôlant la gestion de l’effort, ont modifié la physionomie des courses, privilégiant désormais une moins glorieuse certitude du sport cycliste, au nom d’une rentabilisation maximale.
Les passages à niveau n’existent pourtant quasiment plus, cependant, on n’a jamais vu passer autant de « trains », comprenez des convois d’équipiers en file indienne autour de leur leader !
La traversée des villes et même des villages est devenue dangereuse avec la multiplication des ronds-points giratoires, terre-pleins centraux, chicanes, séparateurs de chaussée, dos d’ânes, tous ces artifices imaginés pour freiner la progression des automobilistes.
Curieuse ironie du « progrès », en revanche, les organisateurs dénichent des passages en gravel, des « strade bianche », des chemins de vignes, pour redonner un souffle d’épopée à leur épreuve.
Allez, vous avez compris ma nostalgie, le Tour de France 1953 vient chez vous !

1953 - Miroir Sprint - SPECIAL - 02

1953 - Miroir Sprint - SPECIAL - 11

Éditorial du brillant journaliste Maurice Vidal dans le Miroir-Sprint d’avant-Tour :
« Le Tour de France fête, cette année, son cinquantenaire. Et pourtant, il n’aura connu que quarante étés. Quel est donc cet être étrange, né en 1903, et qui n’a que quarante ans ? Peut-être un jour, nous aussi, grâce à l’hibernation, pourrons-nous semer quelques années par-ci, par-là, afin d’en vivre de plus belles. Mais ces dix étés du Tour de France, où sont-ils passés ? Nombreux, parmi les hommes qui se passionneront du 3 au 26 juillet, sont ceux qui peuvent fournir la réponse. Car ils sont nombreux ceux qui ont perdu ces dix étés en même temps que le Tour de France. La réponse est là, lumineusement tragique : quand il n’y a pas de Tour de France, c’est que les hommes sont occupés ailleurs. Pendant ces dix années, au lieu de venir sur le bord des routes, dans le soleil et la bonne poussière des jours de fête, ils creusaient des trous, ils se terraient, ils se battaient contre d’autres hommes. De spectateurs, ils devenaient acteurs. Tous n’en mourraient point, mais tous étaient frappés. Alors, puisqu’il est clair que le Tour de France ne vit que lorsque les hommes ne meurent pas, de tout cœur, de toutes les forces que nous possédons, souhaitons-lui longue vie. Qu’il ait lieu tous les étés et qu’il dure longtemps ! Et qu’il soit le rendez-vous de tous les hommes de bonne volonté, ceux dont on a dit qu’ils avaient droit à la paix sur la terre ! »
Le truculent romancier René Fallet, né à Villeneuve-Saint-Georges comme le Tour de France, n’écrivait pas autre chose dans sa délicieuse ode au Vélo :
« Quand le Tour de France n’a pas lieu, c’est comme par hasard, le tour des catastrophes. Qu’on en juge : il ne manque au palmarès de cette épreuve que quelques lignes, et elles correspondent fâcheusement aux années noires des deux dernières guerres mondiales … Je ne vois pas en quoi rayer de la planète la course cycliste, ou le serment d’amour, ou la cueillette des champignons, empêchera les bûchers de brûler, les fours à gaz de s’allumer … En fin de compte, dès qu’on ne numérote plus les dossards, on numérote les abattis. »
Il y a 70 ans, la Direction du Tour était déjà confrontée à des impératifs commerciaux évoqués par André Chaillot dans Miroir-Sprint :
« Les organisateurs, soumis à des impératifs financiers rigoureux et surtout obnubilés par le souci d’assurer la pérennité de la grande course sont obligés chaque année de rechercher la formule propre à leur assurer à la fois le triple succès financier, populaire et sportif dont le Tour, ce géant plus vorace d’un an à l’autre, a besoin. Ce faisant, ils doivent parfois « composer » avec le mot sport dans tout ce qu’il a de rigide aux yeux des puristes et « adapter » la formule de la course aux exigences de l’actualité.
Depuis 1903 jusqu’à ce qu’il disparaisse, Henri Desgrange n’a jamais cessé chaque nouvelle année de polir son œuvre. Mais avant tout, il s’est efforcé en fonction des constatations faites en cours de chaque édition de la grande boucle et des réactions de l’opinion publique au terme de celle-ci, de rechercher la formule la meilleure, compte tenu en premier lieu des intérêts du journal organisateur dont il était le directeur. Jacques Goddet, continuateur d’Henri Desgrange, n’a fait que s’inspirer des principes de son prédécesseur. Non pas par esprit routinier mais simplement parce que le Tour de France pour conserver son immense popularité, doit chaque année offrir un visage nouveau à ses innombrables admirateurs.
On verra que le Tour 1953 ne ressemble en rien à celui de 1952. Et pourtant, Jacques Goddet démontrait l’année dernière avec arguments péremptoires à l’appui, que la formule de 1952 offrait un maximum d’avantages pour un minimum d’inconvénients. Cette année, avec des arguments tout aussi péremptoires, le même Jacques Goddet disséquant le profil et les caractéristiques de la course expose un point de vue diamétralement opposé à celui de l’année précédente en se déclarant, en conclusion, parfaitement satisfait de ce que l’on peut considérer comme son œuvre personnelle.
Les mauvais esprits verront là un changement de doctrine condamnable. Telle n’est pas notre opinion. Le fils spirituel du non moins spirituel « Père du Tour » n’a fait en réalité qu’adapter la formule de la course aux exigences de l’heure. Exigences dictées par l’expérience de l’année précédente.
C’est ainsi que le Tour 1952 a souffert de la supériorité trop grande d’un homme : Fausto Coppi pour ne pas le nommer. Il est notoire que dès qu’il eut pris la tête, le champion italien, hors de portée de tous ses rivaux, porta un coup sensible à l’intérêt de l’épreuve, intérêt déjà amoindri par les forfaits à la veille du départ de vedettes internationales confirmées comme le Suisse Koblet et notre national Bobet. Or, qui dit désaffection du public pour une épreuve de l’importance du Tour, dit obligatoirement baisse de tirage du journal organisateur et en conséquence possibilité de déséquilibre du budget particulièrement énorme de la grande course.

1953 - Miroir Sprint - SPECIAL - 18

On ne peut donc en vouloir à un organisateur, directeur de journal de surcroît, de rechercher les moyens d’obvier à une baisse de tirage de son journal -avec tout ce que cela implique- en étudiant une formule propre, selon lui, à revaloriser son épreuve. Henri Desgrange lui-même n’a jamais procédé autrement. Et, si au cours de sa longue histoire, le Tour de France a été successivement disputé par points, puis au temps, par équipe de marques puis par équipes nationales et régionales, qu’il fut un temps favorable aux grimpeurs, puis défavorable à ceux-ci, il ne faut pas chercher des raisons autres que celles exposées plus haut. À savoir le succès populaire de la course, succès conditionnant une forte vente du journal organisateur.
Donc opération strictement mercantile ? Pas nécessairement puisque en définitive et quelle que soit la formule adoptée, c’est toujours un très grand champion qui triomphe tant il est vrai et démontré qu’un coureur répondant à l’appellation de « champion » doit se plier à quelque formule de course que ce soit…
… Humaniser le Tour, tel a été, paraît-il, le souci des organisateurs. On nous permettra de douter de la pureté de leurs intentions. L’histoire de la grande boucle étant là pour prouver que le mot humanitaire est une nouveauté dans le langage des habituels thuriféraires « maison » de la grande épreuve.
« L’humanisation » en question porte : A) sur le raccourcissement général des étapes, B) sur l’abandon de certains cols considérés comme obstacles « monstrueux », C) sur la diminution des étapes contre la montre, une au lieu de deux, D) sur un nombre inférieur d’étapes à 1952 (vingt-deux au lieu de vingt-trois). J’ajouterai la suppression des bonifications allouées aux sommets des cols.
Il s’est agi, selon l’aveu même des organisateurs « d’éviter que le vainqueur se dégage trop tôt et creuse de trop gros écarts ».
Autre innovation afin  d’accroître l’intérêt de l’épreuve, apparaît le « maillot vert » pour récompenser le premier du classement par points et sa régularité, en somme les sprinters. Il doit sa couleur (l’écologie n’existait pas !) à son parrain publicitaire La Belle Jardinière, une chaîne de magasins de confection (aucune activité liée au jardinage), florissante au XIXème siècle, qui fournit des uniformes pour certains établissements scolaires et vendit des vêtements militaires aux officiers français et alliés pendant la Première Guerre mondiale. Benjamin Biolay n’a donc pas tort quand il chante « Sur le Pont-Neuf y a que des vieux » !!!

BJ

Digression : fut-ce un dégât collatéral de mai 68, cette année-là, le nouveau sponsor du trophée, un fabricant de limonades, imposa la couleur rouge ! On ne détruit pas les tuniques mythiques comme ça (sinon les mites !), le maillot reverdit dès l’année suivante.
Dans les années 1950, les délais d’impression des journaux étaient longs. Conséquence : Miroir-Sprint, impatient sans doute de devancer son concurrent But et Club Miroir des Sportsaffiche en couverture de son numéro de présentation, Hugo Koblet, Louison Bobet et Fausto Coppi comme grands favoris du Tour.

1953 - Miroir Sprint - SPECIAL - 01

Or, le campionissimo Fausto Coppi, brillant vainqueur de l’édition précédente et tout récemment victorieux du Giro 1953, est très réticent pour une nouvelle participation à la grande boucle.

1953 - BUT et CLUB - Miroir des Sports - GUIDE - 07

« Lorsqu’on me parle du Tour de France 1953 et ce depuis plusieurs mois il est bien rare qu’on ne me considère pas comme un garçon qui n’a qu’à prendre le départ pour se retrouver en vainqueur au Parc des Princes. C’est sans doute un grand honneur qu’on me fait là en imaginant qu’il me suffit d’apparaître et de pédaler pour que toutes les chances de me de me concurrents s’évanouissent. Hélas ! ce n’est pas aussi simple que cela… Tout d’abord, on paraît oublier que je n’ai plus vingt ans. Ni vingt-cinq, ni trente… Les années pèsent dans mes jambes aussi bien que dans celles de mes adversaires. La jeunesse s’enfuit et ne se remplace pas. J’aurai bientôt trente-quatre ans. Pour un routier, c’est un âge où l’on commence à songer sérieusement à la retraite. L’enthousiasme et l’ambition des jeunes années sont estompés. Il reste le désir de ne pas décevoir et le plaisir de surmonter les obstacles. Mais ces derniers deviennent de plus en plus difficiles. Les efforts exige de plus en plus de dépense d’énergie et la récupération, ce don de la jeunesse, se fait de moins en moins rapidement. Pédaler devient un travail qui ne s’accomplit pas tout à fait dans la joie, mais bien souvent dans une souffrance qu’il faut cacher… »
… Je ne me sens pas capable de prétendre que j’ai autant de chances de gagner le Tour que j’en avais l’an dernier. D’abord, parce que je suis moins fort qu’il y a un an. Ce n’est pas une simple impression mais une certitude. Je sais bien, moi, le mal que j’ai eu à décramponner Hugo Koblet dans le Tour d’Italie. Il m’a fallu vraiment faire appel à toute mon énergie pour le lâcher dans le Stelvio et, si il n’y avait pas eu sur le parcours une montée aussi pénible j’aurais été vraisemblablement battu. Or, Koblet sera là, dans le Tour. Avec un moral de fer et bien décidé à ne me faire aucune politesse… »

1953 - Miroir Sprint - SPECIAL - 09-1

Comme les journalistes d’aujourd’hui se complaisent à pérorer qu’aucun sportif ne doit être au-dessus de l’institution (!), le Miroir des Sports s’aventure dans des considérations « philosophico-historico-scientifiques » :
« Les champions passent : le sport demeure. C’est peut-être un grand sujet de méditation que cette fugacité des êtres dans la pérennité de l’institution. Que le Tour se dispute avec ou sans Coppi, avec ou sans Koblet, il vit depuis cinquante ans d’une existence autonome, mais aussi complexe que celle d’un organisme dans lequel des milliards de cellules ont leur vie indépendante et pourtant étroitement liée à celle de l’ensemble. La personnalité du Tour est faite en grande partie de la personnalité des champions qui y participent. Il n’y a pas moins d’utilité à étudier le caractère des champions que l’histoire de la course si l’on veut pouvoir porter un jugement objectif sur cette dernière. Que pensait Henri Pélissier de Bottechia à la veille du Tour 1925 qu’il renonça à disputer ? Quels étaient les sentiments de Sylvère Maes, premier engagé du Tour de France 1947 –qu’il ne put courir- à l’égard de Vietto son adversaire de 1939 quelques jours avant le départ de ce Tour de reprise ? Nous ne savons pas ou mal. Tous appartiennent pourtant à ce qu’on a pu nommer la « grande Légende du Tour de France ». Coppi et Bobet sont des maillons de la chaîne qui, depuis 1903, unit tous les cyclistes et les lie à une œuvre qui les dépasse et qui est le Tour de France. »
Coppi ne veut pas courir aux côtés de Bartali, âgé de 39 ans tout de même, qui lui mène, jusqu’au sein de la squadra, une perpétuelle guerre des nerfs. Et les farouches supporters de Gino ne lui pardonneraient jamais de ne pas gagner le Tour après avoir interdit à Bartali de le courir. Donc Fausto renonce.
Le Belge Stan Ockers, second du Tour l’année précédente, a purement et simplement été mis à la retraite par sa fédération qui tient le raisonnement suivant : « Évidemment, Stan est un bon coureur qui peut encore faire deuxième ou troisième du Tour de France. Mais nous connaissons son plafond et, par conséquent, il ne nous est d’aucune utilité pour l’avenir ».
Stan écrira l’avenir à sa façon en devenant champion du monde en Italie, sur le circuit de Frascati, trois ans plus tard.
Le Suisse Ferdi Kubler, vainqueur du Tour 1950, renonce à s’intégrer à l’équipe suisse. S’il estime son compatriote Koblet et le tient en dehors du sport pour un parfait ami, il mène contre lui, depuis des années, une guerre de prestige faite de lutte puis de renoncement. Le plus souvent, il ne participe pas aux grandes épreuves où se trouve déjà Hugo.
En Espagne, Bernardo Ruiz est laissé au pays parce qu’il entendait jeter l’exclusive contre certains des sélectionnés.
La France connaît aussi sa « petite affaire » avec Robic en fréquent conflit avec son rival breton Louison Bobet. Mais Biquet « tête de cuir » sera finalement au départ de Strasbourg … au sein de l’équipe de l’Ouest. Le journaliste Albert Baker d’Isy écrit dans Miroir-Sprint : « Sur sa forme actuelle comme sur son passé, Robic avait sa place théorique dans cette équipe de France. Qu’elle lui soit refusée pour des raisons d’incompatibilité d’humeur, c’est admissible, mais il est déplorable de voir le meilleur Français du Tour 52 devenir l’ennemi public des sélectionnés tricolores… » Par contre, son constructeur Marcel Colomb le libère et, peu avant minuit la veille du départ, Robic signe un accord le liant officiellement à la firme dijonnaise Terrot.

Bobet dit oui

Après une dernière sortie en vallée de Chevreuse, Louison Bobet, qui souffre d’une induration récurrente à la selle, donne enfin son accord pour prendre le départ de Strasbourg. Raphaël Geminiani, Lucien Teisseire, Antonin Rolland, Jean Le Guilly, Raoul Rémy, Nello Lauredi, Bernard Gauthier, Jean Dotto et Adolphe Deledda complètent une sélection hétéroclite au vu du caractère et du manque d’altruisme de chacun. Bobet devra se montrer convaincant pour postuler au statut de leader unique.

1953-07-06 - But et CLUB - Miroir des Sports - 412 -02D

Deux jeunes coureurs prometteurs vont faire leurs grands débuts : le Luxembourgeois Charly Gaul et le Landais André Darrigade qui écriront bientôt quelques belles pages de la légende du Tour.

1953 - BUT et CLUB - Miroir des Sports - GUIDE - 01

J’aime consulter la liste des concurrents, en particulier les équipes françaises dites régionales. Cela n’a plus de sens aujourd’hui à notre époque de la mondialisation, des jets et des TGV, mais en ce temps-là, ces coureurs valeureux étaient les représentants d’une certaine France rurale, ce qui leur valait une belle popularité et parfois un surnom. Certains effectuèrent une brillante carrière, ainsi le Montluçonnais Roger Walkowiak qui remporta le Tour de France 1956, l’Ardéchois René Privat dit Néné la Châtaigne vainqueur d’un Milan-San Remo, le Lyonnais Jean Forestier vainqueur d’un Paris-Roubaix et d’un Tour des Flandres.

Version 3Version 3OUEST 1OUEST 2Version 2Version 2Version 4Version 4ILE-DE-FRANCE

Ils sont certes rares mais certains sont, à ce jour, encore en vie et sont volontiers sollicités par les journalistes pour apporter leurs témoignages. Ainsi, le Lorrain Gilbert Bauvin (second du Tour 1956) soufflera ses 96 bougies le 4 août prochain, Jean Forestier fêtera ses 93 ans en octobre. Le championnat de France sur route 1953, disputé une semaine avant le départ du Tour, vit la victoire de l’Auvergnat Raphaël Geminiani, 98 ans le 12 juin, devant Antonin Rolland, 99 ans en septembre prochain, et leur leader de l’équipe de France Louison Bobet.

Championnat de France 1953Geminiani champion de France 1953

Puisqu’il est question d’anniversaire, les organisateurs ont fêté dignement celui du Tour de France en reconstituant le départ du premier en 1903 à Montgeron. Une plaque commémorative a même été apposée à la façade du café, le « Réveil Matin » en présence du vainqueur Maurice Garin, encore bon pied bon œil. J’ai eu l’occasion d’évoquer son souvenir dans un récent billet*, lors de la traversée de son village natal, dans le Val d’Aoste, au retour d’un séjour en Italie.

MS N° 368 du 29 juin 1953 01MS N° 368 a du 29 juin 1953 05MS N° 368 a du 29 juin 1953 04

1953 - BUT et CLUB - Miroir des Sports - GUIDE - 13

Le Tour 1953 part de Strasbourg le vendredi 3 juillet, on ne s’embarrassait pas à l’époque de contraintes de calendrier imposées par la télévision, et pour cause. Lors de la 1ère étape Strasbourg-Metz, les 120 coureurs traversent l’Alsace et la Lorraine avec une petite incursion en Sarre sous occupation française de 1946 au 1er janvier 1957.

1953-07-06 - But et CLUB - Miroir des Sports - 412 -05

Il pleuvait sans cesse sur Brest dans la chanson de Prévert, il en fut de même à l’Est si j’en crois Félix Lévitan dans son roman du Tour intitulé L’enfant qui a grandi (il s’agit du Tour bien sûr) qu’il écrit sous forme d’une correspondance avec son créateur Henri Desgrange :
« Le ciel de Strasbourg était noir. Il avait plu une partie de la nuit, plu une partie de l’aube. C’était triste à mourir. L’orage cessa, pourtant, sur le coup de neuf heures. Moins de soixante minutes plus tard, c’était le déluge.
Le protocole en a souffert. Rien qui ne soit conforme à vos vœux secrets : c’est une présentation dans les règles, une mise en place des équipes dans un cortège bien ordonné et qui n’a plus aucune commune mesure –je m’excuse de cette brutalité affectueuse- avec votre « lâcher tout » d’autrefois à l’aimable désordre.
Dans la capitale de l’Europe –c’est de Strasbourg qu’il s’agit, mais ce n’est pas ici le lieu de dresser l’historique des événements politiques qui ont élevé cette grande ville dans la hiérarchie mondiale- dans la capitale de l’Europe, donc, l’homme a le goût du décorum. Nous allions nous distinguer, soulever l’admiration des foules…
En fait, nous n’avons cherché lâchement qu’à nous abriter. Après quoi, l’enthousiasme était plutôt rafraîchi et nos malheureux coureurs trempés jusqu’aux os. C’est pitoyable un coureur cycliste tout mouillé. Pitoyable et stupide, surtout lorsqu’il est à pied. On s’étonne qu’il ait les jambes nues, une petite casquette rikiki dont la visière mollit et se tord, et, sur le dos, des bouts d’imperméables transparents sortis tout droit du rayon garçonnets.
Jacques Goddet –seul- a été héroïque. Il a affronté le cataclysme stoïquement, tête nue, la moustache hérissée, le visage ruisselant…
Quelle étape ! Piero Farné, un confrère italien que vous n’avez pas connu avant-guerre et qui vous eût séduit par ses manières distinguées, a traduit sa pensée dans le Corriere Lombardo : « Epico. » Quelque chose comme épique, grand, surnaturel, étonnant ! Il en avait plein la bouche : « Epico, mon ami, Epico… » Merveilleux enthousiasme des hommes ! C’est vrai, au fond, c’était épique… Le tonnerre roulait ses batteries dans le fond de la campagne ruisselante, le ciel était sombre comme celui d’Elseneur, les éclairs jetaient leurs lueurs mauves sur l’horizon blafard… Épique, certes, la fugue d’une poignée de fous insouciants du sol glissant et des descentes dangereuses… »


MS N° 368 b du 4 juillet 1953 10MS N° 368 b du 4 juillet 1953 01

En effet, nos courageux coursiers nous ont offert une étape animée (39,660 km/h de moyenne) malgré les trombes d’eau. Après de nombreuses tentatives dont une du grand favori Hugo Koblet, 8 hommes s’échappent au 62ème km : les Hollandais Wagtmans et Roks, le Suisse Schaer, deux régionaux de l’équipe Nord-Est-Centre Bauvin (l’air de la Lorraine ?) et Anzile, ainsi que trois Tricolores Geminiani, Nello Lauredi et Raoul Rémy. Ils sont rejoints en territoire sarrois par 17 autres coureurs, parmi lesquels Robic et le fantasque Alsacien Hassenforder. Thijs Rocks se détache sous l’orage dan la côte de Feldsberg mais un passage à niveau fermé à Teterchen, à 36 km de l’arrivée, le contraint à accepter le retour de Schaer, Lauredi et Wagtmans.

etape-metz-liege-sous-la-pluie-tour-de-france-1953-l-etape-est-remportee-par-le-suisse-fritz-schaer-(photo-archives-rl)-1649322741

1953-07-06 - But et CLUB - Miroir des Sports - 412 -06Version 2MS N° 368 b du 4 juillet 1953 11

Au sprint, sur le boulevard Poincaré à Metz, le Suisse Fritz Schaer se montre le plus rapide et revêt le premier maillot jaune. Le deuxième groupe d’échappés, avec en son sein Jean Robic, termine à 3 minutes et 13 secondes. Le gros du peloton concède 9 minutes et 50 secondes. Les favoris Koblet, Bartali et Bobet n’ont-ils pas commis une erreur en lâchant déjà 6 minutes à l’excellent grimpeur qu’est Robic, vainqueur du Tour 1947 ?

1953-07-06 - But et CLUB - Miroir des Sports - 412 -08 1953-07-06 - But et CLUB - Miroir des Sports - 412 -07 2

La deuxième étape qui mène les coureurs de Metz à Liège via le Luxembourg possède un faux-air de la classique ardennaise, Liège-Bastogne-Liège, avec ses bosses en fin de parcours. Le temps est tout de même moins abominable que la veille. Le peloton, déjà amputé d’une unité, suite à l’élimination du Suisse Croci-Torti arrivé à Metz après l’expiration des délais, enregistre l’abandon, dès le 50ème kilomètre, du Provençal Jean Dotto, le « vigneron de Cabasse », sur lequel l’équipe de France fondait de réels espoirs en raison de ses qualités de grimpeur.

1953 - BUT et CLUB - Le TOUR - 101953-07-06 - But et CLUB - Miroir des Sports - 412 -09

L’échappée décisive se dessine à la frontière luxemburgo-belge avec la constitution d’un quatuor : Hassenforder, Desbats et … deux vieilles connaissances de la veille, le maillot jaune Fritz Schaer et le Hollandais Wout Wagtmans.
Hassenforder, trop prodigue en efforts, est lâché dans la rude côte de Stavelot, bientôt imité par le Bordelais Robert Desbats (au vrai prénom de Jean).

Version 2

MS N° 369 a du 6 juillet 1953 05 Côte de Stavelot

On prend les mêmes et on recommence : sur le quai des Ardennes à Liège, comme la veille, le Suisse Fritz Schaer règle facilement au sprint Wagtmans et consolide son maillot jaune.
Dans la côte de Mont, à 25 km de l’arrivée, un petit groupe de favoris s’est constitué. Gino Bartali termine troisième à 47 secondes devant Koblet, Magni, Robic, Close, Astrua, Bobet, les Hollandais Wim Van Est et Gerrit Voorting, et le Lorrain Gilbert Bauvin.
Derrière, c’est la débandade et le gros du peloton avec Geminiani accuse un retard de 5 minutes et 15 secondes.
Quels sont ces coureurs suisses qui n’arrivent jamais à l’heure ? Après Croci-Torti, ce sont Chevalley et Melli qui finissent hors délais et sont donc éliminés.
Au classement général, Jean Robic est le premier Français ex-aequo avec le « régional » du Nord-Est-Centre, Ugo Anzile, un Italien originaire de la région du Frioul-Vénétie Julienne, émigré en Lorraine, et bientôt naturalisé français en 1954. Il devint à la fin de sa carrière un homme d’affaires avisé en créant, dans la banlieue messine, l’entreprise de carrelages Ugo Anzile Diffusion, toujours florissante aujourd’hui sous l’enseigne familiale Anzile Carrelage.
Ils ne sont plus que 115 au départ de la troisième étape Liège-Lille, 221 kilomètres, avec un final pavé « à la Paris-Roubaix ».

MS N° 369 a du 6 juillet 1953 161953-07-06 - But et CLUB - Miroir des Sports - 412 -14-1

Est-ce le soleil enfin de mise et le proche retour en France, trois Français, le Tricolore Bernard Gauthier et les régionaux André Darrigade et Roger Hassenforder lancent les hostilités presque immédiatement après le départ de Liège. Ils sont rejoints avant Bruxelles par une douzaine d’hommes, d’abord le Luxembourgeois Kirchen, le Belge Alex Close, le Hollandais Voorting, le Tricolore Antonin Rolland, le Parisien Stanislas Bober et Émile Baffert de l’équipe du Sud-Est, puis l’Espagnol Serra, le Belge Raymond Impanis, le Néerlandais Wim Van Est, le Suisse Huber, le tout jeune Luxembourgeois Charly Gaul, le Lyonnais Jean Forestier et deux autres Franciliens Jacques Renaud et P’tit Louis Caput.
Un groupe très international pour traverser la capitale de l’Europe.
Jacques Brel, qui aimait le vélo, ne faisait pas encore « bruxeller » Bruxelles :

« Place de Brouckère on voyait des vitrines
Avec des hommes, des femmes en crinoline
Place de Brouckère on voyait l’omnibus
Avec des femmes, des messieurs en gibus »

Place de Brouckère, on voyait aussi les coureurs du Tour de France se ravitailler..

1953-07-06 - But et CLUB - Miroir des Sports - 412 -11A copy

Amené récemment à effectuer plusieurs séjours dans la capitale de l’Europe, je remarque qu’à l’époque se dressait au milieu de la place, l’élégante fontaine Anspach remontée en 1981 au bout des bassins près de l’église Sainte-Catherine. L’allure est rapide (un quart d’heure d’avance sur l’horaire) et les coursiers n’ont pas le loisir de s’attarder devant la sculpture allégorique de la sirène.
À la frontière, les échappés possèdent sept minutes d’avance sur le peloton.

MS N° 369 a du 6 juillet 1953 08 & 09 Géminiani & Bobet1953-07-06 - But et CLUB - Miroir des Sports - 412 -15-1

Bourghelles, Cysoing, Sainghin-en-Mélantois, des localités qui sentent bon « l’enfer du Nord » et qui inspirent Bober le Parisien au maillot rouge et bleu. Il déclenche une attaque tranchante à une trentaine de kilomètres de l’arrivée et, protégé par ses équipiers Caput et Renaud, termine brillamment en solitaire sur le circuit de la Foire à Lille.

MS N° 369 a du 6 juillet 1953 011953-07-06 - But et CLUB - Miroir des Sports - 412 -01

Le peloton est réglé par Koblet à 8 minutes et dix secondes. Il en aurait fallu trois de plus pour que Jacques Renaud voie la vie en … jaune. Il est décédé en 2020, il aurait été centenaire cette année, preuve que le vélo conserve … pas toujours, car un encart dans Miroir-Sprint rend hommage au Belge Gaston Rebry, surnommé le « bouledogue de la route », vainqueur de Paris-Roubaix à trois reprises (en 1934, il avait profité du déclassement de Roger Lapébie qui avait terminé avec un vélo emprunté à un spectateur !), qui vient de mourir à 48 ans.
Parenthèse tennistique**, en feuilletant le magazine, je retrouve avec émotion une photographie de la paire australienne Lewis Hoad et Ken Rosewall victorieuse, à moins de vingt ans, du tournoi de double de Wimbledon.

MS N° 369 a du 6 juillet 1953 10

Retour sur le vainqueur du jour Stanislas Bober auquel Miroir-Sprint avait consacré un article dans son numéro de présentation du Tour. « Stani » pour ses supporters, de parents Polonais, est un vrai titi parisien : « Il a en effet deux patries, Nanterre où il est né en mars 1930, et le Petit-Colombes où il habite depuis vingt-trois ans. Le môme a cavalé dans tous les coins de sa banlieue du temps où il allait apprendre à nager au pont de Bezons, roulait sur son vieux vélo pour aller travailler à Levallois, fonçait jouer au foot sous les couleurs de l’Association Fraternelle de La Garenne-Colombes ou mettait les gants au gymnase Copin. Sa silhouette de blondinet aux yeux bleus est tellement familière et il est resté si gentil garçon dans sa gloire naissante (il vient de remporter en mai le Circuit de l’Indre et animer les Boucles de la Seine, ndlr) que ses partisans sont légion du pont d’Argenteuil à l’île de la Grande Jatte. » Avec ses gains du Tour, il est prêt à démolir la baraque en planches où il habite pour reconstruire la sienne en dur.

Bober baraque

Lundi 6 juillet, le Tour de France arrive à Dieppe. J’y étais avec mon cher père, je m’en souviens encore bien, des images prises par lui avec sa caméra 9,5 mm en attestent. J’aurais bien cru que les vacances scolaires ne débutaient que le 14 juillet, à moins que, maîtrisant bien la lecture à l’issue de mon année de Cours Préparatoire, mon professeur de père jugea peut-être que, pour une fois, le Tour de France, dans le département de la Seine-(alors)Inférieure, primait ! Étonnant non ?

Robic BaratteVersion 2MS N° 369 b du 9 juillet 1953 02 03

Les coureurs escaladent la côte de Doullens qui constitua pendant longtemps la première difficulté de Paris-Roubaix. Combien de fois, n’ai-je pas entendu mon père, raconter que dans sa jeunesse picarde, ils retournaient leur roue arrière en bas de la côte pour changer de denture, en l’absence de dérailleur.
Si j’en crois la Une du quotidien L’Équipe, toujours prompt au dithyrambe pour aguicher le lecteur, l’étape fut marquée par de « terribles engagements » entre les favoris, notamment une échappée de Louison Bobet et de l’Italien Astrua.

L'Equipe1953 - Miroir des Sports - 413 - 03MS N° 369 b du 9 juillet 1953 03

Il est vrai que depuis le départ de Strasbourg, la course est débridée. En ce temps-là, les coureurs n’attendaient pas l’ouverture de l’antenne à la télévision pour venir montrer en gros plan le sponsor de leur marque.

MS N° 369 b du 9 juillet 1953 021953 - Miroir des Sports - 413 - 04MIROIR DU TOUR 1953 13

L’échappée décisive s’est constituée à 45 kilomètres de Dieppe à l’initiative du Tricolore Nello Lauredi et du régional de l’équipe de l’Ouest Amand Audaire qui, contrairement au héros de la chanson de Pierre Vassiliu « Y n’avait pas de papa », en avait bien un qui oublia un r lors de l’enregistrement à l’état-civil. Ils sont vite rejoints par le méditerranéen Joseph Mirando et l’inévitable hollandais de service Gerrit Voorting.
Au sprint, sur l’esplanade du front de mer, Voorting s’avère le plus rapide offrant à la dynamique équipe de Hollande son premier succès d’étape. Le Suisse Schaer conserve son maillot jaune.

Voorting à Dieppe

Mardi 7 juillet, le Nord-Africain Kebaïli, opéré d’urgence dans la nuit de l’appendicite, ne prend pas le départ de la 5ème étape qui, de Dieppe à Caen, traverse la Normandie qui m’a donné le jour.
Comme chaque jour, la course est débridée et dès le départ, le Breton Malléjac et le Normand Bultel (l’air du pays ?) attaquent. Feu de paille !

départ de Dieppe

Après quelques escarmouches matinales, les choses sérieuses commencent réellement vers Rouen, ainsi l’Alsacien Hassenforder lance une échappée avec le Tricolore Nello Lauredi sur le circuit automobile des Essarts où, la semaine précédente, le pilote italien Guiseppe Farina de la Scuderia Ferrari a remporté le Grand Prix.
De l’arrière, viennent en renfort le Belge De Bruyne et le « Nord-Est-Centre » Roger Walkowiak. Dans la côte d’Amfreville (km 85), sous l’impulsion de Koblet, un groupe se forme avec notamment Robic, Astrua, le maillot jaune Schaer et Bobet. Trop de beau monde, la présence de favoris à l’avant provoque un regroupement général sur le plateau du Neubourg.
Trois kilomètres plus loin, Hassenforder remet ça. Cette fois-ci, il emmène encore son coéquipier Walkowiak et De Bruyne, ainsi que 3 Bretons de l’équipe de l’Ouest, Jean Malléjac, Émile Guérinel, Joseph Morvan, le Parisien Maurice Diot et le « Sud-Est » Molinéris surnommé Maigre Pierre. L’écart se creuse pour atteindre 10 minutes et 13 secondes à Saint-Laurent-du-Mont (km 165). Cette fois, c’est le bon coup.

1953 - BUT et CLUB - Le TOUR - 19Malléjac vainqueur

En vue de Caen, Malléjac se sort les tripes et remporte l’étape sur le circuit de la Prairie avec 13 secondes d’avance sur ses compagnons d’échappée. Le peloton accuse un retard de 9 minutes et 43 secondes.

sprint pelotonL'Equipe

Pointé au départ à 9 minutes et 12 secondes du leader, Hassenforder, qui rafle au passage les trente secondes de bonification attribuées au deuxième de l’étape, dépouille Fritz Schaer de sa tunique jaune.
Maurice Vidal, dans son bloc-notes, brosse son portrait : « Avoir sur les épaules le maillot jaune du Tour de France, alors que quelques suiveurs et des millions de sportifs ont encore du mal à prononcer son nom, voilà ce qu’a réalisé Roger Hassenforder. Alors, comme il a connu la gloire trop vite pour qu’elle puisse le suivre et s’habituer à lui, on l’appelle « Hassen »…
Voilà le bonhomme : un culot du tonnerre fait de confiance en soi et d’une inconscience enfantine. Ne croyez pas que ça l’épate d’avoir ce maillot jaune dont rêvent tous les coureurs. Non, non. Il était parti pour cela. Il avait abandonné pour ça le « Dauphiné ». Il en est heureux, tout simplement, et quand il est heureux, ça fait autant de bruit que lorsqu’il est en colère. À Caen, la malheureuse miss chargée de lui remettre le bouquet était effarée de la fougue de ce joli diable qui la couvrait de baisers, l’obligeant à en donner autant à son coéquipier Walkowiak…

Hassen et WalkoHassen a le maillot

… Depuis Strasbourg, il poursuivait un but unique : mettre tout le monde derrière lui, je dis bien tout le monde, car il ne connaît ni grands ni petits, ni forts ni faibles. Pour lui, tous les coureurs ont une bicyclette et deux jambes pour l’actionner, donc il a actionné les siennes toujours à fond, tous les jours à l’attaque. Depuis longtemps sans doute, le cyclisme français n’a pas connu d’attaquants aussi fougueux, possédant autant de moyens physiques. Souvent rejoint, il repartait toujours. Les photographes l’adorent car il leur fournit une matière incomparable et inépuisable. Voulez-vous une grimace, un sourire, un geste ? Voulez-vous qu’il fasse les pieds au mur ? Voilà, tout de suite

Hassen clown

Et ça barde ! Depuis six jours, les « Six jours » de Roger Hassenforder. Alsacien d’origine, 23 ans, toutes ses dents, une figure à la Robert Lamoureux, une fantaisie à la Brûlé, une classe à la Van Steenbergen. S’il n’existait pas, il faudrait l’inventer.
Il ne sait pas ce qui arrivera demain. On peut tout attendre de lui y compris de le voir un jour abandonner si ça ne l’amuse plus … »
Félix Lévitan ne manque pas non plus d’évoquer l’olibrius dans sa correspondance imaginaire avec Henri Desgrange :
« Ah si vous connaissiez Roger Hassenforder. Il a un corps d’athlète une tête toute ronde, auréolée de cheveux fous, des yeux étonnants, vifs, amusés, un sourire spontané, et un vocabulaire à faire frémir. Il n’empêche qu’il est jovial, souvent bon enfant, et que l’humeur la plus joyeuse règne grâce à lui au sein de l’équipe du Nord –Est-Centre dirigée par Sauveur Ducazeaux, un de votre époque, aussi bedonnant aujourd’hui qu’il avait la taille mince et délié à ses 20 ans.
-Laissez-moi vous parler d’Hassenforder. Il est mulhousien, de son pays natal, il a gardé un fort accent, cela vous rajeunit rien que d’y songer, n’est-ce pas ? Oui, Joseph Muller, le Strasbourgeois, mais ce brave Muller que nous avons retrouvé à Strasbourg, où il était l’invité des organisateurs, n’était qu’un tâcheron comparé à Hassenforder. Celui-là, c’est la classe à l’état pur. C’est Crupelandt, c’est Charpentier. C’est l’homme qui monte. Que dis-je ? qui explose … Il est d’une vigueur à faire frémir. Un signe : Antonin Magne en a peur…
Si je dis qu’Antonin en a peur, c’est parce que, devenu directeur sportif, le « père » Tonin l’a embauché. La rumeur prétend qu’Hassenforder écoute les conseils mais n’en fait qu’à sa tête. Il a déjà, toujours selon la rumeur, brandi une pompe menaçante sous le nez d’Antonin tout pantois. Hassenforder en a ri aux larmes. IL prend plaisir à raconter l’anecdote. Celle-là, c’est une entre mille. Il parle autant qu’il pédale. Un moulin à paroles. Et il souligne ses chutes, narre ses ennuis, exalte ses espérances …
Hassenforder vous eût plu, je vous le répète… Donc Hassenforder Ier est une forte nature. Un monsieur qui avale les kilomètres en tête du peloton, le nez dans le guidon, les bras écartés, sans jamais se retourner. Bien sûr cela frise parfois la catastrophe. La pompe… Pas celle d’Antonin, l’autre, celle qui nait de la fatigue, de la fringale, du froid, de la pluie, que sais-je ? Celle qui s’accompagne généralement de la visite de l’homme au marteau. Il broie les pédales, s’insulte, et pousse, pousse, jusqu’à la ligne, ou jusqu’à l’épuisement.
De Dieppe à Caen, il nous a fait la farce avec une poignée de compagnons résolus, de ravir le maillot jaune au Suisse Schaer. Jean qui rit et Jean qui pleure à l’arrivée … Si vous aviez vu le contraste, Hassenforder déchaîné et l’autre mécontent. Le premier clamant sa joie et le second hurlant sa colère. Il paraît même que cela a bardé chez les Suisses. Schaer a joué les pères outragés : « Me faire ça, à moi… » Hugo Koblet a dû l’apaiser : « Tu n’imagines tout de même pas que nous allions nous vider pour te conserver coûte que coûte ton maillot. Non, mon ami, non ce n’est pas l’immédiat qui compte, c’est l’avenir… »
Hassenforder s’en moque bien de l’avenir. Il vit intensément la minute qui passe. La vie est si belle… Maillot jaune à son premier Tour de France ! Quelle merveilleuse histoire …
Je vous tiendrai au courant, Patron. Dès demain, dès que nous serons arrivés au Mans. N’est-ce pas que l’histoire vaut d’être contée, de ce fils d’Hansi appelé à révolutionner sa patrie. »

Départ de Caen

Étape Caen-Le Mans, 206 kilomètres, après les tripes, les rillettes, tout est bon dans le cochon et le Tour 1953. Jacques Goddet consacre son éditorial : « Aux petits qui n’ont plus peur des grands ».
À Argentan (km 55), le maillot jaune, l’intenable Hassenforder, le Belge Close et le vainqueur de Dieppe Voorting se propulsent à l’avant. Accompagné d’un autre Hollandais Van Breenen, le bel Hugo Koblet, peut-être inspiré par les paysages de la Suisse normande, rejoint les trois fuyards. Un passage à niveau fermé (les trains passaient trop à l’heure en ce temps-là !) scinde le peloton en plusieurs paquets.
L’alerte est sérieuse avec la présence de Koblet à l’avant, tout rentre dans l’ordre à l’approche d’Alençon.
Allez, un petit coup de gnôle locale ! J’exagère à peine, Antonin Magne, dit pourtant Tonin le Sage, vainqueur des Tours de France 1931 et 1934, vantait bien les mérites d’une liqueur, qualifiée de « goudron hygiénique », pour justifier sa réussite sportive.

Antonin Magne Clacquesin

Alençon - 20

À la sortie de la cité réputée pour sa dentelle, Louis Caput et François Mahé tentent la fugue. Ils sont bientôt rejoints par le Tricolore Adolphe Deledda, l’Azuréen d’origine grecque Lucien Lazaridès, le Lorrain Gilbert Bauvin, Amand Audaire, le Batave Van Breenen et le Flahute Martin Van Geneugden. L’avance de ces huit hommes atteint les 3 minutes à Mamers, mais ils n’ont pas le temps de goûter aux délicieuses rillettes locales.

Lazaridès et Van GeneugdenBartaliMS N° 369 b du 9 juillet 1953 111953 - BUT et CLUB - Le TOUR - 21L'EquipeMiroir-Sprint Une Hassenforder

Sur le célèbre circuit automobile qui vient de célébrer, cette année, son centenaire, le jeune Belge Van Geneugden ruine les espoirs d’une nouvelle victoire française, en débordant Caput et Deledda. Le peloton termine à un peu plus de 4 minutes.
Roger Hassenforder conserve le maillot jaune. Mieux encore, son équipe est en tête au classement par équipes et place quatre coureurs dans les dix premiers du classement général : outre Hassen, Gilbert Bauvin 6ème, Georges Meunier 7ème, et Ugo Anzile 10ème. J’aimais le maillot orange et bande blanche de cette équipe du Nord-Est-Centre, je ne saurais vous dire pourquoi, comme dit l’autre, les goûts et les couleurs…
Jeudi 9 juillet, cap vers Nantes via La Flèche et Angers, 181 kilomètres. Peu après le départ, un motocycliste provoque une chute collective qui jette une vingtaine d’hommes à terre. Sabbadini et Guérinel, les plus touchés, abandonneront.


1953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 0011953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 0021953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 003

Dès le km 31, six coureurs s’échappent : le Tricolore Raoul Rémy, le Parisien Maurice Quentin, les inévitables « Nord-Est-Centre » de service, le Picard Bernard Quennehen et Jacques Labertonnière, le « Sud-Est » René Rotta et l’Italien Livio Isotti. Ils ne seront jamais rejoints. On peut espérer une victoire française sur la piste du vélodrome de Nantes, mais Isotti déborde tout le monde dans le dernier virage et offre à l’Italie sa première victoire d’étape. Hassenforder, tranquille pour une fois, conserve son maillot jaune. Dans le peloton, le sprint est ardemment disputé par les prétendants au maillot vert Belle Jardinière dont Fritz Schaer reste le détenteur.

1953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 0041953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 0051953 - BUT et CLUB - Le TOUR - 25MIROIR DU TOUR 1953 21

La 8ème étape, la plus longue du Tour, mène les coureurs de Nantes à Montaigu la digue, la digue … pardon, je m’emporte, de Nantes à Bordeaux, 345 kilomètres, vous lisez bien ! Une étape-souvenir destinée à établir un lien de tradition entre les Tours de grand-papa et celui-ci.
Le départ est donné à 5 heures du matin. La signature et le ravitaillement ont lieu de 4 heures à 4 heures 35 place la République. La caravane publicitaire commence à passer une heure et demie avant les coureurs. Les organisateurs prudents ont prévu un itinéraire avec les horaires probables, calculé sur une moyenne de 30 km/h. Par contre, ils n’avaient pas envisagé un fort vent favorable qui expliquera l’heure et demie en avance au vélodrome Lescure.
Les filles de La Rochelle, qui « ont la cuisse légère et la fesse à l’avenant » (décidément, je suis d’humeur coquine), voient passer un peloton qui a adopté une allure de cyclotouriste.

1953 - BUT et CLUB - Le TOUR - 261953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 012MS n° 370 a du 13 juillet 1953 16 La RochelleMS N° 370 a du 13 juillet 1953 05

Rien de sérieux ne se passe avant le contrôle de ravitaillement de Rochefort (sans les demoiselles !). Pour tromper la monotonie, Robic plaisante en servant d’entraîneur au stayer Hugo Koblet.

Robic-Koblet

La course se durcit juste avant Montendre (km 271) lorsque cinq coureurs prennent le large : le Hollandais Jan Nolten, le Belge Robert Vanderstockt, le Luxembourgeois Marcel Dierkens, et les « régionaux » Roger Walkowiak et Bernard Bultel.

1953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 0141953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 008

Peu avant le pont de Saint-André-de-Cubzac (photographie obligatoire), Nolten fausse compagnie aux quatre autres échappés et s’impose avec panache en solitaire à Bordeaux, inaugurant une tradition de victoires néerlandaises sur la piste girondine.

1953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 0061953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 007

1953-07-11

Le peloton arrive avec près de 6 minutes de retard donnant lieu à un sprint mouvementé entre Magni, Koblet, Robic et Schaer. Hassenforder reste maillot jaune et Schaer garde son maillot vert.

MIROIR DU TOUR 1953 24MIROIR DU TOUR 1953 25

Samedi 11 juillet, c’est jour de repos à Bordeaux. Le journaliste, et ancien athlète, Marcel Hansenne se lamente, avec humour, de ne plus pouvoir faire la sieste : « La grande leçon des premières étapes est très déprimante, les coureurs ne pensent qu’à une chose : courir. J’avoue envier les anciens lorsqu’ils nous content avec une richesse de détails toujours renouvelée les facéties auxquelles se livraient jadis les géants de la route. C’était l’époque où une grande intimité s’établissait dans la caravane. Les suiveurs étaient cordialement invités à profiter des heures creuses. Quand ils ne plaisantaient pas avec les coureurs, ils fuyaient dare dare vers quelque auberge soigneusement repérée, la veille, dans un guide gastronomique et où ils étaient certains de pouvoir déguster des spécialités régionales.
Jadis, le palais avait sa part dans le Tour de France et les étapes étaient à double signification, dans la mémoire des suiveurs. Bordeaux, c’était la victoire de Leducq et le souvenir d’une platée de cèpes ou d’un coq au vin. Aujourd’hui tout est changé. Dès que le signal du départ a été donné, les concurrents empoignent le guidon par le bas et s’en vont jusqu’à l’arrivée, sans désemparer.
Sans aller jusqu’à regretter trop amèrement ces festivités gastronomiques, victimes innocentes de l’accélération de la course, on peut évoquer avec mélancolie ces accalmies d’antan que nous appellerons les moments de complicité.
Aujourd’hui, il n’en reste plus rien non plus. La caravane ne s’accorde plus de vacances. Le mystérieux signal, qui faisait enfouir les carnets dans les poches, ne résonne plus. Les étapes sont devenues trop courtes pour justifier les récréations (il exagère un peu le Marcel d’écrire cela après une étape de 345 kilomètres, ndlr). Naguère, on cheminait huit à dix heures sur la route, et l’idée venait tout naturellement de signer d’éphémères armistices. Les motards en profitaient pour dormir un quart d’heure sur le bas-côté après avoir choisi un coin d’ombre à leur convenance.
Avec l’accélération des moyennes, tout cela a disparu. Les moments sont devenus rares où il ne se passe strictement rien. Affolé, l’ardoisier effectue d’incessantes échappées à l’avant pour noter les dossards et l’avance des fuyards. Les accalmies sont rares et brèves. Le bruit de la sirène et le vrombissement des moteurs rappellent à l’ordre le suiveur enclin à s’accorder quelques instants de répit. Un coup d’œil au compteur de la voiture le renseigne aussitôt sur l’importance de la nouvelle offensive. Si l’aiguille passe du 35 au 50, c’est que les « gros bras » sont mêlés à l’affaire. Alors, toute la caravane s’émeut, s’agite. Les avertisseurs donnent à plein, tandis qu’au loin on entend les coups de sifflets des policiers de la route qui poussent les voitures postées à l’avant-garde de la course. C’est sans surprise qu’on lit sur l’ardoise que le n°15 (Koblet), le n°61 (Bobet) ; le n° (Robic, le n°3 (Bartali) sont engagés dans l’action. Ç n’ira pas loin. Ils sont trop occupés à se surveiller tous. Rien ne se produira de décisif avant la montagne … » Elle se profile.
En effet, dimanche 12 juillet, c’est l’ultime étape avant l’attaque des Pyrénées. Elle mène les coureurs de Bordeaux à Pau avec la fréquemment ennuyeuse traversée de la forêt landaise. Marcel Hansenne aura peut-être le temps de goûter aux spécialités locales, le peloton passe à proximité de l’accueillante auberge du « Père » Darroze à Villeneuve-de-Marsan.
La météo est exécrable : des averses pour commencer, le déluge pour finir. L’allure est cependant vive avec de multiples escarmouches parmi lesquelles on note la présence d’un gars du coin, le jeune André Darrigade***, le futur « lévrier landais ».
Pas le temps de regarder gambader les poulets dans la campagne de Chalosse, la course se joue dans une bosse à la sortie de Saint-Sever. Une trentaine de coureurs se détachent parmi lesquels on relève les favoris Koblet, Bartali, Bobet, Astrua, Robic, Geminiani, mais aussi le maillot vert Schaer. Un, par contre, qui va y laisser des plumes, c’est le maillot jaune Hassenforder, pris de coliques. Il est attendu par ses coéquipiers Labertonnière et le Picard Bernard Quennehen.

1953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 0181953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 000

Mon père, tout Picard qu’il était, outre qu’il fut évidemment un bon apôtre, était fier qu’un gars de sa région natale soit en première page du Miroir des Sports au secours du maillot jaune. Nous le voyions assez souvent participer aux courses régionales dans la Somme bien qu’il courût sous les belles couleurs grise et orange du prestigieux club parisien de l’A.C.B.B (Athletic Club de Boulogne-Billancourt).
Malgré de multiples attaques en vue de Pau, c’est un groupe de 29 coureurs qui se présente dans la cité d’Henri IV. Sprint royal, c’est de circonstance : un vert-blanc-rouge pas très galant, l’Italien Fiorenzo Magni l’emporte devant Koblet, Robic, Schaer et Bartali !

1953-07-13 - BUT-CLUB 414 - 40th Tour de France - 019MS N° 370 a du 13 juillet 1953 08 09 Magni & KobletMS n° 370 a du 13 juillet 1953 01

Le Suisse Fritz Schaer consolide son maillot vert mais surtout retrouve la tunique jaune, Roger Hassenforder terminant à près de 7 minutes. Félix Lévitan se lamente sur le sort de l’Alsacien :  » Hassenforder n’est plus porteur du maillot jaune. Il a perdu pied sur la route de Pau, au sortir des Landes. Cela s’est fait d’une façon pitoyable et qui vous eut fait frémir : Hassenforder a été lâché au train, tout seul, en queue de peloton. Il était malade, il est vrai, troubles intestinaux, et il a été si mal soigné que son état, au lieu de s’améliorer, a empiré. La scène a eu des côtés douloureux. Cette bonne brute pleine de vaillance, deux jours auparavant, n’était qu’une loque. Ses yeux rieurs avaient perd leur éclat; ses joues s’étaient creusées et son nez pincé; il ne supportait pas sa casquette sur son front fiévreux, et le ciel par là-dessus pleurait sa misère... »
Le journaliste René de Latour consacre un long article à l’infortuné Hassen, coureur attachant :
« Moi je crois qu’il est fou…
– Lui fou ? Mais pas du tout. Il est plus malin à lui seul que tous les routiers du Tour réunis.
– Avouez, quand même, que par moments …
– Pensez-vous, c’est un genre qu’il se donne !
Voilà quelle tournure prend généralement la conversation des suiveurs du Tour, dès qu’ils abordent le sujet Hassenforder. Et personne n’est d’accord.
Une certitude pourtant : cet homme qui a connu presque en même temps l’ivresse de la gloire et l’amertume de la défaillance, est attachant par mille et un côtés…
Quel âge a-t-il ? Vingt-trois ans sur son passeport. En fait, il doit se trouver quelque part, dans les rouages de son cerveau un infime petit pignon bloqué et qui fait qu’il accorde autant d’importance aux détails futiles qu’aux choses essentielles. Par moments, c’est un gosse de douze ans qui parle. Pour un peu, on s’attendrait à le voir sortir de sa poche des billes et du roudoudou.
À quoi ressemble-t-il avec son visage en pointe, ses yeux goguenards, sa bouche trop souvent tordue pour mimer un rôle et ses mèches rebelles. Si sa gouaille n’avait pas un indélébile accent des « pords te la Mosselle », il serait le portrait même du fantaisiste Robert Lamoureux (les plus âgés d’entre vous se souviennent sans doute de son sketch du canard toujours vivant ndlr). Comme le fameux amuseur, il a le don des réparties qui font s’esclaffer l’auditoire.
Non, l’homme n’est pas fou. Il s’en faut. Fantasque, sans plus, et forçant un peu la dose parfois, par gentillesse, parce qu’il sait fort bien qu’il amuse son monde… »
Et l’intarissable Hassen de raconter moult anecdotes de l’enfant terrible qu’il avait été :
« Certains de ses tours faillirent causer sa perte.
-En octobre 1944, tandis que les Allemands reculaient en Alsace, la campagne était pleine de cadavres d’hommes et d’animaux, et nous vivions, nous les gosses, des aventures extraordinaires. Il suffisait de se baisser pour trouver des armes et des munitions. Je m’étais approprié un révolver d’ordonnance et je me vois encore enfonçant, à coups de marteau, dans le barillet, une balle un peu rouillée. J’avais beau tirer sur la gâchette, l’arme ne fonctionnait pas, jusqu’au jour où une balle m’a traversé la main gauche et est venue se loger derrière mon poignet…
-Mais ça n’est rien. Vous ne connaissez pas l’histoire de la casemate.
Il en rit encore en évoquant ce qui fut en réalité un drame qui rappelle de manière frappante une puissante nouvelle d’Hervé Bazin : « Jeux de mains ». Du moment qu’il n’en est pas mort, pourquoi ne pas considérer cela comme un souvenir amusant.
-Après le départ des Allemands, il y avait dans la campagne, autour de Mulhouse, des munitions en quantité. Grenades, bombes à ailettes, mines anti-chars, obus de tous calibres. Nous avions déniché une casemate abandonnée et avions décidé, mes camarades et moi, d’y amasser tout ce que nous pouvions trouver comme explosifs et d’y mettre le feu, pour supprimer le danger qu’ils représentaient.
Nous avions amoncelé pendant plusieurs jours, sans prendre de précautions, de quoi faire sauter une ville. Pour allumer le tout, j’avais une idée que j’imaginais géniale. J’avais déniché deux cents litres d’essence et avec un pulvérisateur à sulfater les vignes, nous en avions aspergé les murs de la casemate. Une vraie folie.
Comme je m’étais nommé chef artificier, j’avais disposé un cordon imbibé d’essence qui devait mettre le feu au tout. Je m’étais reculé… à cinq mètres.
Il n’a pas oublié le moindre détail de l’histoire, et pour cause, elle lui valut six mois d’hôpital et de souffrances effroyables… »
Sacré Hassen, peut-on oser dire que tout cela le prédestinait à devenir un franc-tireur à vélo ?
« C’est seulement en 1950, à Reims où il vint faire son service militaire, qu’on commença à le prendre au sérieux. Et pour cause : sur la piste du vélodrome où il s’entraînait assidûment, il commençait à jongler avec les meilleurs régionaux, et parfois avec des visiteurs plus aguerris. Coppi lui-même ne s’y trompa pas et le remarqua : « C’est un garçon doué, mais cela ne suffit pas ».
Malgré les victoires régionales qui fourmillent dans son début de carrière, il trouvait toujours moyen de faire douter de lui par une excentricité quelconque.
Il ne compte plus les fois où, s’échappant grâce à son extraordinaire vitalité (disons sa classe), il s’en fut se cacher dans un champ, laissant le peloton courir vainement après lui, tandis qu’en dernière position, il riait sous cape…
… Il n’a pas d’ennemis dans le peloton. Pourquoi se méfierait-on vraiment d’un homme qui est bien trop drôle pour être dangereux ? Ne doit-il pas s’écrouler dès les premiers cols ? N’a-t-il pas déjà perdu le maillot jaune après avoir été malade à Bordeaux et gravi un calvaire jusqu’à Pau ? N’a-t-il pas provoquer la pitié de ses camarades qui ont vu avec peine ce joyeux drille aux traits émaciés, aux narines pincées, se trainer sur la route sans songer à ses habituelles facéties ? Est-il d’ailleurs si tête folle. Il oublie volontiers ses blagues pour expliquer que s’il a décidé d’aller habiter en plein vignoble champenois, au Mesnil-Oger, c’est parce qu’il a tenu à vivre tout l’hiver en ermite, afin de faire des débuts professionnels remarqués. Ils l’ont été … »
Dans le Miroir des Sports, Claude Tillet fait un bilan des neuf premières étapes :
« Rarement début de Tour de France se révéla si passionnant. Le bilan des neuf étapes ayant précédé la montagne est d’une éloquence rare : pas une journée sans relief, pas une arrivée en peloton compact et des surprises fort heureuses telle que la superbe victoire de Nolten à Bordeaux et l’âpreté de la bataille avant Pau.
De Strasbourg au pied des Pyrénées, en passant par les rues déchaussées du Nord, pas un temps mort, pas une phase décevante, de la bagarre, toujours de la bagarre, encore de la bagarre, et pas même cette sorte d’entracte que les concurrents s’accordèrent si souvent au cours de l’étape précédant l’attaque de la montagne. Celle-ci, vous en doutez bien, n’en sera que plus meurtrière »

1953-07-13

À suivre dans le prochain billet !

Pour relater ces premières étapes du Tour de France 1953, j’ai puisé dans les magazines de ma collection, Miroir-Sprint et Miroir des Sports But&Club. Pour combler certains manques, j’ai fait appel à mon ami Jean-Pierre Le Port que je remercie vivement.
* http://encreviolette.unblog.fr/2022/12/10/balade-post-piemontaise-par-le-col-du-petit-saint-bernard-en-compagnie-notamment-dun-ange-et-dun-petit-ramoneur-3/
** http://encreviolette.unblog.fr/2021/06/22/un-amateur-de-tennis/
*** http://encreviolette.unblog.fr/2020/12/01/andre-darrigade-un-coureur-de-legende-par-christian-laborde/

Publié dans:Cyclisme |on 27 juin, 2023 |1 Commentaire »

Viva Giro d’Italia

Mes lecteurs les plus assidus se seront peut-être inquiétés de mon hibernation rédactionnelle durant quelques semaines. À tort. Aucune véritable raison pour justifier celle-ci sinon goûter au farniente que le Larousse définit comme une douce oisiveté d’origine italienne tirée de fare, faire, et niente, néant.
Je pourrais faire miennes ces quelques lignes de Madame de Sévigné : « Ne soyez point en peine de mon séjour ici (mon silence ici ndlr) ; je m’y trouve parfaitement bien ; j’y vis à ma mode ; je me promène beaucoup ; je lis, je n’ai rien à faire, et, pour n’être point paresseuse de profession, personne n’est plus touchée que moi du farniente des Italiens. »
En ce mois de mai, chaque après-midi, je m’évade en Italie, à savoir que je ne fais rien que suivre, sur la chaîne Eurosport, le Giro d’Italia, le Tour d’Italie cycliste pour les béotiens de la petite reine. La vie en rose en somme, tant cette couleur colle à l’histoire et l’image de cette course.
Six ans après que le journal L’Auto, sous la houlette de Henri Desgranges, ait créé son homologue le Tour de France, le Giro est né en 1909 d’une initiative de La Gazzetta dello Sport, quotidien sportif milanais (fusion de Il Ciclista et La Tripletta) imprimé sur du papier rose. À l’instar du maillot jaune du Tour, de la couleur du journal organisateur français, le leader du Giro sera distingué, à partir de 1931, par le port d’un maillot rose, la Maglia Rosa.
Bien que, souvent, on affirme que le cyclisme est une religion en Italie, l’Église voyait d’un mauvais œil, à l’époque, l’usage de la bicyclette. Les prêtres ne pouvaient pas se déplacer à vélo. Fin 1907, le pape Pie X affirmait dans un courrier adressé au cardinal de Milan « le mépris que suscite la triste attitude d’un prêtre à bicyclette ». Les évêques débattaient négativement de ce grave cas de conscience (!) dans leurs diocèses. Heureusement, le pape Benoît XV, nouvellement élu en 1914, fit briser ce tabou ridicule. Enfin, en 1946, Pie XII accepta de recevoir le peloton des Girini (les coureurs participant au Giro). Mieux encore, en 1948, ce même pape consacra la Madona del Ghisallo, petite chapelle proche surplombant le lac de Côme, « patronne universelle des cyclistes. En cette circonstance, un flambeau béni par le Souverain Pontife, fut porté de Rome jusqu’à la chapelle par des cyclistes, avec pour derniers relayeurs Gino Bartali et Fausto Coppi.
Je vous avais fait partager ma mémorable visite dans ce sanctuaire du cyclisme à l’occasion d’un de mes voyages en Italie.

Musée Cyclisme Ghisallo

 http://encreviolette.unblog.fr/2018/06/09/une-semaine-a-florence-1/

Il s’agissait là d’une excellente approche pour comprendre ce que représente le cyclisme en Italie, et le Giro particulièrement.
En ce qui me concerne, je suis tombé, dès mon enfance, dans la marmite, non pas de minestrone, mais du Giro d’Italia, sans que je puisse d’ailleurs en analyser précisément les raisons. Je balaie d’entrée l’atavisme et la conquête du royaume de Naples, au XIème siècle par quelques compatriotes, des aventuriers et mercenaires normands initialement au service des Lombards et des Byzantins. Beaucoup plus sérieusement, je dois confusément ma passion pour le cyclisme dans la péninsule, à deux illustres champions, deux campionissimi comme on dit là-bas, dont les exploits infusèrent dans mon inconscient.
L’un naquit à dix lieues de mon bourg natal et apparut au firmament du cyclisme mondial, en septembre 1953, en remportant le Grand Prix des Nations, une prestigieuse épreuve (dite de vérité parce que courue contre la montre) aujourd’hui disparue. Il y participa neuf fois pour autant de victoires. Il s’agit de Jacques Anquetil, l’idole de ma jeunesse, ainsi je l’ai qualifié dans plusieurs de mes billets* tant ma passion pour lui fut immodérée. À travers le fameux dithyrambe des journalistes, on le compara hâtivement à l’autre : Fausto Coppi, alors champion du monde, dont mon professeur de père, amoureux de cyclisme et de Victor Hugo, me narrait les faits d’armes quand il me contait la légende des Cycles !
Quelques semaines après son triomphe en vallée de Chevreuse, « mon » (déjà je l’avais adopté) Jacques fut invité au Trophée Baracchi, une course, également disparue, disputée contre la montre par équipe de deux coureurs, dans les alentours de Milan avec arrivée au mythique vélodrome Vigorelli. Associé à Antonin Rolland, il ne termina que second derrière … Fausto Coppi. Mais la presse italienne, conquise, prophétisait déjà : « La France prépare un rival pour Fausto Coppi ».

fausto-coppi-e-jacques-anquetil

Quelques jours plus tard, Anquetil rendit visite à Coppi dans sa propriété piémontaise. Comme pour un adoubement ? Plus probablement, comme pour lui signifier en toute amitié qu’il allait être son adversaire et qu’il allait l’effacer.
Effectivement, Anquetil n’appliqua guère, au cours de sa carrière, les conseils prodigués par son aîné … sinon peut-être sur l’entrée également dans sa vie d’une « dame blanche » !
En mon année scolaire en classe de cours préparatoire, les reportages de l’envoyé spécial du quotidien régional Paris-Normandie constituaient un exercice distrayant et motivant pour mon apprentissage de la lecture.
À l’automne suivant, j’accompagnais mon père autour de l’hippodrome de Longchamp pour complimenter, non pas l’armée française comme disait la chanson, mais les As, Coppi, Bobet nouveau champion du monde, Anquetil, Koblet, Van Steenbergen disputant le célèbre critérium** derrière derny.
Serge Reggiani chantait Venise n’est pas en Italie, mais pour Anquetil, Milan et son vélodrome Vigorelli l’étaient. C’est là qu’en juin 1956, avec la permission de sa hiérarchie de la caserne Richepanse de Rouen, il s’attaqua à un mythe, le record de l’heure établi par Fausto Coppi en 1942. J’ai déjà eu l’occasion de vous relater cette scène surréaliste où mon père et moi, assis devant l’antique TSF familial, « regardaient » un radioreporter racontant avec enthousiasme, soixante minutes durant, la progression du champion normand tournant en solitaire sur l’anneau milanais : 46,159 kilomètres dans l’heure, le mur du son vélocipédique venait d’être défoncé.

L'Equipe Anquetil record de l'heure

La presse italienne fut délirante, traduction :
« Ainsi, le record de Coppi s’est écroulé. Même si, comme Halicus, nous regrettons qu’à notre cyclisme un si grand titre de supériorité ait été arraché, comme sportifs et comme hommes nous devons tous nous réjouir de cette nouvelle conquête humaine due à un athlète de l’immor¬telle souche latine, de cette glorieuse France cycliste. »
Autre gazette : « Jacques le Petit Caporal a gagné la Campagne d’Italie… Anquetil a dépassé ce que l’on croyait être l’impossible… Nous sommes à la mesure de la légende, une légende qui, aujourd’hui, porte le nom d’un jeune coureur venu parmi nous pour tenter le plus grand exploit de sa vie et qui retourne dans sa patrie avec un triomphe dont les échos se répercu-teront dans l’avenir. »
Confusément, je me régalais de cette hospitalité italienne et allais m’intéresser au cyclisme dans la péninsule, à travers les quelques articles que lui consacrait la presse française spécialisée (L’Équipe, Miroir-Sprint, Miroir des Sports), notamment à l’occasion des deux grandes classiques Milan-San Remo et le Tour de Lombardie, ainsi que le Giro. Je ressentais comme un je ne sais quoi d’exotisme à leur évocation.
En France, Anquetil apparaissait à l’évidence comme le successeur tout désigné de Louison Bobet, trois fois consécutivement vainqueur du Tour de France. Pour sa première participation en 1957, Anquetil remporte la grande boucle à laquelle Bobet a renoncé pour des raisons de susceptibilité, n’acceptant pas de partager avec le jeune champion normand sa suprématie au sein de l’équipe de France, mais aussi après son amère déception du Tour d’Italie : « Les événements, c’est du côté de l’Italie qu’il faut regarder. Louison Bobet est en train de perdre le Giro pour un pipi. L’ange de la montagne Charly Gaul, pour soulager sa vessie, pose son vélo contre un arbre dans l’ascension du Monte Bondone, un sommet où il a construit son succès, l’année précédente, lors d’une étape dantesque***. Cette fois, Bobet, porteur du maillot rose, et Geminiani en profitent pour lui mettre dix minutes dans la vue. Gaul, fou de rage, dresse alors un doigt vengeur vers les deux Français : « Avant d’être cycliste, j’étais garçon-boucher, tueur aux abattoirs. Et je n’ai pas perdu la main ! » Le Luxembourgeois va s’acharner désormais à faire perdre Bobet qui, pour 19 secondes, ne devient pas le premier Français à remporter le Tour d’Italie. »

Bobet Gaul Giro 57

J’avais 10 ans et, pas patriote pour un sou, je trouvais ça rigolo le Giro avec ses airs de commedia dell’arte sur deux roues. J’allais moins rire lorsque, deux ans plus tard, l’idée vint à Anquetil, homme de défis, que ce soit lui le premier Français à ramener le maillot rose au Vigorelli de Milan. Je vous ai raconté son échec (et ma profonde tristesse à l’époque !) dans un très récent billet écrit suite à mon franchissement du col du Petit-Saint-Bernard, au retour d’un séjour à Turin****.
Je me consolerai l’année suivante, en 1960, lorsque mon champion réussit cette fois là où Bobet avait échoué : être le premier coureur français à inscrire son nom au palmarès du Giro. Non sans mal cependant. Anquetil semblait avoir accompli l’essentiel en faisant carton plein dans son exercice de prédilection, quatre étapes contre la montre dont l’une, pittoresque, disputée en côte sur les carrières de marbre de Carrare.
Mais Vincenzo Torriani, directeur du Giro, n’était jamais à court d’idées pour valoriser son épreuve et faire la nique à Jacques Goddet, le rigoureux codirecteur du Tour de France. Ainsi le journaliste indépendant Pierre Carrey écrit dans sa Bible sur le Tour d’Italie, GIRO, sous-titrée « la course la plus dure du monde dans le plus beau pays du monde » :
« Torriani baptise un sentier de mule à flanc de falaise, entre la province de Brescia et celle de Sondrio : le Gavia. C’est son année montagnarde puisqu’il ajoute le Poggio au tracé de Milan-San Remo et le Mur de Sormano au Tour de Lombardie. Mais, « selon les informations en provenance de Bolzano, le passage du col du Gavia, perché à 2618 mètres, demeure problématique, en raison de mauvaises conditions atmosphériques », annonce L’Équipe. « Des éboulements sont possibles sur la route. Par ailleurs, les travaux de déneigement ont dû être interrompus ». Plus encore, c’est la largeur minuscule qui fait planer le risque d’un renoncement pour cette première tentative. Les voitures peuvent à peine passer, et si l’une tombait en panne, la course serait irrémédiablement bloquée. L’organisateur ne s’embarrasse pas de ce détail et signe un accord avec sa compagnie d’assurance : si un véhicule cale en pleine montée, il sera jeté dans le ravin.

GAVIA GazzettaLe Giro affronte sa dernière difficulté: Attaque sur Anquetil dans le col décisif  GAVIA !

L’écrivain Paul Fournel, qui était aussi dingue que moi du champion normand, écrit dans son livre hommage Anquetil tout seul : « La deuxième fois que j’ai vu Anquetil, je ne l’ai pas vu, je l’ai pisté. Mon père et moi sommes partis sur sa trace. J’avais 14 ans et il avait donné aux journalistes l’année précédente une description si apocalyptique de sa montée du col du Gavia que mon père avait aussitôt décidé que nous devions l’escalader à notre tour pour voir. Anquetil avait décrit un sentier de mules taillé à flanc de montagne, à même la glaise, pas goudronné, sans parapet, voué aux glissades et aux vertiges. Il l’avait décrit sous la pluie, transformé par la grâce des éléments en ruisseau de boue, dangereux, avec la paroi d’un côté et le vide de l’autre. Il avait décrit ces tifosi de malheur qui poussaient Gastone Nencini du meilleur de leurs forces et qui, les pieds collés dans la boue, l’abreuvaient, lui, de menaces et d’insultes. Les journalistes qui connaissaient cette région d’apocalypse, avaient ajouté que, dans le coin, rôdaient des ours. Il n’en fallait pas davantage pour aiguiser l’appétit cycliste de mon père … » Je ne désespère pas, un jour, d’escalader le Passo di Gavia … en auto !

Giro 60 Anquetil dans Gavia

Mieux qu’un reportage même épique, j’ai déniché, il n’y a pas si longtemps, sur YouTube un extrait saisissant du franchissement du Gavia :

Image de prévisualisation YouTube

Au-delà de l’imaginable : images à vitesse réelle montrant la sévérité de la pente, poussettes des tifosi. Dans ce climat hostile, Anquetil conserva 28 petites secondes d’avance sur Gastone Nencini (vainqueur quelques semaines plus tard du Tour de France). À Cannes, Federico Fellini recevait la Palme d’Or du Festival pour son film La Dolce Vita.

Gazzetta Anquetil

Quelques jours plus tard, dans une brasserie de la place du Vieux-Marché à Rouen, j’admirais la tunique rose de Jacques encore maculée de la boue du Gavia.
Fausto Coppi, décédé à 41 ans le 2 janvier 1960, aurait sans doute apprécié l’exploit de Jacques. Celui-ci s’était rendu à ses obsèques à Castellania, le village natal du campionissimo qui, depuis 2019, sur décision du conseil municipal et approbation du conseil régional du Piémont, se nomme Castellania Coppi.
Des « maglia rosa », j’en ai vu quelques-uns depuis : à Castellania justement, dans le petit local voisin de son mausolée, l’un de ceux que porta Fausto lors de son premier Giro victorieux en 1940, mais aussi au Museo del Ciclismo au sommet du Ghisallo, où est exposée toute une collection de maillots ayant appartenu à de prestigieux vainqueurs du Giro tels Eddy Merckx et Francesco Moser.

Maillot rose Coppighisallo-museo-maillots-roses-blog-12ghisallo-museo-maillot-rose-merckx-blog-33-e1528488616793

Ce n’est pas sans émotion qu’on contemple ces reliques qui, à leur manière, racontent l’histoire du Tour d’Italie et aussi leur évolution textile depuis l’âge d’or des maillots de laine amples avec les poches sur la poitrine jusqu’à ceux de maintenant, légers et ajustés, en lycra.
On constate plusieurs nuances, du vieux rose d’antan (son premier détenteur Learco Guerra trouvait qu’il ressemblait à des sous-vêtements féminins !) aux teintes flashy d’aujourd’hui.
Le choix de la couleur rose en 1931 pour distinguer le leader de l’épreuve ne fut pas accueilli favorablement par les politiciens fascistes de l’époque, regrettant l’absence de virilité. Les organisateurs calmèrent les protestations mussoliniennes en ajoutant le faisceau fasciste sur le devant du maillot. Ce symbole fut retiré après la guerre.
En 2021, le Giro commémora à sa manière le 700ème anniversaire de la mort de Dante, l’auteur de la Divina Commedia, en inscrivant à l’intérieur du col les derniers mots de son Purgatoire : Disposto a salire a le stelle à savoir « prêt à monter vers les étoiles ».

Maillot rose Dante

On imagine la fierté que ressent le coureur qui endosse, ne serait-ce qu’une journée, la mythique maglia rosa. Alors que je rédige ce billet, le quotidien régional La Dépêche du Midi, édition des Hautes-Pyrénées, fait paraître une première page éclaboussante de rose pour fêter un de ses enfants, Bruno Armirail, premier coureur français enfilant le maillot rose au XXIème siècle.

Armirail en rose

La Maglia Rosa est le propos d’une séquence du film Totò al Giro d’Italia, un nanar italien réalisé en 1948. Le populaire acteur comique Totò interprète, maladroitement doublé (!) quelques couplets à propos de la fameuse tunique, sur un air du Barbier de Séville de Rossini. Autour de lui, le chœur (tout aussi mal doublé) est constitué de quelques vedettes du Giro, Bartali, Coppi mais aussi Louison Bobet et en arrière-plan, Fiorenzo Magni et Ferdi Kubler.

Image de prévisualisation YouTube

Totò- Une voix vient de sonner au téléphone.
Bartali – Mais on ne sait pas qui a gagné.
Coppi – Comment cela se fait-il ?
Totò – Je ne sais pas ! – À qui appartient ce maillot rose ?- À qui appartient-il ? – De qui s’agit-il ?
Bartali- C’est à qui ?
Totò – Le maillot rose, le maillot rose, c’est cette chose qui ne se repose jamais, celui qui le gagne demain peut le perdre Et celui qui le perd peut facilement le retrouver.
Chœur – Mais à qui appartiendra-t-il ? Le maillot rose, le maillot rose est cette chose qui ne se repose jamais qui s’agite un peu dans cette direction, il va un peu dans cette direction, il va un peu dans cette direction.
Totò -Aujourd’hui, c’est celui de Gino, demain Coppi le mettra sur son ventre, après-demain même Cottur pourra le tenir dans ses mains…
Bartali- Ça suffit !…
Coppi -…tu dois le dire !
Totò – Je sais, je sais, mais je ne le dirai pas !
Chœur – Il sait, il sait, mais il ne le dira pas.
Totò – De tous, je veux donner Je veux donner le maillot rose à tout le monde, un à toi, un à toi, un à Magni, ce qui fait trois, en voilà un, en voilà un, il y en a un pour Bobet. Vous êtes les premiers sur la ligne d’arrivée de la Valeur, Je suis le premier sur la ligne d’arrivée d’Amor.
Chœur Un pour toi, un pour toi un pour Magni, ça fait trois, en voilà un, en voilà un, il y en a un pour Bobet. Tu es le premier sur la ligne d’arrivée de la Valeur, je suis le premier sur la ligne d’arrivée de l’Amour.
Le Giro c’est un chant sacré comme le bel canto !
Pour conclure avec cette histoire de maillot, entre 1946 et 1951, les organisateurs du Giro, jamais à court d’idées, décidèrent de récompenser le dernier du classement général avec une maglia nera, un maillot noir. Voyant là une manière de se faire une petite notoriété, notamment en prévision de futurs contrats juteux dans la tournée des critériums, certains coureurs se livrèrent bataille pour porter le tricot noir, ainsi en 1946 et 1947, les sans-grades Malabrocca (littéralement mauvaise cruche) et Carollo. On atteignit le burlesque, les deux coursiers cherchant à perdre le plus de temps possible (il fallait tout de même terminer dans les délais) en se cachant dans des cafés ou des granges, en simulant des crevaisons, l’un d’eux se serait même invité à un repas de famille. Selon la légende, Malabrocca se cacha dans une cuve à ciment pour que ses rivaux directs le croient dans un groupe en avant de la course. Un paysan souleva le couvercle :
– « Que fais tu là ? »
– « Je cours le Giro ! »
Les subterfuges fonctionnaient, la preuve, le dit Malabrocca figurait dans le chœur derrière Totò au milieu des stars du cyclisme.
Lors du Giro 1951, pour sa dernière attribution, le maillot noir revint à un coureur de la Bottecchia, Nani Pinarello, futur fondateur de l’une des marques de cycles les plus emblématiques. Comme dans l’Évangile, les derniers deviennent (parfois) les premiers.

Vélo Pinarello

Raconter le Giro, c’est aussi évoquer quelques pans de l’histoire contemporaine de l’Italie, et notamment ce que fut l’épreuve sous Mussolini. Lors de ma visite au Museo del Ciclismo, mon regard fut interpellé par deux premières pages du quotidien organisateur.
L’une célèbre la victoire de Learco Guerra en 1934, ainsi que le succès de la Squadra Azzura à la Coupe du Monde de football disputée en Italie :

Ghisallo Museo presse blog 23

Les grandes victoires des athlètes fascistes au nom et pour le prix du Duce
Les Azzurri remportent le championnat du monde en présence de Mussolini
Learco Guerra inscrit son nom dans le livre d’or du Giro d’Italia

L’autre loue la première victoire de Fausto Coppi au Giro de 1940.

Gazzetta Coppi

La course du peuple était digne du prix du Duce
Le conscrit Fausto Coppi est le vainqueur du 28e Giro d’Italia
qui, sous le double signe de la jeunesse et de la tradition, a apporté aux foules sportives d’Italie le témoignage de la vigueur et de la sérénité du pays en armes

Le Duce n’aimait pas le cyclisme (trop rose ?), lui préférant les sports où, avec son air bravache, il pouvait poser torse nu (équitation, ski), s’enivrer de vitesse (moto) ou asséner des coups (boxe, escrime).
« Mais Benito Mussolini va tout de suite comprendre l’importance de cette course, car comme son nom l’indique, c’est toute l’Italie que l’on va montrer. Surtout le Sud, comme la Calabre ou la Sicile, qui étaient jusque-là délaissées par les pouvoirs politiques. Il sera clair pour lui que le Giro devra passer par tous les lieux sacrés du régime fasciste… L’épreuve compose avec les exigences de la dictature, les devine, les précède, accompagne la montée en tension du régime, son exaltation de la Rome antique, sa redéfinition de l’Homme italien, ses changements de société, sa fermeture au monde, son racisme, ses violences, sa marche vers la guerre » (Pierre Carrey, GIRO).
Fiume et Trieste sont choisies comme villes-étapes. La « montagne del Duce », le monte Terminillo (2 216 m.) dans les Apennins, devient la destination favorite des Romains pour les sports d’hiver et, de 1936 à 1939, le terme incontournable de la « cronoscalata », une étape contre la montre en côte depuis Rieti. Les « Girini » n’y reviendront qu’en 1960 tant le spectre de Mussolini, torse nu sur ses skis, y rôdait encore.
En mai 1936, la Gazzetta dello Sport se sentit obligée de publier un véritable acte d’allégeance envers Mussolini : « Le Duce a offert son magnifique soutien au Tour d’Italie. Dans sa volonté inébranlable et incontestable de voir la grande tradition sportive de l’Italie perdurer, il a assuré que nous, organisateurs, avions travaillé comme jamais auparavant pour donner à ses sujets une course digne de son patronage et de sa magnificence. En tant que promoteurs de la course, nous avons été galvanisés par ses encouragements et, avec une fois sans cesse renouvelée, nous avons mis au point un parcours pour offrir la plus grande démonstration des valeurs de la Révolution fasciste … Cette année, le Giro ne verra pas la participation de visiteurs étrangers mais consistera plutôt en une synthèse de l’extraordinaire détermination et vitalité de notre nation, une démonstration de notre compréhension supérieure du sport, un signal lumineux pour les patriotes jeunes et vieux. »
L’auteur de ces lignes est un certain Emilio Colombo, directeur de la Gazzetta et de fait patron du Giro, à qui le monde du cyclisme rendra hommage en créant après sa mort le challenge Desgrange-Colombo, sorte de championnat du monde par points regroupant les plus grandes courses, et ancêtre du Super Prestige Pernod. Hips !
Ne soyons pas trop fiers, le journal L’Auto, créateur du Tour de France, fut accusé de collaborationnisme sous l’Occupation et interdit à la Libération. Avec la Gazzetta dello Sport et La Nuova Italia, organe de presse du Fascio de Paris, il organisa à partir de 1933 le Critérium des Italiens de France qui s’avéra être un instrument de propagande et une intrusion de l’Italie fasciste dans la vie sportive française.
Preuve en est, l’extrait d’un compte-rendu de l’épreuve dans la Gazzetta du 13 juin 1933 : « Beaucoup de coureurs avaient des maillots aux couleurs de la Patrie, au-delà de tous les facteurs sportifs se rejoignirent pendant la finale les efforts des initiateurs et des organisateurs d’approcher toujours plus intimement la Patrie à l’atmosphère du Fascisme et à l’admiration pour le Duce de nos frères résidant à l’étranger qui sentent aussi dans le sport un important levier pour le prestige de l’italianité dans le monde ».
Pas à un paradoxe et un artifice près, Mussolini se met en tête de faire gagner le maillot jaune à un Italien et d’interdire la conquête de la maglia rosa aux étrangers.
Tandis que les footballeurs Azzuri, arborant un maillot noir, éliminent l’équipe de France en quart de finale de la Coupe du Monde 1938, à Colombes, Mussolini demande personnellement à Gino Bartali de participer au Tour de France. Gino obtempère mais ne fait pas le salut fasciste après son arrivée victorieuse au Parc des Princes. La Gazzetta dello Sport ose écrire : « Sous les injonctions de l’Italie du Duce, par sa victoire, Bartali, champion de l’équipe Legnano, a obéi. » En réalité, Bartali, qu’on surnommait Gino le Pieux, dédia sa victoire à sainte Thérèse de Lisieux et ne cacha jamais son aversion pour le fascisme même si son succès dans le Tour de France 1938 fut exploité par la dictature mussolinienne.
Après sa mort, fut dévoilée sa vie clandestine : entré dans la résistance en 1943, suite à l’Occupation de l’Italie par l’Allemagne, Gino joua un rôle important dans le sauvetage de Juifs. Grâce à sa couverture idéale de champion cycliste très populaire, intégrant un réseau initié par un rabbin de Florence, il fit passer des documents falsifiés en les dissimulant dans les tubes de selle et de cadre de son vélo et en les transportant sous couvert de longues sorties d’entraînement. En 2011, à titre posthume, Gino reçut le titre de « Juste parmi les nations », la plus haute distinction décernée par Israël à ceux qui ont sauvé au péril de leur vie des Juifs pendant la Shoah.
En 1946, « le Tour d’Italie renaît pour servir un office plus grand que lui, qui le transcende. Ses problèmes sont une part de son succès, Napolitains et Turinois, habitants de Lombardie et du Latium, de Vénétie et d’Émilie. Tous les Italiens font partie d‘une même civilisation et, avec un même cœur, ils regardent tous le Giro comme un miroir dans lequel ils peuvent se reconnaître ».
Bartali vainqueur des Tours d’Italie de 1936 et 1937, le nouveau venu Fausto Coppi victorieux en 1940, la rivalité entre les deux campionissimi allait s’exacerber, dépassant largement le seul cadre sportif, agissant comme une métaphore des fractures politiques et sociales qui traversaient l’Italie de la Reconstruction. On lui donne un nom, le Divismo, la dualité qu’on retrouve même dans les arts, le cinéma et donc le sport. Après l’embrigadement de l’ère fasciste, le peuple italien a besoin de s’extérioriser à travers des formes de passions extrêmes, voire puériles. Lui qui n’aime rien tant que d’opposer ses différences pour mieux se ressembler : le Nord industriel et le Sud agricole, la Démocratie Chrétienne et le Parti Communiste (P.C.I.), mais aussi Luchino Visconti et Federico Fellini, Sophia Loren et Gina Lollobrigida, la Callas et la Tebaldi, l’ecclésiastique Don Camillo et le maire rouge Peppone, Vespa et Lambretta.
L’écrivain, fasciste puis antifasciste, Curzio Malaparte (un pseudonyme qu’il justifiait ainsi : « Napoléon s’appelait Bonaparte et il a mal fini, je m’appelle Malaparte et je finirai bien » !) commit sur le sujet, un petit livre intéressant : Les Deux Visages de l’Italie : Coppi et Bartali (1947, édité en France en 2007). Il résumait ainsi la différence entre les deux champions : « Il y a du sang dans les veines de Gino, dans celles de Fausto, il y a de l’essence. Je dirai même la quintessence de la vie. » Son affirmation devint prémonition plus tard.

Malaparte

Dominique Jameux, auteur de Fausto Coppi l’échappée belle, Italie 1945-60 (dont fut adapté un excellent documentaire), raconta à travers la carrière de l’immense champion, l’histoire d’une Italie en pleine mutation, depuis les sombres années fascistes au miracle économique des années 1960.
C’est à travers ces lectures que je pris conscience, à l’âge adulte, de ce que représentait vraiment le cyclisme en Italie et le Giro en particulier. On était « bartaliano » ou « coppiano », ces deux champions cristallisant des identifications et des crispations sociales et culturelles.

860_giro_ditalia_1940_-_gino_bartali_fausto_coppiCoppi Bartali Giro

Ne nous moquons pas, nous vécûmes semblable phénomène, durant les années 60, que le journaliste Jacques Augendre décrivit dans un petit livre de la même collection que celui de Malaparte : Anquetil et Poulidor, un divorce français*. Bien au-delà de la France sportive, la rivalité de nos deux compatriotes, savamment entretenue par les médias, entraînait de vives discussions autour de la table voire de graves fâcheries au sein des familles.
Le Giro « est aussi une course qui va être préemptée par les écrivains, beaucoup plus que le Tour de France. Dès l’après-guerre, les écrivains considèrent qu’il faut donner un nouveau récit, donner un nouveau souffle à l’Italie et que cela passe par le Tour d’Italie. »
C’est le cas de l’auteur du Désert des Tartares, Dino Buzzati, qui suivit, pour le quotidien Corriere della Sera, le Giro 1949 devenu mythique essentiellement par ses chroniques, car l’épreuve fut relativement monotone, hors la fameuse étape Cuneo-Pinerolo, à travers les Alpes entre la France et l’Italie réconciliées, et le franchissement des cols de la Maddalena (col de Larche sur le versant français), Vars, Izoard, Montgenèvre et Sestrières.

Buzzati Giro 49

La couverture du livre, dans sa traduction française éditée en 1984, affiche les premières lignes de l’article :
« Lorsque aujourd’hui, dans l’ascension des terribles pentes de l’Izoard, nous avons vu Bartali se lancer seul à la poursuite, à grands coups de pédale, souillé par la boue, les commissures des lèvres abaissées en un rictus exprimant toute la souffrance de son corps et de son âme –Coppi était déjà passé depuis un bon moment, et désormais il était en train de gravir les ultimes pentes du col-, a resurgi en nous, trente ans après, un sentiment que nous n’avons jamais oublié. Il y a trente ans, veux-je dire, nous avons appris qu’Hector avait été tué par Achille. Une telle comparaison est-elle trop solennelle, trop glorieuse ? Non. À quoi servirait ce qu’il est convenu d’appeler les « études classiques » si les fragments qui nous restent à l’esprit ne faisaient pas partie intégrante de notre modeste existence ? Bien sûr, Fausto Coppi n’a pas la cruauté d’Achille : bien au contraire… Des deux champions, il est sans nul doute le plus cordial, le plus aimable. Mais Bartali, même s’il est le plus distant, le plus bourru –tout en n’en étant pas conscient-, vit le même drame qu’Hector : le drame d’un homme vaincu par les dieux. C’est contre Minerve elle-même que le héros troyen eut à combattre : il était fatal qu’il succombât. C’est contre une puissance surhumaine que Bartali a lutté, et il ne pouvait que perdre : il s’agit de la puissance maléfique des ans… »
Homérique ! Ce jour-là, à l’issue d’une fugue solitaire de 192 kilomètres, Achille Coppi gagna l’étape avec 11 minutes et 52 secondes d’avance sur Hector Bartali.

livre Cuneo Pineroloun livre sur l’étape légendaire dans un format … à l’italienne

Au sommet du col de Larche, est érigée une stèle à la gloire de Fausto avec la célèbre phrase prononcée par le radioreporter italien Mario Ferretti: « Un uomo solo è al comando, la sua maglia è bianco-celeste, il suo nome è Fausto Coppi » (« Un homme seul est en tête, son maillot est bleu ciel et blanc, son nom est Fausto Coppi »).
Encore Buzzati : «Des centaines de milliers d’Italiens auraient payé qui sait quel prix pour être là-haut, là où nous étions, pour voir ce que voyions. Pendant des années et des années – nous nous en rendîmes compte – on allait parler à n’en plus finir de ce menu fait qui en lui-même ne semblait avoir aucune particularité spéciale : simplement un homme à bicyclette qui s’éloignait de ses compagnons de voyage.»
Gino Paoli, idole des années 1960 (les lecteurs de mon âge flirtèrent sans doute sur Sapore di sale), composa et chanta à la gloire de Fausto :

Image de prévisualisation YouTube

Comprenez qu’en 2016, de retour de Rome, je pris le chemin des collines piémontaises pour me recueillir à Castellania … Coppi. Un aimable monsieur du village immortalisa ma visite devant une grande photographie murale de Fausto déjà échappé dans une étape des Dolomites de ce même Giro 1949. Il venait de franchir le Passo Pordoi : je me souviens y être passé, tout gamin, et mon père m’avait raconté que les tifosi en adoration, embrassaient la chaussée sur laquelle Fausto (mais aussi Gino) avait roulé !

Coppi Castellania 2

http://encreviolette.unblog.fr/2016/08/27/vacances-postromaines-10-les-cerises-de-castellania-village-natal-de-fausto-coppi/

Stèle Coppi Passo Pordoï

Chaque année, au moment du Giro, je ressors « mon Buzzati » de ma bibliothèque et relis quelques-unes de ses chroniques, véritables bijoux de la littérature sportive.
Ainsi, son récit de l’étape Naples-Rome du 27 mai 1949 où le Giro passait auprès de Monte Cassino en ruines suite aux terribles batailles livrées lors de la Seconde Guerre mondiale entre les Alliés et les forces allemandes.
« Pourquoi l’antique et noble Cassino n’était pas là aujourd’hui, attendant les coureurs du Giro d’Italia qui allaient de Naples à Rome ? C’eût été gentil. Au contraire, les belles filles n’étaient pas à leur fenêtre, même les fenêtres manquaient, même les murs manquaient, où auraient pu s’ouvrir ces fenêtres ; il n’y avait pas ces guirlandes de papier de soie polychrome tendue entre les maisonnettes colorées de rose : même les maisons étaient absentes, et les routes aussi ; il n’y avait plus rien hormis des cailloux informes cuits par le soleil, et de couleur blanchâtre, et de la poussière, des herbes folles, des ronces, et aussi quelques arbustes pour dire que désormais en cet endroit la nature commandait, en d’autres termes la pluie, le vent, le soleil, les lézards, les organismes du monde végétal et animal, mais plus du tout l’homme, patiente créature qui durant de nombreux siècles, avait vécu là … »
… « Mais n’y avait-il vraiment plus personne sur cette gigantesque cicatrice blanche qui resplendissait sauvagement sous le soleil au flanc de la vallée ? Si ; il y avait bien quelques humains, réduits à l’état de fragments méconnaissables, éclats d’os, ou poussière, ou bien encore, tout entiers mais ensevelis sous des cailloux informes… »
Mais c’est là qu’opèrent la magie du Giro et le génie de Buzzati, ils font réveiller les morts !
« -The Giro ? What’s that ? demande, réveillé par le vacarme assourdissant des klaxons et par le bruit des bicyclettes, Martins J. Collins, autrefois soldat chargé du ravitaillement en munitions et à présent, pour ce qui le concerne, fantôme exsangue établi ici à demeure …
« -Was ist los ? demande, à un mètre de lui, feu le Feldwebel Friedrich Gestern, lui aussi transformé en pur souvenir par un magistral coup au but. Il dormait, il s’est réveillé en entendant le fracas des voitures …
…« Comme il y en a (des morts), une armée imposante d’uniformes et de races mélangées, des hommes qui s’égorgèrent les uns les autres et qui à présent vivent l’un près de l’autre dans la sérénité, pacifiés par l’armistice suprême. »
Buzzati montre des champions mais aussi le peuple, décrit poétiquement la foule, la traversée des villages et des villes :
« De notre voiture nous vîmes quelque chose, images interrompues et fugitives de cette Italie essentielle, d’une grande beauté plastique, c’est-à-dire l’Italie des ruines majestueuses, lourdes d’histoire, l’Italie des chênes et des cyprès, des immenses villas patriciennes installées sur les pentes comme des impératrices fatiguées, l’Italie des murs bosselés couverts de blasons, des autocars usés qui, brinquebalants, se précipitent à tombeau ouvert vers le fond des vallées, l’Italie des églises très anciennes, des minuscules maisonnettes de gardes-barrières, des jeunes femmes enceintes, des tailleurs de pierres travaillant au bord de la route sous le soleil de midi, des madones enchâssées à l’angle des maisons avec leur lumignon éternellement allumé, l’Italie des meules de paille et des bœufs à longues cornes, majestueux comme des patriarches, des jeunes moinillons barbus qui passent à bicyclette, des rochers trop pittoresques pour être considérés seulement comme de purs produits de la nature, des ponts millénaires dont l’échine est encore capable de supporter de mastodontes camions avec leur remorque, l’Italie des auberges et des accordéons, des grandioses palais aristocratiques transformés en granges et en étables, des collines douces couvertes de cyprès jusqu’à leur cime.
Nous en vîmes quelques fragments, presque en fraude ; Eux, les cyclistes, rien. Ils pédalaient … »
Plutôt que dans mon canapé, j’aimerais partager, au milieu d’elle, la liesse de la foule encore nombreuse aujourd’hui, toujours exubérante quoiqu’un peu assagie. Dans toutes les provinces de l’Italie, la population accueille les Girini de manière festive. Des grappes de ballons de baudruche roses, des rubans roses envahissent les murs, les façades, les balcons. Même les gens se vêtissent en rose. La vie en rose, quoi ! Je suis juste gêné lorsqu’ils expriment leur opinion dans les urnes !
Giro et vélo riment avec passion, le slogan de la course est amore infinito, l’amour à l’infini, l’amour sans limite pour le cyclisme et les coureurs du Giro. On les idolâtre, on sacralise leurs exploits. On tombe sous le charme des villages italiens souvent haut-perchés, les coureurs vont en leur cœur, en franchissent les portes fortifiées, se glissent dans leurs ruelles.
Dino Buzzati faisait même parler l’Etna, le volcan sicilien : « L’Etna : « Toujours la même poisse ! Cela faisait dix-neuf ans que le Giro ne passait pas par la Sicile. Cette année, enfin, voici qu’il y vient. Il me fait même la gentillesse de tourner autour de moi, aujourd’hui, il grimpe même sur mon dos. Inutile de le dire, j’ai attrapé un rhume. Depuis deux jours, j’essaie de rejeter ces nuées fétides qui me recouvrent le chef et m’empêchent de regarder. Je ne vois rien. Je n’ai même pas pu examiner un seul de ces braves garçons. Je les sens passer sur mes membres ; ils me courent dessus : on dirait des fourmis très rapides. Mais impossible de les voir. »
Fi de quelques projections de braises et de cendres la semaine précédent sa venue, le Giro inclut l’ascension du volcan sicilien pour la première fois en 1967. Franco Bitossi, l’ « homme au cœur en éruption » » (Cuore matto, il devait s’arrêter parfois à cause d’une arythmie cardiaque) l’emporta au milieu des champs de lave.

Bitossi  reprend son souffleBitossi Giro 71

Certes, les règlements de l’Union Cycliste Internationale, la mondialisation du cyclisme professionnel, la médiatisation ne permettent plus les frasques des Giri d’antan, les délires, facéties et petits arrangements de son organisateur Vincenzo Torriani, la turbulence outrancière des tifosi qui, il faut bien le reconnaître, participaient à la théâtralité de la course, à la commedia dell’ arte vélocipédique.
En 1978, l’iconoclaste organisateur décida de faire rouler le Giro sur l’eau en organisant une étape contre la montre dans les rues de Venise. Pour rejoindre la place Saint-Marc et franchir le Grand Canal, Vincenzo Torriani fit construire une passerelle de quatre-cents mètres, posée sur cent-cinquante bateaux. Parade ultime contre un éventuel plongeon d’un coureur, il missionna des hommes-grenouilles, au cas où !

Giro à Venise

Le Giro, c’est encore et surtout ses parcours montagneux, des sommets sortis de nulle part, sinon de la folie de Torriani, où se sont construites les légendes : le Stelvio, le Gavia, le Monte Bondone, les Tre Cime di Lavaredo, le Pordoi, le Monte Zoncolan, le Mortirolo, le Colle delle Finestre, le Blockhaus della Majella dans les Abruzzes. Le col le plus haut de chaque édition du Giro est appelé Cima Coppi en hommage au légendaire Fausto.

Grand St BernardMonte BondonePasso PordoiTre Cilme di Lavaredo

Osons le dithyrambe, Dante Aligheri était italien, des exploits dantesques sont attachés à certains de ces cols …quelques camouflets voire scandales aussi, au bon vouloir d’il signore Torriani. Il lui arrivait parfois de supprimer le franchissement d’un col, la veille de l’étape, pour favoriser un coureur italien avéré grimpeur médiocre : ainsi en 1984, il décida unilatéralement du retrait du Stelvio, sous prétexte d’enneigement, pour ne pas mettre en difficulté Francesco Moser face à notre compatriote en rose Laurent Fignon. Les webcams n’existaient pas à l’époque et selon plusieurs témoignages, le Passo Stelvio était praticable.
La météorologie, souvent capricieuse en mai, participe aussi à la légende du Giro. Aucune ascension ne fut aussi cruelle que celle du Monte Bondone en 1956. L’envol de l’Ange de la Montagne Charly Gaul*** sous une tempête de neige a marqué l’histoire du cyclisme et le Monte Bondone est devenu un sommet d’émotions, de poésie et d’épopée.
Lors de leur première ascension en 1967, les Tre Cime di Lavaredo furent surnommées, en une de la Gazzetta, les « montagnes du déshonneur » en raison de faits de course inacceptables.

Image de prévisualisation YouTube

Les tifosi se relayaient pour pousser leurs compatriotes, de nombreux coureurs se cramponnaient aux voitures des directeurs sportifs, ainsi Pierre Chany, dans L’Équipe du lendemain, dénonça la nouvelle étoile du cyclisme Eddy Merckx qui tenait encore la portière d’une automobile à vingt mètres de la ligne. Devant ce spectacle scandaleux, les commissaires se résignèrent tout de même à annuler purement et simplement l’étape malgré les protestations de l’équipe Salvarani et de son leader Felice Gimondi, vainqueur au sommet.
Cela, finalement, pouvait faire les affaires de mon champion Anquetil qui s’empara du maillot rose, le lendemain, dans une autre étape montagneuse entre Cortina d’Ampezzo et Trente. Mais … en soirée, un mystérieux émissaire lui rendit visite à son hôtel avec vingt millions de lires dans une mallette et tenta de le soudoyer pour qu’il laisse Gimondi gagner le Giro. Devant son refus, l’intermédiaire véreux menaça : « Cet argent servira à une autre équipe, vous avez perdu le Giro ! ». Lors de l’avant-dernière étape, Felice Gimondi, l’idole de l’Italie cycliste, s’échappa en solitaire, remportant l’étape avec quatre minutes d’avance sur Anquetil, lui raflant ainsi le maillot rose.
Anquetil s’estima volé, protestant que Gimondi n’avait pu creuser un tel écart qu’en s’abritant derrière la voiture du directeur de course adjoint.
Aucune image bien sûr ne corroborait les dires du champion français qui finalement resta très discret, et préféra répondre à cette injustice, quelques semaines plus tard, en rebattant le record de l’heure sur la piste du Vigorelli.
En 2012, soit 45 ans après l’incident, l’ancien directeur adjoint Giovanni Michelotti, sur son lit de mort, invita un journaliste de L’Unità et lui confessa (à condition de ne rien publier avant sa mort) avoir offert à Gimondi le sillage de son véhicule : « À la fin de la descente du Passo Tonale, Felice Gimondi néglige le contrôle de ravitaillement et s’échappe, exploitant le mauvais éclairage d’une galerie. J’ai tout de suite envoyé deux motards bloquer les coureurs à l’arrière, avec l’ordre impératif de ne laisser passer personne, pas même la voiture de la RAI. Je me suis approché de Gimondi et je lui ai dit : « Allez, on y va ! » Felice, qui était très vif, a tout compris au vol. Il s’est mis dans mon sillage et là, j’ai demandé à Isidro, mon chauffeur, d’accélérer. C’est comme ça que j’ai aidé Gimondi à s’échapper, à plus de 80 kilomètres heure dans les descentes, à 55 kilomètres heure sur le plat… »

Jacques_Anquetil_and_Felice_Gimondi,_Giro_d'Italia_1967

Aucun protagoniste n’est encore de ce monde, seule la légende demeure !
La combinazione était un art très organisé dans la péninsule. Les Italiens, coureurs mais aussi dirigeants, public et journalistes, faisaient la sainte alliance lorsqu’il s’agissait de favoriser la victoire d’un de leurs compatriotes. Le Suisse Hugo Koblet fut le premier étranger à gagner le Giro en 1950.
Mon champion remporta deux campagnes d’Italie en 1960 et 1964 (réussissant même à cette occasion le doublé avec le Tour de France). On l’a vu, il fut volé en 1967 et fut aussi lésé lors de l’édition de 1961. Piégé en début d’épreuve par l’Italien Arnaldo Pambianco auteur d’une fuga bidone, il ne parvint jamais à combler son retard. À l’occasion d’il tappone, l’étape reine, dans les Dolomites, aux dires du Normand, des cars avaient déversé des tifosi sur les pentes du Stelvio pour faire une chaîne de poussettes en faveur du maillot rose transalpin.

Giro 50 ans Anquetil 67

Deux autres Français lui succédèrent au palmarès du Giro : Bernard Hinault (Bernarino » !) en 1980-82-85 et Laurent Fignon en 1989 (il rata le doublé Giro-Tour pour 8 petites secondes sur les Champs-Élysées !). Et c’est tout !

Hinault Giro 3Hinault raconte Giro 82Fignon en rose-1984-1Fignon Giro 84 Miroir Cyclismelaurent-fignon-tour-ditalie-1989-victoire

Le « Cannibale » Eddy Merckx dominait tellement outrageusement le cyclisme qu’il parvint à s’offrir cinq victoires sous les couleurs de marques italiennes de machines à café et électro-ménager, la Fabbrica Apparecchiature Elettro Meccaniche (FAEMA), puis de charcuterie industrielle MOLTENI.

giro merckx 1967

Mais on se souvient surtout du Giro 1969 où il fut exclu de la course pour un contrôle positif alors qu’il portait la maglia rosa. Ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire de Savone », qui ressemble à une manipulation d’échantillons voire même à une tentative d’empoisonnement, n’a jamais livré toute sa vérité. Cependant, le champion belge dénoncera plus tard une machination, en confiant que trois jours avant ce contrôle, il avait reçu à son hôtel la visite du coureur allemand Rudi Altig qui, en échange d’une valise de billets, lui aurait proposé de céder son maillot rose à son leader de l’équipe Salvarani … Felice Gimondi !
Décidément, le champion bergamasque n’était peut-être pas tout à fait le gentleman qu’on se plaisait à décrire.

Couverture Giro Carrey

Parmi les excès de nos voisins latins, il est aussi évidemment question du dopage qu’on appelait alors doping. L’Italie fasciste encourageait à « plein tube » la recherche médicale et pharmacologique pour améliorer les performances de ses compatriotes. La « simpanina » est la première grande amphétamine italienne, « stimulant de l’activité physique et mentale » mise au point par le laboratoire Recordati. Les milieux intellectuels, les étudiants en médecine raffolent de cette nouvelle substance, l’armée également qui en fournit ses pilotes pour leurs raids africains pendant la Seconde Guerre mondiale. Le cyclisme et le Giro n’y échappent pas et l’immense Fausto Coppi ne fera jamais mystère d’user de la « bomba » (sic). « L’essence » qui coulait dans ses veines ? Agacé, Gino Bartali chercha à percer les secrets pharmaceutiques de la supériorité de Fausto. Ainsi, lors du Giro 1946, dans l’ascension du Passo del Bracco (col des Apennins), voyant Coppi boire dans une fiole et s’en débarrasser en la lançant dans un pré, Gino « repéra l’endroit, un virage après le village de Bracco, un poteau télégraphique caractéristique, au sommet légèrement incurvé. Le Tour d’Italie terminé (qu’il avait remporté ndlr), Gino revint sur les lieux, quelques jours plus tard. Il parvint à retrouver le flacon… pour constater qu’il s’agissait d’un produit en vente libre, un produit fortifiant d’usage courant ! Sa déception ne l’empêcha pas d’en commander une caisse ! »

Le gros livre rose de Pierre Carrey fourmille d’anecdotes qui rendent l’histoire du Giro passionnante et exaltante, émouvante et hilarante, comme les films italiens que nous avons tant aimés dans les années 1960-70. Pour le critique de cinéma André Bazin, le néo-réalisme était la libération du peuple italien de l’occupation allemande mais aussi une libération  des conventions narratives et filmiques. Le Giro d’Italia est une autre façon de vivre le cyclisme.

Giro 1951 Bobet Coppi

Je signe mon billet avec une magnifique photographie qui est exposée dans l’escalier qui mène à l’étage de la Casa Coppi à Castellania. Son auteur la mit en scène lors du Giro 1953 : il écrivit sur la neige fraîche du Stelvio son encouragement à Coppi (le W n’existe pas dans l’alphabet italien mais est largement utilisé pour signifier Viva ou Evviva) et demanda à Fausto lorsqu’il fut à hauteur de l’inscription à sa gloire de tourner la tête vers elle.

Fausto neige

W Giro !

Giro ragazzaGiro Spaghetti

Giro 67 Vérone

Giro BernalGiro ColiséeGiro 100 ans Colisée

* http://encreviolette.unblog.fr/2009/04/15/jacques-anquetil-lidole-de-ma-jeunesse/
http://encreviolette.unblog.fr/2009/08/22/jacques-anquetil-lidole-de-ma-jeunesse-suite/
http://encreviolette.unblog.fr/2019/11/19/jadorais-anquetil-et-jaimais-poulidor/
** http://encreviolette.unblog.fr/2013/12/01/histoires-de-criterium/
*** http://encreviolette.unblog.fr/2015/02/11/lionel-bourg-sechappe-avec-charly-gaul/
**** http://encreviolette.unblog.fr/2022/12/10/balade-post-piemontaise-par-le-col-du-petit-saint-bernard-en-compagnie-notamment-dun-ange-et-dun-petit-ramoneur-3/

Publié dans:Cyclisme |on 10 juin, 2023 |Pas de commentaires »

Balade post- piémontaise par le col du Petit-Saint-Bernard en compagnie notamment d’un ange et d’un petit ramoneur (3)

Giovedi 6 ottobre 2022 :
Je vais bientôt devoir cesser de faire le malin avec mes quelques rudiments de la langue de Dante. Dans quelques heures, nous retrouverons la France.
Ce matin-là, le soleil est généreux sur Turin. Le bulletin météorologique est optimiste, il annonce beau temps sur les Alpes, cette fois donc, nous allons pouvoir les franchir en empruntant, enfin, le col du Petit Saint-Bernard, Colle del Piccolo San Bernardo sur son versant italien, abondamment enneigé la semaine précédente.
La désignation de Turin comme ville organisatrice des Jeux Olympiques d’hiver de 2006 me semble un abus d’un point de vue strictement géographique, en effet, la station de ski la plus proche se trouve à environ 80 kilomètres. Autant que je m’en souvienne, dans mon enfance, le légendaire champion autrichien Toni Sailer fut le premier skieur à remporter les trois titres de la spécialité lors d’une même édition des Jeux qui se déroulaient à Cortina d’Ampezzo, au cœur même des Dolomites. Jean Cocteau affirmait que les Français sont des Italiens de mauvaise humeur, ne lui donnons pas raison, le choix de Turin fut dicté par des considérations économico-géopolitiques ultra présentes dans le sport d’aujourd’hui.
L’air est léger, quittons le Piémont en suivant la trajectoire des montgolfières gonflées par le regretté chanteur poète Gianmaria Testa : « Elles laissent d’imperceptibles traces subtiles les trajectoires des montgolfières et l’homme qui observe le ciel ne sait plus si elles sont vraiment parties où si elles ont toujours été là. Nous aussi, les yeux au ciel contre le vent, nous avons essayé de les suivre et perdu les traces de leur vol dans les nuages dans l’après-midi des villes. Mais qui sait où tout a commencé… »

Image de prévisualisation YouTube

Cap plein nord, chaque kilomètre sur l’autostrada A5 nous rapproche de la barrière alpine dont les cimes se dessinent de plus en plus distinctement. Globalement, nous longeons la Doire Baltée, affluent de la rive gauche du Pô qui prend sa source dans le massif du Mont Blanc.

fontaine Doire Baltée Aoste

Après une centaine de kilomètres de plaine, la vallée se rétrécit sous forme de cluse à hauteur de Montjovet. Un hôtel Napoléon avec l’effigie de l’empereur sur la façade rappelle qu’historiquement, les troupes de celui qui n’était encore alors que Premier consul, en 1800, envahirent la vallée d’Aoste, en arrivant par le col suisse du Grand-Saint-Bernard. Parmi les grognards, un jeune dragon, manteau vert, casque à longue crinière noire, qui ne peut tenir son sabre plus de deux heures « sans avoir la main pleine d’ampoules, qui s’expose par bravade au boulet ennemi alors que l’armée contourne le fort de Bard, au débouché du val d’Aoste », son nom Henri Beyle, vous le connaissez mieux sous son pseudonyme de Stendhal.
Comme il le mentionne dans son ouvrage autobiographique inachevé Vie de Henri Brulard, le jeune homme voulait voir de grandes choses, il est servi et bientôt naîtra son amour pour l’Italie. « J’étais si heureux en contemplant ces beaux paysages et l’arc de triomphe d’Aoste que je n’avais qu’un vœu à former, c’est que cette vie durât toujours… »

Aoste théâtre romain

On commence à retrouver des éléments de signalétique (école primaire) et des noms de villes et villages (Arvier, Morgex, Courmayeur, Pré-Saint-Didier) en langue française. La Vallée d’Aoste bénéficie d’un statut spécial de région autonome qui lui fut conféré en 1948 après la création de la République italienne succédant au régime fasciste qui avait tout tenté pour éradiquer les particularismes valdotains. Cette autonomie, parmi ses principaux attributs, met en évidence le caractère officiel, outre la langue italienne tout de même primordiale, du français et du franco-provençal, un dialecte appelé aussi arpitan qui possède un certain cousinage avec notre occitan. Il ne faut pas oublier que la région appartint longtemps à la maison de Savoie et qu’elle fut administrée en français jusqu’à l’unité italienne.
Le groupe Lou Tapage, originaire du Piémont, est venu, à plusieurs reprises, dans des festivals de musique traditionnelle organisés en Ariège, une région très attachée à la culture occitane. J’avais filmé, lors du festival Celtie d’Oc dans le minuscule village de Cazavet, en Couserans, sa vibrante et gesticulante interprétation de Bella Ciao, une chanson populaire que fredonnaient, au début du XXème siècle, les mondine, ces femmes saisonnières qui travaillaient dans les rizières de la plaine du Pô, avant qu’elle ne devienne un chant de révolte des Partisans contre les troupes de la République de Salo mise en place par le Duce, puis aujourd’hui un hymne à la résistance dans le monde entier.

Image de prévisualisation YouTube

Il est bientôt midi mais nous avons décidé, à notre ventre défendant, de faire l’impasse sur les goûteux produits locaux, des impératifs médicaux exigeant notre retour à domicile en soirée. Adieu Fontina, ce fromage AOP au parfum de lait, fabriqué exclusivement en vallée d’Aoste, qui, si j’en crois le slogan, « vous emmène aux sommets ». Adieu le Jambon de Bosses, le vrai jambon cru d’Aoste qui, je découvre, n’a rien à voir avec le « jambon Aoste » pâle copie industrielle française ainsi nommée parce qu’elle est fabriquée à l’origine à Aoste, petite commune du département de l’Isère et appartenant désormais à une holding possédant aussi les marques Justin Bridou et Cochonou (ai-je bien fait l’article ? !). Adieu vin rouge Enfer d’Arvier issu de vignobles situés dans un amphithéâtre naturel très ensoleillé sur la commune d’Arvier.
Arvier, justement nous y sommes, et, je n’ai pourtant pas bu, je pile à un rond-point devant un cycliste pétrifié.

Version 2Version 2

Je feins l’étonnement mais, nul besoin de me faire la présentation, je le reconnais : il s’agit de Maurice Garin, surnommé « le petit ramoneur » en raison de sa première activité et de sa petite taille (1m 63), le vainqueur du premier Tour de France cycliste en 1903.
Il est né ici, le 3 mars 1871, dans ce village de la Vallée d’Aoste, précisément au hameau dit « Chez les Garin », ainsi dénommé parce qu’à l’époque, cinq des sept familles qui y habitaient, portaient ce patronyme. Son père Maurice-Clément Garin y exerçait la profession d’ouvrier agricole, sa mère Maria Teresa travaillait à l’unique auberge du village. Ils eurent neuf enfants dont cinq garçons.
En 1885, la famille Garin quitta Arvier, aspirant comme de nombreux Valdôtains à une vie meilleure de l’autre côté des Alpes. Son départ s’effectua probablement clandestinement, l’administration de la Vallée ayant enjoint par circulaire aux syndics des communes valdôtaines de n’autoriser l’émigration des habitants de la région qu’avec la délivrance d’un certificat. Une anecdote relate que, la famille ayant voyagé séparément, Maurice, alors âgé de 14 ans, aurait été échangé contre une meule de fromage à un rabatteur venu recruter de jeunes ramoneurs. Toujours est-il qu’après avoir travaillé comme ramoneur en Savoie, il poursuivit son activité à Reims, puis Charleroi avant de s’installer à Maubeuge (plus tard célèbre pour son clair de lune !) en 1889. Cette même année, véritable fou pédalant, il achète son premier vélo pour la somme de 405 francs, soit le double d’un salaire mensuel d’un ouvrier, sans cependant imaginer devenir coureur.
Après quelques succès dans son Nord d’adoption, Maurice décide de passer professionnel en 1894 où il acquiert très vite une réputation de champion en remportant notamment en 1895 l’épreuve d’endurance derrière entraîneur des 24 heures des Arts Libéraux (ancêtre du Vel’ d’Hiv’) organisée par le journal « Le Vélo », en parcourant 701 kilomètres. Parmi les raisons de son succès, les journalistes mettent en avant son alimentation : Maurice refuse de boire du vin rouge (même d’Arvier ?) mais aurait englouti 19 litres de chocolat chaud, 7 litres de thé, 8 œufs au madère, une tasse de café avec du marc de champagne, 45 côtelettes, 5 litres de tapioca, 2 kg de riz au lait et des huîtres !!! Ça me semble plus que gargantuesque, notamment les 45 côtelettes !
Authentique champion, dur au mal, il inscrit à son palmarès deux Paris-Roubaix en 1897 et 1898, et surtout en 1901, la seconde édition du mythique Paris-Brest-Paris, parcourant les 1200 km en 52 heures et 11 minutes, à la moyenne fantastique de 22,995 km/h au vue de la lourdeur des montures et du revêtement des routes.

Ciao Italia blog 16

Bien que courant sur une bicyclette de marque La Française, ses victoires sont enregistrées sous nationalité italienne. Quelques mois plus tard, en 1901, il est naturalisé français.
Tout naturellement, il apparaît comme le grandissime favori de la première édition du Tour de France dont le départ est donné le 1er juillet 1903 devant le café « Le Réveil matin » à Montgeron, dans la banlieue sud-est de Paris chère à un amoureux de la petite reine, le romancier René Fallet
Henri Desgranges, directeur de l’organe de presse organisateur, dont les initiales HD seront brodées sur le maillot jaune du leader apparu en 1919, se fend d’un éditorial lyrique en diable : « Du geste large et puissant que Zola dans La Terre donne à son laboureur, L’Auto, journal d’idées et d’action, va lancer à travers la France, aujourd’hui, ces inconscients et rudes semeurs d’énergie que sont nos grands routiers professionnels [...] Nos hommes vont s’enfuir éperdument, inlassables, rencontrer sur leur route tous ces sommeils qu’ils vont secouer, créer des vigueurs nouvelles, faire naître des ambitions d’être quelque chose, fût-ce par le muscle seulement, ce qui vaut mieux encore que de n’être rien du tout [...] Deux mille cinq cents kilomètres durant, par le soleil qui mord et les nuits qui vont les ensevelir dans leur linceul, ils vont rencontrer des inutiles, des inactifs ou des paresseux, dont la gigantesque bataille qu’ils vont se déclarer va réveiller la torpeur, qui vont avoir honte de laisser leurs muscles s’engourdir et qui rougiront de porter une grosse bedaine, quand le corps de ces hommes est si beau du grand travail de la route … »
L’épreuve est disputée sur six étapes reliant les plus grandes villes de France, Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes, pour une distance totale de 2 428 kilomètres. Les coureurs bénéficient d’un ou plusieurs jours de repos entre chaque étape. Les départs s’effectuent de nuit. La durée de la course oblige les journalistes à scinder leurs récits sur deux éditions de leur quotidien.

Départ Tour 1903Maurice Garin 1ere étape

Cinquante-neuf coureurs se sont présentés au départ. Le principal adversaire de Garin est Hippolyte Aucouturier surnommé « le Terrible « ou « l’Hercule de Commentry ».
Après avoir remporté trois des six étapes, le « petit ramoneur « d’Arvier remporte le premier Tour de France de l’histoire en 94 heures et 33 minutes, soit à une moyenne de 25,678 km/h. Hommes « à la grosse bedaine », essayez de rouler aussi vite sur une vingtaine de kilomètres sur vos vélos sophistiqués et nos routes en enrobé !
Lucien Pothier surnommé le « Boucher de Sens » termine à la seconde place avec un retard de pratiquement trois heures. La lanterne rouge, le Beauceron Arsène Millocheau, le dernier des 21 valeureux rescapés, termine à plus de soixante-quatre heures de Garin.


garin avec son fils

En 1904, Maurice Garin remporte une nouvelle fois le Tour de France … mais de multiples scandales et irrégularités ont émaillé l’épreuve. Lors de la première étape, entre Montgeron et Lyon, Garin et Pothier sont agressés par quatre hommes cagoulés à bord d’une Torpédo. Dans la seconde étape, une centaine de supporters du Stéphanois Alfred Faure bloque une partie du peloton dans l’ascension du col de la République, la capitale du Cycle devra attendre jusqu’en 1950 pour revoir le Tour de France. Certains coureurs profitent de l’obscurité pour monter à bord de voitures. Entre Marseille et Toulouse, plusieurs membres irascibles du Vélo-Club d’Alès, en représailles de la disqualification du Gardois Ferdinand Payan coupable lui-même de tricherie, créent une émeute lors du contrôle des coureurs à Nîmes. Certains concurrents se seraient même déguisés en garçons de café en empruntant des tabliers, pour se soustraire au pugilat. Entre Toulouse et Bordeaux, des clous et des tessons de bouteilles sont jetés sur la chaussée, provoquant multiples crevaisons, d’autant plus fâcheuses que le règlement prohibe toute assistance mécanique. N’en jetez plus… au final, quatre mois après l’arrivée, les quatre premiers du classement final (parmi lesquels un certain César Garin frère cadet de Maurice) ainsi que tous les vainqueurs d’étapes sont disqualifiés par l’Union Vélocipédique de France. Maurice Garin était privé de son nouveau succès et sanctionné d’une suspension de deux ans. Et le Tour de France « mort-né » frôla de peu sa disparition définitive.
Cette suspension interrompit la carrière de Maurice Garin, alors âgé de 34 ans. Il se retira (presque) définitivement des pelotons. Il ouvrit à Lens une station essence à l’enseigne « Au champion des routiers du monde ». Dans cette même ville, un vélodrome* fut baptisé à son nom mais détruit récemment pour implanter le musée Louvre-Lens.

Version 2

Puiseauxblog3

Conservant un intérêt pour le cyclisme, dans les années 1950, Maurice Garin créa une équipe professionnelle à son nom. Je me souviens, alors haut comme trois pommes de Normandie, de photographies d’un autre dur à cuire, le hollandais Wim Van Est, portant ce maillot lors d’un Bordeaux-Paris, une autre course mythique.

Van Est Bordeaux-Paris 1Van Est Bordeaux-Paris 2

Le petit ramoneur d’Arvier décéda dans la cité lensoise en 1957.
À l’instant où, à un rond-point à l’entrée de Pré-Saint-Didier, je bifurque vers la France via le col du Petit-Saint-Bernard, col du Petchou Sèn Bernard en valdôtain, je me dois de m’excuser encore une fois auprès de mes lecteurs réfractaires à la chose vélocipédique. Qu’ils sachent d’abord que d’autres lecteurs, tout aussi fidèles, sont, eux, passionnés de cyclisme. Et si cela ne suffit pas pour me justifier, j’en appelle à la plume secourable de Curzio Malaparte dont vous avez découvert, dans le précédent billet, la propriété improbable dans le golfe de Capri, décor du film Le Mépris de Jean-Luc Godard. Voici son ode à la bicyclette tirée de son délicieux petit livre « Les deux visages de l’Italie, Coppi et Bartali » : « Mais regardez-la ! Regardez son profil élancé, élégant, essentiel, sa ligne parfaite, rigoureuse comme un théorème d’Euclide, simple et en même temps fantaisiste comme la fissure gravée par la foudre dans le miroir bleu d’un ciel clair. Regardez la forme du guidon, recourbée comme des antennes d’insecte, et ces roues qui rappellent tant le fameux cercle tracé d’un seul coup de fusain, sur une pierre, par un petit coureur nommé Giotto (Il est né à Florence, Giotto, et donc il était un compatriote de Bartali). Que signifierait le vélo s’il s’agissait d’un hiéroglyphe gravé dans un obélisque égyptien ? Exprimerait-il le mouvement ou le repos ? La fuite du temps ou l’éternité ? Je ne serais pas surpris si cela signifiait l’amour. »
Implacable non, après ma visite au musée d’antiquités égyptiennes de Turin ? Et l’anecdote du « O » de Giotto … de Bondone, comme le nom d’un sommet des Dolomites où s’envola un ange de la montagne, un jour à ne pas mettre un coureur dehors : le peintre sculpteur du Trecento fut, dès son vivant, admiré pour la perfection de son trait et la sureté de sa main. S’il savait dessiner à la perfection la nature et les animaux, une légende raconte qu’il aurait étonné Benoît IX, le pape de l’époque, en traçant à main levée un cercle parfait sur une feuille de papier.
Depuis ma plus tendre enfance, j’ai un rapport particulier à la montagne et ses cols, les « juges de paix » du dessinateur Pellos, théâtres de combats épiques. Lors des voyages dans les Alpes et les Pyrénées, avec mes parents, le nez à la vitre de l’automobile, je tentais de reconstituer certains épisodes de la légende des cycles évoqués à la TSF avec lyrisme par les radioreporters ou contés dans les magazines sépias ou verts Miroir-Sprint et But&Club.
La lecture des noms de champions peints sur la chaussée ravive immédiatement des souvenirs. Des stèles et des plaques rappellent certains faits héroïques ou dramatiques du Tour. Je découvris plus tard l’ivresse indicible lorsqu’après bien des souffrances, je parvenais à me hisser à vélo au sommet d’un de ces cols.
Encore aujourd’hui, le franchissement d’un col en auto s’accompagne souvent, au moins dans mon esprit, de considérations sportives, ainsi encore ce matin, au début de l’ascension, devant un enchaînement d’épingles à cheveux très serrées et abruptes ainsi que plusieurs tunnels et paravalanches.
La station de sports d’hiver de La Thuile, justement nommée en la circonstance, en vue, me renvoie au mardi 19 juillet 1949 et la dix-septième étape du Tour de France qui menait les coureurs de Briançon à Aoste via les cols du Montgenèvre, du Mont-Cenis, de l’Iseran et du Petit-Saint-Bernard. Je n’avais certes que deux ans mais j’ai tant feuilleté les journaux de l’époque, dans le grenier familial, que je peux vous la raconter.
Au matin de l’étape, les deux champions italiens Gino Bartali (vainqueur des Tours 1938 et 1948), porteur du maillot jaune, et Fausto Coppi occupaient les deux premières places, suivis par la révélation française Jacques Marinelli dit la Perruche, un autre Italien Fiorenzo Magni, le Belge Stan Ockers et le populaire breton Jean Robic.
Dès l’entame de la dernière difficulté, Coppi et Bartali prirent le commandement de la course et se retrouvèrent très vite seul à seul. C’est à cette occasion qu’un photographe du quotidien L’Équipe prit ce cliché mythique des deux campionissimi :

BRIANCON/AOSTE

Coppi-Bartali Tour 49 (1)Robic Tour 1949 St BernardCoppi Tour 1949 (2)

Pour poursuivre, je cède la plume au regretté romancier Louis Nucera, un autre amoureux de la petite reine qui mourut à vélo fauché par un chauffard ! Ce Niçois, fan de René Vietto, alors jeune homme, se trouvait le jour de la Saint-Joseph 1946, au bout de la via Roma pour voir l’Insuperabile, l’Intramontabile, l’Unico, Fausto Coppi, remporter le premier Milan-San Remo de l’après-guerre. En 1989, il eut envie de rouler sur les routes du Tour de France 1949, randonnée qu’il relata dans un livre au joli titre de Mes rayons de soleil :
« Le col du Petit-Saint-Bernard franchi, sur la route qui mène à Aoste, près du bourg nommé La Thuile, foratura, Bartali creva. Alfredo Binda se pencha à la portière de sa voiture et haussant à peine la voix : Tocca a te Fausto, avanti … À toi Fausto, vas-y. »
Il restait 40 kilomètres à faire. Libéré de toute entrave, de son allure infaillible, sans que l’effort diminue en lui la part d’élégance, Coppi fonça. Le grandiose saisit les témoins sans crier gare, fussent-ils convaincus qu’il n’est pas que l’extraordinaire qui passionne. Transcendance et animalité s’unifiaient. Coopi voguait dans l’inouï. La grâce le nimbait. Chacune de ses accélérations virait à l’apothéose. Il est des champions indispensables. L’enfant de Castellania, l’ancien livreur de l’épicier-charcutier Domenico Merlani de Novi Ligure, appartenait à cette lignée. Déjà, sur leur carnet de notes, les chroniqueurs pindarisaient, usant de superlatifs comme s’il convenait d’enluminer les mots pour les rendre plus forts. Quarante ou presque se sont écoulées, leurs phrases n’ont pas pris une ride. Le modèle se prêtait à la démesure
La messe était dite. Sauf catastrophe, Fausto gagnerait le premier Tour de France auquel il participait et, exploit sans précédent, l’année où il avait aussi vaincu au Tour d’Italie. »
Le romancier Dino Buzzati, auteur du Désert des Tartares, envoyé spécial d’un quotidien italien, raconta de manière épique ce Giro 1949, faisant de Coppi et Bartali des personnages de tragédie : Gino le Pieux, fervent chevalier sans peur et sans reproche, en Hector qu’Achille alias Fausto allait terrasser ! C’est peut-être le plus bel ouvrage écrit pour ceux qui chérissent la petite reine.
En toile de fond de cette étape du Tour 1949, se produisit ce que les Joinville du cyclisme conviennent d’appeler le « drame d’Aoste ». Voici ce qu’écrivait Pierre Chany à ce sujet : « Le jour où Coppi endossa le maillot jaune dans le Val d’Aoste, une foule surexcitée occupait le terrain, mise en condition par des articles de presse d’une violence extrême : on y affirmait que les coureurs français avaient reçu des poussettes dans la montagne et que les Italiens, traités de « macaronis », avaient subi des sévices dans les Pyrénées. Circonstance aggravante, un journal de Milan avait reproduit une déclaration pour le moins imprudente de l’irascible Robic : « Moi tout seul, je corrigerai Coppi et Bartali ! » L’atmosphère était empoisonnée d’autant qu’une partie des Valdotains réclamaient leur rattachement à la France. Cette disposition d’esprit n’était pas pour plaire à ceux qui hurlaient d’une voix de gorge : « Savoia nostra ! Nizza nostra ! », neuf années auparavant. Ce jour-là, les accompagnateurs français furent l’objet d’une manifestation d’hostilité particulièrement violente. Aux insultes, s’ajoutaient les jets de pierre…
Les Valdotains étaient navrés. Ils accusaient non sans raison les néo-fascistes d’avoir transporté, par train et par cars, une foule d’agitateurs, afin de provoquer des incidents susceptibles d’infléchir la tendance séparatrice alors majoritaire du Val d’Aoste. Ces manifestations avaient choqué Fausto Coppi : « Ces gens sont des insensés, avait-il expliqué aux journalistes français. Il ne faut pas les confondre avec la majorité des Italiens. Soyez gentil de l’expliquer à vos lecteurs… »
On en frémirait, encore qu’à l’époque n’existaient pas les réseaux sociaux, quelques semaines plus tard, allait entrer en vigueur le traité de l’Atlantique nord, symbole de la réconciliation entre les pays européens ! Qui a dit qu’il ne fallait pas politiser le sport ?
Ce matin, l’atmosphère est beaucoup plus sereine, juste troublée par des doublements et des croisements à répétition (agrémentés de quelques dérapages plus ou moins contrôlés) d’un conducteur de Porsche nostalgique de la Targa Florio ou des Mille Miglia !

Version 2Sommet col du Petit Saint BernardVersion 2

Nous nous dégourdissons les jambes devant le paysage majestueux du lac Verney que dominent les cimes enneigées de Lancebranlette et du Collet des Rousses. Nous avons peine à imaginer que, la semaine précédente, le site disparaissait sous un épais manteau blanc.
Encore quelques centaines de mètres avant d’atteindre le sommet du col où depuis les accords de Schengen, les douaniers français et italiens ne sont plus présents que sur une fresque murale à proximité de l’ancien poste frontière.

Version 2

Même si la saison touristique tire à sa fin en ce début d’octobre, il semble que ce col ait perdu de son attrait. Le percement des tunnels du Mont Blanc en 1965 et du Mont-Cenis en 1980 ont largement contribué à diminuer sa fréquentation.
Historiquement, ce fut pourtant une voie de passage dès la plus haute-Antiquité. Les Salasses, tribu celtique du Val d’Aoste, empruntaient le col pour communiquer avec les Ceutrons, leurs cousins de Tarentaise.
Localement, comme pour beaucoup de voies alpines du secteur, certains prétendent, probablement à tort, qu’Hannibal et ses éléphants passèrent par ici, en 218 avant J.C. pour rejoindre la plaine du Pô. Les pauvres pachydermes, on leur a fait escalader tous les cols du coin !
Des éléments encore visibles d’un cromlech témoignent d’un lieu que décrit l’auteur latin Pétrone dans le Satyricon : « Dans les Alpes près du ciel, dans le lieu où, déplacées par la puissance de Graius, les rochers se baissent, et laissent qu’on puisse les franchir, il y a un lieu sacré, où se dressent les autels d’Hercule : l’hiver le recouvre d’une neige persistante et il lève sa tête blanche vers les astres. »
Le col s’appela jusqu’au Moyen-Âge, col de la Colonne de Joux, traduction valdotaine de Jovis, autre nom de Jupiter (père d’Hercule). Le voisin italo-suisse du Grand-Saint-Bernard se nomma col de Mont-Joux.
Sur le plateau au sommet du col, subsistent plusieurs vestiges de l’époque romaine, notamment les ruines d’un supposé temple découvert dans les années 1930. C’est peut-être de là que provient la colonne de porphyre qui s’élève en face du magasin de souvenirs. On suppute qu’elle fut une colonne votive dédiée à Jupiter. Mystère ! Ce qui est certain, c’est qu’elle sert aujourd’hui de piédestal à une statue de Saint Bernard qui, selon la légende, aurait démoli lui-même le monument voué à Jupiter pour abattre les symboles du paganisme. Durant le confinement, en 2020, la sculpture en bois de mélèze du saint disparut mystérieusement. Une autre, bien restaurée, a été réinstallée récemment sans tambour ni trompette.

Version 2Version 2

On s’y perd d’ailleurs un peu, car Saint Bernard semble avoir colonisé toute la région.
Merci (Saint) Bernard de Menthon (1020 ?-1081), d’Aoste, du Mont-Joux, des Alpes, autant de qualificatifs pour l’homme qui, par sa fonction d’archidiacre d’Aoste, a laissé, à jamais, son nom à bon nombre de lieux saints en Tarentaise et en Val d’Aoste, ainsi qu’à deux cols alpins culminant à plus de 2 000 mètres. Auprès de l’évêque, il avait charge entre autre d’organiser la charité qui concernait notamment le secours aux voyageurs et pèlerins éprouvés qui parvenaient à Aoste après avoir franchi les cols du Mont-Joux et de Colonne-Joux, soumis aux aléas climatiques (fort enneigement et avalanches) et aux agressions des nombreux brigands rôdant dans le coin. C’est ainsi qu’il entreprit de bâtir un hospice, vers 1045-1050, au sommet de Mont-Joux puis un autre donc au col de Colonne-Joux. Ces deux cols prirent plus tard le nom de Grand et Petit Saint-Bernard pour signifier la protection du saint et les distinguer par rapport à leur taille (2 469 m. et 2 188 m.).
Il y avait déjà auparavant des « maisons hospitalières » et l’hospice que Saint-Bernard fonda ici fut maintes fois démoli et reconstruit au fil des siècles, des guerres et des incendies. Il fut carrément abandonné suite aux bombardements durant la Seconde Guerre mondiale. Restauré à partir de 1993, il abrite aussi aujourd’hui un office de tourisme ainsi qu’un musée sur l’histoire du col.
En 1932, le pape Pie XI proclama Saint-Bernard patron des habitants des Alpes et de tous les alpinistes. Au début des années 1990, par extension il devint également le saint protecteur des militaires du Bataillon des Chasseurs Alpins basé alors à Bourg-Saint-Maurice, au pied du col versant français.
La vie du populaire saint, souvent réécrite, laisse pas mal de zones d’ombre qu’on masque sous le nom de Mystère. L’une d’entre elles concerne sa jeunesse. Né d’une famille noble, malgré sa foi naissante, il doit se résigner aux injonctions de sa famille d’épouser une riche héritière d’une grande beauté. Mais, la nuit précédant la cérémonie, s’approchant de la fenêtre de sa chambre, « il l’ouvre; un barreau se brise entre ses mains ; il se munit du signe de la croix, se recommande à son Ange gardien et à saint Nicolas, et sans mesurer d’un œil timide la hauteur où il se trouve, s’élance comme s’il eût été poussé par une main invisible et arrive sain et sauf sur le rocher. Il court avec une telle précipitation que la distance fuit devant lui; dans la matinée du lendemain, il se trouve aux portes de la ville d’Aoste… Tomber d’une si grande hauteur, sur un rocher nu et escarpé, sans se faire aucun mal, franchir en quelques heures, pendant une nuit obscure, par des sentiers inconnus, détournés et escarpés, un espace qu’un voyageur ordinaire n’aurait parcouru qu’avec peine en trois jours, ces deux faits ne peuvent s’expliquer que par le secours direct des esprits célestes … ce ne peut être bien sûr qu’une légende, mais pour une fois je crois à la présence réelle d’un ange dans cette montagne, je vous en fournirai la preuve !

Chapelle Col Petit St Bernard

En surplomb de la route, non loin de la colonne, un ecclésiastique brandit une croix. Certains font hâtivement la confusion, ce n’est pas un Saint Bernard de plus, mais l’abbé Pierre Chanoux qui fut nommé recteur de l’hospice du col (alors en territoire italien) en 1859 où il restera jusqu’à sa mort. Homme de culture, il repose dans la chapelle voisine du monument qui lui est dédié.
Passionné de botanique, il aménagea un jardin baptisé Chanousia, conçu comme un « musée vivant des beautés alpines ». Un temps abandonné, il a retrouvé vie au tournant du XXIème siècle grâce à la passion de bénévoles de France et d’Italie et compte plusieurs centaines d’espèces de plantes alpines et même d’autres continents. La floraison est évidemment courte au cœur de l’été.
Après la flore, la faune locale : autour de la boutique de souvenirs appelée avec humour « la niche », sont exposées plusieurs sculptures en bois de marmotte, bouquetin, aigle royal et de la star du lieu, l’emblématique chien de race Saint-Bernard.

Version 2Version 2Version 2

« Amour, tendresse et dévouement jusqu’à l’ultime sacrifice », telle est la devise associée à ce
chien au passé glorieux, apprécié pour son affection, sa fidélité, son intelligence et son dévouement pour l’homme.
Ses origines se perdent dans la nuit des temps. Il est sans doute originaire d’Asie, descendant du dogue du Tibet. L’histoire raconte que la race proprement dite est le croisement de chiens offerts aux chanoines par des familles vaudoises et valaisannes. Ces chiens deviennent alors les compagnons des moines du Grand et Petit Saint-Bernard.
Très résistant, affectueux, doté d’un flair remarquable, le chien Saint Bernard sera dressé par les moines vers 1750 pour le sauvetage des voyageurs en péril. À cette époque, le chemin du pèlerin est long et semé d’embûches. La tempête et la neige font souvent rage dans ces lieux complètement isolés. Il y tombe en moyenne 10 mètres de neige par an. Les moines, accompagnés des chiens partent souvent à la recherche des voyageurs. Dotés de larges pattes, les chiens font la trace dans la neige fraîche, s’aidant de leur poitrail. Grâce à leur flair, ils fouillent et retrouvent les personnes ensevelies sous la neige.
En 1820, la race étant menacée d’extinction, il y a alors une tentative de croiser ce chien avec le Terre-Neuve, ainsi apparaît le Saint-Bernard à poils longs. C’est en 1862 que ces chiens, auparavant nommés « Mastifs alpins », chiens Barry ou Chiens du Couvent, prennent officiellement l’appellation de « Saint-Bernard ».
La destruction de l’hospice durant la Seconde Guerre mondiale amena leur disparition au col du Petit-Saint-Bernard. En 1960, des passionnés de cette race de chien s’installent à la Rosière et fondent un élevage de chiens Saint-Bernard.
Certains Saint-Bernard sont restés dans les mémoires. Ainsi, Ruitor (nom d’un glacier et d’un sommet à proximité du col) qui fut le fidèle compagnon du recteur Chanoux à l’hospice du Petit-Saint-Bernard. Et surtout, Barry, dont la légende qui s’y attache affirme qu’il aurait secouru quarante personnes égarées dans la neige. Il serait mort en 1800 au « champ de neige » en voulant sauver la quarante-et-unième, un déserteur des armées napoléoniennes qui, croyant avoir à faire à un loup, s’affola, sortit son sabre et transperça la pauvre bête. Un monument lui est dédié au cimetière animalier d’Asnières-sur-Seine. Où vont se « nicher » les fake news, certains tordent le cou à la légende en prétendant que Barry aurait été un épagneul des Alpes mort de vieillesse à Berne ! Il vaut mieux entendre ça que d’être sourd, aurait pu penser le chien Beethoven baptisé ainsi parce qu’il aboyait à la symphonie n°5 de Ludwig !
En tout cas, aujourd’hui, un détecteur de victimes d’avalanches révolutionnaire, commandé par capteur, est appelé Barryvox.

monument Barry

Dans l’imagerie populaire, le Saint-Bernard est souvent affublé d’un tonnelet en bois attaché autour du cou par des lanières de cuir, qui trouve sa justification dans « l’eau-de-vie » qu’il contiendrait pour revigorer les victimes.
En basculant vers le versant français, quelques centaines de mètres après le sommet, se dresse après l’hospice, la statue « officielle » de Saint Bernard, inaugurée en 1902, sous l’impulsion du bon abbé Chanoux. En bronze, assez impressionnante, d’une hauteur de 4,50 m, elle se dresse sur un piédestal de tuf de plus de 12 mètres.

Sommet petit St Bernard 2Version 2

À quelques pas de là, se trouve un curieux oratoire en pierre, moins insignifiant qu’il ne paraît. Flanqué d’une niche sur chacun de ses quatre côtés, il fut édifié par l’ingénieux abbé Chanoux pour lui permettre de méditer à l’abri du vent, si fréquent et violent ici, quelle que soit sa direction. Par la suite, il servit de guérite aux douaniers pour repérer les contrebandiers.
Et cela aurait pu constituer un excellent poste d’observation lors du passage du Giro (Tour d’Italie) en 1959 !
Car vous n’y échapperez pas, la descente vers Bourg-Saint-Maurice est une aubaine pour moi de replonger avec mes yeux d’enfant dans la légende des Cycles.

Anquetil et Gaul Giro 1959Anquetil et Gaul rires

MS 679 du 8 06 59 01

écoliers Petit-Saint-Bernard

C’était le 6 juin 1959, un samedi, ce qui signifiait qu’il n’était pas question de sécher les cours au collège, quand bien même un Normand, en la personne de Jacques Anquetil, portât la maglia rosa et fût en passe d’être le premier coureur français à accomplir l’exploit de remporter le Giro d’Italia.
J’avais pu suivre sur le téléviseur familial en noir et blanc, l’avant-veille (le jeudi était alors jour de congé scolaire), sa remarquable performance dans son exercice de prédilection, un contre la montre de 51 kilomètres entre Turin et Susa. Il avait consolidé son maillot rose en reléguant le champion du monde en titre Ercole (Hercule) Baldini à 1 minute 20 secondes et surtout, à deux minutes, son unique rival Charly Gaul, déjà vainqueur du Giro 1956 et du Tour de France 1958.

MdS 745 du 8 06 59 16Une L'Equipe clm Giro

Manquant de lucidité, aveuglé par ma passion immodérée pour mon champion, je ne m’étais pas appesanti sur un détail : le « Luxembourgeois gentilhomme » (pas trop en la circonstance), comme aimait le surnommer le journaliste Pierre Chany, rejoint par Anquetil vers la mi-course, se positionna non loin de lui dans son sillage, commettant parfois l’irrégularité de se mettre dans sa roue sous prétexte de couper un virage, limitant ainsi l’écart à l’arrivée. Qu’à cela ne tienne, Anquetil possédait désormais, au classement général, 3 minutes et 45 secondes d’avance sur Gaul, à deux étapes de l’arrivée au Vigorelli, le mythique vélodrome de Milan. Ça sentait bon la victoire finale !
Oui mais … l’organisateur du Giro Vincenzo Torriani avait le génie pour concocter des étapes spectaculaires, on dit même qu’il choisissait et parfois même modifiait le parcours en fonction du coureur qu’il souhaitait voir gagner. Pour l’édition de 1959, il proposait, à la veille de l’arrivée, de rallier Aoste à Courmayeur, villes distantes d’une trentaine de kilomètres, par un périple alpestre (en majeure partie sur territoire français) de 296 kilomètres empruntant successivement les cols du Grand-Saint-Bernard, de la Forclaz et du Petit-Saint-Bernard. La grosse étape, « il tappone » comme on dit en Italie pour qualifier la plus grande étape de montagne. Le bruit courut qu’en raison de fortes chutes de neige, il signore Torriani envisageait de supprimer un ou deux cols, décision qui aurait été favorable à mon champion, cela dit, comme écrivit un « gars de notre coin » : à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire !
Et puis, il fallait malgré tout se méfier de Charly Gaul dont les extraordinaires chevauchées dans les Tours de France et d’Italie précédents avaient acquis la dimension de légende au point qu’il était déjà auréolé du surnom d’ange de la montagne.
En plus, c’est vrai, même si je n’en ai pas connu personnellement, qu’il avait une gueule d’ange, et l’actrice Claudia Cardinale ne s’y trompait pas en posant, habillée de rose, à ses côtés.

Il Campione Gaul tête d'angeGaul Claudia Cardinale 2

Ce samedi-là, un écolier de la région de Saint-Étienne était dans une disposition d’esprit antagoniste de la mienne. Il adorait cet ange au point qu’à l’âge adulte, devenu écrivain, il en fit ce portrait** : « Cet Hamlet, prince de contrées on ne peut plus boréales, ce Louis II escorté de cygnes diaphanes et de quelques flibustiers, quelques seconds couteaux promus au rang d’aristocrates, cet amateur de brouillard, d’intempéries et de frimas, dont la bicyclette glissait comme traîneau tiré par son attelage de rennes, ce duc d’Oslo, ce seigneur de Hombourg, s’éprit de Venise, du lac de Côme et de la terre de Sienne. Être un Médicis ! Un Léonard, un Casanova peut-être … L’être ou le devenir. La casaque rose vous seyant, elle sera votre derechef en 1959. »
Trop beau comme un Giotto pour ne pas jouer le spoiler !
Toujours est-il que ce samedi matin de juin, avait-il abusé de Fontina, ce fromage local au parfum de lait qui prétend vous emmener aux sommets, Charly, surexcité, était d’un caractère exécrable, se disputant avec ses mécaniciens à propos des braquets de son vélo, refusant de signer des autographes, répondant grossièrement aux journalistes qui lui demandaient ses intentions. « Comme Bartali quand il était fort -commentaient les anciens- celui-là va nous faire un massacre aujourd’hui ».
La veille, à Turin, Janine Anquetil avait quitté son mari qu’elle irait accueillir à Milan, espèrait-t-elle, encore vêtu de rose. Elle savait que dans l’entourage de son champion de mari, on jasait : « Si Jacques était un mineur, « elle » ne descendrait pas au fond pour savoir s’il extrait bien son charbon. Cycliste, c’est un métier comme un autre. Les femmes n’ont rien à y faire ! »
C’était avant le mouvement #MeToo et le réchauffement climatique. La neige abondante offrait un décor grandiose à la course. Le Mont Blanc (une partie du célèbre sommet s’étend sur le territoire de Courmayeur)) allait livrer sa sentence.

Gaul Mont Blanc

« Sur la ligne de départ, Gaul et Anquetil ont échangé des mots aimables sur le ton de la blague :
– Alors, c’est le grand jour, Charly ? Où vas-tu me lâcher ?
– Je n’en sais rien. Peut-être jamais, tu es fort, Jacques …
– Pour rester avec toi en côte, il faudrait avoir un avion à réaction.
Charly a souri sous le compliment. » (récit de René de Latour dans le Miroir des Sports)

Gaul et Massignan 2Charly Gaul Giro 59Gaul ange de la montagne

Gaul planta quelques banderilles dans le col du Grand-Saint-Bernard qu’il franchit en tête. Anquetil pointait déjà à trois minutes mais par un prodige d’énergie et d’adresse dans la descente, il redressa une situation compromise.
L’ange replia ses ailes dans le col de la Forclaz au sein d’un groupe sage de vingt-trois coureurs.
Il ne restait plus à parcourir que cinquante kilomètres avec l’ascension du Piccolo San Bernardo qui ne m’apparaît pas aujourd’hui –il est vrai en auto et dans le sens de la descente- d’une difficulté excessive. C’est tout bon (pour mon champion) comme disent les Savoyards.

MdS 745 du 8 06 59 15MdS 745 du 8 06 59 20 21

Mais Gaul avait attendu sagement son heure persuadé qu’elle sonnerait dans ce dernier col.
René de Latour, encore : « Le Petit-Saint-Bernard est abordé. Son sol est souvent de terre, parfois détrempé par une pluie récente. Et voilà encore Gaul parti ! La silhouette tressautante du Luxembourgeois disparaît dans un virage. Le numéro de voltige de Charly Gaul est bien au point … Le sort du Giro se joue. Il n’est pas un suiveur qui ne le comprenne, ne se passionne. Les chronos sont consultés sans cesse. Une minute d’avance au 4ème kilomètre. Ça promet ! Le sommet, avec ses 2 188 mètres est encore à 18 kilomètres !

MdS 745 du 8 06 59 La une

Le maillot rose d’Anquetil n’est plus au milieu du peloton, mais en tête. Il entraîne la meute dans un infernal hallali. Mais le cerf pourchassé n’est pas traqué. Il détale toujours, désormais invisible. Lorsque Anquetil touche au sommet du Petit-Saint-Bernard, aux parois de neige sale où son nom est tracé en lettres géantes, il n’a plus qu’un regard de noyé. Il sait, il ne peut pas ne pas savoir que tout est perdu … »
De son côté, un autre journaliste, Roger Frankeur, écrivit : « Nous ne l’avions jamais vu aussi fringant, aussi décidé, le Charly. Un démarrage foudroyant le projeta 100 mètres devant le groupe de ses adversaires. Seul le jeune Battistini parvint à l’accompagner durant quelques brèves minutes. Lorsque Battistini se fut relevé, provisoirement, étouffé par l’allure infernale du Luxembourgeois, celui-ci adopta un rythme régulier et rapide, un rythme d’une rapidité positivement ahurissante qu’il n’abandonna plus jusqu’au sommet. Il rejoignit Zamboni, Conterno, Gismondi, Junkermann, échappés depuis la vallée, les dépassa aussitôt et s’en alla, seul, sans connaître le moindre ralentissement, vers une victoire devenue certaine. Nous pesons nos mots : Charly Gaul n’avait jamais escaladé un col aussi rapidement depuis 1953 (il le reconnut lui-même ndlr). Que pouvait espérer Jacques Anquetil contre cet escaladeur hors-série ? Durant un long moment, l’ancien recordman du monde de l’Heure donna l’impression de pouvoir limiter son retard et même sauver son maillot rose. Mais, une fois passée la mi-col, les forces l’abandonnèrent. Progressivement, sa défaillance prit des allures d’effondrement… » Et ma déception fit de même !
Son retard sur Gaul était passé en trois kilomètres de 4 minutes à plus de 6. L’ange survolait la montagne sous le regard protecteur de Saint-Bernard et de son directeur sportif Learco Guerra, ancien campionissimo d’avant-guerre.

Gaul Petit Saint Bernard Giro 1959

Gaul vers le sommet du petit-Saint-Bernard

Massignan Petit- Saint-Bernard

Anquetil pouvait peut-être encore espérer combler une partie de son retard dans la descente mais … la Thuile ( !) …, victime de la fringale et de trois crevaisons, son retard s’aggrava.
À Courmayeur, Charly Gaul l’emportait en solitaire devant un trio d’Italiens, Massignan, Battistini et Nencini. Plus surprenant, le Belge Van Looy surnommé « l’empereur d’Herentals » et l’Espagnol Miguel Poblet, pas trop connus pour leurs facultés de grimpeur, se classaient dans les dix premiers à moins de 7 minutes. Quant à mon champion, en détresse, il pointait à la seizième place à 9 minutes et 48 secondes, abandonnant à l’ange son beau maillot rose.

MdS 745 du 8 06 59 22MdS 745 du 8 06 59 23

J’étais inconsolable mais ce ne fut que partie remise, et, un an plus tard, Anquetil réussit l’exploit d’être le premier Français à inscrire son nom au palmarès du Giro.
Et surtout, six décennies plus tard, je suis heureux pour l’écolier stéphanois avec lequel, depuis, j’ai tissé une sincère amitié et une riche complicité vélocipédique. Je sais combien il avait besoin de s’échapper avec Charly Gaul de la grisaille d’une morne enfance.

Une L'Equipe Giro 59

Les lecteurs les plus attentifs remarqueront qu’à la Une du quotidien L’Équipe, outre la capitulation d’Anquetil, est fait état, parallèlement, du succès du Français Anglade dans le mal nommé Critérium du Dauphiné Libéré, une prestigieuse course à étapes qui empruntait nombre de cols alpestres.
Peu après, Henry Anglade (avec un « y » comme le souhaita son épouse pour l’état-civil à l’occasion de leur mariage !) remporta le championnat de France, et c’est avec son beau maillot tricolore qu’il se présenta au départ du Tour de France 1959 lequel, lors de la 18ème étape, arrivait à Saint-Vincent d’Aoste en passant par … le col du Petit-Saint-Bernard. Anglade était, à cet instant, second du classement général derrière le grimpeur espagnol Federico Bahamontès.

Anglade champion de France1959-07-22 - Miroir des Sports - 747 - 01Anglade MS 685 du 19 07 59 01 - copie

Je tenterai d’être bref car l’étape fut « un navet » du propre aveu de l’avisé journaliste Pierre Chany. Elle laissa un goût amer au public français. Louison Bobet, vainqueur consécutivement de trois Tours de France, fit son adieu à l’épreuve en mettant pied à terre au sommet du col de l’Iseran, le « toit » du Tour. Quant à nos deux as de l’équipe de France, Anquetil et Rivière, englués dans leur guerre d’égo, ils préférèrent faire le jeu de Bahamontès plutôt que voir Anglade, de l’équipe régionale du Centre-Midi, remporter le Tour et leur voler la suprématie nationale.

Baldini AnquetilTour 1959 PetiSainBernard

Robert Chapatte résuma la situation de manière imagée après que Bahamontès, piètre descendeur, eût été retardé par une crevaison du côté de Pré-Saint-Didier, au bas du Petit-Saint-Bernard : « … Ses bonnes fées françaises allaient encore le dépanner après sa crevaison. Anquetil rappliqua le premier de l’arrière, puis l’autre locomotive-maison Rivière … L’Aigle de Tolède, accroché de toutes ses serres au convoi inattendu des Tricolores lancés sur les trousses de leur ennemi juré, le régional nommé Anglade, était sauvé. Son désastre, un instant envisagé avec effroi, fut évité. »
Autant dire qu’en raison de leur comportement, les deux vedettes de l’équipe de France furent copieusement fustigées à l’arrivée au Parc des Princes. Anquetil, très amer, baptisa Sifflets son hors-bord amarré au ponton de sa propriété rouennaise en bord de Seine.
J’ai souhaité évoquer cette morne étape en hommage à Henry Anglade qui nous a quittés le 10 novembre 2022, à l’âge de 89 ans. Je me souviens qu’à l’occasion d’une réjouissante soirée, la « voix du Tour », le speaker Daniel Mangeas, m’avait confié qu’Anglade avait été l’idole de son enfance. Coureur de caractère, orgueilleux, fin tacticien, Anglade était surnommé « Napoléon » par ses pairs. À l’issue de sa carrière, « son éloquence autant que sa passion pour le cyclisme lui avait ouvert les portes de la télévision en 1968 » (Jacques Augendre). C’est ainsi que, pour remplacer Robert Chapatte qui comptait parmi les grévistes, Anglade fit le « jaune ». Henry possédait aussi un talent de maître-verrier qui lui valut de faire les vitraux de la chapelle Notre-Dame des Cyclistes de Labastide-d’Armagnac***. Il a rejoint l’abbé Massie au paradis des cyclistes.

Anglade Tour 59Anglade et abbé Massie

Revenons dans le Val d’Aoste et ce Tour de France 1959. Pierre Chany, journaliste du Miroir des Sports et de L’Équipe, écrivait également discrètement dans le magazine concurrent Miroir-Sprint, sous le pseudonyme de Jacques Périllat, une chronique intitulée « Dans le secret des dieux de la route ». Les anges y étaient-ils conviés ? Il glissa donc subrepticement dans un de ses articles qu’une réunion tout aussi confidentielle avait été organisée avec les soigneurs de chaque équipe, à l’initiative de Jacques Goddet, directeur du Tour, qui avait eu vent que les douaniers de la frontière franco-suisse (du côté du Grand-Saint-Bernard donc !) avaient intercepté un colis destiné à l’un des deux meilleurs grimpeurs du Tour –pas celui qui porte le maillot jaune- (donc pas l’Aigle de Tolède Federico Bahamontès ndlr) et découvert dans ce colis des produits pharmaceutiques dynamiques au possible, « de quoi faire exploser un village » !

Baldini Anglade vers Aoste

Je ne suis pas hors sujet, que je vous dise encore que c’est l’Italien (Hercule) Ercole Baldini qui gagna l’étape sur la piste en cendrée de Saint-Vincent d’Aoste. Lui aussi nous a quittés ce 1er décembre 2022 à l’âge de 89 ans, ça conserve le vélo ! Federico Bahamontès devrait fêter ses 95 ans en juillet prochain !
Baldini était un authentique champion : champion olympique sur route en 1956, champion du monde professionnel en 1958 après avoir remporté le Giro. Il était encore amateur lorsque, à ma grande déception, il battit en 1956 le mythique record de l’heure que mon champion Anquetil venait juste de ravir à l’immense Fausto Coppi.
On le surnommait le « train de Forli », à la fois pour son lieu de naissance et ses capacités de rouleur sur le plat : « La pièce de 20 centimes d’euro représente la forme unique de la continuité dans l’espace, un chef-d’œuvre du peintre et sculpteur Boccioni, une figure solide, méprisante et émouvante, totalement engagée à fendre l’air et à dépasser les limites du pouvoir humain. De tous les cyclistes, Ercole Baldini, plus que tout autre, a interprété cette sculpture, dépassant avec le même élan que l’œuvre de Umberto Boccioni, dans le triennat 1956/1958, toutes les limites du monde à deux roues, sans sauvegarde, sans calculs, sans égard, comme aucun autre cycliste, avant et après lui, n’a pu le faire. Tout oser sans se fixer de limites : le credo de l’art futuriste traduit dans le langage du sport le plus dur du monde. »

Baldini clm VesuveDaul Anquetil Baldini

Ultime flashback vers 1959, Pierre Chany, toujours à l’affût, écrit : « Gros émoi au Val d’Aoste parmi les organisateurs : en effet, le responsable de la caravane publicitaire faisait irruption à l’hôtel Dillia où se tenait l’état-major du Tour : Venez vite ! s’écria-t-il …, Gloria Lasso ne veut pas chanter, elle trouve le cadre trop étroit pour son talent ! »
Tant pis pour Bahamontès, on n’entendit pas, ce soir-là, Amour, castagnettes et tango !

Image de prévisualisation YouTube

Route rose Petit St Bernardla-rosiere-TDF-2018-9877

À hauteur de La Rosière, je suis intrigué par la chaussée peinte en rose, une initiative locale pour fêter, non pas le Giro, mais le terme d’une étape du Tour de France 2018 à la station.
Une pensée au passage pour l’acteur et mannequin Gaspard Ulliel décédé accidentellement en janvier 2022 suite à une collision avec un autre skieur sur une des pistes de l’espace San Bernardo, fusion des domaines de La Rosière et La Thuile, signe de la bonne entente franco-italienne, du moins économiquement.
Ce ne fut pas toujours le cas, ainsi alors que nous atteignons, au pied du col, Bourg-Saint-Maurice, sachez qu’en 1794, afin d’effacer un symbole du christianisme, les révolutionnaires la rebaptisèrent Nargue-Sarde en raison de sa proximité avec les états de Savoie propriété du royaume de Sardaigne. Et tant pis pour la poésie de nos plateaux de fromages, le village de Saint-Marcellin, en Isère, s’appela, à la mode antique, Les Thermopyles.
Justement, mes lecteurs assidus savent qu’un régime spartiate, ce n’est pas mon truc question fromages. Aussi nous effectuons une halte au magasin Intermarché de la cité pour faire emplette de quelques fleurons laitiers régionaux : Beaufort, Abondance (ne nuit pas !), Reblochon, tome des Bauges l’unique tomme qui s’écrit avec un « m » ( !).
En suivant la Tarentaise, nous sommes (trop) vite confrontés à la réalité du quotidien. On nous téléphone d’Ile-de-France, nous recommandant de bien faire le plein de carburant, une pénurie se profile dans les prochaines heures…
Je reprendrais bien à mon compte la pensée de Stendhal : « J’étais si heureux en contemplant ces beaux paysages (du Val d’Aoste) que je n’avais qu’un vœu à former, c’est que cette vie durât toujours » !

* http://encreviolette.unblog.fr/2018/02/01/les-velodromes-de-nos-grands-peres-et-de-maintenant-2/
** http://encreviolette.unblog.fr/2015/02/11/lionel-bourg-sechappe-avec-charly-gaul/
*** http://encreviolette.unblog.fr/2012/09/05/notre-dame-des-cyclistes/

Un chaleureux merci à mon ami Jean-Pierre Le Port pour sa contribution iconographique sur le Giro 1959

Publié dans:Coups de coeur, Cyclisme |on 10 décembre, 2022 |1 Commentaire »

Ici la route du Tour de France 1952 (3)

Pour revivre les 12 premières étapes du Tour de France 1952 :
http://encreviolette.unblog.fr/2022/06/30/ici-la-route-du-tour-de-france-1952-1/
http://encreviolette.unblog.fr/2022/07/06/ici-la-route-du-tour-de-france-1952-2/

Les coureurs du Tour de France 1952 ont bénéficié d’une journée de repos en altitude à l’Alpe d’Huez. Je me suis accordé une semaine virtuelle sur le Rocher monégasque avant de vous relater les dix dernières étapes d’un Tour qui semble, d’ores et déjà, ne pas pouvoir échapper à Fausto Coppi tant la supériorité du campionissimo est insolente.

MAX Console

Je n’ai pas même l’espoir de croiser l’actrice Grace Kelly qui ne deviendra princesse que quatre ans plus tard.
En l’été 1952, tout gamin que j’étais, bien que maîtrisant encore imparfaitement la lecture, je commençais à feuilleter les magazines spécialisés qu’achetait mon père. Je notais les noms des coureurs sur une petite languette de papier que je collais sous le socle de mes petits cyclistes en plomb avec lesquels je « refaisais l’étape ».
C’est la raison pour laquelle tous ces « géants de la route », des plus prestigieux aux régionaux les plus modestes, sont restés gravés dans ma mémoire. Ce n’est pas sans une certaine émotion que je les retrouve aujourd’hui, de plus en plus fréquemment, dans la rubrique nécrologique, c’était, il est vrai, il y a soixante-dix ans de cela.
Cette année-là, Félix Lévitan était le rédacteur du roman du Tour du Miroir des Sports, intitulé Bouton d’or : « Le bouton d’or a pris de la tige dans l’air vif de Sestrières. Il attire tous les regards bien qu’il se tienne modestement au cœur du parterre multicolore du Tour. Certes, les coquelicots suisses sont plus vifs, les violettes du Sud-Est plus tendres, les marguerites des Bretons plus alanguies, mais aucune des fleurs du peloton n’a sa grâce, sa fraîcheur, sa pureté. On le trouve sans le chercher. On aimerait le cueillir mais il a déjà fui, et d’autres yeux l’admirent, et d’autres mains se tendent…
Après avoir traversé le Piémont, le Tour a bouleversé la vie monégasque. Tout un après-midi (deux passages dans la ville), toute une soirée (les voitures publicitaires, Tino Rossi, Charles Trenet), tout un matin (les opérations de départ), la Principauté n’a vécu que pour le Tour ! Les vieilles Anglaises ont dû soupirer d’aise en le regardant partir, coloré, tonitruant, agité …
Nice, Cannes, La Napoule, toute la côte l’a vu défiler, du premier motocycliste de la route casqué de blanc à la voiture-balai : camions énormes aux formes étranges, débordant de prospectus et de menus cadeaux ; véhicules de presse aux lignes basses remplis de journalistes aux tenues vestimentaires fantaisistes ; motocyclistes à demi-nus, bronzés à rendre jaloux les baigneurs massés au long de la Méditerranée, photographes à califourchon derrière les centaures pétaradant ; coureurs, tout de même, si longtemps attendus, à peine entrevus, jeeps hérissées de roues et de vélos, poussière, enfin un nuage léger vite estompé … Le Tour passe ! Le Tour est passé ! ... »

MS N°317B du 10 juillet 1952 11  Monaco - Aix

1952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 10

La treizième étape, longue de 214 kilomètres, mène les 82 rescapés de la Principauté à Aix-en-Provence, le type même d’étape, après le franchissement des Alpes, qu’on qualifie volontiers de transition.
Le peloton, en effet, musarde et les coureurs passent au ravitaillement du Luc (km 133) avec près d’une heure de retard sur l’horaire prévu. C’est à ce moment que Jacques Vivier, le valeureux régional de la formation Ouest-Sud-Ouest, attaque sèchement, bientôt rattrapé par une escouade tricolore composée des Provençaux Raoul Rémy et Jean Dotto, ainsi que Maurice Quentin.

1952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 07

Je reprends le commentaire du maître es cyclisme, au passé méconnu de Résistant, le regretté Pierre Chany qui aurait eu 100 ans en 2022 :
« Le grand mérite de Marcel Bidot, c’est d’avoir admis…la supériorité de Fausto Coppi, d’avoir renoncé à lui disputer la première place, bref d’avoir changé ses batteries.
Aujourd’hui, l’ex-champion troyen qui assume la tâche de diriger une équipe de France assez « dépouillée » dans sa composition, s’est fixé trois buts dont deux au moins se complètent :
a) remporter le plus d’étapes possible
b) assurer la seconde place au classement général si possible
c) obtenir la victoire au challenge international par équipe
Entre Monaco et Aix-en-Provence, Rémy, Dotto et Quentin ont appliqué, avec succès, les nouvelles mesures prises par le capitaine Marcel. Nous les avons vus s’enfuir à 85 km de l’arrivée avec 45 degrés à l’ombre -mais il n’y avait pas d’ombre ! Alors que leurs adversaires songeaient surtout à se rafraîchir, ils ont atteint l’arrivée avec 7’29’’ d’avance sur un peloton somnolent à souhait. Du coup, l’équipe de France a dépossédé la « squadra » de la première place au challenge, en même temps qu’elle ramenait Dotto dans le jeu des leaders.

1952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 111952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 121952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 13Miroir du Tour 1952 39 Etape 13 Monaco - Aix Rémy

L’étape fut remportée par le bouillant Marseillais Raoul Rémy, ce qui provoqua quelques commentaires chez les suiveurs. « Le Marseillais n’avait pas le droit de priver Dotto de la première place, par sa faute, le cabassous a perdu 30 secondes de bonification. Cette demi-minute lui aurait peut-être été utile au Parc des Princes. »
Mais Raoul présentait aussi ses arguments. Grâce à sa présence dans l’échappée, l’écart prit des proportions importantes pour … Bartali et les autres. Ce qui lui donnait le droit de remporter une victoire devant ses compatriotes marseillais venus à Aix pour la circonstance, et puis, Aix est si près de Marseille…

Capture d’écran 2022-07-09 à 11.55.49

Les autres faits marquants de l’étape furent : l’attaque de Vivier au ravitaillement de Luc ce qui provoqua l’échappée des trois tricolores, Vivier assailli par la fringale dut laisser partir les « trois mousquetaires » dans une côte située à la sortie de Saint-Maximin (à 38 km de l’arrivée) ; et l’insolation de Van Breenen qui faillit abandonner au son des cigales dans la campagne chauffée à blanc, du côté de Vidauban. »
Onzième au classement général, le matin, le « vigneron de Cabasse » Jean Dotto pointe maintenant à la septième place.

MS N°317B du 10 juillet 1952 14 Baker d'Isy

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 39

Mercredi 9 juillet : au menu de la quatorzième étape Aix-en-Provence-Avignon, les organisateurs ont inscrit l’ascension du mont Ventoux pour la seconde fois dans l’histoire du Tour. En 1951, les coureurs avaient abordé le Géant de Provence par Malaucène (versant Nord), cette fois, ils l’attaquent à Bédoin par la face Sud, avec, après le Chalet-Reynard, six kilomètres dans un désert de rocaille où poussent la saxifrage du Spitzberg et le pavot velu du Groenland.

1952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 08A

Dans Bouton d’or, le roman du Tour, Félix Lévitan met en scène Jean Robic encouragé, sur les pentes du Ventoux balayé par un fort mistral, par Marcel Bidot ulcéré par les lettres d’insultes anonymes reçues, la veille à l’hôtel (et encore, il n’y avait pas de réseaux sociaux à l’époque !) :
« Á moins de cinquante mètres de la boule bleue, casquée de cuir, qui dévalait les pentes du Ventoux, Marcel Bidot, arc-bouté au volant de sa jeep, les yeux protégés par d’épaisses lunettes, prenait les mêmes risques que Jean Robic.
Il y a une minute à peine, sur l’autre versant, alors que son poulain échappait, dans l’escalade, à la poursuite de Coppi, Marcel l’avait encouragé paternellement : -Vas-y on petit ! … Allez, tu gagnes du terrain… Vas-y Jeannot, Coppi ne te reprend rien … Vas-y, mon bonhomme, Fausto perd du temps.
Oubliée, la colère du soir précédent … Á la vérité, elle l’était dès le matin, après qu’André Leducq l’eût grondé : -Quoi, un gars comme toi, Marcel tu t’arrêtes encore à des lettres de mauvais goût ? Allons, c’est pas sérieux … Ne lis rien, jamais, sauf les lettres de ta femme … Le reste, hop ! au feu !
-Mais il y a des correspondants gentils ?
-Un au cent ! D’ailleurs, tu ne retiens pas ce qu’il dit d’aimable, tu ne te souviens que des engueulades des autres, alors ?…
Cette crevaison de Coppi, Robic l’avait déjà vécue. Il savait que ça lui flanquerait un grand coup de cœur, qu’il hésiterait un dixième de seconde, et que brusquement il se jetterait en avant, insouciant du terrain, du lieu d’arrivée, de son état physique, des réactions de ses amis et de celles de ses ennemis. Cette fois, il avait ruminé son plan : « J’irai jusqu’au bout, on verra bien … »
Que se fût-il passé dans ce mont Ventoux si Fausto Coppi n’avait soudain senti sou lui un boyau à plat ?
-J’étais décidé à attaquer, confia Robic aux journalistes après l’arrivée. Geminiani avait d’ailleurs démarré pour ça : il préparait le terrain.
-Coppi n’eût pas perdu le contact.
-Pas sûr …
Ainsi sont les hommes : toujours à imaginer, avec des si ou des mais, l’aspect d’une tranche de vie à laquelle on ne peut plus rien changer.
La crevaison de Coppi, c’était son destin.

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 421952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 43

1952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 09A1952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 14

C’était celui de Robic d’être présent, et en excellente disposition. Le destin de Robic, encore, d’avaler le Ventoux comme la rue Lepic, sans redouter ni son élévation, ni sa longueur, ni le froid qui s’était brusquement abattu sur le désert de pierres du sommet.
-Vas-y, mon bonhomme …
C’était le destin de Marcel Bidot de n’éprouver aucun ressentiment, d’être le premier transporté par l’effort de Biquet, le premier à s’en réjouir, à s’en enthousiasmer.
-Vas-y mon petit !
Ce bon Marcel … Au volant de sa jeep, il glissait dans les courbes, à l’extérieur, à la corde, imitant Robic, freinant en même temps, accélérant lorsqu’il accélérait, sautant les mêmes bosses, longeant les mêmes précipices, avec la même morgue, la même insouciance.
Il était dans la roue ! Dans la roue de Robic comme autrefois dans celle de Leducq, prêt à stopper dans un grand crissement de freins et à le secourir comme il avait secouru Dédé.
Malaucène : un village aux rues étroites. De là, de ce bourg aux maisons basses, la route pointe vers Carpentras, en pente douce, à travers champs.
2’ 30’’ d’avance !
Nous y avions pris l’écart entre Robic et ses poursuivants : Coppi, Ockers, Gelabert, Bartali, Wagtmans, flanqués de Geminiani et Dotto.
-Merci …
Marcel Bidot avait accueilli le renseignement avec le sourire, le premier qu’il avait arboré depuis l’affaire des lettres.
Déjà sa jeep se frayait un passage à travers les photographes :
-2’ 30’’, Jean, tu ne seras pas revu, fais l’effort ; quand tu seras à Carpentras, tu n’auras plus qu’une heure de course. Je te préviendrai si tu dois être rejoint, fonce …
Cinq minutes plus tard, Bidot s’inquiétait :
-Un temps, s’il vous plaît ?
-2’ 50’’
-Non ! pas possible, il leur a regagné vingt secondes.
-Exactement, Marcel, il a mieux fini la descente.
Encore dix minutes et Marcel Bidot implorait :
-Redonnez-moi un écart, s’il vous plaît ?
Quand nous revînmes à sa hauteur, le renseignement était :
-2’ 20’’, il a un peu perdu …
-Oui, mais c’est assez pour gagner !
Les vingt derniers kilomètres furent un chemin de croix pour notre héros ; il y souffrit des tourments physiques, il y ressentit des tourments moraux : « Si je crève… »
Mais ce n’était pas son jour ; il avait déjà eu sa part de malheur.
Vingt kilomètres … Il les grignota mètre par mètre, péniblement, s’arrachant des petits cris de douleur…
-J’suis mort…
-Roule, allez, tu as encore plus de deux minutes !
-C’est dur ! J’suis mort, j’en peux plus…
-Roule … Tu vas gagner, encore un effort !
-J’suis mort ! J’ai soif, j’veux boire, j’ai soif …
La main anonyme qui lui tendit une canette de bière, c’était celle de la Providence ! »

MS N°317B du 10 juillet 1952 01 Robic - Ventoux1952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 01

Pour Gaston Bénac, dans le Miroir des Sports, Jean Robic dans les bourrasques du Ventoux, c’est mistral gagnant !
« Ce magnifique succès dans le terrifiant Ventoux et cette victoire que le petit Robic s’en fut cueillir en Avignon, torturant son vélo, grimaçant, mais avançant terriblement, cela devant sept champions, fait rebondir l’intérêt du Tour de France. On continue à se battre sur nos belles routes malgré les morsures du soleil implacable. Si Fausto Coppi était en congé comme attaquant, il fut magnifique dans le rôle de défenseur, le seul qu’il veuille bien jouer maintenant. Une crevaison lui fit perdre un terrain précieux. Il revint aisément sur le petit groupe Dotto, Geminiani, Gelabert, Ockers. Mais il jugea inutile d’aller plus loin. Il ne chercha pas à empêcher Robic de prendre deux ou trois minutes, sans compter les bonifications. Il est un champion, il ne veut pas être un ogre … et lorsque Bartali, qui avait fait, dans la montée, un retour sensationnel, le dépassa avant le sommet, il ne fit aucun effort pour s’y opposer.
La descente du Ventoux signifiait regroupement. Il n’y eut qu’une exception à la règle : celle d’un Jean Robic déchaîné. L’avance qu’il avait prise dès le milieu de l’escalade du Ventoux, il la conserva jusqu’à la fin, à quelques secondes près. Et, dans mon admiration pour l’exploit génial de « Biquet », je fais passer en premier sa course de Malaucène, au sortir du col, en Avignon, en passant par Carpentras. Sur le plat, Robic, qui n’est pourtant pas un spécialiste de course contre la montre, roula aussi vite, à 45 à l’heure généralement, que Coppi et Bartali se relayant. Je crois bien que jamais Biquet, même il y a trois ou quatre ans, ne connut une forme semblable et une volonté de vaincre aussi grande. Serrant les dents, le masque crispé, semblant fouetter son vélo, il « chamboulait » sans doute, mais il avançait vite. Oui, nous vîmes hier du meilleur Robic, du plus sensationnel. Et on en arrive à se demander comment un coureur arrive, après plusieurs années de piétinement, à retrouver d’un coup sa meilleure condition.
C’est le cas de Robic, comme celui de Coppi, comme celui de Bartali qui se livra hier, du Gino du meilleur cru de la meilleure année. Comment ne pas souligner que les cinq premiers de l’étape d’hier sont tous des plus de trente ans, alors qu’à Monte-Carlo, c’était le tour de jeunes avec Nolten et Dotto ?
Les deux catégories vont-elles jouer l’alternative jusqu’à Paris ? Certainement pas, car on ne demande pas aux nouveaux de mener une cadence régulière, mais, au contraire, d’attaquer et de tenter des exploits, pour se préparer pour 1953 ou 1954, même au risque de s’effondrer le lendemain.
Des trois premiers de l’échappée victorieuse de la veille, seul Jean Dotto est présent dans le peloton des vedettes… »

Castellania blog26

La présence de Jean Dotto accompagnant Coppi, Geminiani et Ockers sur les pentes du Ventoux chauffé à blanc me renvoie à mon émouvante visite, en 2016, du village piémontais de Castellania* où naquit et repose Fausto. Depuis, sans que j’y sois pour quelque chose, une étape du Giro d’Italia 2017 a démarré de Castellania. Plus encore, en mars 2019, le Conseil régional du Piémont a approuvé la décision du conseil municipal de cette minuscule commune de moins de cent âmes, de la nommer désormais Castellania Coppi en l’honneur du campionissimo.
Imagine-t-on en France les communes de Quincampoix-Anquetil et Masbaraud-Mérignat- Poulidor en mémoire de ces deux champions pour lesquels la France se passionna jusqu’à se diviser dans les années 1960 ?
En cliquant sur le lien à la fin de ce billet, vous découvrirez comment un accueillant autochtone, devant l’une des photographies géantes exposées sur les murs du village, me colla sur la présence de Jean Dotto dans l’échappée royale derrière Robic sur les pentes du Ventoux.
En Avignon, Albert Baker d’Isy fait le point :
« Trois étapes courues depuis le dernier numéro de « Miroir-Sprint » … Trois étapes au cours desquelles Fausto Coppi, soucieux d’économiser ses forces, n’a pas donné un « coup de pédale » … Trois étapes qui furent favorables aux tricolores.
Il y a quelque chose de changé, et en premier lieu, c’est l’entrée dans la danse de Jean Dotto, à qui nous reprochions dimanche, à Sestrières, de se montrer apathique, résigné. Dotto a attaqué pour la première fois dans les cols niçois et s’il a dû se contenter de la seconde place derrière Nolten à l’arrivée à Monaco, il n’en a pas moins amorcé ce jour-là sa remontée.
Car, le lendemain, on passait chez lui à Brignoles et un beau coup concerté avec Rémy et Quentin, lui faisait faire un nouveau bond en avant de plus de sept minutes.
Cette réussite d’un grimpeur sur le plat était certes due aux circonstances régionales. Mais les défaillances de Close et de Ruiz dans l’étape du mont Ventoux ont encore permis à Dotto d’améliorer sa position. Il est maintenant cinquième, très bien placé pour inquiéter Ockers et Bartali qui défendent leurs deuxième et troisième places. Les étapes des cols pyrénéens seront décisives à ce sujet. Dotto ne sera pas d’ailleurs le seul Français à jouer un role dans cette compétition pour la seconde place.
Jean Robic a remporté depuis ses malheurs de Sestrières deux grands succès, l’un sur la route, aujourd’hui, en Avignon, où il arriva seul après s’être échappé dans le mont Ventoux, et l’autre dans son propre cœur. Il a su se dominer, ne pas contrarier l’action de Dotto dans l’étape Monaco-Aix-en-Provence.
C’est un bon point, car la veille encore, « Biquet » avait commis une erreur en démarrant dans la Turbie avec Coppi alors que Dotto était échappé. Pardonnons à Robic, puisqu’il a compris qu’une lutte pour la place de premier Français serait stérile, alors que les actions concertées ont permis à lui et à Dotto d’améliorer leur classement en trois jours.
L’incident de Sestrières est oublié. Ce jour-là, Marcel Bidot fut mal inspiré en suivant Lauredi et, en négligeant Robic… Les minutes perdues font certes défaut au Breton, mais il sait qu’il faut toujours regarder en avant. Or d’autres buts sont désormais proposés aux tricolores.
Le challenge par équipes en est un -et non des moindres- puisque avec sa formule actuelle (addition des temps de trois coureurs à chaque étape) il prend autant d’importance que le classement individuel. Or, l’échappée du trio Rémy-Dotto-Quentin, dans l’étape des « bikinis » et du « ravitaillement au champagne », a permis à l’équipe de France de s’installer en tête.
L’envolée de Robic a valu aujourd’hui aux Français de gagner encore quelques minutes sans entraîner aucune réaction italienne. Il est vrai que le troisième transalpin -en l’espèce Magni- était attardé et que ni Coppi, ni Bartali, ne tenaient à faire d’efforts avant l’étape languedocienne qui fut fatale l’an dernier à Fausto.
La France en tête, Dotto et Robic bien placés … Le moral est tout autre depuis deux jours à la table de Marcel Bidot. Rémy, satisfait de la victoire remportée devant « son » public marseillais, sera un excellent auxiliaire ainsi que Quentin et le malchanceux Bonnaventure.
On est arrivé où l’on aurait dû commencer. Avec deux leaders seulement, bons grimpeurs tous deux, l’équipe de France a une autre allure. Pourquoi n’avoir pas fait le choix plus tôt ?
Á part Geminiani, qui a subi de gros coups de pompe (il accuse son Tour d’Italie) et se trouve moins brillant, aucune déception dans le classement actuel de nos hommes. S’ils ne peuvent viser sérieusement le maillot jaune du « campionissimo », les Français ont d’autres marrons à tirer de ce Tour 1952. Les places d’honneur leur sont ouvertes.
Il n’y a pas eu, depuis le Galibier, de nouveaux Le Guilly -il n’y eut même pas dans le mont Ventoux de véritables Le Guilly tout court. Fatigué, le petit Breton passa seulement neuvième à 3’50’’ avant de faire dans la descente une chute qui lui coûta beaucoup de temps et personne ne le dépanna.

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 44

Mais nous avons vu, au cours de ces étapes azuréennes et provençales, des jeunes régionaux, des jeunes coureurs étrangers qui auront leur mot à dire l’an prochain. C’est le cas de Nolten -Hollandais aux muscles longs- qui a confirmé les qualités de grimpeur qui l’avaient fait le leader de la Route de France dans les Pyrénées. En gagnant l’étape de la Turbie -et surtout en y battant Dotto- ce Nolten, encore amateur le mois dernier, s’est affirmé le meilleur grimpeur de son pays.
Chez nos régionaux, on a revu Jacques Vivier qui attaque brillamment mais termine mal ; Bauvin, enfin sorti de l’ombre ; Rossinelli, Bertaina, Sabbadini bon sprinter, et Fernandez petit gabarit mais coureur complet. Un lot de champions parmi lesquels se trouvent les futurs champions du Tour. »
Toujours dans Miroir-Sprint, Charles Pélissier félicite quatre … Jean sans reproche :
Jan Nolten est dans l’ordre chronologique le premier d’entre eux. Sa victoire à Monaco a été acquise grâce à une course particulièrement brillante. C’est un très bel athlète, plein de race, bien posé sur sa machine, très lucide en course. Sa descente du col du Castillon, où il rejoignit et lâcha Dotto, pourtant enfant de la région, était un modèle du genre. Étant donné son jeune âge et son expérience encore réduite des grandes courses professionnelles, il est hors de doute qu’il constitue pour son pays un véritable espoir du cyclisme international.
Jean Dotto, qui a connu des hauts et des bas dans ce Tour de France, est constamment resté à l’attaque de Sestrières à Avignon. Second à Monaco, second à Aix, appartenant au groupe des six grands à Avignon, c’est une performance qui situe assez bien les possibilités de ce jeune champion. N’oublions pas, par ailleurs, qu’il avait été un des attaquants de ce très animé début de Tour de France, terminant derrière Molinéris à Lille.
Tout ceci indique que pour son deuxième Tour, Dotto se comporte fort bien, justifiant les espérances placées en lui. Il a certes, encore bien des choses à apprendre, notamment l’art de descendre un col aussi bien qu’il le monte, mais enfin on peut lui faire confiance. S’il continue d’aimer son métier et de le pratiquer avec tout le sérieux désirable, il peut faire, dans les prochaines années, un grand Tour de France.
Jean Le Guilly mérite une place particulière dans ce tableau d’honneur. La rapidité de son ascension et la publicité qui avait entouré son départ pouvaient faire craindre une déception. Or ce n’est pas le cas. Le jeune Breton n’est évidemment pas chaque jour égal, mais on le retrouve toujours avec les meilleurs dès que le profil de l’étape est accidenté. Dans le Ventoux encore, il est resté parmi les grands de la course et il faut comprendre ce que cette régularité représente de valeur pour un coureur aussi jeune, qui en est à son premier Tour de France. Je l’ai suivi longuement dans la plongée sur Avignon. Il avait été rejoint par deux des meilleurs chasseurs, Magni et Weilenmann. Il avait beaucoup de mal à les suivre et je m’inquiétais de le voir décoller soudain et de se trouver obligé de faire, chaque fois, de gros efforts pour revenir dans le sillage de ses deux aînés. J’avais bien raison de m’inquiéter puisque au passage d’un petit pont, je le vis toucher le bord du trottoir et faire, à 60 à l’heure, une cabriole qui eût pu avoir de très graves conséquences. Je suis heureux de l’avoir vu se relever car ce jeune garçon est certainement l’un de nos plus sérieux espoirs.
Enfin, Robic, Jean lui aussi, est celui qui mérite les plus vifs éloges. Il faut bien constater qu’il est, cette année, dans une condition qu’il a rarement connue. Depuis plus d’une semaine, il est le plus sérieux adversaire de Fausto Coppi, le seul qui parvienne en partie à lui tenir tête.

Une Equipe Aix-Avignon

Cette étape du Ventoux fut magnifique. Malgré la sécheresse et les efforts accomplis dans l’ascension, il conserva sans cesse l’œil clair et même la bonne humeur de l’homme en pleine possession de ses moyens. En tête au sommet, il parvint à accroître son avance en descente sur un groupe de champions de classe, qui avaient noms : Coppi, Bartali, Wagtmans, Gelabert et deux de ses coéquipiers, Geminiani et Dotto. Dans la plaine seulement, il perdit une minute environ sur le groupe de chasse où Coppi et Bartali accomplissaient un rude travail. C’est un résultat qui situe actuellement Robic immédiatement derrière Coppi. Il est fort improbable que celui-ci puisse maintenant être inquiété. Par contre, la deuxième place doit être farouchement disputée et prend de ce fait une importance particulière. Jean Robic, homme de l’équipe de France, est particulièrement bien placé pour l’occuper un jour. »

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 41

Les gosses sont cruels : je n’avais pas une sympathie particulière pour ce champion très populaire et j’étais vexé que l’on m’encourage avec des « Vas-y Robic » lorsque je « faisais le coureur » sur mon petit vélo vert.
En Avignon, si l’on excepte Fausto Coppi hors concours, 3 petites minutes seulement séparent Stan Ockers, deuxième du classement général, du huitième Jean Robic.
La quinzième étape, longue de 275 kilomètres, mène les coureurs d’Avignon à Perpignan, l’exemple même d’étape que l’on peut craindre monotone, avec la chaleur et avant les Pyrénées qui se profilent. Coppi est-il superstitieux, c’est sur un parcours semblable (entre Carcassonne et Nîmes) qu’il avait connu une défaillance mémorable concédant 33 minutes à Hugo Koblet.

1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 033A1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 034A

Surprise, dès le premier kilomètre, à la sortie de la cité des Papes, le « régional Parisien » Georges Decaux et Giovanni Corrieri, le gregario de Gino Bartali, se lancent dans une longue chevauchée tandis que le peloton somnole sous le soleil de plomb. Les deux courageux possèdent 32 minutes d’avance à Narbonne (km 193). Aux Cabanes-de-Fitou (km 229), Corrieri, déjà vainqueur de trois étapes lors des Tours précédents, est victime d’une crevaison. Son gonfleur est vide et sa pompe ne fonctionne pas, il doit attendre sa voiture de secours et perd de précieuses minutes. Á 13 kilomètres de l’arrivée, il accuse un retard de 8’30’’ sur Decaux exténué, qui l’emporte en solitaire sur le boulevard Jean Bourrat à Perpignan. Le peloton termine à près de 25 minutes.
Le fait du jour est, mine de rien, la seconde place de Corrieri qui permet à l’Italie de reprendre la tête du challenge Martini par équipes.

MS N°318 du 14 juillet 1952 02 Avignon - Perpignan1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 035A1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 45

Le quotidien L’Équipe affiche à sa Une : Bombe sur le Tour ! Rassurez-vous, il n’est nullement question d’attentat, mais la Source Perrier fait exploser sa dotation en augmentant de 500 000 francs et 250 000 francs le montant des prix affectés aux 2ème et 3ème places du classement général individuel. Perrier, c’est fou !

Une L'Equipe Avignon-Perpignan

Voici ce qu’en pense Maurice Vidal dans son bloc-notes :
« Fausto Coppi domine le Tour de France. Il domine même de telle façon que son cas est unique. On le met hors concours. Le journal organisateur établit des classements officieux en partant du deuxième. Et voici mieux : un communiqué officiel nous apprend qu’en s’octroyant la grosse prime offerte à Toulouse par une eau pétillante (d’esprit), le second du Tour gagnera 250 000 francs de plus que Fausto. C’est évidemment original…
Mais enfin, cette initiative, si elle ne fera croire à personne que le second est aussi glorieux que le premier, aura au moins le mérite de revaloriser les performances autres que celle de Coppi. Car il semble que nos confrères, de la presse écrite ou parlée, soient tellement déçus qu’ils oublient que le Tour de France, c’est un classement général, que celui-ci ne comprend pas seulement la place de premier, mais de nombreuses places qui ont toute leur histoire et leurs mérites. Et aussi que chaque étape est une course différente, avec son histoire, ses déroulements et ses héros.
Certes, Coppi est un superchampion. Mais sa domination ne doit pas nous faire oublier tous ceux qui le suivent et dont certains, avec des moyens plus réduits, méritent qu’on vante leurs exploits. Nous assistons cette année à un retour de boomerang. Depuis la Libération, la presse a entretenu dans tous les domaines le mythe de la super vedette. Elle a recherché à mettre toujours l’accent sur l’événement sensationnel, perdant ainsi l’habitude de rechercher et de mettre en lumière l’événement de chaque jour. »
Le 11 juillet, a priori autre étape de transition, 200 kilomètres de Perpignan à Toulouse. Les bulles et surtout les primes de Perrier n’y font rien, les géants de la route adoptent un train de sénateurs, la moyenne de l’étape atteignant péniblement les 28, 994 km/h.

1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 037AMS N°318 du 14 juillet 1952 05 Perpignan - Toulouse Gorges de l'Aude1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 038A

Á part quelques escarmouches vite réprimées, le peloton arrive compact, à petite allure, au ravitaillement de Mirepoix (km 115), avec 1 heure de retard sur l’horaire officiel. C’est là que le Hollandais Wim Van Est porte une attaque violente et emmène avec lui l’Italien Baroni. Ils possèdent 3’5’’ au km 165 mais les deux fuyards sont repris à six kilomètres de l’arrivée par une dizaine de coureurs : les Français Marinelli, Teisseire, Vivier, Telotte, Paret et Ciro Bianchi, les Hollandais Fanhoff et De Hertog, le Belge Rosseel. Van Est chute dans le couloir d’accès à la piste du vélodrome de Toulouse. Rosseel déborde Vivier dans le dernier virage et remporte sa seconde étape après son succès au Mans.

1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 040AMIROIR DU TOUR 1952 42 Etape 15 Avignon - Perpignan - Decaux1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 041A1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 46Une Lequipe Perpignan-Toulouse

Les organisateurs, furieux de la passivité du peloton, décident de bloquer les prix et les reporter sur le classement général comme un vieux règlement les y autorise. Dans le hall du Grand-Hôtel, à Toulouse, traînent au soir de cette seizième étape des ferments de révolte. Sylvère Maes, directeur technique des Belges, menace que son équipe ne repartira pas. Finalement, après bien des palabres, et l’application de la loi du sursis, Rosseel reçoit l’assurance qu’il touchera ses gains.
Maurice Vidal note sur son bloc :
« Donc, étant donnée la tenue de la course depuis jeudi, nous avons tout loisir pour revenir sur des réflexions faites au fil des jours. Et tout d’abord, l’allure observée d’Avignon à Perpignan et de Perpignan à Toulouse. Dans la première de ces deux étapes, l’équipe de France a commis une erreur difficilement compréhensible. Alors que la victoire semble (c’est un euphémisme) devoir lui échapper, elle conserve une belle chance pour la victoire par équipe à laquelle s’attachent une belle considération de prestige et de substantiels profits matériels.
Pourquoi, alors qu’elle occupait la tête de ce classement, n’avoir pas tenté d’empêcher la fuite de Corrieri et l’avoir laissé ensuite, sans connaître une seconde d’inquiétude, accumuler les minutes d’avance qui, toutes, sont capitalisées au challenge.
Le lendemain, l’allure a été si réduite que les organisateurs ont été amenés à supprimer les prix d’étapes en application d’un règlement datant de l’avant-guerre. Est-ce bien juste ? Certes, les coureurs ont tort d’adopter le train de 25 à l’heure, qui enlève à la course tout aspect de compétition sportive. Car la belle tenue du Tour de France, sa popularité, l’estime du public à son égard, intéressent aussi leur métier. Mais, ceci dit, des sanctions pécuniaires ne sont pas justifiables dans ce cas particulier, les coureurs se sont assez dépensés depuis Brest, assurant le succès de la première partie de l’épreuve, pour avoir droit à de l’indulgence et de la compréhension de la part des officiels de la course d’abord, de la part des critiques ensuite.
Cette fois, le sensationnel a dépassé tous les espoirs et le dénommé Coppi, remplaçant Zaaf à l’autre bout du classement, a « cassé la baraque ». »
Á Toulouse, le jovial abbé Pistre prêche pour la cathédrale du sport cycliste :
« Qu’auront pu penser, le long de la route écrasée de soleil, dans ce Midi bon enfant et plein de cigales, ceux qui auront deviné la présence d’un curé au fond d’une voiture officielle ? Les plus charitables auront pensé que c’était un habitué de l’auto-stop qui, sans vergogne, s’était effondré dans la voiture du directeur-adjoint. D’autres se diront que Fernandel, ayant encore gardé la soutane de Don Camillo, s’était payé la fantaisie de suivre le Tour. Nul n’aura pu penser que le curé était authentique et qu’il suivait sportivement son étape…
Ça me changeait un peu de ma calme paroisse. On se serait cru dans la cathédrale du sport cycliste. Á la place des cloches, hurlait une multitude de haut-parleurs et, ma parole, on avait mobilisé tous les sacristains de France, de Navarre et du monde entier, pour cette prodigieuse et bruyante cérémonie.
Sur les bords des chemins, sur les trottoirs des villes, se pressait une foule bariolée, enthousiaste. Que venaient donc voir les vieilles « Mémés » de nos Corbières sur la porte des vieux mas paisibles et sans histoire ? Quelles curieuses pensées se succédaient sous ces fronts blanchis et rayonnants de sérénité ? Que leur disaient ces mots : « Le Tour de France » ? Est-ce que dans leur esprit, cette course se confondait avec la vie de leur pays ? Était-ce un peu de France qui circulait sous les maillots aux couleurs de la patrie ? Elles se moquaient du classement général, ne savaient pas qui était Robic, Dotto, Lauredi et les autres. Mais elles étaient fières que les routes de France eussent été choisies pour ce circuit merveilleux du peloton multicolore.
Ce passage du Tour faisait partie du paysage familier de leurs jours. J’ai compris en passant rapidement qu’il fallait hausser les épaules aux esprits supérieurs qui ne comprennent pas. La foule, moins difficile, plus simple, se contente de joies peut-être moins raffinées, mais aussi profondes. Pourquoi l’en priver ? Tout le monde ne lit pas Gide, Valéry, Éluard.
La grosse majorité des Français ne peut s’enthousiasmer devant les toiles de Picasso. On peut plaindre ceux qui se privent de joies si hautes, on ne peut les blâmer de chercher des satisfactions à leur portée. Et il est heureux qu’il y ait un Tour de France. Sans cela, il faudrait mettre un musée dans chaque village et Picasso ferait bien, pour satisfaire tout le monde, de peindre au pistolet.
Surtout qu’on ne me fasse pas dire que je compare Coppi, Bartali, Robic et les autres aux artistes ou aux poètes. C’est d’un autre ordre. Chaque estomac cherche sa nourriture. On ne se jette pas tous, et c’est heureux, sur les langoustes et les ortolans.
Il se peut que tout ne soit pas parfait, mais on peut dire sans crainte que l’heure du départ pour la grande boucle est l’heure de vérité. Voyez Koblet, Kubler et Bobet, ils ont senti que, pour des raisons diverses, ils n’étaient pas suffisamment préparés. Ils n’ont pas voulu se rendre ridicules. Ils sont restés chez eux et ils ont bien fait. Le Tour exige, j’en suis bien convaincu, une forme physique presque parfaite. On ne demande pas des fantaisistes, si sympathiques qu’ils soient, on demande de vrais champions. Cela veut dire des coureurs qui savent souffrir, qui veulent souffrir. Car on ne peut refuser son admiration à ces hommes qui terminent un pénible voyage de 5 000 kilomètres. On peut raconter ce que l’on voudra, c’est là une prouesse athlétique qui compte, qui classe son auteur. On dira peut-être avec un sourire entendu que ces efforts sont largement récompensés. Pourquoi donc ceux qui croient tellement aux coureurs intéressés ne montent-ils pas sur un vélo et ne partent-ils pas pour la fructueuse aventure ? »
Samedi 12 juillet, les coureurs, même décriés, observent une seconde journée de repos dans la Cité des Violettes. Raphaël Geminiani décide d’adopter la méthode qui lui avait permis de gagner l’étape de Gap lors du Tour 1950 : passer la journée de repos dans sa chambre d’hôtel avec son épouse.

1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 045A1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 046A

Il est au moins un journaliste de Miroir-Sprint qui se déplace à Carcassonne et fait la première photographie de Jacques Anquetil vainqueur détaché du championnat de France amateur sur route. C’est le seul maillot bleu blanc rouge qu’il enfilera au cours de sa brillante carrière avec celui de champion de France professionnel de poursuite. Quelques jours plus tard, il était sélectionné pour les Jeux Olympiques d’Helsinki où il remporta la médaille de bronze de la course contre la montre par équipes.

MS N°318 du 14 juillet 1952 13 Anquetil champion de FranceAnquetil champion de France amateur

Je me souviens avoir vu, peu après, « mon » futur champion ceint de son maillot tricolore dans quelques courses régionales, notamment à Blangy-sur-Bresle.
Les choses sérieuses devraient reprendre lors de la dix-septième étape Toulouse-Bagnères-de-Bigorre et l’escalade des premiers cols des Pyrénées. Ce sont des routes que je découvrirai moi-même à vélo, trois décennies plus tard.
L’étape commence mollement, ainsi Maurice Vidal débute son article :
« Il est onze heures ce dimanche matin. Rien ne se passe, sinon qu’à la radio, Roland Forez, qui est très précisément et très fidèlement ami de Miroir-Sprint, s’adresse dans son émission « Musique sur la route » à ceux qui roulent et, en particulier, aux suiveurs du Tour. C’est gentil de penser à nous, car il est des jours où Paris nous semble loin …
Nous pensons à Noé, rendu célèbre à son corps défendant par son camp où, pendant quatre ans, les victimes du nazisme hitlérien attendirent le massacre. Quelques-uns d’entre nous qui y avons laissé des compagnons évoquent leur souvenir.

1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 043A1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 042A

Seule une chute massive au km 40 perturbe la course. Une vingtaine de coureurs se retrouvent à terre, parmi les plus touchés Fiorenzo Magni, Wim Van Est, Wagtmans, Roks, Soler et « Maigre Pierre » Molinéris. Les hostilités sont déclarées dans la montée du col de Peyresourde par l’Azuréen de l’équipe de France Jean Dotto, mais Fausto Coppi ne délivre pas de bon de sortie et réagit. Au sommet, Robic et l’Espagnol Gelabert passent en tête, suivis de Coppi à 5 secondes, Ockers à 7 secondes, Dotto à 23 et Geminiani à 54.

1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 044AMAX Console

Dans la descente, Gem revient comme une fusée et déborde tous ses adversaires grâce, affirmera-t-il, à ses freins Mafac issus d’une jeune entreprise de Clermont-Ferrand. Non seulement, il comble son handicap mais passe à Arreau, point d’intersection des deux cols, avec 1’05’’ d’avance sur le maillot jaune.

1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 032AMS N°318 du 14 juillet 1952 01 Géminiani - Col d'Aspin1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 052A

Dans l’ascension du col d’Aspin, le « grand fusil » ne perd pas de temps sur ses poursuivants. Il ne lui reste plus qu’à « fondre » sur Bagnères-de-Bigorre pour remporter sa seconde étape sur ce Tour de France. Il précède de 1’14’’ un groupe de 18 coureurs, réglé au sprint par son coéquipier Antonin Rolland, où figurent tous les favoris à l’exception de Magni qui termine à 4’32’’ et rétrograde de deux places au classement général.

1952-07-14 - BUT-CLUB 360 - 39th Tour de France - 050AUne L'Equipe Toulouse-Bagnères

MIROIR DU TOUR 1952 44 Etape 17 Toulouse - Bagnères de Bigorre - PELLOS Géminiani

« L’art de descendre apparaît désormais en bon rang dans le bagage du coureur complet du Tour : tout cycliste incapable de se jeter dans les pentes les plus abruptes, à plus de soixante kilomètres à l’heure, n’a rien à faire dans le Tour de France. Mieux vaut être grimpeur moyen et bon descendeur, que grimpeur ailé et descendeur médiocre.
Le capitaine Sauvage, l’un des as de l’escadrille Normandie-Niemen, s’émerveillait, dans notre voiture, au spectacle de Geminiani jeté vers le creux de la vallée à la vitesse d’une avalanche
-Mais il est fou … s’il dérape, s’il éclate ?
C’est le métier et Gem, comme tant d’autres, fait bien le sien avec un courage proche de l’intrépidité ;
-Ah ! tout de même, c’est formidable !
Lorsque nous avons, au soir de son succès, présenté Gem au capitaine Sauvage, Raphaël, admirant la brochette de décorations du grand pilote de chasse, lui dit avec admiration :
-Cela doit représenter pas mal d’émotions, n’est-ce pas ?
-Sans doute … Mais j’aime quand même mieux être dans mon « zinc » que sur vos deux roues minuscules à près de 80 kilomètres à l’heure, dans une pente comme celle d’Aspin… »
Lundi 14 juillet, dix-huitième étape, 149 kilomètres de Bagnères-de-Bigorre à Pau, avec les ascensions de deux cols de légende : le Tourmalet et l’Aubisque par le versant du Soulor. Le temps est couvert.

MS N°318B du 18 juillet 1952 05 Bagnères - Pau Au dessus des nuages

MIROIR DU TOUR 1952 47 Etape 18 Bagnères de Bigorre - Pau Coppi1952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 05

« Lila de Nobili (artiste peintre italienne, créatrice de décors d’opéra et visionnaire de la scénographie, ndlr) dépense des trésors d’imagination pour créer sur les scènes parisiennes des décors aussi vaporeux que ceux que présentait le col du Tourmalet après le premier tiers de son ascension. Dans cette mousseline accrochée au flanc de la montagne, les hommes du Tour étaient pareils aux acteurs que Raymond Rouleau promène dans l’irréel des voiles à peine éclairés. C’était étrange, ce peloton émergeant du brouillard et s’y replongeant à peine entrevu. Ce devait être inquiétant dans l’Aubisque. Pourtant, avant d’atteindre cette atmosphère de fin du monde, avant de se sentir perdus, apeurés, frissonnants, au bord du précipice de Soulor, cratère fumant de brouillard, coureurs et suiveurs eurent la vision d’un Tourmalet dégagé dans son sommet, orgueilleusement dressé dans le soleil éclatant. Toute la montagne alentour, avait les reflets mauves d’une queue d’arc-en-ciel. Le Tour, dès lors, planait au-dessus d’une mer de nuages. Nous étions dans l’Olympe et Jupiter, c’était Macron pardon (ndlr), c’était Coppi, le Dieu des Dieux, revêtu de la tunique d’or, attribut de sa puissance.

MIROIR DU TOUR 1952 48 Etape 18 Bagnères de Bigorre - Pau CoppiMIROIR DU TOUR 1952 49 Etape 18 Bagnères de Bigorre - Pau Coppi

Il avait frappé un grand coup et voilà, le ciel s’était déchiré et l’énorme sunlight du Soleil avait happé dans son pinceau et porté une fois de plus sur la colline des honneurs, Fausto-le-Simple, le long et harmonieux Fausto, romantique avec sa mèche noire mollement étendue sur son front serein. Il était seul à l’avant du troupeau. Le berger conduit certainement ainsi d’un pas ferme et sans s’attarder ses moutons nonchalants vers les pacages de haute montagne.
-Fausto … C’est Coppi … Regardez-le … c’est Coppi ….
La foule hurlait son admiration. Et l’autre sans laisser apparaître l’intensité de son effort, sinon dans le retroussis de l’aile gauche de son nez, se hissait sans douleur au long du cordon noir d’un public extraordinairement compact en ce jour de fête du 14 juillet.
-Où est Robic ? dis, tu le vois, toi l’homme aux jumelles, où il est Robic ?
Il était plus bas. Il se dandinait dans le rond de la lunette, debout sur ses pédales, hop, en l’air, hop, en bas, accroché comme une poupée à un élastique invisible.
-Vas-y Biquet … vas-y, il n’est pas loin …

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 50

La brume enroba à nouveau le Tour dans la descente. Sans réussir à la dissiper, le Soleil la transperçait de ses rayons et la visibilité était bonne sans être parfaite. Coppi s’il l’eût désiré eut pu courir le risque d’une dégringolade rapide. Á quoi bon ? Il prit des précautions de cyclotouriste, fouilla posément dans ses poches, en sortit une cuisse de poulet, un gâteau de riz, une tartelette, etc… sans cesser de glisser vers la vallée, engloutit le tout goulûment : la montagne, ça creuse son homme. Il fut rejoint par Ockers et Robic aux portes de Luz-Saint-Sauveur. Le visage de Robic avait la pâleur des mauvais jours. Brusquement, il se mit à gesticuler, à tendre le poing vers l’arrivée, à appeler Marcel Bidot…
-Qu’est-ce qu’il y a Biquet ?
-F … moi toutes ces voitures en l’air. Allez, faites le barrage …
-Mais les autres sont loin Jean, si le directeur de la course ne fait pas le barrage, c’est que ce n’est pas nécessaire.
-Si ! F… moi toutes ces voitures en l’air ou j’abandonne…
Il vociférait, il écumait. Coppi le fixa longuement de son lourd regard noir. Le soir dans sa chambre, il nous expliquait ce qu’il avait ressenti :
-J’ai eu peur pour lui, c’était un accès de folie !
Robic ne s’appartenait plus, c’est vrai : il y avait en lui un démon menaçant, né de la fatigue ou du dépit, peut-être aussi du survoltage d’un excitant mêlé à ses breuvages. Sa colère était celle d’un gosse gâté… Il entrait dans une nouvelle crise quand Geminiani le rejoignit :
-J’abandonne, toutes ces voitures, c’est une honte…
Surprenante hantise : elles étaient une demi-douzaine au plus ces voitures et leur tenue n’était pas préjudiciable au parfait déroulement de la course.
-J’abandonne, ils me font tous ch…
On nous pardonnera ces grossièretés, mais Robic dans son délire les a proférées et bien d’autres encore.
-Qu’est-ce que tu racontes, t’es pas fou ?
Le flegmatique Raphaël avait mesuré la situation. Elle commandait une paire de gifles. Il l’eût certainement appliquée à Biquet s’ils s’étaient trouvées debout, côte à côte. Gem se contenta de quatre ou cinq bourrades dans le dos qui n’étaient pas des caresses. Robic, passant des paroles aux actes, s’était déjà laissé glisser en queue de peloton, prêt à mettre pied à terre.
-T’es pas fou, non ? allez, bon sang, avance, pédale, qu’est-ce qui m’a fichu un tel idiot…
Sans Geminiani nous n’eussions probablement pas retrouvé Robic aux côtés de Coppi dans l’affreux désert de Soulor.
Nous n’avons jamais traîné nos bottes en hiver -ni même nos espadrilles en été- du côté du Labrador si nous en avons survolé les terres décharnées, mais nous en imaginons volontiers l’aspect. Ce doit être le Soulor du 14 juillet, avec de l’eau partout, dans le ciel, sur la terre, une eau grasse et froide, un isolement tragique, la peur constante du faux pas dans une crevasse invisible, la lourde oppression d’une nuit qui n’en finit pas, à peine blanchie par une aube incertaine. Le coureur qui se fût perdu dans un trou, comme Van Est l’an dernier, n’eût jamais été retrouvé. Nous n’avions qu’une hâte, en sortir, et jusqu’au bout nous avons redouté le pire.
C’est là que Coppi déposa à nouveau Jean Robic : en quelques coups de pédale, son maillot bouton d’or s’enfonça dans le coton noirâtre d’un nuage glacial.

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 531952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 04

Il fallait monter à l’Aubisque, mais aussi en redescendre. Or, sur le versant palois le col disparaissait également dans la brume. L’arrivée proche rendit Coppi hardi, moins pourtant qu’Ockers retardé par une crevaison, et que Robic, victime d’une chute dans la traversée des Eaux-Bonnes -plus de peur que de mal, Dieu merci ! Le Tour sortait à son honneur de l’enfer pyrénéen et le dernier sursaut de Coppi, dans les faubourgs de Pau, lui permit tout de même, bien que rejoint à quelques kilomètres de la ligne, d’ajouter une nouvelle page de gloire au livre d’or de son épopée… » (Felix Lévitan, Bouton d’Or le roman du Tour)
Moins lyrique, Pierre Chany considère que, dans les cols pyrénéens, Coppi a couru avec … tact : « Dans la grande étape pyrénéenne, avec les cols du Tourmalet et d’Aubisque, Fausto Coppi a confirmé une nouvelle fois sa supériorité. Nous l’avons vu, au cours de cette grise journée, franchir en tête les deux cols et terminer légèrement détaché à Pau. Mais contrairement à ce qu’il avait fait dans les Alpes, le champion italien n’a pas cherché à « éclabousser » ses adversaires. Sa victoire fut acquise avec beaucoup de tact et la plus grande pondération.

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 471952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 03

Dans le Tourmalet, cinq coureurs dominèrent : Coppi, Ockers, Carrea, Gelabert et Robic. Vers le sommet, Fausto appuya un peu plus fort sur les pédales, histoire de gagner la bonification et les points attribués dans le Grand Prix de la Montagne. Dans l’Aubisque, Fausto se détacha à nouveau avec Robic, Ruiz et Bauvin. Au moment de plonger sur le hameau de Gourette et le gave de Pau, il possédait 29’’ d’avance sur Robic, 57’’ sur Ruiz et Dotto, 1’ 19’’ sur Bauvin, 1’ 47’’ sur Gelabert, Bartali, Carrea, Ockers, ce dernier retardé par une crevaison.
La descente s’effectua dans un brouillard opaque qui rendait dangereuse la moindre imprudence.
Un regroupement s’opéra où seul manquait Dotto retardé par deux crevaisons. Á l’arrivée, l’Azuréen, et Geminiani qui l’avait attendu, concédaient 7’ 29 » ».

MS N°318B du 18 juillet 1952 02 Bagnères - Pau Classement - CoppiMS N°318B du 18 juillet 1952 03 Bagnères - Pau

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 511952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 06

La lutte pour la première place fut brève : un démarrage de Coppi à l’entrée de Pau et le campionissimo distança ses quatre derniers compagnons. Beaucoup plus acharné fut le sprint que se livrèrent Ockers et Robic pour la seconde place. Le Belge prit l’avantage, s’octroyant trente secondes de bonification. »
Bien évidemment, « avec tact », Fausto Coppi consolidait son maillot jaune.

MIROIR DU TOUR 1952 49 Etape 18 Bagnères de Bigorre - Pau  - PELLOS Coppi Robic OckaersUne L'Equipe Bagneres Pau

MIROIR DU TOUR 1952 50 Etape 18 Bagnères de Bigorre - PauMIROIR DU TOUR 1952 51 50 Etape 18 Bagnères de Bigorre - PauMIROIR DU TOUR 1952 51 Etape 18 Bagnères de Bigorre - Pau

Était-ce cet été-là, ou un de ceux qui suivirent, sous le règne de Louison Bobet, avec mes parents et mon frère, nous visitâmes les Pyrénées dans la Peugeot 203 familiale. On ne parlait pas à l’époque de pollution, d’environnement, et au mois d’août, nous observions encore les stigmates du passage du Tour le mois précédent : les journaux du jour de l’étape, Dépêche du Midi, Nouvelle République des Pyrénées, Sud-Ouest, L’Équipe, éparpillés au vent, les noms de certains coureurs peints sur la chaussée. Les yeux écarquillés, avec ces indices, je « refaisais l’étape », je localisais certaines photographies parues dans les magazines Miroir-Sprint et But&Club. Seuls les ânes, aux abords des tunnels du cirque de Litor, me distrayaient un instant de ma leçon de géographie cycliste.

MAX Console

Mardi 15 juillet, c’est l’étape traditionnelle Pau-Bordeaux avec la traversée monotone et rectiligne de la forêt landaise. Quelques journalistes, notamment Pierre Chany, doivent espérer un début d’étape tranquille pour déjeuner à Villeneuve-de-Marsan, à l’auberge de Jean Darroze, patriarche d’une dynastie de chefs cuisiniers.
« Jusqu’au ravitaillement de Captieux (km 115), il ne se passa rien qui méritât l’inscription au communiqué (et détournât l’ami Pierre de ses ortolans, ndlr). Ensuite, l’échauffourée se développa avec une rapidité étonnante dans le pays du Sauternes : une échauffourée confuse, intense, au cours de laquelle les Hollandais surent porter le coup décisif.

1952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 071952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 10MS N°318B du 18 juillet 1952 06 Pau - Bordeaux Dekkers

Sur un démarrage de Van Est, le champion de Hollande Dekkers prit le large avec son compatriote Voorting et le revenant Pardoën, à 65 kilomètres de Bordeaux. Derrière, les autres hésitèrent, puis comprenant que Coppi ne voyait aucun inconvénient à ce que chacun risque sa chance, certains entamèrent une poursuite à quinze kilomètres de l’arrivée, sur des pavés presque aussi mauvais que ceux d’Hénin-Liétard. La situation se présentait ainsi :
En tête : Dekkers, Voorting et Pardoën ; à 300 mètres : Rosseel, Van Ende, Faanhof, Fernadez, Kebaili, Vivier, Sabbadini, Vitteta, Giguet, Wagtmans ; à 450 mètres : Deledda, Decaux, Van Breenen, Weilenmann ; à 550 mètres : Nolten, Telotte, Marinelli ; à 850 mètres : le peloton où Coppi faisait la police.
Aux portes du vélodrome girondin, le sprint semblait inévitable. Pardoën connut alors la malchance de perdre un écrou papillon de sa roue arrière. Dekkers, qui n’avait pas les yeux dans sa poche, démarra sur le champ. Voorting neutralisa le jeune Amiénois… la course était jouée. »

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 55MS N°318B du 18 juillet 1952 07 Pau - Bordeaux

Une L'Equipe Pau Bordeaux

La tradition d’une victoire batave sur la piste du Parc Lescure était respectée. Une flopée de coureurs « régionaux » a mis le nez à la fenêtre. Cela n’empêche pas l’ancien champion André Leducq d’avoir la dent dure dans sa chronique : « Premiers dans leur village … mais le Tour c’est autre chose ».
« Je ne suis par nature ni un sceptique grincheux, ni un enthousiaste exagéré. Le sport m’a trop appris à me méfier des apparences et je m’emballe difficilement sans être pour cela incapable d’admirer ce qui mérite de l’être. D’ailleurs, je le fais toujours. C’est pourquoi, je ne peux m’empêcher une fois le Tour terminé, de songer à tous ceux dont les admirateurs sincères, mais trop souvent aveuglés par leur amitié, ont voulu faire de futurs grands « Tour de France », uniquement parce qu’ils avaient pu obtenir dans leur fief quelques résultats satisfaisants. Un peu comme si un bon élève du certificat d’études prétendait aborder Normale et s’y distinguer d’emblée.
C’est parce que les grands spécialistes du Tour sont infiniment rares qu’il importe de ne pas trop se faire des illusions sur des hommes qui n’ont pour ainsi dire jamais dépassé l’échelon régional ou qui ont pu briller exceptionnellement par suite de circonstances favorables au cours de la saison routière. Je m’excuse de citer leur nom et d’être ainsi un peu dur avec eux mais il me restera toujours la ressource de me prouver dans l’avenir que je me suis trompé et qu’ils valaient mieux que ce qu’ils nous ont montré pendant ces trois semaines où les occasions étaient cependant quotidiennes de se mettre en évidence.
Prenons Bianchi, par exemple… Vous avouerai-je que je l’ai si peu vu « sortir » du peloton que sa silhouette ne m’est pas encore familière. Il n’a pas trouvé le moyen, du départ à l’arrivée, de mettre à son actif un seul coup d’éclat. C’est grave cela, pour un homme qui bénéficie d’une popularité acquise en deux temps, trois mouvements. La vraie classe se décèle vite dans le Tour de France où deux ou trois journées quelconques peuvent être suivie d’un réveil, d’un exploit. Mais rouler anonymement, jour après jour, sans jamais « déboucher », voilà qui ne peut susciter le moindre enthousiasme.
J’avais entendu dire grand bien de Jacques Renaud également.
-Il est régulier, m’avait-on dit.
Mais dans le Tour, la régularité dans l’anonymat n’est pas une preuve de valeur et ce n’est pas parce qu’un routier aura une mine resplendissante à l’issue du Tour, alors que ses adversaires seront sur les genoux, qu’il aura droit à mon admiration. Le nordiste Telotte est dans le même cas. Ces efforts ont été si strictement comptés depuis le départ qu’il est bien difficile de l’imaginer lui aussi accomplissant dans l’avenir un Tour de France remarquable. Je sais… il y a la légende de l’apprentissage : venir dans le Tour « pour voir ce que c’est », puis le disputer « pour de bon » l’année suivante. Je ne marche pas. Un routier a de la valeur, du tempérament, de la volonté ou pas. Si oui, il lui est impossible de ne pas extérioriser, au moins une fois de temps à autre, ses qualités. Ou alors, c’est qu’il s’est fait des illusions, lui et ceux qui croient en lui, sur ses vraies possibilités. Un gaillard qui collectionne les circuits régionaux n’est pas nécessairement un coureur à la taille du Tour. Et c’est bien parce que ceux-là sont rares qu’il convient de mettre un frein à un enthousiasme nullement justifié. Je parle en connaissance de cause puisque j’ai moi-même cru dur comme fer, il y a trois ans, à Antonin Rolland, persuadé que j’avais déniché l’oiseau rare. Et je ne démords pas de mon opinion : même pour la première expérience, un homme du Tour, un vrai, ne passe pas inaperçu. Or, je n’ai vu aucune révélation sûre. Et tant pis si je vous fais hurler : pas même Le Guilly. »
Il est un peu excessif, le populaire Dédé ! D’ailleurs, Antonin Rolland lui fera avaler sa casquette dans un tout prochain Tour de France, et peut-être même avant!.
« On savait que Jacques Vivier, le jeune télégraphiste Limousin, sacré espoir du cyclisme, depuis sa victoire dans la « Route de France » l’an passé, projetait de remporter l’étape de Limoges. On le savait …mais on ignorait si Fausto Coppi lui accorderait le bon de sortie indispensable pour aller de l’avant. Coppi, magnanime, l’accorda sans réticence.
C’est pourquoi nous vîmes « l’enfant du pays » démarrer à 35 km du but entraînant avec lui Decaux, Van Est et Renaud. Les quatre hommes ne devaient plus être rejoints. L’explication finale pour la première place eut lieu aux abords du vélodrome (plus exactement la piste en cendrée du stade Beaublanc, ndlr) devant une foule compacte qui avait déjà choisi son vainqueur.
Le nom de Vivier jaillissait de toutes les poitrines et nous avions l’impression d’avoir été transporté à la « Madona del Ghisallo » sur le passage de Gino Bartali. »
Dans une petite rampe, à 1 000 mètres de l’arrivée au stade, Vivier surprit ses compagnons, prit une trentaine de mètres d’avance qu’il conserva jusqu’à la ligne.
L’étape fut aussi marquée par une lutte farouche entre Italiens et Français, en particulier Magni et Robic, dans la perspective du challenge international par équipes.

MS N°318B du 18 juillet 1952 11 Bordeaux - Limoges1952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 121952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 131952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 111952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 56MS N°318B du 18 juillet 1952 11 Bordeaux - Limoges 2

Une L'Equipe Bordeaux-Limoges

La 21ème étape Limoges-Clermont-Ferrand est propice aux grandes manœuvres, du moins pour la seconde place du classement général et le challenge Martini par équipes. Au menu, les coureurs ont l’ascension de quelques monts d’Auvergne, le col de la Roche Vendeix et le col de Dyane qui n’est autre que le col de la Croix Morand que popularisera plus tard le chanteur Jean-Louis Murat. Le Brenoï, né six mois plus tôt, n’exprime évidemment pas encore sa passion pour le vélo.
Après l’Alpe d’Huez, le Tour découvre pour la première fois une autre montée de légende, celle du volcan du Puy-de-Dôme. Quelle vérité sortira du Puy ? Lisons Pierre Chany :
« La plus élémentaire association d’idées faisait de Raphaël Geminiani la vedette très valable de cette dernière (sévère) étape Limoges-Puy-de-Dôme, via Clermont-Ferrand. L’Auvergnat n’en fut que le héros sentimental et l’un des grands animateurs.

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 58A

La journée débuta fraîchement par une longue et soporifique promenade jusqu’au sommet du col de Dyane où Gino Bartali battit Geminiani au sprint devant Gelabert et tutti quanti …
Le « Vecchio » avait affirmé une agressivité que devait confirmer la fin de course. Car dans la descente de Dyane, la poudre brûla enfin. Le trio Geminiani-Bauvin-Marinelli plongea dans le vide avec intrépidité, grignotant 1’ 30’’ à ses prudents rivaux.
Dans le col de la Ventouse, Bartali se lança à la poursuite de cette « trinité pédalante » avec le jeune et étonnant Nolten. La jonction fut opérée avant Clermont-Ferrand qui fut traversé par ce quintette de fortune 1’ 30’’ (toujours) avant le peloton où Ockers et Robic s, se surveillant mutuellement, commençaient par ailleurs à manifester quelque impatience.

1952-07-18 - Miroir Sprint - 14a

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 591952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 16MS N°318B du 18 juillet 1952 01 Robic Coppi - Puy de DômeMS N°318B du 18 juillet 1952 16 Nolten Géminiani Bartali - Puy de Dôme1952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 01

Robic attaqua au bas du Puy-de-Dôme que Bartali avait entamé en tête des fuyards une minute et demie plus tôt. Biquet prit cinquante mètres … Fausto Coppi, jusqu’alors observateur dédaigneux, courut après le Breton, entraînant derrière lui le petit Ockers aui profita de l’aubaine, selon son habitude. Le Belge, lâché une première fois, revint à l’assaut, s’accrocha, et finalement, démarra dans le sillage de Fausto.
Au quatrième kilomètre de la montée, le trio nouvellement formé Robic, Coppi, Ockers, n’avait plus que deux cents mètres de retard sur les cinq … qui d’ailleurs n’étaient plus que trois. Marinelli et Bauvin, en effet, ayant été lâchés, naviguaient entre les deux trios.
Après huit kilomètres d’ascension, Gem, Bartali et Noltent avaient toujours leurs deux cents mètres d’avance sur leurs poursuivants qui avaient entre temps récupéré Bauvin et Marinelli.
Á trois kilomètres du sommet, Nolten démarra sec. Bartali, en difficulté avec sa chaîne, resta sur place. Geminiani, lui, ne put répondre et fut distancé à son tour.
Il restait environ sept cents mètres de montée. Nolten allait donc terminer cette escalade de la même façon impératrice qu’il avait dégringolé de la Turbie une semaine plus tôt, par la victoire … Non car Coppi sprinta et tout rentra dans l’ordre. Il fallut moins de trois cents mètres au maillot jaune pour lâcher ses partenaires, passer Bartali, Geminiani et Nolten en flèche, avec une désespérante désinvolture. Á la bataille Gem-Bartali et surtout Ockers-Robic, Fausto, en se jouant, apportait sa propre conclusion. C’est lui, en fait, qui écrivait l’histoire de cette étape comme il écrit celle du Tour de Brest à Paris. »
Fausto, avec 50 mètres d’avance, remportait sa cinquième étape dans ce Tour de France et, par la même occasion, le Grand Prix de la Montagne.
Jean Bidot, frère de Marcel directeur technique de l’équipe de France, s’extasie sur la performance de Fausto :
« Nous sommes obligés de parler encore de Coppi. Cela peut importuner quelques esprits chagrins qui ne manqueront pas de dire : « Ah ! Coppi, toujours Coppi … ».
Eh bien, oui, il y a encore Coppi. C’est-à-dire que ce n’est pas le Coppi qui domine le lot du Tour de France depuis trois semaines qui nous intéresse particulièrement aujourd’hui, mais Coppi l’artiste, qui vient une fois de plus de signer un chef-d’œuvre. Car c’est une preuve de son talent inégalable qu’il a donnée, hier, dans les derniers kilomètres de l’ascension du Puy-de-Dôme. Il n’avait pas besoin de réaliser cet exploit pour consolider son maillot jaune. Il a fait cela naturellement, par instinct, par amour de l’effort. Coppi est un habitué de la victoire, mais il sait nous procurer un émerveillement toujours nouveau et plus grand, qui ajoute encore à son standing personnel.
Reprenons les faits : à 1 500 mètres du sommet du Puy-de-Dôme où se jugeait l’arrivée, le Hollandais Nolten comptait une minute d’avance sur le campionissimo. Partant de la sixième position, Fausto lâcha Robic et Ockers, remonta successivement les adversaires qui le précédaient et vint coiffer Nolten qui entrevoyait déjà le gain de l’étape. En cinq minutes à peine, Coppi avait mis sa griffe.
Je n’attends pas le Parc des Princes pour saluer ainsi qu’il convient cet extraordinaire champion et affirmer toute l’admiration que j’ai pour lui, tant au point de vue moral que physique. »

1952-07-18 - BUT et CLUB - 361 - 14MS N°318B du 18 juillet 1952 15 Coppi Puy de DômeMIROIR DU TOUR 1952 56 Etape 21  Limoges - Clermont Ferrand PELLOS Puy de DômeL'Equipe Limoges Puy de Dôme1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 57Tuttosport Puy de Dôme

La 22ème étape consiste en un contre la montre de 63 kilomètres entre Clermont-Ferrand et Vichy. Ce pourrait être, comme on aime à la surnommer, une épreuve de vérité. Mais comme l’écrit Pierre Chany : « Fausto Coppi s’est ingénié à compliquer la tâche des journalistes. Ainsi dans l’étape contre la montre Clermont-Ferrand-Vichy. Après sa victoire au sommet du Puy-de-Dôme, le maillot jaune partait grand favori. Celui qui aurait pronostiqué sa défaite se serait attiré les lazzis de la caravane. Mais Fausto le magnanime avait décidé de laisser à ses équipiers le soin de cueillir la minute de bonification. Histoire de favoriser leur ascension au classement général et de consolider la position de son équipe au challenge international.
Á ceux qui s’étonnaient de le retrouver en quatorzième position (à 2’59’’du vainqueur ndlr), le Génois répondait : « Je savais que Magni se trouvait en tête dès la mi-parcours, ensuite, j’ai ralenti mon effort ».
Voilà l’explication d’un résultat… qui ne s’explique pas autrement. »

1952-07-21 - BUT-CLUB 362 - 39th Tour de France - 058A-11952-07-21 - BUT-CLUB 362 - 39th Tour de France - 056A1952-07-21 - BUT-CLUB 362 - 39th Tour de France - 057A

Fiorenzo Magni, vainqueur à la moyenne de 40,565 km/h malgré une crevaison, Andrea Carrea, troisième à 1’05’’, et Giovanni Corrieri, quatrième à 1’07’’, marquent la suprématie italienne et assurent définitivement le succès de la Squadra au challenge Martini par équipes..

MS N°319 du 21 juillet 1952 03 Clermont - Vichy CLM

MIROIR DU TOUR 1952 60 Etape 22   Clermont Ferrand - Vichy1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 61Une L'Equipe Vichy clm

En terminant deuxième à deux petites secondes de Magni, le Belge Stan Ockers, « le vil suceur de roue » (sic Chany) assure définitivement sa seconde place au classement général.
Robic, troisième au général avant le départ de cette course contre la montre, qui n’est pas son exercice de prédilection, s’effondre complètement en se classant à la 42ème place, à plus de 5 minutes de Magni et Ockers, perdant tout espoir de terminer sur le podium à Paris.
L’Espagnol Bernardo Ruiz, excellent huitième, dépasse Gino Bartali et se hisse à la troisième marche du podium, une performance qu’aucun Ibérique n’avait réussie jusqu’alors.

MIROIR DU TOUR 1952 60 Etape 22   Clermont Ferrand - Vichy - CLM - PELLOS  Vers le podium

Le Tour de France 1952 s’achevait par une étape Vichy-Paris de 354 kilomètres … soit près de 11 heures 30 de selle, rien à voir avec les quelques tours des Champs-Élysées aujourd’hui. Voici comment la vécut Pierre Chany :
« Jusqu’à Pithiviers, c’est-à-dire durant … 265 kilomètres, la dernière étape fut d’une désespérante monotonie. Á travers les plaines ondulantes et dorées du Bourbonnais et du Gâtinais, en passant par le Nivernais, les coureurs chassèrent les boissons fraîches, faisant quelques entorses au régime du côté de Pouilly. Les suiveurs, eux, désertèrent souvent la route pour partir à l’assaut des restaurants-buvettes !

1952-07-21 - Miroir Sprint - 319 - 06a1952-07-21 - Miroir Sprint - 319 - 041952-07-21 - BUT-CLUB 362 - 39th Tour de France - 061A1952-07-21 - Miroir Sprint - 319 - 05MIROIR DU TOUR 1952 61 Etape 23    Vichy - Paris Rolland1952-07-21 - BUT-CLUB 362 - 39th Tour de France - 066A

Mais sitôt passé le ravitaillement -sans rillettes- de Pithiviers, le Nordiste Pardoën alluma l’incendie. Se forma un groupe de quatorze coureurs qui ne devait plus être rejoint. Il y avait dans ce commando précurseur : Antonin Rolland, Raoul Rémy, Weilenman, Faanhoff, Rosseel, Adolphe Deledda, Goldschmidt, Delahaye, Pezzi, Pezzuli, Crippa, Zelasco, Renaud et Pierre Pardoën.
Au Parc des Princes, après un défilé d’apothéose, mené à 40 km/h de moyenne, devant une foule enthousiaste et compétente, l’avance des fugitifs atteignait 4’04’’.
Le sprint fut passionnant, acharné, rapide. Il fit se lever les 25 000 spectateurs bloqués dans la cuvette de Boulogne. Goldschmidt, après avoir pénétré le premier sur le ciment couleur saumon, emmena la meute durant 300 mètres. Dans son sillage, Weilenman, Faanhoff et Rosseel s’apprêtaient à bondir. Le Belge lança la première attaque à l’entrée du dernier virage, Faanhoff tenta également de se dégager. Deledda, légèrement distancé, livrait une véritable poursuite. Ce fut alors qu’un maillot bleu-blanc-rouge passa à l’extérieur au milieu de l’ultime virage. De toutes les poitrines, un nom jaillit : Antonin Rolland !
Le Caladois grignota centimètre par centimètre pour déborder in-extremis Godfried Weilenman et Faanhoff. Sa victoire, accueillie par une ovation, récompensait un routier courageux, doté d’une belle classe. Elle permettait à ce coureur aimable autant que modeste d’obtenir de nombreux contrats pour les critériums. En un mot, ce fut une victoire sympathique propre à revaloriser le prestige vacillant de l’équipe de France. »

Miroir du Tour 1952 68 Ruiz - Bartali - Ockers - CoppiMIROIR DU TOUR 1952 61 Etape 23    Vichy - Paris - PELLOS Rolland - Tour Eiffel

Le Tour était fini. Vint le temps des bilans et analyses, ainsi celle de l’ancien champion Charles Pélissier :
« J’entends dire autour de moi : « Ce Tour de France n’a pas été intéressant ». Pour juger une telle opinion, il faut savoir de quel côté se placent ceux qui l’expriment. Car s’il est incontestable que la glorieuse incertitude du sport n’a guère régné dans ce Tour en ce qui concerne le vainqueur, il reste que d’un point de vue strictement sportif, il nous a été donné de voir, de Brest à Paris, un spectacle rare, dont le soliste fut l’incomparable Coppi que je n’hésite pas à placer parmi les plus grands noms qu’ait connu le sport cycliste depuis ses débuts.
Il est certain que si l’on recherche l’incertitude et l’intérêt dans l’épreuve, il existe une solution bien simple : interdire le départ à Fausto Coppi, Ferdinand Kubler et Hugo Koblet. Car derrière ces trois superchampions du cyclisme, une dizaine d’hommes peuvent prétendre à la victoire. Mais il va de soi que ceci n’est qu’une boutade et que le sport, épreuve d’honnêteté, ne reconnaît pas les raisons d’intérêt.
Donc, Fausto Coppi a gagné avec une déconcertante facilité, son deuxième Tour de France. Avec une bien plus grande facilité qu’en 1949. Á l’époque, il avait connu la défaillance et les assauts de Kubler. Cette année, aucune trace de relâchement, une domination entière, totale et absolue. Car je ne suivrai pas ceux qui voient dans la quatorzième place de Coppi, vendredi contre la montre, un signe de fatigue… »

1952-07-21 - BUT-CLUB 362 - 39th Tour de France - 053A1952-07-21 - Miroir Sprint - 319 - 011952-07-21 - BUT-CLUB 362 - 39th Tour de France - 065A1952-07-21 - BUT-CLUB 362 - 39th Tour de France - 064A1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 64

Une Gazzetta

Baisser de rideau avec Félix Lévitan :
« La pièce est finie. Il reste à Coppi son maillot jaune brodé aux initiales « H.D », Henri Desgrange, l’auteur.
Fausto ne l’a pas connu, mais il apprécie sa pièce. C’est une comédie, c’est un drame, c’est parfois un vaudeville. C’est un classique. C’est le classique ! Il eût aimé approcher Henri Desgrange, le saluer, lui parler : -C’est merveilleux, monsieur, ce que vous avez fait là !
Il ne sait pas que le petit homme aux cheveux blancs lui aurait répondu en le regardant droit dans les yeux : -Non, monsieur, ce qui est merveilleux, c’est ce que vous avez fait, vous. J’aime mon œuvre, j’en suis fier, c’est vrai ; mais je ne l’aime jamais tant que lorsque le destin lui donne des interprètes de votre trempe. Le Tour de France, monsieur Coppi, c’est une trame. Je l’ai destinée aux mimes. Ils en font un chef-d’œuvre ou, passez-moi l’expression, un navet. Avec vous, monsieur Coppi, je suis tranquille, c’est un chef-d’œuvre ! »

MIROIR DU TOUR 1952 01 Fausto Coppi1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 00

Classement général Tour 1952Classement Equipes Tour 1952

Lors de ce Tour 1952, j’avais cinq ans. Confusément, j’imagine l’avoir vécu en temps réel à travers les radioreportages de Georges Briquet, les articles et les photographies dans Miroir-Sprint et But&Club, les commentaires à table de mon père. Inconsciemment, on m’avait inoculé une admiration pour cette légende du sport que fut Fausto Coppi. J’allais adorer Jacques Anquetil qui venait de pointer son nez mais je garderai un profond respect pour Fausto qui m’amena, bien plus tard, à me rendre dans son village natal Castellania Coppi, ainsi s’appelle-t-il aujourd’hui.
Au moins, une des figures de ce Tour 1952 pourrait encore témoigner aujourd’hui. Il s’agit de Raphaël Geminiani qui a fêté ses 97 printemps à la fin du mois de juin. Il en est d’autres, ainsi Antonin Rolland qui soufflera ses 98 bougies en septembre prochain, ou encore le Lorrain Gilbert Bauvin, 95 ans en août. Quant à l’Espagnol Bernardo Ruiz, excellent troisième, il est entré dans sa quatre-vingt-dix-huitième année.
Et pourtant… en décembre 1959, Gem se rend avec Coppi, son ami, en Haute-Volta pour participer à un critérium à Ouagadougou. Le jour de Noël, il est pris de tremblements de fièvre et est hospitalisé à Clermont-Ferrand où les médecins diagnostiquent une malaria mortelle. Les doses massives de quinine qui lui sont administrées le sauvent. Fausto Coppi est atteint du même mal mais les médecins de l’hôpital de Tortona n’acceptent pas la justesse du diagnostic de leurs homologues français. Le campionissimo meurt le 2 janvier 1960. Geminiani deviendra le directeur sportif de Jacques Anquetil lui inspirant quelques-uns de ses plus grands exploits, notamment un Bordeaux-Paris de légende.
Ainsi, se construisent des destins …

* http://encreviolette.unblog.fr/2016/08/27/vacances-postromaines-10-les-cerises-de-castellania-village-natal-de-fausto-coppi/
Pour évoquer ce Tour de France 1952, j’ai puisé dans les magazines bihebdomadaires Miroir-Sprint et Miroir des Sports But&Club, dans les numéro spéciaux d’après Tour de France du Miroir des Sports et de Miroir-Sprint.
Remerciements à tous ces écrivains journalistes, photographes et … coureurs qui, soixante-dix ans plus tard, me font toujours rêver.
Remerciements également à l’ami Jean-Pierre Le Port qui, comme chaque année, comble les quelques manques de mes collections.

Publié dans:Cyclisme |on 13 juillet, 2022 |Pas de commentaires »

Ici la route du Tour de France 1952 (2)

Pour revivre le début du Tour de France 1952, cliquer sur ce lien :

http://encreviolette.unblog.fr/2022/06/30/ici-la-route-du-tour-de-france-1952-1/

Lors de la 4ème étape Rouen-Roubaix, le Tour 1952 passait par ce qui était encore alors le département de la Seine-Inférieure. Ce 28 juin, il devait traverser Neufchâtel-en-Bray, cité renommée pour ses fromages en forme de cœur, aux alentours de 10 heures 50 si j’en crois l’horaire officiel calculé sur une vitesse de 33km/h. Le samedi était à l’époque jour de classe, ce qui excluait que mon professeur de père m’emmenât avec lui assister à son passage.
Auparavant, les coureurs traversaient, au dixième kilomètre, la localité de Quincampoix. Il est fort possible que parmi les spectateurs, se fût trouvé un jeune homme qui commençait à écumer les courses régionales sous les couleurs violettes de son club l’Auto Cycle Sottevillais. Il était sans doute loin d’imaginer qu’un an plus tard, il irait affronter le campionissimo Fausto Coppi, sur ses terres, à l’occasion du Trophée Baracchi, une prestigieuse épreuve contre la montre aujourd’hui disparue. Vous aurez deviné que ce fils de paysans locaux producteurs de fraises n’était autre que Jacques Anquetil qui deviendra bientôt l’idole de mon enfance*. Il repose aujourd’hui dans le cimetière attenant à l’église de ce petit village de la banlieue rouennaise. Au centre du bourg, une stèle rappelle son extraordinaire palmarès, notamment ses 5 victoires dans le Tour de France que je vous ai contées dans d’anciens billets**.

MS N° 316  du 30 juin 1952 05 Etape 4 Rouen - Roubaix - Abbeville1952-06-30 - BUT et CLUB - 356 - 10A

Dans Miroir-Sprint, l’avisé Pierre Chany relate l’étape :
« Entre Rouen et Roubaix, les coureurs ont trouvé des parcours difficiles, dont les néfastes effets se feront bientôt sentir. Ils ont trouvé surtout un « enfer du Nord » plus torride que celui du classique « Paris-Roubaix », un enfer chauffé à blanc, dont les portes s’ouvraient à Lens, soit à 41 kilomètres de l’arrivée.
Au passage sous ces « portes », alors que les premiers pavés sortaient de terre, treize coureurs dirigeaient la manœuvre, Lucien Lazaridès, Dotto, Quentin (tous trois de l’équipe de France), Zélasco, Van Breinen, Berton, Martini, Decaux, Molinéris, Nolten, Bernard, Faanhof et Lafranchi. L’avance de ce groupe échappé en Normandie dès le vingtième kilomètre oscillait aux environs de 3’40’’. Les écarts allaient être beaucoup plus élevés vers la mi-parcours mais une réaction des Italiens les amputerait de quatre minutes et des poussières entre Doullens et Arras.
Ils étaient treize à quarante kilomètres de l’arrivée. Il n’en restait qu’un, Pierre Molinéris, au vélodrome roubaisien !
Sur les pavés plus mal taillés les uns que les autres ou sur les affreux « cyclables » gravillonnés, Zélasco, Bernard, Lafranchi, Nolten, Faanhof, Van Breinen s’étaient inclinés. Lucien Lazaridès, longtemps brillant, avait essuyé une défaillance tout près du but. Puis la malchance avait frappé Decaux, Martini et Berton.

MS N° 316  du 30 juin 1952 07 Etape 4 Rouen - RoubaixMS N° 316  du 30 juin 1952 06 Etape 4 Rouen - Roubaix classement - Molinéris -Fiml de l'étape1952-06-30 - BUT et CLUB - 356 - 13

Alors que Dotto qui surprenait par son avance, lui le grimpeur que nul n’attendait sur un tel parcours, attendait Lucien Lazaridès, Molinéris fuyait avec Quentin. Las, le vainqueur des « Boucles de la Seine » qui n’avait pas dit son dernier mot et s’apprêtait à « estoquer » Molinéris au sprint, dut à son tour s’arrêter pour changer de boyau.
Malgré le retour (sensationnel) du premier groupe de chasse emmené par Antonin Rolland, Van der Stock et Magni, Molinéris et même Dotto qui avait « abandonné » Lazaridès afin d’assurer la seconde place, ne furent pas inquiétés. »
Molinéris dit « Maigre Pierre » arrive seul au vélodrome, devançant Jean Dotto surnommé « le vigneron de Cabasse » de 2’34’’, Antonin Rolland, Van der Stock, Magni, Carrea, Close, Quentin, Lazaridès et Goldschmidt de 3’21’’, le peloton se présentant avec 7’11’’ de retard.
En son sein, Coppi et Bartali n’avaient toujours pas bronché.

1952-07-03 - BUT-CLUB 357 - 39th Tour de France - 014A

Nello Lauredi, le pépiniériste de Vallauris, conservait sa tunique jaune. Autre fait marquant, le Parisien de l’équipe de France P’tit Louis Caput, qui souffrait du bras depuis sa chute de la veille, monta dans la voiture ambulance.
Félix Lévitan commence ainsi son « Roman du Tour » intitulé, cette année, Bouton d’or :
« Au soir du quatrième jour, Fausto Coppi s’est fâché.
Il était seul dans la salle enfumée du petit restaurant attenant à l’hôtel où l’équipe italienne était logée, seul de la squadra. Il était nerveux, mécontent de tout : mécontent de lui, mécontent surtout de Gino Bartali, et il ne l’avait pas envoyé dire à Alfredo Binda :
-Quand est-ce qu’il aura fini de m’épier, hein ? Quand est-ce que je ne sentirai plus dans mon dos ces yeux cruels qui me poignardent ?
Binda n’avait pas répondu. Il s’était contenté d’un timide : -Fausto, tu exagères …
Debout à deux pas de la table de son poulain, Binda rêvait maintenant au quiet foyer milanais où il avait laissé une jeune épouse éplorée, pour se jeter la tête la première dans cette nouvelle aventure…
Il soupira, puis, pour se donner une contenance, esquissa un sourire et interrogea :
-C’est bon, Fausto ?
-Non … et d’abord, j’en ai assez, je m’en vais …
Déjà Coppi était debout. Il avait jeté rageusement sa fourchette dans son assiette de riz, et avant que Binda, interloqué, ne fût revenu de sa surprise, il était sorti…
La nouvelle fit le tour de Roubaix.
-Fausto Coppi est parti en voiture !… Fausto est parti ! … Fausto est …
Parti où ?
-Chut ! Mystère, on ne sait pas ! Fausto Coppi est parti… Fausto Coppi est parti…
Les journalistes bondirent à l’hôtel des Italiens :
-Où est-il ? Que fait-il ? A-t-il abandonné ?
Ça y est ! On avait lâché le grand mot… Maintenant, ils couraient les hôtels, les estaminets, les foyers peut-être -pourquoi pas ?
Á la permanence, le siège était levé.
Au central téléphonique, les confrères italiens se regardèrent consternés :
-Impossible !
Emilio De Martino mordit son crayon. Piero Farné s’agita. Nino Nutrizio, souverain à son habitude, ne consentit pas à se départir de son calme. On courut alerter Giuseppe Ambrosini aux prises avec les robinets de sa baignoire, destinés, l’un et l’autre, à ne laisser couler qu’un maigre filet d’eau froide :
-Incredibile !
Dans le hall du Grand-Hôtel, véritable salle des pas-perdus du Tour de France, Claude Tillet contemplait l’agitation avec une lueur de froide ironie au coin de l’œil.
Le leader de la rubrique cycliste du journal L’Équipe, qui en a vu d’autres depuis un quart de siècle (nous avons débuté si jeunes…) évitait de tomber dans le panneau :
-Ne vous affolez pas, il reviendra…
Et désireux d’échapper au système, il m’offrit aimablement d’imiter Fausto :
-Fuyons ces lieux, Félix ; allons dîner ailleurs…
Tous les ans dans le Tour, c’est une habitude qui nous est chère : nous nous éclipsons, comme ça, de temps en temps, avec Claude, dans le but de dévorer autre chose que le sempiternel colin mayonnaise ou le non moins sempiternel poulet petits pois, et plus encore pour poser nos regards sur autre chose qu’un visage à demi dévoré par le soleil, à moins que ce ne soit pour ne plus entendre parler du Tour…
-Vous connaissez un bistrot ?
C’est rituel. La réponse le fut autant : « Bien sûr ! »
Pardi ! des grands voyageurs qui ne connaîtraient pas un bistrot dans n’importe quel coin de France.
-Vous aimez la matelote d’anguille ? La truite au bleu ? C’est la spécialité …
-Mon Dieu…
-Alors, allons-y !
Deux minutes plus tard, le temps de fréter une voiture, nous roulions en direction de Lille, laissant Roubaix bouillir dans son jus.
-C’est à deux kilomètres mon petit truc, vous verrez, ce n’est pas mal !
Brave Claude, déjà inquiet…
Le patron eut un sourire accueillant. Pastis sur le zinc ? Pourquoi pas … Menu : omelette au fromage, truite au bleu. La servante s’enquit : « Dans la salle du fond, près d’une fenêtre ? »
Va pour la salle du fond !
Mais … mais ce dos rond, derrière le muret, surmonté d’un vivier …. Ce cheveu noir, bas sur la nuque brûlée de soleil, ces pointes d’épaules saillantes sous le lainage … mais c’est…oui, vous avez deviné : Fausto Coppi, moulé de bleu, en short, avec pour compagnon de table, tiens, on vous le donne en mille ? Non, pas Gino Bartali ; non, René de Latour, notre collaborateur…
Le traître ! Compagnon de table de Fausto pendant qu’aux quatre coins de Roubaix, on fouille les restaurants…
-Bonjour, Fausto !
Il s’est levé gentiment, et avec un grand sourire a tendu une bonne main franche :
-Bonjour, monsieur, comment allez-vous ?
Dans l’assiette de Fausto, une anguille au vert ; pas de vin, un grand verre de bière Tuborg, blonde comme une fille du Nord.
-Je vous en prie, Fausto, continuez, ne vous dérangez pas pour nous. Volubile, René de Latour a enchaîné :
-Tu sais, je ne suis pas en service commandé ; j’ai rencontré Fausto dans la rue et il m’a demandé de dîner avec lui.
-Tu connaissais ce bistrot ?
-Non, mais nous avons demandé : il y a de fines gueules dans la région…
Bien sûr, nous avons trinqué. Bien sûr encore, nous avons parlé. De quoi, sinon des préoccupations de Coppi.
Vous savez, quand je le sens dans le peloton, m’épiant, guettant ma défaillance, alors, c’est vrai, j’ai envie de tout jeter par-dessus bord et de me retirer dans ma petite maison de Sestri. Je n’en peux plus, j’en ai par-dessus la tête…
Une heure après, Fausto réintégrait son hôtel.
Binda respirait, Gino se grattait le bout du nez, et nos confrères italiens reprenaient des couleurs.
Le lendemain… »

1952-06-30 - BUT et CLUB - 356 - 01

Pierre Chany présente ainsi l’étape : « Dans l’étape Rouen-Roubaix, « l’enfer du Nord » avait provoqué une bataille échevelée. Entre Roubaix et Namur, nous avons visité « l’envers » du Nord et l’envers vaut l’endroit, croyez-moi ! »
Dès le 4ème kilomètre, le Luxembourgeois Robert Bintz s’est échappé, bientôt rejoint par son compatriote Jean Diederich et Jacques Vivier. Au km 89, le trio de tête possède 5’30’’ d’avance sur Rotta et Van der Stock lancés à ses basques, et près de 19 minutes sur le peloton.

1952-06-30 - BUT et CLUB - 356 - 141952-06-30 - BUT et CLUB - 356 - 15MS N° 316  du 30 juin 1952 08 09 Citadelle de namurMS N° 316  du 30 juin 1952 08 09 Film de l'étape Roubaix namurMS N° 316  du 30 juin 1952 01

Vivier victime d’une crevaison et Bintz d’un bris de roue laissent partir Diederich pour un long raid en solitaire. Á l’arrivée à la citadelle de Namur surplombant la Meuse, « Bim » conserve 5 minutes d’avance et remporte « l’étape belge » comme l’année précédente à Gand.
Le second est … Fausto Coppi qui a lancé sa grande offensive, à 29 kilomètres de l’arrivée, à Arsimont, dans une côte rectiligne au pourcentage moyen. Le campionissimo démarre sèchement et nul ne peut rester dans son sillage, pas même Goldschmidt et Ockers qui l’ont vu s’élancer. Lauredi, aidé par Geminiani et Rémy, fait l’impossible pour limiter les dégâts tandis que Robic et Lucien Lazaridès, à bout de souffle, baissent la tête, ce qui permet à Bartali et Magni de se dégager sur la fin.
Au cours de son action magnifique de pureté athlétique, Coppi a rattrapé puis lâché Bintz, Van der Stock et Rotta. Il prend 2’15’’ à Bartali, 2’21’’à Magni, 4’09’’ à Lauredi, Robic et Antonin Rolland, 11’23’’ à Geminiani, 14’24’’ à Lucien Lazaridès.
Albert Baker d’Isy, dans son analyse, s’intéresse surtout à la lutte pour le maillot jaune :
« Rik Van Steenbergen a été la grande victime de l’effroyable casse-pattes que constituait l’étape franco-belge du Tour : Roubaix-Namur.
Mais, avec lui, les Français déjà handicapés par les crevaisons, souffrirent de cette course harassante qui tient de la musique de jazz, de la peinture réaliste, de tout ce qu’on voudra, mais n’a qu’un rapport lointain avec une course cycliste telle qu’on la comprend de nos jours.
Les Italiens avaient vu juste. En laissant le grand « Rik » s’installer en tête du classement général, dès le premier jour, ils le désignaient comme cible aux Français soucieux de prendre le maillot dans les étapes réputées plates.
Du même coup, le match franco-belge était engagé. Lauredi ayant détrôné « Rik » à Rouen, les Belges lançaient Van der Stock dans la cinquième étape. Ce coureur en bonne posture, puisqu’il n’avait que 3’40’’ de retard au classement général, avait l’avantage de traverser son village. Van der Stock connaissait le parcours et était chaleureusement acclamé durant toute la traversée d’une région où son grand nez est aussi populaire que les plumets blancs du Carnaval de Binche.
Van der Stock ne réussit pas tout à fait son coup. Il ne put rejoindre Diederich qui s’était échappé au début du parcours avec Bintz et Vivier et qui était demeuré seul car il avait accéléré en apprenant le retour du Belge. Si Van der Stock avait rejoint le petit Luxembourgeois, il aurait certainement terminé avec lui et pris le maillot jaune pour rentrer en France.
Mais Diederich a magnifiquement tenu. Comme Molinéris, la veille à Roubaix, il est arrivé seul en haut de la citadelle de Namur. Après avoir eu seize minutes d’avance sur le peloton, il en conservait cinq sur le champion qui s’était détaché : Fausto Coppi.
Les supporters de Van der Stock étaient persuadés qu’il avait le maillot jaune et que celui-ci lui serait remis.
-Alerte ! cria le directeur de la course. En effet, tous comptes faits, le retour de Coppi priva Van der Stock de la seconde place et de la bonification de 30 secondes. Lauredi conservait le maillot jaune pour … une seconde !

1952 - Namur BUT et CLUB - Le TOUR - 19

C’est bien le cas de dire que le maillot symbolique du leader ne tient désormais que … par un fil. Et il est curieux de constater que c’est grâce à Coppi que Lauredi a conservé son bien. Est-il souhaitable qu’il le défende maintenant avec le même acharnement ? En voulant à tout prix conserver la meilleure place du classement individuel, l’équipe de France risque de tout perdre. »
Ce soir, la tension est à son comble au sein de l’équipe de France. Quarante ans plus tard, dans un ouvrage de souvenirs, Geminiani confiait : « Ses tours de cochon, Robiquet, ma claque j’en ai. Mon sang ne fait qu’un tour, j’entre dans sa piaule. Il est dans la salle de bains, j’y fonce en l’enguirlandant des plus jolis noms d’oiseau. Il regimbe, alors je l’argougne par les épaules et te lui fous la tête dans la flotte jusqu’à ce qu’il demande grâce. « Ta sale mentalité, j’m’en souviendrai », je lui balance simplement en claquant la porte. » Bonjour l’ambiance !
Edouard Fachleitner, deuxième du Tour 1947 derrière Robic, terrassé par la chaleur accablante, considère qu’il est temps pour lui, à 31 ans, de mettre un terme à sa carrière de coureur cycliste.

1952  Namur- BUT et CLUB - Le TOUR - 18

Quant à Rik Van Steenbergen, premier maillot jaune du Tour, arrivé hors des délais, il bénéficie de la mansuétude des commissaires qui le repêchent.
Dans le Miroir des Sports, Gaston Bénac livre son point de vue :
« J’en reviens vite à l’effroyable étape d’hier qui a fait tant de dégâts et placé en même temps à leurs véritables places les trois campionissimi italiens qui, semblant sortir d’une boîte, firent une fin de course étourdissante. Je revois encore les trois maillots verts passant la ligne d’arrivée à quelques secondes d’intervalle. Seul, le solide et vaillant Van der Stock s’intercalait entre Fausto et Gino, ce qui permettait aux plus enthousiastes de s’exclamer : -Le vainqueur du Tour, il ne faut pas aller le chercher ailleurs.
Ceux qui virent avec quelle autorité, quelle aisance, après avoir longtemps bataillé, Coppi se détacha du peloton, à 28 kilomètres de l’arrivée, dans la côte d’Arsimont, n’ont pu s’empêcher de crier leur admiration.
Cette dure étape sonna le réveil des vieilles gloires, des grands spécialistes du Tour, de ce vaillant petit Luxembourgeois Diederich qui était parti à la recherche de son camarade Bintz, échappé dès le départ, et qui termina seul après un long et magnifique effort de Goldschmidt, d’Ockers, de Van Est, sans parler des trois campionissimi.
Hélas ! les deux premiers Français sont dans les neuvièmes ex aequo, à près de dix minutes du vainqueur, et ces deux Français sont, avec le petit Dotto, qui a tenu remarquablement aujourd’hui, nos seules cartes maintenant, car ils sont fort bien tous les trois. Il s’agit de Nello Lauredi qui conserve le maillot jaune avec une toute petite seconde d’avance, Jean Robic qui, s’il flancha légèrement, fit une course très courageuse, et du jeune méridional Dotto, qui est peut-être un des plus sûrs espoirs des Tricolores. Par contre, Geminiani a virtuellement perdu le Tour de France dans l’étape d’hier. »

1952 - Coppi Namur BUT et CLUB - Le TOUR - 17

Une Equipe Roubaix-Namur

Dans le même magazine, un confrère de Gaston Bénac s’extasie sur Fausto Coppi :
« … L’aisance de Coppi, cette « touche » aérienne qui caractérise son coup de pédale, n’est qu’un don de la nature et sa morphologie se prête par ailleurs admirablement à cette beauté de l’effort que lui reconnaissent tous les suiveurs et les compétences du cyclisme international.
Il n’en tire aucune gloire, pas la moindre vanité et hausse les épaules gentiment lorsque les compliments l’atteignent : « Que voulez-vous que j’y fasse, semble-t-il dire, je suis né comme ça ? »
Par contre, et c’est bien ce que nous tenons à faire remarquer, les résultats de Fausto Coppi dans une course à étapes proviennent également, et surtout, du degré élevé de la science de la préparation et du comportement en course qu’il possède.
Toujours merveilleusement bien placé pour répondre aux à-coups qui se produisent en tête du peloton, Coppi se laisse rarement surprendre par un démarrage. Dans un lot important de concurrents, il repère constamment ceux qui l’intéressent et s’il n’entend pas être plus fort à lui seul que tout un peloton réuni, il sait magnifiquement doser ses efforts.
Tout, dans sa manière d’opérer, de tenir son guidon, de démarrer, sans jamais trop puiser dans ses réserves d’énergie, d’éviter le petit geste inutile mais qui à la longue fatigue, atteint la perfection.
Il est l’homme qu’on peut montrer du doigt en disant aux néophytes du Tour : « Voilà ce qu’il faut faire. Imitez-le et vous serez certains de ne jamais vous tromper. »
Mais c’est surtout à l’étape que Fausto Coppi prouve à quel point il connaît son métier. Il récupère au maximum des fatigues accumulées en course. Il ignore la station debout et les suiveurs du Tour qui lui rendent quotidiennement visite, officiels, journalistes ou radioreporters, peuvent en témoigner : Coppi est « l’homme allongé » par excellence … Il prend de ses jambes un soin jaloux, ne les confiant qu’en des masseurs en qui il a la plus entière confiance. Il fait taire sa faim, sa soif ou son désir de s’offrir des aliments qui lui plaisent, mais qui peuvent détruire l’harmonie physique d’un athlète… »
Vous allez sourire quand vous saurez que l’auteur de cette chronique élogieuse est René de Latour, celui-là même qui, la veille au soir, partageait avec Fausto une anguille au vert dans un estaminet de Lille !

MIROIR DU TOUR 1952 18 Etape 6 Namur - Metz Magni

Comme à son habitude, Pierre Chany résume avec talent la sixième étape entre Namur et Metz :
« Jusqu’à Longwy, l’étape des Ardennes avait été calme. La chaleur tombait comme une coulée de plomb sur une route en montagnes russes. Et les coureurs tuaient le temps en chassant … la canette.
Ne dit-on pas qu’un certain Bordelais ingurgita dans un après-midi … quarante-deux bouteilles de bière ! Bref, à soixante kilomètres de Metz, le retard du peloton atteignait quarante minutes.
Les seules victimes de cette croisière au soleil avaient été Van Steenbergen (mal remis d’une insolation … et d’une défaillance), Berton, Dolhats, Dupont, arrivés au bout de leur rouleau, et Blomme trop prodigue de ses efforts au cours des premières journées.
Soixante-sept kilomètres restaient à couvrir … ce fut alors que Magni, le torse moulé dans le maillot de champion d’Italie, surgit. Il répondait à une timide attaque du Nord-Africain Ahmed Kebaïli. Derrière Fiorenzo, Coppi freinait les Français et plus particulièrement Nello Lauredi. Car les autres paraissaient assez … assez… effacés.

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 21

Magni resté seul, entama alors une de ces chasses où il excelle. Aucun obstacle ne ralentissait son action, ni les côtes, ni les virages, pas même les ouvriers italiens nombreux dans cette région industrielle qui se jetaient littéralement sous ses roues ! les minutes s’ajoutèrent aux minutes, et à l’arrivée, 7’49’’ le séparaient de Lauredi. Ainsi, le maillot jaune, après quarante-huit heures de villégiature chez les « tricolores », passait à la squadra !
Après cette étape, encore très défavorable à l’équipe de France, Lauredi dissimulait difficilement sa rancœur : -Lorsque Magni s’est enfui, seul Lucien Teisseire m’a soutenu. Les autres équipiers ne sont jamais passés en tête. Courir le Tour dans ces conditions … Nello n’acheva pas sa phrase, mais il nous était facile de deviner la suite. »
Cette fois, Van Steenbergen, exténué, à la dérive dès le début de l’étape, a définitivement renoncé à poursuivre l’aventure.

1952  abandon Van Steenbergen- BUT et CLUB - Le TOUR - 20

Je ne sais si le Bordelais amateur de bière était Albert Dolhats dit Bébert les gros mollets, d’autant qu’il était plutôt originaire de Bayonne, mais je ne résiste pas à vous raconter une autre anecdote le concernant qui se situe la même année lors de la 6ème étape du Tour d’Algérie entre Sidi Bel Abbès et Mostaganem. Se rendant au départ, accompagné de son directeur sportif, Julien Vasquez, bon coursier de l’époque, découvre Albert Dolhats, assis sur les marches d’un escalier, avec gourde de vin, boudin, saucisson et jambon de la ferme familiale. Devant cette scène, le directeur sportif confie à son protégé : « tu vois celui-là, il ne faudra pas le chercher à l’arrivée ! ».
Suite à une journée d’enfer, chaleur torride avec vent debout à décorner les bœufs, Julien Vasquez qui a explosé en cours de route, termine à vingt minutes des premiers. En allant aux camions qui ramènent les coureurs aux hôtels, Julien aperçoit Dolhats avec des fleurs. Surpris, il lui demande : « mais où as-tu eu ces fleurs toi ? » Et Bébert les gros mollets, de sa voix douce et tranquille accompagné de son air débonnaire, lui répond : « ici quand tu gagnes une étape, on te donne des fleurs ! »

Une Equipe Namur-Metz

Une précision à propos de la Une du quotidien L’Équipe : « Magni reprend à Metz le maillot (jaune) abandonné à Saint-Gaudens ». Le journaliste n’a nullement abusé sur la bière Champigneulles ou la liqueur de mirabelle lorraine, mais fait référence aux incidents qui s’étaient produits dans le col d’Aspin lors du Tour 1950***. Quelques énergumènes avaient manifesté leur hostilité à l’égard notamment de Bartali. Celui-ci, ne se sentant pas en sécurité, avait alors exigé que toute l’équipe italienne quittât la course au soir de l’arrivée dans la capitale du Comminges, alors même que Fiorenzo Magni venait d’endosser le maillot jaune.
Sur le Tour 1952, le septième jour, ce doit être l’heure de vérité avec une étape contre la montre de 60 kilomètres 100% lorraine entre Metz et Nancy, pas faite pour les quiches.
Gaston Bénac « estime que cette fameuse étape contre la montre qui était si redoutée de la plupart des coureurs, s’est terminée par un véritable match nul. Et cela du fait des circonstances atmosphériques qui avaient grandement varié de 10 heures du matin à 15 heures de l’après-midi. Les petits en bénéficièrent, les gros en pâtirent, et cela se passa comme l’apprend l’Évangile.
Mais, sur le plan sportif, cette journée fut loin de donner satisfaction à tout le monde. Fausto Coppi, qui voulait accomplir une grande performance, gagnait petitement en raison de deux crevaisons qui lui firent perdre environ une minute. Il montra néanmoins sa supériorité, mais son coup de pédale ne fut pas celui du grand maître que nous admirons.

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 23A

Sur cette distance, un peu courte à mon sens, les spécialistes n’ont pu se détacher et la plupart terminèrent dans un mouchoir. Ainsi, pour la première fois, une étape contre la montre ne nous aura rien appris. »

1952-07-03 - BUT-CLUB 357 - 39th Tour de France - 007A

Pour Pierre Chany, Coppi n’a pas trop forcé sur la trotteuse :
« Les écarts ne sont pas considérables. Decock, deuxième, a fait la performance qu’on pouvait attendre de ce rouleur énergique. Par contre, nul ne comptait sur le Parisien Armand Papazian pour fournir un brillant troisième. Il n’est pas prématuré de saluer ce gars modeste qui, malgré son effacement au classement général, se met en relief avec panache.
Nello Lauredi, à 1’23’’ de Coppi, prouve en reprenant le maillot jaune à Magni qu’il bat de 22 secondes, que sa place de leader tricolore ne devrait plus être discutée au sein de l’équipe où Robic se laisse encore grignoter quatre minutes, tandis que Geminiani, victime d’un coup de pompe passager, concède lui aussi un peu de terrain. Dotto a roulé à sa main, mais le cas de Lucien Lazaridès, le cinquième leader possible de l’équipe de France, est déjà plus inquiétant.

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 22

Une Equipe Metz-Nancy

1952-07-03 - BUT-CLUB 357 - 39th Tour de France - 005A

Les commentateurs sont unanimes pour déclarer qu’il s’agit d’un des Tours les plus difficiles depuis la guerre, ainsi Pierre Chany : « Á la chaleur qui sévit depuis le départ, il faut ajouter les difficultés offertes par des parcours, différents dans leurs aspects, mais toujours déprimants. Dans l’Ouest, c’étaient de petites côtes du genre « casse-pattes » qui se succédaient à un rythme endiablé ; dans le Nord, les pavés de « l’enfer », et maintenant les cols vosgiens. »
Au cours de la huitième étape Nancy-Mulhouse (252 km), les coureurs ont tout « loisir » de scruter la « ligne bleue des Vosges », pas moins de sept cols : Grosse-Pierre, Oderen, Bussang, Ballon d’Alsace, Hundsrück, Amic, Herrenfluch.
« Par la route des Vosges et la plaine d’Alsace -transformée en poêle à frire par le soleil- nous avons assisté à une offensive solitaire de Geminiani assez décevant les jours précédents.
Dès l’attaque lancée dans le col d’Oderen, à 123 km de l’arrivée, alors que l’Espagnol José Perez caracolait sans conviction seul devant le peloton, celui-ci rattrapé par l’Auvergnat dans la rapide et dangereuse descente du col de Bussang, devait crever et disparaître par la suite.
La grande surprise nous vint des Italiens. En effet, Coppi et ses équipiers se gardèrent bien d’entamer la poursuite derrière le tricolore. Ils parurent ne pas s’intéresser à cette fugue, l’accepter en quelque sorte. Les « gregarii » continuèrent à rouler au petit trot, permettant ainsi à Gem d’accumuler des minutes d’avance. Seul, Bartali ne paraissait pas satisfait par le curieux comportement de ses compatriotes.

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 25

Á cinquante kilomètres du but, au sommet du col Amic, Geminiani précédait le peloton, très amenuisé par les cols précédents, de huit minutes. Il devint alors évident que nous assistions, en définitive, à une nouvelle phase de la guerre des nerfs qui oppose toujours Gino et Fausto, ce dernier persuadé que la victoire ne lui échappera pas, tandis que Gino ne terminera pas deuxième, en revanche il admettrait volontiers que cette place fût occupée par Geminiani, son équipier de marque chez la Bianchi.
Ceci explique cela …

1952-07-03 - BUT-CLUB 357 - 39th Tour de France - 000A

Á l’arrivée, l’avance de Geminiani n’était plus que de 5’19’’. Magni, très réservé durant la majeure partie du parcours, était responsable de ce retour tardif. Après avoir réussi à isoler une fois encore Lauredi, il manœuvrait habilement pour lui reprendre le maillot jaune. L’Italien, sachant qu’une bonification de trente secondes récompense le second au classement de chaque étape, mit tout en œuvre afin d’atteindre cet objectif en réglant Ockers de deux longueurs. Le maillot baladeur revenait sur ses épaules… »
Parmi les autres faits marquants de l’étape, il faut noter les chutes très nombreuses dues autant à l’état de la route qu’à la fatigue générale des coureurs, qui éliminèrent ou retardèrent Bartali, Dotto, Van Est, Van der Stock.
On recense aussi les abandons de Moineau, Meunier, Sciardis, Dussault (grave chute dans le Ballon d’Alsace), Van der Stock, Van Kerkhove et Dominique Canavèse.

Une Equipe Nancy Mulhouse

1952  Dussault- BUT et CLUB - Le TOUR - 24

La 9ème étape convie les rescapés à franchir la frontière suisse, patrie des deux précédents vainqueurs du Tour, Ferdi Kubler et Hugo Koblet, absents cette année.
Ce sont 8 coureurs qui se présentent sur la cendrée du stade de la Pontaise à Lausanne : le tricolore Raoul Rémy, le régional Marinelli, le Nord-africain Kebaïli, les Hollandais Nolten et Roks, le Belge De Hertog, l’Italien Carrea et le Suisse Diggelmann.

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 28

« Ils ressemblaient à des plâtriers » C’est en ces termes qu’un suiveur, lui-même recouvert d’une poussière blanche et poudreuse, décrivait les huit fugitifs qui venaient de dévaler l’étroite et dangereuse descente de Mollenbruz qui provoqua de nombreuses crevaisons parmi les poursuivants. Dans le groupe des échappés, se trouvait le Piémontais Carrea, l’un des plus fidèles domestiques de Coppi. Il suivait sans but, ne cherchant pas à favoriser l’échappée dans laquelle il se trouvait uniquement parce que Fausto lui avait demandé de « contrôler » les autres. »
Au sprint, c’est le « local » Walter Diggelmann qui l’emporte à la grande satisfaction du public helvète. Âgé de 37 ans, on relève à son palmarès deux succès dans les 6 Jours de Chicago 1948 et les 6 Jours de New York 1949 (avec Koblet).

MIROIR DU TOUR 1952 25 Etape 9 Mulhouse - LausanneMIROIR DU TOUR 1952 24 Etape 9 Mulhouse - Lausanne Diggelmann Carrea

Une Equipe Mulhouse-Lausanne

Le peloton arrive avec plus de 9 minutes de retard, ainsi Andrea Carrea, le gregario fidèle de Coppi endosse à son corps défendant le maillot jaune de son équipier Magni. Une sorte de crime de lèse-majesté ! « « Sandrino » (c’est son surnom ndlr) était monté sur le podium comme à l’échafaud, et c’est en larmes, qu’il avait passé sa tête dans le col aux revers pointus. C’est Coppi en personne, de qui il se sentait coupable de voler la lumière, qui avait dû le consoler, essuyant d’un revers de gant les perles rapides qui dévalaient cette face burinée. »
Felix Lévitan raconte à ce sujet : « Resté seul dans sa chambre, Carrea a pleuré. Il l’a avoué à Fausto Coppi, le lendemain matin, au moment de quitter Lausanne où, la veille, il avait reçu le maillot jaune.
-Pourquoi as-tu pleuré ?
-Je ne sais pas, Fausto ; tout ça, tu comprends, c’était trop beau pour moi un pauvre garçon comme moi maillot jaune du Tour, tu comprends Fausto ?
Le campionissimo nous a confié la scène à l’Alpe d’Huez, et non sans émotion. La joie enfantine de Carrea s’exprimant jusqu’aux larmes l’avait bouleversé.
-C’est un bien dur métier que le nôtre, avec des exigences terribles, des sacrifices douloureux. Carrea m’a tout donné. Moi, en contrepartie, je ne lui ai offert que de l’argent ! Une misère… Je sais bien que s’il n’était pas mon équipier, Carrea gagnerait beaucoup moins d’argent, et que, tout compte fait, il est heureux d’un sort que nombre de ses camarades lui envient ; mais je juge personnellement, ne pas lui accorder ce à quoi il a droit : un peu de griserie du triomphe ! J’avais un moyen de régler ma dette en partie : c’était de le laisser jouir durant plusieurs étapes du port du maillot… »
Dans son éditorial, Jacques Goddet, lyrique comme à son habitude, nous livre un cours de philosophie en rendant hommage à Carrea et en même temps à tous les pédaleurs de l’ombre : « Équipier, c’est un métier. Pour certains, c’est même un sacerdoce. On se résout peut-être à un statut de domestique par raison, en prenant acte de ses limites. Mais on ne devient pas un serviteur précieux sans se nourrir de la noblesse de la tâche, du sens de la loyauté. Il faut avoir l’âme bien plantée pour accepter comme idéal un boulot qui vous oblige à user dans le labeur anonyme le surplus de forces qui fait les vainqueurs et pour s’abstenir de toute espérance à la porte du paradis des cyclistes. »
« Á Lausanne, Vittorio Varale, le sévère critique aux cheveux blancs de « La Stampa » de Turin suffoquait de colère : -on n’a pas le droit de se moquer du Tour de France comme ça… C’est une mauvaise plaisanterie. Le maillot jaune, c’est une chose sacrée et les coureurs doivent le respecter. Carrea leader ? Ah ! non, non, pas Carrea… Il n’en est pas digne… C’est un bon coureur, ce n’est pas un maillot jaune ! »
Pauvre Carrea ! Tout va « s’arranger » grâce à (ou à cause de) Robic !

1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 022A

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 27

La 10ème étape propose une nouveauté : l’arrivée, pour la première fois, au sommet de l’Alpe d’Huez, jeune station de sports d’hiver en pleine expansion. Les coureurs sont-ils effrayés, les 251 kilomètres parcourus jusqu’à Bourg d’Oisans, au pied de l’ascension, sont insipides. Cette journée se traduit par 15 kilomètres de course en côte et ne milite donc pas en faveur des arrivées au sommet.

1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 018A 21952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 023A1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 021A1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 025A

Dès les premiers lacets, Robic attaque sèchement. Il est pris en chasse par Fausto Coppi qui le rejoint au bout de quelques kilomètres. Les deux champions montent un moment ensemble puis, à 6 kilomètres du sommet, Coppi s’envole irrésistiblement, sans porter d’attaque, sans se mettre jamais en danseuse. Jacques Goddet, égal à lui-même, se souvient « avoir vu l’aigle italien darder son regard vers la vallée lointaine ».
Fausto l’emporte avec 1’20’’ sur le Français. Derrière, le Belge Stan Ockers, l’Espagnol Gelabert, le tricolore Jean Dotto et le « gregario d’or » Carrea limitent les dégâts et terminent dans cet ordre à 3’30’’. Pour 5 petites secondes, Andrea Carrea est heureux et soulagé de céder le paletot jaune à son leader Fausto Coppi. Fiorenzo Magni complète le podium et Gino Bartali, en embuscade, est septième. Les Italiens ont pris les commandes du Tour.
Le lendemain, jour de repos dans la station iséroise, les organisateurs du Tour décident de revaloriser le prix attribué au deuxième du classement général, afin de motiver les adversaires de Coppi qui semble déjà imbattable.

1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 029A

MS N°317 du 7 juillet 1952 07 Repos à l'Alpe d'Huez

Á mi-Tour, au soir de l’arrivée à Sestrières, Albert Baker d’Isy brosse déjà un bilan presque définitif :
« Fausto Coppi a gagné le Tour de France en quatre étapes : à Namur où il termina second, à Nancy où la course contre la montre lui permit de se rapprocher, à l’Alpe d’Huez qui le vit prendre le maillot jaune après onze kilomètres seulement d’ascension, à Sestrières enfin où il a obtenu une victoire précieuse et fantastique. Ne compte-t-il pas maintenant tout près de 20 minutes sur le second qui est un nouveau venu, peut-être futur vainqueur du Tour de France, le Belge Alex Close, grande révélation du Tour 1952, puisqu’il avait brillé dans celui d’Italie où il s’était déjà envolé, et de Suisse où il avait confirmé sa valeur avant que le comité de sélection belge se décide à faire appel à lui.

Miroir du Tour 1952 31 Etape 11 Bourg d'Oisans - Sestrières Coppi

Coppi qui avait ce matin 5 secondes d’avance sur son fidèle Carrea a maintenant 20 minutes d’avance sur le jeune Close.
Toute l’histoire de ce jour tient dans le rapprochement de ces deux écarts. Ils disent la supériorité du campionissimo, le déclin de son prédécesseur Gino Bartali, la poussée des jeunes aussi sensible en Belgique qu’en France. Et ils soulignent aussi les erreurs des organisateurs qui ont fait un Tour trop dur et trop favorable à Coppi, en ce sens que son avance se trouve gonflée au maximum, erreurs aussi des sélectionneurs qui, en Belgique, ont tardé à faire appel à Close, et en France, ne se sont pas décidés à introduire Le Guilly dans l’équipe tricolore.
Car le petit Le Guilly fut le héros de l’ascension du Galibier.

1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 026BA

1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 017A

MS N°317 du 7 juillet 1952 12  Trophée Saint raphaêl Quinquina - Meilleur grimpeur - Coppi Col de la Croix de Fer

Après le col de la Croix de Fer, qui l’avait vu se bien comporter derrière un Coppi décidé à ne laisser passer aucune bonification, le jeune soldat breton lança son attaque dans le bas du Télégraphe à la poursuite d’un Zelasco qui avait attaqué sur le plat.
C’était beaucoup trop tôt et à 4 km 900 du sommet, Le Guilly ne put résister au retour d’un Coppi qui n’avait démarré qu’après Valloires, à 9 km exactement du haut du col. Pourtant Le Guilly aurait franchi bon second le tunnel sous la montagne à l’altitude 2 557m si une malencontreuse crevaison n’était venue le retarder sur la fin de la montée. Il ne fut que troisième derrière Bernardo Ruiz après avoir perdu une minute et demie pour réparer.

Miroir du Tour 1952 33 Coppi Prélude au coup de grâce - Copie

MS N°317 du 7 juillet 1952 08 09 Etape Bourg d'Oisans - Sestrières - le Guilly & Coppi dans galibier

Le fait d’avoir tenu tête à Coppi, de l’avoir obligé à démarrer pour lâcher Geminiani, Ruiz, Bartali, Ockers et Gelabert plus tôt qu’il ne voulait le faire sans doute, suffit à montrer les qualités de coureur du Tour de France que possède Le Guilly.
Pourtant son exploit de grimpeur n’aurait pas eu la même valeur s’il s’était effondré par la suite, s’il n’avait pas tenu dans les dernières côtes. On put croire un moment que c’est ce qui allait se produire, et dans le Mont-Genèvre, Le Guilly fut distancé par Bartali, que les acclamations de la foule rajeunissaient de dix ans.
Ce fut donc une heureuse surprise de voir le petit Lorientais repasser Close et Bartali, gagner encore une place sur Robic et terminer quatrième, à 10 minutes certes de Coppi, mais quatrième et premier Français. Pourtant c’est à une part de chance que Le Guilly doit d’avoir surpassé Robic. Celui-ci fit preuve d’une ténacité extraordinaire qui lui permit de se trouver en deuxième position, à 4’30’’ seulement de Coppi, en bas de la dernière côte de 11 km qui précédait l’arrivée à Sestrières. Il aurait conservé cette place, peut-être même se serait-il rapproché de Coppi, et de toute façon, il aurait amélioré considérablement sa position au classement général. Le sort, et un boyau à plat qu’il dut regonfler six fois, ne l’ont pas voulu.
Robic a montré qu’il était le meilleur grimpeur de l’équipe de France, le seul qui puisse lutter pour la deuxième place, seul but maintenant pour les adversaires de Coppi.

MS N°317 du 7 juillet 1952 16 Robic - Télégraphe

Le tempérament combatif des deux Bretons dont l’un a attaqué le premier, tandis que l’autre revenait très fort, nous fait regretter le calme exagéré qui frise la génération de Jean Dotto et de Lucien Lazaridès. Ce dernier sans doute se dévoua pour Lauredi, mais Dotto ne pouvait-il tenter sa chance avec plus d’ardeur ? On croirait que la forte chaleur du début de ce Tour a complètement endormi les méridionaux à moins qu’ils ne préparent un grand coup pour Monaco et le Ventoux.
La faiblesse du reste de l’équipe de France, et Geminiani très irrégulier excepté, est navrante. Par contre, les « gregarii » italiens que l’on avait plaisantés, ont fait une intelligente course d’équipe derrière les deux campionissimi et le tandem Magni-Carrea moins à son aise dans les grands cols que dans les moyens.
Un temps splendide a favorisé cette grande étape des Alpes. Et les champs enneigés étaient le cadre grandiose qu’il fallait pour un Coppi, aigle déployant ses ailes, demi-dieu que la foule porte de tout son cœur vers une nouvelle victoire dans le Tour de France. »

1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 027A

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 29

C’est ce que traduit la splendide photographie, presque émouvante, parue dans le numéro spécial d’après-Tour du Miroir des Sports. Coppi, aérien, impressionnant d’aisance, n’apparaît pas écrasé par le paysage grandiose du Galibier. Et que dire des encouragements respectueux et admiratifs d’une famille, en particulier le sourire épanoui de la petite fille auquel Fausto, majestueux, répond presque.

MS N°317 du 7 juillet 1952 01 Coppi - Galibier

Pour Gaston Bénac, « On n’arrête pas la marche d’un astre.
Nous venons de vivre une grande étape dans un admirable décor de montagne, tapissé de glaciers, devant des foules fantastiques des deux côtés de la frontière. L’intensité du sport fut proportionnée au paysage : elle fut violente, impitoyable. Je crois qu’il est difficile d’assister à un spectacle à la fois plus beau et plus émouvant.
Naturellement, le Tour de France devient la marche triomphale de Fausto Coppi vers Paris, avec accompagnement de ses fidèles lieutenants et soldats. Plus qu’on ne pouvait le prévoir, la domination de Fausto le Grand est complète et, en même temps, destructive. Car elle diminue les performances des autres Et pourtant, Coppi ne voulait pas en arriver là. Mais comment brider son tempérament, quand on est un super champion en grande forme, amoureux de la gloire ?
Par deux fois, Coppi attaqua. Á fond tout d’abord, à cinq kilomètres du sommet de la Croix de Fer, et il s’en fut tout seul. Son avance n’était pas suffisante, avec trente kilomètres d’une descente dans laquelle Fausto ne voulait prendre aucun risque. Il attendit les lacets du Galibier pour démarrer, rejoignait Le Guilly, le passait, et s’en allait seul vers les sommets, vers la victoire à Sestrières.

1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 031A

Une L'equipe Alpe d'Huez

Les Français, il faut le reconnaître, ont tout fait pour ne laisser nul répit au campionissimo. Hélas ! tout s’est brisé sur la classe, la solidité, la souplesse de cet être exceptionnel. On a tout dit sur ce coureur qui a atteint sa meilleure forme dans sa maturité. Et je répète que, en quarante ans de carrière, je n’ai pas connu son égal. Il domine l’histoire du cyclisme européen de si loin qu’il est impossible de ne pas s’incliner et se répéter. On chercherait en vain un défaut à Coppi, coureur hors-série, parfaitement organisé, solide, appliqué, faisant son métier avec une conscience professionnelle parfaite.
Il est entendu que Fausto Coppi a gagné un Tour de France dans lequel il n’a rencontré aucun homme de grande classe, il faut l’avouer aujourd’hui. Si l’aigle tourne autour des oisillons, c’est que ces derniers n’ont pas de très grandes ailes. Mais où est l’équipe de France ?
Ne la condamnons pas trop. Elle a fait ce qu’elle a pu, mais il faut le reconnaître, ses possibilités n’étaient pas bien grandes. Les deux hommes qui ont osé attaquer Coppi sont deux grimpeurs : le vétéran Robic et le jeune Le Guilly qui ne fut pas admis dans l’équipe nationale. Or, s’ils sont battus tous deux, ils ont attaqué et ils se sont inclinés. Et de la même façon tous deux, avec beaucoup d’audace, avec beaucoup de crânerie. Samedi, c’est Robic qui déclencha la bataille au bas de l’Alpe d’Huez. Hier, c’est Le Guilly qui, dès les premières rampes du col du Télégraphe, démarra et pris le large. Dans les deux cas, Fausto prit le point de mire et porta l’estocade à ses rivaux groupés autour de lui, en attendant plus longtemps dans le Galibier.
Les deux petits grimpeurs français partirent trop tôt les deux fois, Le Guilly surtout. Il devrait pourtant se souvenir qu’il réussit dans le « Dauphiné » en partant près de l’arrivée. Mais quel magnifique petit coureur, d’une souplesse féline, léger, aérien et tenace. C’est bien la révélation que nous attendions, ayant fortement engagé le petit Breton à courir dans n’importe quelle équipe.
Robic effectua dans le Mont Genèvre et le col de Sestrières, un retour foudroyant qui surprit les suiveurs, l’ayant laissé assez loin en arrière.
L’énorme foule italienne, massée sur plusieurs rangées dans les dix derniers kilomètres, lui fit un accueil enthousiaste au moment où il crevait, ne trouvant pas une voiture de l’équipe de France à ses côtés, il perdait un temps précieux et le bénéfice de la lutte qu’il venait d’engager avec Coppi.

1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 030AUne L'Equipe Alpe d'Huez-Sestrières

Alex Close, le remplaçant, devient second du classement général, alors que les sélectionneurs ne voulaient pas de lui. Quelle belle leçon donne le petit Wallon à ces derniers ! Ockers est toujours solide et bien placé, tandis que Bernardo Ruiz, qui se trouve à son affaire dans la montagne, remonte au classement, et que Magni et Carrea, perdant de précieuses minutes, et cela en revenant à leurs véritables places, car ils n’ont ni l’un ni l’autre la prétention de passer pour des grimpeurs.
Bartali, lui, se ressentit, sur la fin de ses deux chutes de samedi, alors qu’il était bien placé dans le Galibier.
Parmi les jeunes, le petit Azuréen Bertaina, un gosse du club de Saint-Paul-de-Vence, bien sympathique, fait jeu égal avec l’autre Azuréen de l’équipe de France, Dotto. Voici les jeunes éléments à suivre … »
Max Favalelli nous initie à une nouvelle science, la Pédalologie :
« Le style, c’est l’homme. Rien n’est plus vrai en matière de cyclisme et l’on pourrait compléter le premier aphorisme par celui-ci : « Montre comment tu pédales, je te dirai qui tu es. »
Il est incontestable que l’individu, même le plus habile à masquer sa personnalité, se trahit par
son écriture, sa manière de se vêtir, son rire et sa démarche. Il convient d’y ajouter, pour les champions cyclistes, l’allure adoptée sur un vélo et, de même qu’il existe des graphologues, on imagine fort bien un « pédalologue » qui ferait des études de caractères uniquement en suivant le Tour de France.
Je m’amuse très souvent à observer justement les membres d’un peloton lorsque celui-ci ou bien est lancé à vive allure dans une chasse effrénée ou bien musarde le long des routes pendant la trêve méridienne des étapes les plus calmes.
Et voici quelques-unes des notes que j’ai couchées sur mon carnet, en évitant de choisir celles qui pourraient causer quelque déplaisir à leurs victimes. Car, ne nous dissimulons pas, il est des coups de pédale d’une bêtise crasse et des façons de freiner qui ne flattent guère le sens artistique de leurs auteurs. Glissons…
FAUSTO COPPI. Voila un type pas ordinaire. Si vous le rencontrez dans la rue avec ses épaules étroites, son buste d’oiseau, son bréchet proéminent, ses jambes trop longues, vous vous dites : « Pauvre gars, ça tient à peine debout. »
Après quoi, vous posez ce même souffreteux sur la selle d’une bicyclette et vous obtenez le couple homme-machine le plus harmonieux, en même temps que le plus efficace du monde entier.
Le premier mot qui vient à l’esprit de qui assiste à l’action de Coppi est celui d’aisance. Fausto vous donne cette admirable sensation que ne vous communiquent que les seuls artistes, à savoir que tout est possible, que le miracle est quotidien. Il possède le comble de la virtuosité, puisqu’il parvient à rendre celle-ci invisible.
Si vous vous étiez trouvé vendredi sur les pentes abruptes qui conduisent à l’Alpe d’Huez et que vous ayiez vu passer Coppi, bien droit sur son vélo, les mains en haut du guidon, vous auriez pu vous dire : « Tiens, mais on m’a raconté des histoires, la route est parfaitement plate. » Puis vous auriez enfourché votre bicyclette et, au bout de dix mètres, vous auriez été réduit à l’état de soufflet de forge.
Je m’excuse de prononcer un bien gros mot, mais Coppi jouit du privilège des poètes, de ceux qui ont en dépôt au fond d’eux-mêmes des dons innés qui leur rendent facile ce que les autres hommes ne peuvent réaliser qu’à force d’application et de patience.
Lorsque des admirateurs, emportés par un enthousiasme excessif, lui administrent des compliments hors de raison, Fausto, qui est d’une simplicité totale, s’excuse : « Mais ce que je fais, c’est tout naturel. »
Le terme est exact et il permet d’ailleurs à mon ami Jean Eskenazi qui lit ce que j’écris par-dessus mon épaule, de me lancer ce trait : -Ses adversaires sont pleinement de ton avis et ils trouvent Coppi si naturel qu’ils ne manquent jamais de dire à son propos : « Chassez le naturel, il s’enfuit au galop. »
GINO BARTALI. Dès le premier coup de pédale, vous vous apercevez que c’est un tout autre tempérament. La cadence est mesurée au millimètre et il y a dans l’arrondi des jambes quelque chose d’avaricieux qu’on doit lui expliquer, je le juge, une ascendance d’origine terrienne.
Gino incline les observateurs à le soupçonner d’économie. Dans le sens le plus noble. En réalité, tout un édifice commercial et financier a effectivement pour assises ses deux maigres mollets, ses deux jambes légèrement cintrées. Sur cet ensemble couturier-jumeaux-jarrets reposent la firme Bartali, les bureaux Bartali, les dépôts Bartali, les magasins Bartali, les actions Bartali. Que Bartali ait une crampe, que l’un de ses muscles se noue et plusieurs centaines d’employés en ressentent les conséquences. Mais maintenant, le « vecchio » a consolidé suffisamment son entreprise pour ne plus redouter ce mal inguérissable qui se glisse peu à peu dans ses jarrets : la vieillesse.
JEAN ROBIC. Celui-là, avec ses courroies dressées ainsi que des ergots au talon, sa grosse tête hérissée de la crête en cuir de son casque, c’est le coq rageur, le petit qui n’a pas peur des gros. En le regardant pédaler par saccades sèches, secouant son vélo à la façon d’un balancier et passant son derrière pointu sur sa selle, avec un mouvement de gomme à effacer, on perce à jour son vrai caractère.
Robic est un hargneux, peut-être, mais un hargneux qui a une personnalité dominée par l’orgueil et la fierté. C’est le genre de ces petits types auxquels il suffit de dire « chiche » que vous ne montez pas à l’Alpe d’Huez aussi vite que Coppi » pour qu’ils fassent bouffer les plumes de leur jabot et redressent le bec.
Je ne veux pas prolonger cette galerie de portraits, mais vous pouvez, si vous en avez le goût, vous initier à l’art de la « pédalologie ». Avec un peu d’entraînement, un peloton devient aussi lisible qu’une page d’écriture, aussi facile à déchiffrer que le plus simple des rébus. »

1952-07-07 - BUT-CLUB 358 - 39th Tour de France - 028A

7 juillet, 12ème étape, départ de Sestrières, c’est la descente vers la Méditerranée, si l’on peut dire, car les cols de Tende, de Brouis et la Turbie sont au menu.

Miroir du Tour 1952 36 Etape 12 Sestrières - Monaco Nolten

Son Altesse Sérénissime le prince Rainier III offre une prime de 100 000 francs au vainqueur à Monaco, cela ne motive pas plus que cela les 88 rescapés qui parcourent les 150 premiers kilomètres à allure modérée.
Sous l’action de Robic et Ockers, le peloton se disloque dans l’ascension du col de Tende. Au sommet, Robic devance Coppi d’une demi-roue. Suivent dans le même temps, Ockers, Nolten et Rotta, à 20’’ Mallejac, à 30’’ Dotto, à 40’’ De Hertog, Molinéris et Serra, à 50’’ Lazaridès, Bartali et Carrea…
Une vingtaine de coureurs se regroupent dans la descente. Le tricolore Jean Dotto attaque dans le col de Brouis qu’il franchit en tête avec 50’’ d’avance sur un autre Azuréen Bertaina, 1’50’’ sur le Hollandais Jan Nolten et 2’15’’ sur les favoris.

1952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 04B-11952-07-10 - BUT et CLUB - 359 - 03Miroir du Tour 1952 37 Etape 12 Sestrières - Monaco Nolten1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 38

Une L'Equipe Sestrières-Monaco

Dans le col de Castillon, Nolten rejoint Dotto et le lâche dans la descente sur Menton. Dans la montée de la Turbie, Dotto ne parvient pas à combler l’écart sur Nolten qui plonge vers la principauté et l’emporte en solitaire sur la cendrée du stade Louis II.
Fausto Coppi est victime de deux crevaisons dans les dix derniers kilomètres. Après avoir été dépanné une première fois par Fiorenzo Magni, c’est Gino Bartali en personne qui lui donne ensuite sa roue. Coppi consolide malgré tout son maillot jaune, son second le Belge Alex Close concédant 4 minutes supplémentaires.
Robic est le seul tricolore désormais susceptible d’accéder à une place sur le podium. Nello Lauredi qui le précédait encore au départ de Sestrières, termine l’étape à 37 minutes. Raphaël Geminiani a également souffert et concédé une vingtaine de minutes.
Pour ma part, je m’accorde une escale princière en attendant de vous conter la fin de ce Tour de France dominé -pour l’instant- par Fausto Coppi.

*quelques anciens billets sur ma passion immodérée pour Jacques Anquetil
http://encreviolette.unblog.fr/2009/04/15/jacques-anquetil-lidole-de-ma-jeunesse/
http://encreviolette.unblog.fr/2009/08/22/jacques-anquetil-lidole-de-ma-jeunesse-suite/
http://encreviolette.unblog.fr/2019/11/19/jadorais-anquetil-et-jaimais-poulidor/
**billets consacrés aux Tours de France remportés par Jacques Anquetil :
http://encreviolette.unblog.fr/2017/07/07/ici-la-route-du-tour-de-france-1957-1/
http://encreviolette.unblog.fr/2017/07/11/ici-la-route-du-tour-de-france-1957-2/
http://encreviolette.unblog.fr/2017/07/19/ici-la-route-du-tour-d-france-1957-3/
http://encreviolette.unblog.fr/2011/07/04/ici-la-route-du-tour-de-france-1961/
http://encreviolette.unblog.fr/2012/07/09/ici-la-route-du-tour-de-france-1962-2/
http://encreviolette.unblog.fr/2013/07/01/ici-la-route-du-tour-de-france-1963-1/
http://encreviolette.unblog.fr/2013/07/02/ici-la-route-du-tour-de-france-1963-2/
http://encreviolette.unblog.fr/2014/07/11/ici-la-route-du-tour-de-france-1964-1/
http://encreviolette.unblog.fr/2014/07/18/ici-la-route-du-tour-de-france-1964-2/
*** http://encreviolette.unblog.fr/2020/06/26/ici-la-route-du-tour-de-france-1950-2/

Pour décrire ces étapes du Tour de France 1952, j’ai puisé dans les magazines bihebdomadaires Miroir-Sprint et Miroir des Sports But&Club, dans les numéro spéciaux d’après Tour de France du Miroir des Sports et de Miroir-Sprint.
Remerciements à tous ces écrivains journalistes, photographes et … coureurs qui, soixante-dix ans plus tard, me font toujours rêver.
Remerciements également à l’ami Jean-Pierre Le Port qui, comme chaque année, comble les quelques manques de mes collections.

Publié dans:Cyclisme |on 6 juillet, 2022 |1 Commentaire »

Ici la route du Tour de France 1952 (1)

Á l’approche de juillet, le baby boomer blogueur que je suis goûte au plaisir minuscule mais si intense de vous faire revivre les Tours de France de mon enfance.
C’est sans doute exercice vain et dérisoire pour les jeunes générations qui ne voient au mieux à travers la célèbre course cycliste qu’un grand cirque médiatique avec toutes les dérives polluantes liées à la mondialisation.
Pour plaider ma cause, j’en appelle au sociologue Roland Barthes qui rangea Le Tour de France comme épopée parmi ses Mythologies contemporaines de l’après-guerre :
« Il y a une onomastique du Tour de France qui nous dit à elle seule que le Tour est une grande épopée. Les noms des coureurs semblent pour la plupart venir d’un âge ethnique très ancien, d’un temps où la race sonnait à travers un petit nombre de phonèmes exemplaires (Brankart le Franc, Bobet le Francien, Robic le Celte, Ruiz l’Ibère, Darrigade le Gascon). Et puis, ces noms reviennent sans cesse ; ils forment dans le grand hasard de l’épreuve des points fixes, dont la tâche est de raccrocher une durée épisodique, tumultueuse, aux essences stables des grands caractères, comme si l’homme était avant tout un nom qui se rend maître des événements : Brankart, Geminiani, Lauredi, Antonin Rolland, ces patronymes se lisent comme les signes algébriques de la valeur, de la loyauté, de la traîtrise ou du stoïcisme. C’est dans la mesure où le Nom du coureur est à la fois nourriture et ellipse qu’il forme la figure principale d’un véritable langage poétique, donnant à lire un monde où la description est enfin inutile. Cette lente concrétion des vertus du coureur dans la substance sonore de son nom finit d’ailleurs par absorber tout le langage adjectif : au début de leur gloire, les coureurs sont pourvus de quelque épithète de nature. Plus tard, c’est inutile. On dit : l’élégant Coletto ou Van Dongen le Batave ; pour Louison Bobet, on ne dit plus rien.
En réalité, l’entrée dans l’ordre épique se fait par la diminution du nom : Bobet devient Louison, Lauredi, Nello, et Raphaël Geminiani, héros comblé puisqu’il est à la fois bon et valeureux, est appelé tantôt Raph, tantôt Gem. Ces noms sont légers, un peu tendres et un peu serviles ; ils rendent compte sous une même syllabe d’une valeur surhumaine et d’une intimité tout humaine, dont le journaliste approche familièrement, un peu comme les poètes latins celle de César ou de Mécène. Il y a dans le diminutif du coureur cycliste, ce mélange de servilité, d’admiration et de prérogative qui fonde le peuple en voyeur de ses dieux.
Le coureur trouve dans la Nature un milieu animé avec lequel il entretient des échanges de nutrition et de sujétion. Telle étape maritime (Le Havre-Dieppe) sera « iodée », apportera à la course énergie et couleur; telle autre (le Nord), faite de routes pavées, constituera une nourriture opaque, anguleuse : elle sera littéralement «dure à avaler»; telle autre encore (Briançon-Monaco), schisteuse, préhistorique, engluera le coureur. Toutes posent un problème d’assimilation, toutes sont réduites par un mouvement proprement poétique à leur substance profonde, et devant chacune d’elles, le coureur cherche obscurément à se définir comme un homme total aux prises avec une Nature-substance, et non plus seulement avec une Nature-objet. Ce sont donc les mouvements d’approche de la substance qui importent : le coureur est toujours représenté en état d’immersion et non pas en état de course : il plonge, il traverse, il vole, il adhère, c’est son lien au sol qui le définit, souvent dans l’angoisse et dans l’apocalypse (l’effrayante plongée sur Monte-Carlo, le jeu de l’Esterel).
L’étape qui subit la personnification la plus forte, c’est l’étape du mont Ventoux. Les grands cols, alpins ou pyrénéens, pour durs qu’ils soient, restent malgré tout des passages, ils sont sentis comme des objets à traverser ; le col est trou, il accède difficilement à la personne ; le Ventoux, lui, a la plénitude du mont, c’est un dieu du Mal, auquel il faut sacrifier. Véritable Moloch, despote des cyclistes, il ne pardonne jamais aux faibles, se fait payer un tribut injuste de souffrances. Physiquement, le Ventoux est affreux: chauve (atteint de séborrhée sèche, dit L’Équipe), il est l’esprit même du Sec; son climat absolu (il est bien plus une essence de climat qu’un espace géographique) en fait un terrain damné, un lieu d’épreuve pour le héros, quelque chose comme un enfer supérieur où le cycliste définira la vérité de son salut : il vaincra le dragon, soit avec l’aide d’un dieu (Gaul, ami de Phoebus), soit par pur prométhéisme, opposant à ce dieu du Mal, un démon encore plus dur (Bobet, Satan de la bicyclette).
Le Tour dispose donc d’une véritable géographie homérique. Comme dans l’Odyssée, la course est ici à la fois périple d’épreuves et exploration totale des limites terrestres. Ulysse avait atteint plusieurs fois les portes de la Terre. Le Tour, lui aussi, frôle en plusieurs points le monde inhumain : sur le Ventoux, nous dit-on, on a déjà quitté la planète Terre, on voisine là avec des astres inconnus. Par sa géographie, le Tour est donc recensement encyclopédique des espaces humains ; et si l’on reprenait quelque schéma vichien de l’Histoire, le Tour y représenterait cet instant ambigu où l’homme personnifie fortement la Nature pour la prendre plus facilement à partie et mieux s’en libérer. »
On vérifiera cela plus tard car les coureurs escaladeront justement le Géant de Provence lors de la 13ème du Tour 1952 dont j’ai prévu, cette année, de vous conter les péripéties.
Sérieusement, me rappelle-je réellement de cette édition ? J’avais 5 ans et étais haut comme trois pommes … de Normandie bien sûr. J’ose affirmer que j’en conserve quelques souvenirs pour une raison précise que je vous confierai dès le départ du Tour.
Dans cet après-guerre de la reconstruction, le Tour était une grande fête populaire qui apportait joie et couleurs, ne serait-ce que celles des maillots pour les spectateurs qui avaient le bonheur de « voir passer » les coureurs : le bleu de France, le bleu nattier et la ceinture noire jaune et rouge des Belges, le vert olive et les parements blanc et rouge des Italiens, le gris perle et la ceinture rouge et jaune des Espagnols, et évidemment le jaune de la toison d’or qu’ils étaient fiers de repérer dans le peloton.

1952_belgique1952_italie1952_espagne

La caravane publicitaire vantait les « arts ménagers » et l’avènement du formica.
Quand le Tour ne traversait pas mon Pays de Bray natal, je devais me satisfaire des photographies bistres ou vertes des magazines Miroir-Sprint et Miroir des Sports dont je conserve jalousement encore aujourd’hui la collection initiée par mon père.
Je « suivais » le Tour à la radio, l’antique poste à galène, avec les commentaires de Georges Briquet. Au cinéma, j’écarquillais les yeux devant la séquence des « Actualités Françaises » avec le résumé filmé en noir et blanc des étapes de la semaine précédente.
Tout cela éveillait ma curiosité, nourrissait mon imagination. Vous surprends-je si je retrouve un peu de mon innocence, une part de rêve, lorsque je me replonge dans mes archives pour vous conter la légende des cycles ?

1952 - Miroir des Sports - Programme - 22MIROIR SPRINT N°315 du 23 juin 1952 03 Tour de France

1952 - Miroir des Sports - Programme - 01

En guise de mise en jambes, voici ce qu’était le Tour pour Max Favalelli qui devint bien plus tard le populaire présentateur de l’émission télévisée Des Chiffres et des Lettres :
« LE TOUR. Ce simple mot, lorsqu’on le prononce, s’accompagne dans le souvenir de ses familiers d’une formidable clameur. C’est bien cela. Il suffirait, je pense, de coller à son oreille, ainsi qu’on le fait d’un coquillage tout bruissant d’une rumeur marine, la carte de France ornée du noir serpentin du parcours pour que retentissent le fracas de la caravane, les flonflons de kermesse des villes-étapes et surtout le chœur tonitruant qui hurle son grand cri tout au long de quatre mille huit cents kilomètres de routes. Pendant vingt-cinq jours, la France est comme une énorme bouche dont la voix ne connaît point de répit.
C’est tout d’abord cela. Ce grondement incessant de marée qui déferle de Brest à Paris et dont les journaux, la radio apportent l’écho jusque dans les retraites les plus silencieuses, les havres les plus paisibles.
Cela, c’est l’impression première. Mais elle ne permet pas de donner une idée complète du Tour. Le Tour est une chose infiniment complexe et c’est vainement que l’on s’évertue à vouloir l’enfermer dans une définition. La reine des épreuves sportives ? La plus grande fête populaire du monde ? Une foire du muscle et de la publicité ? C’est tout cela. Mais c’est aussi un peu plus que cela.
Si l’on me permet de céder la parole au critique dramatique dont j’exerce habituellement la fonction, je dirai que c’est le spectacle annuel où s’opère, avec la plus totale confusion, le mélange de tous les genres. L’on passe sans transition de la farce à la tragédie, de la comédie au vaudeville. Et chacun y trouve sa part.
Passons sur le décor. C’est le plus beau et le plus varié qui soit, faisant alterner les plaines opulentes, les garrigues desséchées et les pentes abruptes au flanc desquelles serpentent les méandres des lacets. Ce décor ne révèle son pittoresque qu’aux suiveurs et n’a pour le journaliste d’autre utilité que de lui fournir les couplets rituels sur les crassiers du Nord, la verte douceur des bocages normands ou les solitudes glacées d’un Galibier promu définitivement à la dignité de « géant ».
Pour le coureur, il en va tout autrement. Celui-ci réduit volontiers les ressources touristiques de son périple à quelques formules basées sur une expérience purement pratique : « Roubaix-Namur, c’est du pavé, avec une poussière couleur d’encre », « Avignon-Perpignan, le goudron qui fond et la soif qui vous limaille la gorge », « Sestrières-Monaco, ça grimpe ! ». Et je me souviens avoir entendu le grand Paul Giguet répondre à un suiveur qui exaltait les beautés farouches de l’Izoard : -L’Izoard ? Du douze pour cent pendant huit kilomètres…
…En 1949, pour tromper l’indolence d’une étape languissante, j’avais écrit négligemment un article aimablement fantaisiste et dont le thème était le suivant : « Pourquoi les seuls hasards de la géographie réservent-ils aux vaillantes populations du littoral et des frontières le privilège du Tour de France ? Dans un régime démocratique, n’est-il point offensant pour la grande loi égalitaire qui nous régit que les indigènes du Bourbonnais ou du Limousin soient privés d’un spectacle que l’on accorde généralement et régulièrement aux habitants des marches de l’Est ou à ceux des confins pyrénéens ? Je réclame au nom de l’équité et pour que tous les citoyens de notre pays bénéficient des mêmes droits, un Tour qui visitera toutes les régions injustement dédaignées. Saint-Etienne, berceau de la dynastie de la « petite reine », Clermont-Ferrand, Moulins ne doivent pas être tenus à l’écart. »
Le lendemain, Jacques Goddet m’adressa un sourire légèrement ironique : – Amusant, votre papier.
Je n’aurai pas l’outrecuidance de m’attribuer une autorité souveraine, mais enfin, je suis bien obligé de constater que, dès l’année suivante, mes théories furent appliquées. L’humoriste est parfois, sous des dehors badins, un véritable précurseur … »
La situation géographique de la boutonnière du Pays de Bray, où je venais de naître, favorisait la visite assez régulière du Tour de France, des étapes à Rouen et Dieppe et même en 1997 dans mon bourg natal de Forges-les-Eaux, la maison familiale se trouvant entre la flamme rouge et l’arrivée.
Comme chaque année, les conversations allaient bon train quelques semaines avant le départ effectif de la grande boucle. Ainsi, dans le numéro spécial d’avant-Tour publié par Miroir-Sprint, Maurice Vidal donnait son sentiment sur la formule des équipes nationales et régionales :
« On a encore beaucoup discuté, cette année comme les autres, de l’opportunité de constituer des équipes nationales ou des équipes de marques. Il est certain que tout n’est pas parfait dans le système actuel des équipes à caractère national, mais la perfection n’est-elle pas une recherche constante, infinie, qui constitue l’un des intérêts de la vie ?
Les équipes de marques présentent bien d’autres inconvénients que les équipes nationales et régionales. Elles risqueraient tout d’abord de créer au départ de graves inégalités, en raison même de la différence de moyens des maisons de cycles. Certaines maisons même qui possèdent pourtant de bonnes individualités seraient dans l’incapacité matérielle de présenter une équipe au départ, sous peine de défavoriser gravement leurs coureurs. Exemple : Jacques Vivier, élément très intéressant de ce Tour de France, pourrait-il prendre le départ, autrement que dans une équipe régionale ou nationale ? Ensuite, il serait toujours à redouter que certains éléments nationaux, répartis dans des équipes de marque différentes, ne finissent par s’entendre devant l’importance de l’enjeu et sous l’influence d’éléments divers ?
Par conséquent, je continue à penser (et ceci est une opinion personnelle qui n’est pas forcément partagée par tous les spécialistes de notre journal) que la formule actuelle est le moindre mal. Elle a le mérite de faire le maximum pour égaliser les chances…
… On peut par contre critiquer la composition de certaines équipes. La base de recrutement semble en être : quelques vedettes au centre et quelques seconds plans autour. Le cas le plus typique est évidemment et traditionnellement l’équipe italienne. Coppi, Bartali et Magni constituent les éléments de premier plan, susceptibles d’envisager une victoire ou une place au classement individuel. Á côté de ces vedettes, on trouve cette année encore les habituels « porteurs d’eau » ou « pousseurs d’homme », Bresci, Milano, Carrea, Pezzi, Crippa, Franchi, Corrieri, etc…
Cette politique de la vedette nous prive régulièrement de quelques-uns des jeunes Italiens de valeur : Minardi, Petrucci, Soldani, Fornara et bien d’autres. Pour être sélectionné dans l’équipe italienne, il faut ou bien être une très grande vedette ou bien au contraire ne jamais se faire remarquer.
Ce qui peut à la rigueur se concevoir dans une équipe italienne où Fausto Coppi constitue un très grand favori, est difficilement explicable par ailleurs. L’équipe de France par exemple, a, dit-on, plusieurs leaders au départ. Tant mieux ou tant pis, mais il n’empêche, et quoiqu’on en dise, qu’une partie de la sélection avait été faite en fonction de la participation éventuelle de Louison Bobet. Comment autrement expliquer la sélection d’éléments comme Lucien Teisseire, Raoul Rémy, très bons coureurs certes, mais qui ont déjà montré la limite de leurs possibilités dans un Tour de France ? Et comment expliquer encore la sélection d’un homme comme Edouard Muller, dont les performances 1952 ne sont pas particulièrement brillantes ?
Et comment peut-on expliquer que Louison Bobet ait été remplacé dans l’équipe de France par … Bonnaventure, s’il ne l’a pas été comme « domestique personnel » (je m’excuse auprès du brave Bonna de ce terme cycliste que je n’ai pas inventé) de Jean Robic dont les actions remontèrent évidemment après le forfait du champion de France ?

Lequipe Bobet malade

Il n’est jusqu’à l’équipe nord-africaine elle-même qui n’ait ses leaders er ses domestiques. René Bernard n’a-t-il pas annoncé en effet que toute son équipe serait au service de Zelasco et Kebaïli. Qu’on veuille bien croire en ma sympathie pour ces deux coureurs, mais ce n’est pas les diminuer que de prétendre qu’ils auront du mal à mettre Fausto Coppi ou Geminiani en échec. Au lieu de cette mode anti sportive, nous aurions préféré voir au départ les meilleurs éléments nord-africains. (N’a-t-on pas négligé un homme comme l’Oranais Marty parce qu’il était un troisième leader possible ?) Et voir cette équipe laisser sa chance au départ à tous les hommes, afin de tenter de nous donner le meilleur visage possible du cyclisme en Afrique du Nord… Tout ceci montre bien que l’excès en la matière conduit au ridicule… « Á chacun son petit leader ». Même si celui-ci sacrifie toute une équipe pour terminer trente-cinquième. »
Maurice Vidal poursuit sa présentation en évoquant quelques mesures concoctées par les organisateurs, susceptibles d’animer la course :
« Chaque année, les organisateurs tentent, avec des fortunes diverses, de rendre la course plus animée, et ceci d’une façon plus constante. Le danger réside en effet dans les neutralisations effectuées par « les Grands » qui veulent voir la course commencer à l’heure et au lieu choisi par eux. Contre ce train bleu de la route, que nous avions déjà dénoncé l’an dernier, plusieurs moyens seront mis en œuvre cette année.
Le brassard-rente au maillot jaune, de 100 000 francs par étape, sera maintenu à ce taux jusqu’à l’arrivée, alors que l’an dernier, celui-ci était progressivement réduit à partir de la mi-course. Cela n’aura sans doute pour conséquence que de renforcer les gains des vedettes qui seront certainement en tête à ce moment-là.
Combien plus intéressantes nous apparaissent les autres primes journalières : celle attribuée au coureur « le plus combatif » du jour, qui sera désigné par le vote de vingt journalistes français et étrangers, et qui se montera à 100 000 francs par jour, ce qui est appréciable pour tous les chercheurs d’aventure, si souvent déçus auparavant.
Enfin, en dehors du classement individuel de chaque étape il sera établi chaque jour un classement par équipe dont la première place sera quotidiennement récompensée par 100 000 francs également. Ces deux primes constituent réellement des innovations intéressantes, et de nature à favoriser les attaquants d’une part, et les équipes homogènes (donc à défavoriser les équipes à fort pourcentage de « domestiques ») d’autre part. »

MIROIR SPRINT N° spécial avant Tour 1952 11 La carte du Tour 52

Nous sommes maintenant habitués à un Tour de France au tracé biscornu, et nous avions déjà dit l’an dernier que cela n’avait aucune espèce d’importance, l’essentiel étant que ce parcours convienne à une épreuve sportive.
Deux grandes caractéristiques dans ce parcours : multiplication des étapes de montagne, réduction du kilométrage des étapes contre la montre. Il semble que ces deux modifications s’annulent, les grands coureurs du Tour étant généralement aussi bons grimpeurs qu’ils sont forts rouleurs. Il n’est pour s’en convaincre que de citer les noms de Coppi et Koblet. Tout au plus peut-on dire que la réduction des étapes contre la montre peut légèrement accroître les chances des Français comme Geminiani et Robic auxquels ce genre d’effort ne sourit pas particulièrement…
Les grimpeurs seront encore favorisés par l’octroi de bonifications trop nombreuses à notre sens et surtout dangereusement cumulables avec les bonifications à l’arrivée lorsque celle-ci sont jugées en haut des cols (Alpe d’Huez, Sestrières, Puy-de-Dôme). Il est certain que le Tour court le risque d’être gagné par le jeu des bonifications.
Profitons de ce paragraphe pour déplorer que le parcours oblige les coureurs à emprunter le dangereux tunnel de Tende long de trois kilomètres et non éclairé. Des dispositions ont été prises. »
Dans le même magazine, l’autre excellent journaliste Albert Baker d’Isy livre son sentiment personnel sur le parcours et la formule par équipes nationales :
« Pour la première fois de son histoire, le Tour de France partira mercredi de Brest. On avait déjà connu, en 1928, un départ d’Évian et l’an dernier la caravane s’était mise en route à Metz au son du canon et des cuivres.
Le nom de Brest est intimement lié au souvenir des Tours passés. C’était, jadis, le point de départ des étapes les plus longues et les plus fastidieuses : Brest-Les Sables et Les Sables-Bayonne.
On y vit un jour Henri et Francis Pélissier accompagnés par Maurice Villé -aujourd’hui entraîneur motocycliste de Lesueur- revêtus de combinaisons brunes qui firent d’autant plus sensation qu’ils avaient abandonné à Avranches (il s’agit en fait de Coutances, ndlr) et que, dans le « bistrot fatal », Albert Londres avait découvert … les « forçats de la route ».
En attendant le départ à la terrasse d’un de ces hôtels tout neufs sortis des ruines du vieux port de guerre, les très anciens suiveurs parleront peut-être aussi d’un certain Abran qui était à la fois le Beaupuis, le Garnault, le Joly -et pas mal d’autres encore – de l’organisation actuelle. Cet Abran est resté légendaire pour un simple mot prononcé devant une verte absinthe, rue de Siam, à la terrasse des « Voyageurs ». Comme on lui proposait d’aller faire un tour en bateau sur la rade, il répliqua simplement : « Très peu de rade ! » Il faut préciser que, depuis Paris, sa voiture ne cessait pas d’être en panne (en rade, comme on disait alors).
Maintenant, les voiture marchent -ou à peu près- et l’on n’a plus le temps des faire des « mots ».
Il y a eu un moment d’émotion cette semaine à Brest -et dans toute la Bretagne- ce fut lorsque les journaux organisateurs du Tour publièrent la liste officielle des sélectionnés. En effet, il n’y avait dans l’équipe de l’Ouest-Sud-Ouest qu’un seul Breton : le petit grimpeur Jean Le Guilly.
Pourquoi, dans ce cas, avoir été chercher un Léon Le Calvez pour diriger des Bordelais (dont Guy Lapébie qui habite Paris depuis 18 ans), des Limougeauds et des Bayonnais ? Il y eut de nombreux coups de fil échangés… et le lendemain, Malléjac (Brestois), Morvan qui depuis s’est récusé, Sciardis vainqueur de deux étapes dont une de cols au Tour du Maroc, faisaient leur apparition dans l’équipe de l’Ouest avec le Normand Delahaye (région totalement oubliée la veille) …
… Parcours et formule du Tour sont faits pour un Bartali … trop vieux pour le gagner !
Quand il avait terminé un Tour de France, Henri Desgrange se penchait sur le suivant. Il ajoutait quelques articles au règlement afin de corriger certaines erreurs. Puis, dans sa villa de Beauvallon où il se retirait longuement, il se disait : « Quel est l’homme qui peut, l’an prochain, porter le tirage de « L’Auto » au maximum ? Celui que les foules attendent et espèrent voir gagner ? » Cet homme devenait dès lors celui pour lequel il établissait le nouveau règlement du Tour de France. En 1930, lassé par les victoires des étrangers Bottecchia (1924-1925), Lucien Buysse (1926), Nicolas Frantz (1927-1928), Dewaele (1929), il décida la création des équipes nationales, il frappa en pleine cible. Cinq ans durant, sous la casaque tricolore, les Français furent invaincus : 1930 Leducq, 1931 Antonin Magne, 1932 Leducq, 1933 Speicher, 1934 Antonin Magne.
Le Tour est maintenant un orphelin. On aurait pu penser que quasi « nationalisé », il serait devenu une épreuve purement sportive, garantie par un ensemble de gens qualifiés qui auraient accepté de le prendre en tutelle.
Avec nos confrères parisiens et provinciaux, sans tenir aucun compte des journaux que nous représentons et par le seul fait que nous sommes dégagés de toute contingence commerciale, nous aurions accepté de nous intéresser au Tour.
Suivant chaque année un certain nombre de courses, nous aurions pu guider le choix du sélectionneur. Mais le Tour de France est devenu une affaire de couloirs dont les frères Bidot et les directeurs régionaux sont les pantins. Alors que le Faubourg Montmartre dort sur ses deux oreilles, le directeur technique déjeune rue Réaumur et subit d’autres influences.
Trop d’intérêts jouent et la Fédération Française de Cyclisme, lamentable dans cette affaire autant qu’elle peut être autoritaire dans d’autres, laisse pisser le mérinos pourvu qu’il fournisse de la laine (pour le maillot jaune, bien entendu !). Le résultat est là. Le gouvernement bipartite du Tour 1952 a fait un règlement trop favorable à certains coureurs.
On aurait rêvé d’une nouvelle victoire de Fausto Coppi qu’on n’aurait pas agi autrement : quatre arrivées en côte ou en col (Namur, Alpe d’Huez, Sestrières, Puy-de-Dôme), bonifications cumulables en haut de ces « bosses », deux étapes contre la montre, une arrivée en Italie avec tout ça, messieurs !
Jamais Henri Desgrange n’aurait commis pareille erreur…
S’il avait eu quelques années de moins, ce n’est pas Coppi, mais Bartali qui aurait été notre favori, car ces arrivées en côte avec bonifications de col et d’étapes cumulables étaient vraiment faites pour lui. Nous l’avons vu au Tour de Suisse se jouer de ses adversaires, car il est indiscutablement le meilleur et peut-être le seul SPRINTER DE LA MONTAGNE.
Avec le système actuel, il lui suffit de démarrer en vue de la banderole pour s’assurer la bonification au sommet… »

MS N°315B  du 27 juin 1952 04 PELLOS - Koblet Absent du Tour 52

Maurice Vidal emboîte le pas de son confrère et, l’absence du « pédaleur de charme » Hugo Koblet vainqueur de l’édition précédente, et du champion de France Louison Bobet, fait de Fausto Coppi, récemment dominateur sur le Giro, l’incontestable favori :
« Il va de soi qu’on ne peut traiter des favoris de ce trente-neuvième Tour de France sans immédiatement citer au premier rang de ceux-ci le prestigieux Fausto Coppi. Le champion italien, après deux années creuses, l’une à la suite d’un accident, l’autre à la suite du tragique décès de son frère Serse, s’est complètement retrouvé cette année, et notamment dans le Tour d’Italie qu’il a dominé autant qu’il est possible de le faire.
Cette écrasante supériorité manifestée sur les routes italiennes, fait de Fausto Coppi le grand favori de tous au départ de ce Tour de France. Elle risquerait aussi de créer auprès de ceux qui la subissent ou croient devoir la subir une atmosphère d’infériorité. Je dis « risquerait » car le Tour de France n’est pas le Tour d’Italie. Ici se rencontrent les meilleurs coureurs (ou presque) de toute l’Europe. Il y a des jeunes aux dents longues, des ambitieux qui ne prennent pas le départ pour admirer le dos des vedettes. A tous ceux-là on rappellera que Fausto Coppi n’est pas un surhomme, qu’il n’est pas à l’abri d’une défaillance physique ou morale.
Koblet était évidemment le rival tout désigné de Fausto, et l’on se réjouissait déjà d’assister à la lutte de ces deux champions en forme, lorsque les mauvaises nouvelles sont arrivées concernant le bel Hugo. Courra-t-il ? Nous n’en savons rien à l’heure actuelle…
Alors, me direz-vous, que reste-t-il comme adversaires pour Coppi ? Eh bien, en dehors de Gino Bartali qui guettera sa proie comme un vieil aigle, il restera … l’équipe de France en entier. Il est bien difficile de dire lequel, de Geminiani, Robic, Lazaridès (hélas pour Apo, il n’y en a plus qu’un !), Lauredi et même Dotto, se révélera le meilleur.
Pour ma part, j’avoue pencher pour le grand Raphaël, mais il a peu couru en France, et il est bien périlleux d’avancer qu’il ait perdu ou gagné des qualités. Il fut éblouissant dans un Milan-San Remo tôt en saison, très bon dans un Giro où la course d’équipe lui interdisait de toutes façons de faire mieux. Alors attendons… »

MIROIR SPRINT N°315 du 23 juin 1952 05 PELLOS - Les enfants de Marcel Bidot1952 - Miroir des Sports - Programme - 101952 - Miroir des Sports - Programme - 11

Émouvant, l’entrefilet que Maurice Vidal glisse dans sa chronique en citant quelques vers de Souviens-toi Barbara :

« Cette pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse … »

« Mercredi, ces vers du plus célèbre poème de Jacques Prévert, qui a fait connaître à toute la France le grand malheur de Brest, « dont il ne restait rien », ces vers nous reviendront aux lèvres. Parce qu’il est pour tous les hommes de cœur particulièrement émouvant de retrouver dans la grande joie populaire d’un départ de Tour de France, cette grande et belle ville martyre, qui marquera ainsi une nouvelle étape de sa lente, mais obstinée renaissance. Et c’est très bien que le sport, frère jumeau de la paix vienne lui apporter ainsi le grand souhait qu’elle ne connaisse plus jamais les horreurs de la guerre. »
Avant que les 122 coureurs s’élancent enfin sur les routes de France, Max Favalelli les délaisse un instant encore pour réparer une injustice.
« J’ai été frappé par le fait que, chaque année, journalistes et chroniqueurs du Tour réservaient tous leurs soins aux coureurs et négligeaient de rendre l’hommage qui lui était dû à une authentique souveraine sans laquelle les choses ne seraient pas ce qu’elles sont : j’ai nommé Sa Majesté « la petite reine ».
Il est tout de même révoltant que tout l’intérêt se fixe sur les champions au détriment de leurs montures et j’ai cru opportun de dédier ma première visite à cette grande méconnue du Tour qu’est la bicyclette.
On aurait gravement tort de croire que celle-ci est un objet anonyme et sans âme. Pour ses familiers, elle est une compagne bien vivante. Lorsque son vélo n’avance pas assez vite à son gré, Chapatte lui décoche quelques ruades du talon et murmure à la poignée du frein, qui a d’ailleurs la forme d’une oreille, un vigoureux « Hue, cocotte ! », cependant que Brambilla, exerçant une juste vengeance, n’hésita pas en 1947, après avoir perdu un Tour qu’il aurait très bien pu gagner, à enterrer nuitamment la bicyclette qui l’avait trahi et à danser sauvagement sur sa tombe.
C’est le soir, à l’issue d’une étape, qu’il faut aller se mêler aux mécanos, à l’heure où ils pansent les vélos malmenés durant la course, avec cet amour et cette minutie des lads bouchonnant le vainqueur du Grand Prix.
La comparaison est moins audacieuse qu’on ne pourrait le croire. En effet, le vélo du Tour est une manière de pur-sang. Le constructeur surveille sa naissance, affine sa silhouette et lui fait subir un entraînement intensif afin de vérifier la résistance de ses organes. En 1910, me confie le chef des mécaniciens, les coureurs chevauchaient de véritables percherons aux formes disgracieuses et qui pesaient la bagatelle de 11 kg. Aujourd’hui, ces messieurs reçoivent de nos mains d’authentiques joyaux… »
Et je comprends fort bien le plaisir secret qu’éprouve Bartali lorsqu’il fait tourner d’un léger coup de pouce la roue de don vélo -cette roue dont dépend sa fortune- et qu’l en fait chanter les rayons ainsi que les cordes d’une harpe.
Lorsque vous pénétrez dans le domaine des mécanos, vous avez la sensation de voir s’agiter les assistants de Vulcain au fond d’un antre volcanique. Barbouillés de graisse, l’œil cerné par le kohl du cambouis, ces gaillards qui pourraient d’une pichenette vous envoyer au sol ont des gestes de joailliers pour serrer un écrou ou tendre une chaîne. C’est qu’ils n’ignorent point que les jockeys du Tour sont des maniaques dont il faut satisfaire tous les caprices. Robic exige une certaine inclinaison de sa selle, car il monte un peu à l’américaine dans le style de Johnstone. René Vietto, qui a pour la bicyclette, une passion presque maladive, tenait les poignées de son guidon à la largeur de ses mains et réduisait à sa dimension minimum le petit garde-boue de sa roue avant.
En outre, toutes ces précautions ne mettent pas à l’abri de l’imprévu, et le mécanicien Dizy conte qu’en 1934 la mode toute nouvelle du duralumin faillit provoquer une véritable catastrophe. Tous les coureurs avaient adopté ce métal pour leurs jantes. Or, de Grenoble à Gap, celui-ci se révéla une source de chutes effroyables et il fallut réquisitionner à la hâte cent jantes en bois et pour cela dévaliser littéralement tous les particuliers de l’endroit.
« La petite reine » mérite bien son titre aujourd’hui et, comparée aux bijoux dont disposent les coureurs de 1952, l’antique vélocipède utilisé par Cornet en 1904, avec son patin de caoutchouc pour tout frein, fait figure d’ancêtre et a depuis longtemps sa place au musée de la locomotion … »
Allez, en route ! Dans L’Équipe, le codirecteur du Tour Jacques Goddet lyrique s’enflamme à l’occasion du départ : « Pour le Tour, ce départ de Brest, face à la rade bleu acier ouverte sur l’aventure, imprégné de l’acte de foi qu’est l’émouvante renaissance, dans la joie et la tradition des 300 joueurs de biniou et de cornemuse, des choristes et des danseurs, était une annonce et un vœu. Le Tour 52 veut être, malgré ses propres mutilations (absence de Bobet et de Koblet) une belle aventure, une œuvre de construction sportive, et dans la joie, l’allégresse, rester fidèle à sa tradition de pureté, d’ordre et aussi d’animations ».

1952-06-30 - BUT et CLUB - 356 - 02A

Les coureurs défilent dans les rues brestoises au son de la fanfare des mousses de Loctudy avant de se diriger, sous une forte chaleur (eh oui !) vers Landerneau, Landivisiau, Saint-Thégonnec et Morlaix en Finistère, Belle-Isle-en-terre, Guingamp, Saint-Brieuc et Lamballe dans le département des Côtes-du-Nord (aujourd’hui Côtes d’Armor), puis mettre le cap vers Rennes en Ille-et-Vilaine, une étape totalement bretonnante de 246 kilomètres.
Jean Robic, débarrassé de son compatriote Louison Bobet qui, d’ailleurs, regarde sur le bord de la route passer le peloton, se sent des fourmis dans les jambes. Il place une attaque du côté de Morlaix et récidive après Saint-Laurent-Plouegat , emmenant cette fois avec lui ses coéquipiers Geminiani et Bernard Gauthier, et quelques autres coureurs dont … Coppi.
La bonne échappée se forme à 100 kilomètres de Rennes, exactement dans la côte d’Yffiniac, commune où naîtra, deux ans plus tard, Bernard Hinault future légende du Tour. Il y a trois Français d’équipes régionales, le Picard Pierre Pardoën de l’équipe du Nord-Est-Centre, le Parisien Armand Papazian et le Périgourdin Jacques Vivier de l’équipe Ouest-Sud-Ouest. Ils sont accompagnés de deux Belges, Maurice Blomme et surtout le redoutable sprinter Rik Van Steenbergen qui ne fait qu’une bouchée de ses adversaires sur la piste en ciment du vélodrome rennais, raflant la minute de bonification et endossant le premier maillot jaune.

1952-06-30 - BUT et CLUB - 356 - 04MIROIR DU TOUR 1952 09 Etape 1 Brest Rennes Van Steenbergen

Á la rubrique des faits d’hiver, il faut noter la chute du populaire coureur nord-africain Abd-el-Kader Zaaf qui a glissé … sur une peau de banane. Substantielle consolation, il empoche la prime du plus malchanceux. Le Tour est déjà terminé pour son compatriote Mostefa Chareuf, arrivé hors des délais. Il trouvera la mort en 1957 lors de la Guerre d’Algérie.

Lequipe Brest-Rennes

Ce soir, à la table familiale, mon père s’épanche sur la troisième place de Pierre Pardoën. C’est sans doute le concurrent que l’on connaît le mieux car nous l’avons vu plusieurs fois à l’œuvre dans les courses de clocher auxquelles mon père (tout Picard qu’il était, c’était un bon apôtre et un passionné de vélo !) ne manquait pas d’assister lorsqu’il rendait visite à sa maman, ma chère Mémé Léontine, une brave paysanne picarde dont j’ai fait le portrait dans d’anciens billets. Voici comment je possède quelque souvenir de ce Tour de France malgré mon très jeune âge. Je me rappelle de Pardoën et son maillot rouge de la marque Arliguie.

Pierre Pardoen Arliguie

Nous aurions pu renseigner, pour son bloc-notes, Maurice Vidal qui, comme tous les journalistes, ignorait tout du jeune et beau coureur amiénois qui courait encore dans les rangs des « indépendants » quelques jours avant le départ du Tour :
« Comment parler des jeunes sans citer le plus étonnant d’entre eux, ce jeune ébéniste d’Amiens qui a nom Pierre Pardoën. Imaginez que ce garçon de 21 ans et demi n’était prévu que comme remplaçant dans l’équipe du Nord-Est-Centre. Une bien curieuse équipe pour lui, représentant unique du Nord. Et cela, on ne peut décemment en vouloir aux sélectionneurs puisque Pardoën était totalement inconnu ou presque il y a seulement quelques semaines. Á tel point que nous nous sommes sérieusement gratté la tête lorsqu’il nous a fallu trouver sa photo pour l’inclure dans notre « guide du spectateur ».
Bref, ce jeune homme qui vient de signer sa licence d’aspirant il y a une petite quinzaine est installé au Mans à la seconde place du classement général et pas par hasard, je vous l’assure. Depuis deux jours, il est à la base des échappées décisives et, dans la deuxième étape, il avait déjà pris suffisamment d’assurance pour s’attaquer au maillot jaune de Van Steenbergen, soi-même, lequel n’en est pas encore revenu. Et le maillot jaune, il le détint pendant quelques kilomètres. Il est difficile de s’avancer sur l’avenir dans le Tour de France de l’Amiénois Pierre Pardoën, mais ses actions d’éclat ont, d’ores et déjà, fait de lui une des révélations essentielles. Et les Nordistes, qui ne comptent qu’un coureur dans la Grande Boucle, doivent avoir un joli sourire en coin. »

MS N°315B  du 27 juin 1952 01 Pardoen & Van Steenbergen

MIROIR DU TOUR 1952 09 Etape 1 PELLOS Van Steenbergen Pardoen

Max Favalelli brosse aussi un portrait flatteur qui ne peut que réjouir nos racines picardes :
« Á Rennes, à l’issue de la première étape, les suiveurs virent paraître derrière Van Steenbergent un coureur vêtu du maillot orange et blanc et qui portait le numéro 90. Ils consultèrent fébrilement leur liste et lurent ce nom : Pierre Pardoën. Inconnu à 16 heures, Pardoën était célèbre à 16h 30. Ce sont les coups de dés du Tour.
Chacun se préoccupe, en effet, de savoir qui était ce grand garçon à l’ossature herculéenne et qui opposait un sourire candide à l’assaut de curiosité dont il était la victime.
Pardoën – prononcez Pardonne, à la mode locale – est né le 8 août 1930 à Amiens. Et il était promis à une jeunesse heureuse lorsque son père, boucher de son état, mourut en 1944. Pierre qui venait de passe son certificat d’études et était un élève travailleur et à l’intelligence éveillée, suivait les cours d’une école professionnelle d’ébénisterie à Péronne. Il lui fallut abandonner ses études pour venir à Amiens parfaire son apprentissage chez un petit patron.
Mais, avant de disparaître, son père qui avait été lui-même un fervent de la bicyclette, lui avait légué son amour pour le vélo. Malheureusement, il n’eut pas le temps de lui offrir la machine qu’il lui avait promise pour ses étrennes et le jeune Pierre dut économiser sou par sou pour pouvoir acheter enfin la belle monture dont il rêvait.
Sur ce vélo tout neuf, il participe à sa première course, sans même s’être entraîné, et il se classe huitième du Critérium des Jeunes, en dépit de deux chutes. Il a alors dix-huit ans.
Encouragé par ses succès, Pardoën décide de persévérer et, pour s’équiper, acquérir des boyaux, des chaussures, des maillots, le petit ébéniste fait des heures supplémentaires et travaille le soir chez lui. Il est devenu un gaillard de 1m 85 avec un torse de lutteur et des épaules de déménageur. Une force de la nature.
Pierre gagne plusieurs courses et acquiert en Picardie, une si flatteuse réputation qu’il est sélectionné pour la Route de France, puis pour le Tour où il s’illustre dès le départ.
Ce succès ne l’a pas grisé et il demeure reconnaissant à son beau-père -sa mère s’est remariée à un plâtrier- et aux innombrables inconnus qui se sont cotisés pour lui permettre de participer à la grande épreuve où il trouva la consécration. »


1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 10

Pardoën ne confirma pas chez les professionnels tous les espoirs qu’il avait fait naître. Il disputa encore le Tour de France 1956 comme équipier dans la formation du Nord-Est-Centre, du futur vainqueur, le talentueux Roger Walkowiak injustement méconnu. Pardoën mit un terme à sa carrière en 1959 pour se consacrer au métier de carrossier. Pendant une douzaine d’années, il exerça la fonction de maire de la petite commune de Belloy-sur-Somme. Il est décédé il y a deux ans, presque jour pour jour, comme quoi « le vélo conserve ».
La deuxième étape conduit les coureurs de Rennes au Mans. On assiste à de nombreuses offensives malgré le soleil de plomb, ainsi dès le 26éme kilomètre, le Belge Alex Close et les deux régionaux du Nord-Est-Centre Noël Lajoie et … Pierre Pardoën (rêve-t-il du maillot jaune ?) prennent le large, bientôt rejoints par treize coureurs parmi lesquels Fausto Coppi, Geminiani et Robic. Ça roule un train d’enfer et les échappés comptent 3 minutes d’avance au kilomètre 64. C’est alors que les Belges prennent les choses en main pour sauver le maillot jaune de Van Steenbergen. Tout rentre dans l’ordre au kilomètre 117.
En fin d’étape, avant de pénétrer sur le circuit des Vingt-Quatre Heures du Mans, cinq coureurs sortent du peloton : les Belges Rosseel et Close, l’Espagnol Bernardo Ruiz et les méridionaux Dominique Canavèse et Pierre Molinéris dit « Maigre Pierre ».
Au sprint, André Rosseel s’impose comme l’année précédente à Limoges et Carcassonne. Rik 1er Van Steenbergen conserve son paletot jaune talonné par Pardoën maintenant second à 1 minute. Parmi les battus du jour, Lucien Lazaridès, troisième du Tour 1951, et Fiorenzo Magni concèdent autour de quatre minutes.

1952-06-30 - BUT et CLUB - 356 - 061952-06-30 - BUT et CLUB - 356 - 051952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 11

Lequipe-Rennes-Le Mans

Pierre Chany nous raconte la troisième étape qui mène les coureurs du Mans, capitale de la rillette, à Rouen, la ville aux cent clochers.
« Après les deux étapes de l’Ouest favorables aux routiers belges, Marcel Bidot décidait à Rennes de regrouper ses hommes en tête du classement. Pour atteindre ce but, une seule tactique reste toujours valable : s’immiscer dans une échappée lancée de loin et enrayer l’opposition par … des tirs de barrage. La méthode a fait ses preuves.
Ce que firent Lauredi et Bernard Gauthier, qui formèrent avec Fachleitner, Buchonnet, Caput, Voorting, un groupe homogène où seul Corrieri jouait au franc-tireur, dès les premiers kilomètres, sous une chaleur accablante (il pleut en Normandie ? ndlr).
L’offensive des Tricolores se trouva largement facilitée par une crevaison de Bloome peu après le départ. Le Flamand attendu par Rosseel, Neyt, de Hertog et Germain Derijcke, était encore derrière lorsque Laurédi et Bernard Gauthier passèrent à l’attaque pour rattraper Buchonnet auteur de la première fugue.
Van Steenbergen, pris au piège, observait une politique de non-combativité. Les sept fuyards eurent tôt fait de creuser l’écart : 13 minutes au 125ème kilomètre. Les hommes de Marcel Bidot, après deux journées difficiles, trouvaient enfin des circonstances favorables. Á 20 kilomètres de Rouen, la chance passait franchement dans leur camp. Une crevaison de Corrieri, une chute à trois (Caput, Fachleitner, Voorting) dans la côte de Maison-Brûlée, et Lauredi, soutenu par Bernard Gauthier, mettait le feu et partait à la conquête du maillot jaune.

 

1952-06-30 - BUT et CLUB - 356 - 07

1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 12

MS N° 316  du 30 juin 1952 04 Etape 3 Le Mans - Rouen Classement Caput chute

Il n’y eut pas de sprint, le Grenoblois, équiper docile, laissait passer Lauredi devant lui, abandonnant ainsi le bénéfice de la minute de bonification.
Lorsque les « grands » du peloton passèrent la ligne d’arrivée, Nello et Bernard avaient pris la direction des douches depuis 11 minutes. Le maillot jaune était français ! », le premier de l’équipe de France depuis Louison Bobet en 1948.

Lauredi Gauthier1952 - BUT et CLUB - Le TOUR - 13Lequipe-Le Mans-Rouen

Parmi les autres faits marquants de la journée, on relève l’abandon du futur téléreporter Robert Chapatte, souffrant d’une angine depuis Brest, ainsi que celui du remarquable spécialiste de cyclo-cross André Dufraisse.
J’ai été si bavard depuis le départ de Brest que je vous laisse souffler dans ma chère Normandie qui m’a donné le jour.

Pour décrire les premières étapes de ce Tour de France 1952, j’ai puisé dans les magazines bihebdomadaires Miroir-Sprint et Miroir des Sports But&Club, dans les numéro spéciaux d’avant et après Tour de France du Miroir des Sports et de Miroir-Sprint.
Remerciements à tous ces écrivains journalistes, photographes et … coureurs qui, soixante-dix ans plus tard, me font toujours rêver.
Remerciements également à l’ami Jean-Pierre Le Port qui, comme chaque année, comble les quelques manques de mes collections.

Publié dans:Cyclisme |on 30 juin, 2022 |1 Commentaire »

Départ de Paris-Nice 2022 à Auffargis

Pour la 13ème année consécutive, le département des Yvelines accueillait, début mars, le départ de la mythique course cycliste professionnelle Paris-Nice.

Affiche Paris-Nice 2022

Á plusieurs reprises, j’ai consacré un billet à cet événement* sportif. Cette épreuve que l’on surnomme, en dépit de la météo parfois capricieuse, la Course au soleil, est née en 1933 de l’esprit d’un certain Albert Lejeune heureux propriétaire de deux quotidiens florissants, Le Petit Journal basé à Paris et Le Petit Niçois.
Avant-guerre, beaucoup de patrons de presse étaient à l’initiative de courses cyclistes, sport éminemment populaire propre à attirer spectateurs et lecteurs, ainsi Le Petit Journal déjà fondateur de Paris-Brest-Paris en 1891. Les années 1930 furent un âge d’or du cyclisme français avec une génération de champions dont mon père me contait les exploits, André Leducq, Georges Speicher, Antonin Magne, tous vainqueurs du Tour de France.
L’idée d’Albert Lejeune est simple : relier le centre géographique de ses deux journaux par une course cycliste novatrice, d’où le choix de Paris-Nice, sur une durée de six jours, pour prolonger la saison hivernale, en rappelant ainsi les Six Jours sur piste, très prisés par le public à l’époque. La course s’appelle à l’origine les Six Jours de la route.

Petit journal Course au soleil

Paris-Nice 1933 affiche

L’affiche que les organisateurs ont imaginée, cette année, pour la 80ème édition de la course, possède un intérêt documentaire que vous apprécierez s’il vous prend de repérer les différences entre les deux coureurs et leur monture.
Sur le plan de la communication, 1933 c’est encore le temps de la photographie noir et blanc ou bistre, de la radio TSF grésillante. Curieux, je me suis plongé dans le site Gallica de la Bibliothèque Nationale de France pour consulter les articles que le Petit Journal consacra à son épreuve.

TSF Paris-Nice

Ainsi, le départ n’ayant pas encore été donné, on s’intéresse aux à-côtés de la course, notamment au ravitaillement des concurrents, en somme au « ventre de Paris-Nice » pour reprendre l’expression de Zola :
« Tout a été prévu pour assurer aux deux cents coureurs une nourriture substantielle et pouvant être absorbée rapidement, car nos as de la pédale n’auront guère le temps de s’attarder le dos au feu, le ventre à table selon le bon conseil de Brillat-Savarin.
Voici leur menu « de course », car bien entendu, arrivés à l’étape, ils auront toute liberté de savourer, si le cœur leur en dit, les spécialités culinaires de nos provinces françaises.
Á chacun des cinq postes de ravitaillement, on leur remettra une musette contenant :
1 bidon de café ou thé,
1 bidon Vittel ou Vichy,
1 morceau de poulet ou une côtelette première,
1 sandwich jambon ou confiture,
2 gâteaux de riz,
2 tartelettes,
20 morceaux de sucre (le diabète est une maladie de sédentaires qui n’a pas cours chez nos sportmen est-il précisé),
3 bananes,
15 figues ou pruneaux.
Changement d’époque et d’habitudes diététiques, les cyclistes de haut niveau d’aujourd’hui présentent une adiposité très faible car ils ont appris à brûler les graisses avec le concours de diététiciens et nutritionnistes. Désormais, le rapport entre la puissance mise en œuvre et le poids joue un rôle capital, l’on parle de ratio watts/kilogrammes, bien loin du slogan du candidat communiste à l’élection présidentielle défendant les vertus franchouillardes d’« un bon vin, une bonne viande, un bon fromage ».
Dans la caravane publicitaire officielle de la première édition, on relève la présence du Café Standard, l’apéritif Saint-Raphaël Quinquina, les Établissements Simplex, le chocolat d’Aiguebelle, les Établissements Cointreau, la renommée maison apéritif Clacquesin, le champagne Mercier, la maison Martini et Rossi, les chaussures André, la biscuiterie rémoise Derungs, les jambons Olida.

Prime CointreauPrime Jacqueson

Dans les années 1950-60, dans le peloton français, on voyait des maillots vantant l’apéritif Saint-Raphaël, la piquette de table Margnat et la bière Pelforth.
La loi Évin relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme ne naîtra qu’en 1991.
Á l’origine, le maillot de leader de la course est de couleur azur avec une bande transversale or évoquant la Méditerranée, le ciel bleu et le soleil niçois. Il est fourni par la maison Unis-Sports 40 rue de Maubeuge à Paris.
Par la suite, après-guerre, il changea de couleur en fonction de l’organisation. Ainsi, en 1955 jusqu’au tout début des années 2 000, le mythique maillot blanc récompensa de prestigieux vainqueurs comme Anquetil, Poulidor et Merckx.

Poulidor maillot blanc Paris-Nice 1966

Depuis 2 002, la société Amaury Sports a fait preuve de bien peu d’originalité en reprenant les maillots distinctifs des différents classements du Tour de France qu’elle organise également.

Auffargis maillots

Le Paris-Nice 2022 démarre alors que l’actualité dramatique est phagocytée par l’invasion russe en Ukraine.
Clin d’œil de l’Histoire, quand, le 3 mars 1933, Le Petit Journal annonçait la naissance de sa course, ses colonnes évoquaient aussi les élections en Allemagne où le parti d’Adolf Hitler semblait bien placé. Ainsi, alors que le quotidien décrit avec ferveur le départ de Paris, on apprend que le docteur Goebbels est nommé ministre de la Propagande.

Paris-Nice propagande

Albert Lejeune mettra trop ses journaux, durant l’Occupation, au service de la collaboration. Condamné à mort à la Libération, il est fusillé en 1945.
149 candidatures sont retenues sur les 200 reçues. 40 coureurs appartiennent à des équipes de marques de cycles Alcyon, Dilecta, Génial-Lucifer, La Française et Oscar Egg. Les 109 autres coursiers sont des individuels, ceux qu’Albert Londres appelait les « ténébreux » dans son reportage sur les forçats de la route. Chaque participant touche une prime journalière de 40 francs.
Le plateau est particulièrement relevé avec la présence des plus grands champions français de l’époque, André Leducq, Georges Speicher, Roger Lapébie, René Vietto, Maurice Archambaud, Fernand Mithouard vainqueur de Bordeaux-Paris quelques semaines plus tard, Armand Blanchonnet double champion olympique lors des Jeux de 1924, les Belges Sylvère Maes, Félicien Vervaecke, Jean Aerts, le grimpeur espagnol Vicente Trueba surnommé « la puce de Torrelavega », premier vainqueur du Grand Prix de la Montagne du Tour de France.
En 9 décennies, le cyclisme a complètement changé de visage et n’a pas échappé à la mondialisation. Les maillots bariolés des coureurs (ainsi que leurs cuissards, casques et chaussures) vantent des groupes multinationaux comme des organismes bancaires (Crédit Mutuel Arkea-Groupama-Cofidis), des compagnies d’assurances (AG2R-La Mondiale), une chaîne néerlandaise de supermarchés (Jumbo), une entreprise de sols stratifiés (Quick Step) et même des États (Bahrein- Astana Qazaqstan-Émirats Arabes Unis-Israël).
C’est bien simple, alors qu’auparavant, la Course au soleil était l’apanage exclusif de coureurs de la vieille Europe, au XXIème siècle, son palmarès s’est enrichi de nombreux champions venus d’autres horizons : le kazakh Vinokourov, les nord-américains Landis et Julich, l’australien Richie Porte, les colombiens Betancur, Henao et Egan Bernal. Il faut remonter à 1997 pour retrouver une victoire française avec Laurent Jalabert.
La course elle-même souffre de la concurrence d’autres épreuves organisées sur d’autres continents et pays plus exotiques, quoiqu’avec la pandémie, beaucoup de coureurs aient choisi, cette année, d’affuter leur forme, comme autrefois, sur les routes du Midi de la France.
Car dans les années 1950, la Côte d’Azur voyait débarquer de nombreux coureurs professionnels heureux de profiter de la douceur du climat hivernal pour effectuer leur entraînement de début de saison. De nombreuses courses fleurissaient sur le littoral méditerranéen : des mini-classiques Gênes-Nice et Nice-Alassio, le Grand Prix de Saint-Raphaël, ceux de Cannes et d’Antibes, la ronde du Carnaval d’Aix-en-Provence, des courses de côte au Mont Faron et Mont Agel, et même dans nos colonies, les Grands Prix de l’Écho d’Alger et de l’Écho d’Oran.

Echo d'Oran

Les frères Louison et Jean Bobet (ils remportèrent tous les deux Paris-Nice) s’enorgueillissaient d’avoir accumulé 700 kilomètres d’entraînement durant l’hiver, ce qui ferait hurler de rire les champions de maintenant qui comptent déjà plusieurs milliers de kilomètres au compteur.

Bobet Anquetil entrainement

Les coureurs prenaient le départ de Paris-Nice, les jambes encore blanches, de bonnes joues, comme en témoigne cette photographie prise lors du Paris-Nice 1954. Tout gamin, j’étais fier de voir mon idole Jacques Anquetil avec son maillot La Perle rouler auprès du campionissimo Fausto Coppi.

blog Anquetil et Coppi Paris-Nice

La veille du départ en 1933, fut effectué le poinçonnage des bicyclettes au siège du Petit Journal, rue Lafayette. Le règlement était très strict et il était interdit de changer de vélo tout au long de l’épreuve. Les réparations éventuelles devaient se faire sur place.
Aujourd’hui, les vélos sont contrôlés à l’arrivée de chaque étape pour détecter notamment quelque assistance électrique.
Le 14 mars 1933, à 5 heures du matin devant le café Rozes de la Place d’Italie, à Paris, on procéda aux ultimes opérations de contrôle, puis après 7 kilomètres de défilé, le départ réel de la première étape menant à Dijon fut donné à Thiais, au Carrefour de la Belle Épine.

Paris-Nice 1933 Moret sur Loing

Cette année, après une première étape en ligne autour de Mantes-la-Ville, les coureurs prennent véritablement leur envol vers le soleil du Midi à Auffargis, dans le sud du département des Yvelines. Il s’agit d’une jolie commune à la population aisée, nichée dans le vallon du ru des Vaux-de-Cernay, en lisière de la forêt de Rambouillet. Elle fait partie du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse, un site évocateur pour les mordus de vélo.

Auffargis EgliseAuffargis 1

Auffargis 3

Parmi les personnalités qui y vécurent, figure, pour paraître érudit, François Roberday, orfèvre du roi Louis XIV, « valet de chambre de la Reyne », et organiste renommé qui aurait été un des maîtres de Jean-Baptiste Lully.
L’acteur Jean Rochefort, marquis de Bellegarde à la Cour de Louis XVI dans le film Ridicule, cavalier émérite, passa les vingt dernières années de sa vie dans son haras de Villequoy. Le journaliste Félix Lévitan, ancien coorganisateur du Tour de France avec Jacques Goddet, fut maire de la commune dans les années 1960.

Au Vélocipédiste 2Au Vélocipédiste 1Auffargis 2

Auffargis connut autrefois des belles heures de cyclisme. Le village se trouvait sur le parcours d’une mythique course contre la montre, et lorsqu’on en diminua le kilométrage, il devint même lieu de départ lors de deux éditions. Sur le podium, le maire en oublie le nom, il est vrai que le Grand Prix des Nations a disparu malheureusement du calendrier depuis longtemps.
Heureux Fargussiens (d’un âge désormais avancé) qui admirèrent ainsi le recordman de l’épreuve Jacques Anquetil, neuf fois victorieux en neuf participations, revêtu de son maillot Ford. En 1965, il laissa Rudi Altig à 3 minutes 9 secondes et Poulidor à près de 5 minutes.

Nations 1965 MdC

En 1966, « l’homme chronomaître » devança largement dans l’ordre Felice Gimondi, Eddy Merckx, Roger Pingeon et Raymond Poulidor, comme en témoigne la Une du journal L’Équipe.

Nations 1966 copie

Phénoménal ! Anquetil, mettant souvent à profit les étapes dites de vérité, inscrivit cinq Paris-Nice à son palmarès. Cependant, il ne détient pas le record de victoires, l’Irlandais Sean Kelly l’emporta sept fois consécutivement.
Ce midi, peu après le départ, les coureurs vont rouler pendant quelques kilomètres sur le parcours de l’ancien Grand Prix des Nations en escaladant la fameuse côte des 17 Tournants que connaissent bien les cyclotouristes franciliens.
Le Belge Alfons Schepers, sur cycles La Française, franchit en vainqueur la ligne d’arrivée de la première étape à Dijon du premier Paris-Nice, après avoir accompli les 312 kilomètres en 8 heures 48 minutes et 50 secondes, soit une moyenne horaire, remarquable pour l’époque, de 35,398 km/h.

NRwDpcN

Je me suis délecté de la presse d’alors aux envolées lyriques, empreinte aussi d’une certaine naïveté ou fraîcheur de ton, vous choisissez. Ainsi dans Le Petit Journal du 16 mars 1933, le journaliste Paul Guitard écrit depuis Lyon terme de la seconde étape, un article intitulé Le chant du coq :
« Notre premier Paris-Nice aura rencontré le succès sportif et l’enthousiasme populaire ; c’est d’un excellent augure. Les successeurs éventuels des Thys, des Petit-Breton, des Trousselier et des Pélissier ont voulu prouver qu’ils avaient de qui tenir et que, si l’usage de la bicyclette devait se perdre un jour en France, le souvenir de ces champions, leur exemple, subsisterait longtemps encore.
Vous savez pourtant que l’Yonne et la Bourgogne possèdent des chemins d’école buissonnière, que tout y est plein de couleurs. Dès le matin, la rosée des prairies dorait l’eau des rivières et pénétrait de ses flammes subtiles les arbres qui commencent à verdit ; l’air léger vibrait à l’horizon, mais il est hors de doute que peu de coureurs soient sensibles à toutes ces choses ; on ne leur demande pas d’être des artistes. Ici, le sport a force de loi. Comment se manifeste-t-il pour ce but ? Brillamment, mes amis, comme toutes prévisions.
Ce matin, au contrôle de départ, il y avait foule. Un vieux monsieur m’a demandé : « « Ça sert à quoi ? » – Á bien des choses !
D’abord, et sans employer de grands mots, à avoir une preuve nouvelle de la qualité, de l’énergie, de la résistance humaine.
Á certaines minutes, on se demande si cette énergie et cette résistance ont des termes.
Il s’agit ici d’extraordinaires machines à courir. Le mot est juste quand on l’applique à Schepers, à Joly, à Decroix, à Marcel Bidot, échappés, semble-t-il, d’une humanité préhistorique. Ces garçons sont des organismes humains tout neufs, jetés d’une matière vivante incorruptible, je les connais et les suis depuis longtemps. Quelle pompe d’or ou d’acier ont-ils à la place du cœur ! et quels poumons ! et quelle endurance ! On songe à Achille plongé par sa mère dans l’eau du Styx. Quelles eaux glacées, de nos jours, leur ont assuré l’immunité ? J’ai lu de véritables traités de stratégie sur la manière de gagner les grandes courses.
Mais Schepers et Joly ignorent, en vérité, tout des sciences et des calculs ou tout au moins ils les méprisent. Prenez Vervaecke, qui fit hier une course admirable : cette figure fermée, absente ne révèle rien d’intellectuel, ce qui ne veut pas dire, bien au contraire, que l’homme ne soit pas intelligent.
Le corps seul est en mouvement, ce corps si parfaitement organisé, qu’on ne peut surprendre en lui la moindre trace d’effort. Il y a dans cette aventure la volonté du coureur de n’avoir pas l’air de participer à la lutte. C’est la classe physique qui parle, incomparable et sans rivale. Rien n’est plus beau certes qu’une volonté farouche tendue à se livrer et poussant la guenille humaine vers la victoire, quelque chose est plus beau peut-être, c’est le bel animal triomphant de sa matière physique.
Je comprends ma foi la joie exubérante, sans retenue, du vainqueur parce qu’elle éclate comme le chant du coq, et puis il y a encore que cette sorte de ferveur à l’égard des sportifs, touchante, naïve, un peu bébête, n’allez pas en rire, se pratique à tous les degrés. Tout à l’heure, avant le départ, dans un petit café, j’ai vu la femme d’un modeste coureur régional installée près de son mari équipé dans son maillot. Elle ne mangeait pas, elle lui coupait son pain, sa viande, lui versait à boire et de temps en temps essuyait de son mouchoir le front de son héros. C’est ça, voyez-vous, la course au soleil ! »

Paris-Nice 1933 Aerts enlève dijon-Lyon

Dans la même édition, le prolixe Paul Guitard nous offre un autre article consacré à la seconde étape entre Dijon et Lyon, intitulé Le vin, sang de la France. Il faut dire qu’au cours des cinquante premiers kilomètres, les coureurs sinuaient au milieu des vignobles aux noms enchanteurs : Gevrey-Chambertin, Vougeot, Vosne-Romanée, Aloxe-Corton, Beaune, Meursault.
« Les Méridionaux considèrent que le vin est le sang de la France. On ne saurait les désapprouver de cet amour exclusif pour le liquide vermeil et généreux. Le vin fait du bien dans tout l’être ; il donne en effet force à qui l’emploie avec la modération nécessaire, et sang, et il reste un stimulant précieux pour les énergies. Ce n’est pas un paradoxe d’affirmer qu’il a rendu bien des services à la cause du sport. Je me souviens, par exemple, avoir assisté, en Angleterre, à un grand match international de rugby. Le manager de l’équipe de France, Jules Cadenat, ému de nos défaites successives, avait dit : « Je vais employer, cette fois, le grand remède. » Le grand remède consistait en un petit tonnelet peint en tricolore et que le Biterrois portait fièrement en bandoulière. Le grand remède, c’était le vin. Cadenat avait noté que ses hommes s’accommodaient mal pendant leur séjour en Angleterre, du thé, boisson fluide propre à exciter les discussions, ou qui porte à la rêverie. Inutile de dire que le traitement fit merveille et que les malades réagirent victorieusement.
J’y pensais, ce matin, en traversant, derrière les coureurs, cette belle série de Bourgogne aux sillons éclatants.
Un peu avant d’arriver à Nuits-Saint-Georges, une paysanne tendit à Leducq une bouteille de ce cru magnifique. Leducq remercie, sourit et dit : « Chic, du pinard ! » et il porta la bouteille à sa bouche comme s’il jouait du clairon. Ce fut le coup de fouet, la charge, avant Beaune. Six fuyards, échappés depuis le départ, étaient rattrapés. Quant à Demuysère, il manifesta son mécontentement en s’en prenant à deux des six, ses compatriotes Rebry et Schepers : « Ça n’est pas des coups à faire, savez-vous. » Demuysère, qui aime la bonne bière, à la mousse rafraîchissante, pense également qu’il faut modérer ses efforts. Couper son vin d’eau, telle est sans doute sa maxime. Ainsi faisaient les Athéniens, selon Nietzsche qui estimait cette conduite fort prudente. »

« Nuits (Saint-Georges) d’ivresse, de tendresse
Où l’on croit rêver jusqu’au lever du jour ! »
Paris-Nice 1933 anecdote

Á en juger par l’entrefilet ci-dessus, l’actrice Nadine Picard rêvait peut-être d’une nuit câline en compagnie du vainqueur des Tours de France 1930 et 1932 André Leducq surnommé Dédé gueule d’amour et muscles d’acier et l’ancien champion olympique Armand Blanchonnet dit Le Phénomène.

Leducq et Blanchonnet 17 tournants

Vous pensez bien que je me suis renseigné sur cette coureuse de coureurs ! Pour rester dans l’esprit, j’ai noté qu’elle joua au théâtre dans Le mariage de Figaro de Beaumarchais et Le mariage de Monsieur le Trouhadec de Jules Romains, et fit des apparitions au cinéma dans Un amour de Beethoven d’Abel Gance et Ferdinand le noceur auprès de Fernandel.

Ferdinand le noceur

Lors de l’édition 2017, les coureurs escaladèrent contre la montre le Mont Brouilly point culminant du Beaujolais. De même, l’an dernier, la course au soleil fit étape à Chiroubles. Je n’ose imaginer les articles enivrants que nous auraient offerts ces truculents « braconniers de Dieu » qu’étaient Antoine Blondin, Abel Michea, René Fallet.
Paris-Nice a souvent usurpé son surnom de Course au soleil, à moins que la météo capricieuse ait contribué à sa légende. Elle est superbement illustrée par cette couverture du Miroir du Cyclisme et la photographie de mon champion transi sous la neige dans son effort solitaire.

Anquetil sous la neige 2

En 1933, dans Le Petit Journal, Paul Guitard, encore, évoque un membre de la bande à Éole qui fera, plus tard, envoler le chapeau et soulever la jupe de Mireille dans une chanson de Brassens.
« Sous le plafond d’un ciel de cendres où les gros nuages gris sont fignolés comme pour une fresque de chapelle, la route pénètre sous les platanes ou les ifs, traverse les petits villages du pays de Provence aux maisons ocres et aux tonnelles d’ombre. Pour rendre hommage à cette belle nature, les coureurs avaient l’air ce matin, de faire leur petite promenade quotidienne. Il est vrai qu’un fort mistral les conduit littéralement sur leur selle. Tarascon les salua bruyamment. Mais, à partir d’Arles, tout changea. Les belles Arlésiennes (on les voit donc parfois ! ndlr) acclamèrent les coureurs comme elles acclament à la belle saison, la mort du taureau et les estocades des grands toréadors d’Espagne. De beaux yeux noirs vous ont souri, coureurs mes amis !
« Quel dommage de ne pouvoir rendre la politesse » nous dit Leducq en souriant. Fichu mistral ! Et le coureur pédale de plus belle. On eut dit un signal. Ce fut le moment que choisirent Georges Speicher et Jules Merviel pour tâcher de fausser compagnie à leurs camarades. Le mistral soufflait plus fort que jamais ; dressant devant lui comme une barrière invisible et infranchissable.
-Tiens ! Qu’est-ce que c’est que ce vent-là ? demanda Demuysère à son Barthélemy.
-Tiens, ça c’est le mistral, répondit l’interpellé.
-Tiens, tiens, je croyais que c’était un poète, rétorqua simplement Demuysère, que je ne savais pas érudit.
Cependant, Speicher et Merviel mettaient les pédalées doubles. C’est alors que la course prit un grand intérêt. Speicher n’est pas très loin au classement général. Il a six minutes de retard sur le premier, or à ce village curieusement nommé La Bouillabaisse (en fait, La Bouilladisse ndlr), il avait comblé cet écart de la moitié…

Paris-Nice 1933 Speicher à Marseille

Ce matin, les élèves de l’école communale d’Auffargis prolongent de quelques heures leurs vacances d’hiver. Ils participent à des animations de gymkhana et vont faire la claque au pied du podium. Pendant ce temps, avant de suivre en moto les coureurs pour la télévision, Thomas Voeckler rencontre, en compagnie de Sandy Casar, deux classes de 5ème du Collège Les Molières des Essarts-le-Roi.
Je doute que leurs enseignants leur dispenseront la leçon d’énergie et de courage qu’administrait le journaliste Paul Guitard sur le chemin d’Avignon.

Ecole du courage 1Ecole du courage 2Paris-Nice 1933 Avignon

La première édition de Paris-Nice fut remportée par le Belge Alfons Schepers leader depuis la première étape. Il devançait un autre Belge Louis Hardiquest et le populaire Stéphanois Benoît Faure surnommé la Souris.

Benoit Faure la sourisDictateur Le_Petit_journal_Parti_social_bpt6k633191j_1Schepers 1 Paris-Nice 1933 2

« S’il fallait comparer Schepers à un coureur d’avant-guerre (celle de 14-18 ndlr), on ne pourrait mieux faire que de l’appeler le « Faber belge ». Tout comme le regretté géant Luxembourgeois, c’est un bel et puissant athlète, toujours le sourire aux lèvres. Il est d’autre part l’homme qui ne craint ni le froid, le vent, ni les pavés, ni les côtes et il dispose d’une pointe finale qui, jointe à ses qualités d’endurance, peut lui valoir encore d’autres grands succès. » Bien vu, justement, il remportera quelques semaines plus tard le Tour des Flandres et la troisième étape du Tour de France.
Ce lundi matin, c’est vraiment la Course au Soleil. Le ciel est d’un bleu limpide même si le thermomètre décolle timidement de zéro degré. La pelouse en pente douce vers le podium se remplit peu à peu de retraités. Terrible choc de l’actualité : à l’occasion de ce divertissement sportif mineur de notre société occidentale, dans l’attente de la présentation des coureurs, beaucoup de conversations tournent gravement autour de l’invasion de l’Ukraine.
Les regards s’attardent sur le russe Alexander Vlasov, second de l’épreuve l’an dernier. « Comme beaucoup de Russes, je veux juste la paix. Je ne suis pas une figure politique et on n’a pas demandé aux gens normaux comme moi, s’ils voulaient d’une guerre. En tant qu’athlète, mon objectif devrait être d’unir les gens au-delà des frontières plutôt que les diviser, cela devrait être le rôle du sport. »

Auffargis Vlasov

Appartenant à la formation allemande Bora-hansgrohe, il n’est pas concerné par la décision de l’Union Cycliste Internationale interdisant aux équipes et sélections nationales russes et biélorusses de participer aux épreuves du calendrier international cycliste. Le speaker se garde de citer sa nationalité, peut-être pour éviter quelques réactions négatives du public.
Le français Anthony Turgis de l’équipe TotalÉnergies est entouré par ses supporters admiratifs devant son vélo S-Works Tarmac SL7 engin de tous les fantasmes. C’est vraiment le local de l’étape car il demeure aux Essarts-le-Roi, sur le plateau, à deux kilomètres du départ. Ses objectifs sont surtout les prochaines classiques flandriennes. Pour se familiariser avec les pavés, il inclut souvent dans ses sorties d’entraînement la traversée de Montfort-l’Amaury et un court passage qui longe le château de Dampierre-en-Yvelines, localité voisine que le peloton traversera peu après le départ.

Auffargis Turgis

C’est à Dampierre que, le 1er mai 1935, mourut tragiquement Henri Pélissier, abattu de cinq balles de révolver, par sa compagne, de vingt ans sa cadette. Vainqueur du Tour de France 1923, il fut le héros avec son frère Francis, lors de l’édition suivante, du fameux épisode du Café de la Gare de Coutances où le journaliste grand reporter Albert Londres** recueillit leur ressentiment contre les organisateurs et leur aveu de pratiques dopantes, donnant naissance à la légende des « forçats de la route ».
Son frère Francis bâtit sa légende de « Sorcier » sur les routes de la vallée de Chevreuse. Double vainqueur de Bordeaux-Paris, il fit par la suite, en qualité de directeur sportif, triompher deux parfaits inconnus, Fernand Mithouard en 1933, puis Jean Noret en 1934. Beaucoup plus tard, Francis confessa : « Jean Noret a fait toute la course à l’eau sucrée … avec, pour être franc, deux ou trois lampées de Cognac trois étoiles. ». Noret confia qu’il s’agissait plutôt de quatre ou cinq litres de Porto possiblement allongé !
En 1953, sur le parcours du Grand Prix des Nations, Francis faisait atterrir sur la planète Vélo, un jeune coureur normand indépendant de 19 ans, frêle dans son maillot La Perle : Jacques Anquetil.

Auffargis Lotto SoudalAuffargis Française des JeuxAuffargis Arkea SansicAuffargis Philippe Gilbert

Tour à tour, les équipes défilent sur le podium de présentation. Certains coureurs n’ont pas encore tombé le masque sanitaire, ce qui ne facilite pas leur identification.
Hier, lors de la première étape, la formation néerlandaise Jumbo Wisma a fait une démonstration de force et mis la main, d’ores et déjà, sur la course : ses trois meilleures chances, le sprinter français Laporte, le Slovène Roglic et le champion de Belgique Van Aert ont terminé ensemble seuls échappés. Il ne faut peut-être pas aller chercher ailleurs le futur vainqueur sur les bords de la grande bleue. Rançon du succès, ce matin, les micros et les stylos se tendent vers eux.

triplé Jumbo 2 2Auffargis Jumbo 1Auffargis Jumbo 2Auffargis Van AertAuffargis Roglic

12 heures quinze pétantes, le départ fictif est donné, les coureurs vont escalader « pépère » la côte des Essarts-le-Roi avant de tirer droit vers Orléans. Gare au vent de Beauce propice aux « bordures » !

*Quelques anciens billets au départ de Paris-Nice :
http://encreviolette.unblog.fr/2010/03/11/le-beau-velo-de-ravel-ou-le-depart-de-paris-nice-2010/
http://encreviolette.unblog.fr/2011/03/08/au-depart-de-paris-nice-2011-les-mains-aux-cocottes-ou-ah-si-vous-connaissiez-ma-poule-de-houdan/
http://encreviolette.unblog.fr/2015/03/19/au-depart-de-paris-nice-2015-a-maurepas/
http://encreviolette.unblog.fr/2019/03/15/paris-nice-2019-dans-les-yvelines/
**Les « Forçats de la route » à la Comédie Française
http://encreviolette.unblog.fr/2018/03/16/vas-y-lormeau-les-forcats-de-la-route-a-la-comedie-francaise/

Publié dans:Cyclisme |on 8 mars, 2022 |1 Commentaire »

Ici la route du Tour de France 1971 (3)

Pour revivre les étapes précédentes :
http://encreviolette.unblog.fr/2021/07/09/ici-la-route-du-tour-de-france-1971-1/
http://encreviolette.unblog.fr/2021/07/13/ici-la-route-du-tour-de-france-1971-2/

Merckx au départ

Jour de repos en montagne, à Orcières-Merlette : « Les coureurs étaient cantonnés dans un bâtiment commun qui s’essayait à recréer le climat d’un village olympique. Généralement, cette conjoncture heureuse se produit dans l’école des filles et fait flotter aux balcons de la cité d’étranges sous-vêtements. Cette fois, ils étaient logés dans le « Club du Soleil », dont le seul nom évoque quelque secte naturiste, et ils se penchaient eux-mêmes aux balcons, par un juste retour, pour voir passer les spectateurs avec intérêt.
C’est de cette sorte de petit Sarcelles de village qu’on vint extraire Zoetemelk, comme Cendrillon, pour lui offrir son poids en miel du pays, décerné au meilleur grimpeur … Zoetemelk considérait avec gentillesse 67 pots de miel qui s’accumulaient sur un horizon dépouillé, dont la seule végétation était celle des pylônes que le printemps dénude, quand les remonte-pente n’emmènent plus dans leurs cabines que des botanistes et des chasseurs de papillons. Il y avait chez le grimpeur comme le sentiment de la vanité de ses propres effets : « Qui voit ces bennes voit ses peines. »
Pour le reste, toutes les pensées allaient vers Ocaña et Merckx, et à un battement de cœur correspondait un serrement du même. »
La onzième étape Orcières-Merlette-Marseille est une longue descente de 251 kilomètres vers la mer qui a tout le profil d’une étape de transition. Sauf que …
Laissons Marc Jeuniau, le journaliste belge de SPORT nous raconter : « En le quittant vendredi soir, après la journée de repos, j’avais le sentiment qu’Eddy préparait quelque chose. Quoi ? Nous n’allions pas tarder à en être averti. L’étape commençait par la descente de la fameuse côte de Merletet. Le meilleur descendeur du troupeau c’est assurément Rinus Wagtmans. Dès que le drapeau fut baissé, le petit coureur hollandais se lança à corps perdu vers la vallée. Le plan était préparé et Merckx le premier se mit dans la roue. Au bas de la descente, c’est-à-dire après cinq kilomètres de course, dix hommes comptaient trente secondes d’avance sur le peloton. Parmi ces hommes, trois équipiers de Merckx : Huysmans, Wagtmans et Stevens, lequel allait cependant très vite lâcher prise. En ce moment, s’est engagé un combat d’une beauté et d’une intensité extraordinaires. Merckx s’est battu avec une force stupéfiante, tentant de faire basculer la course. Mais le combat était inégal. D’une part aux côtés du champion belge se trouvaient, outre ses deux équipiers, Van der Vleuten et Bouloux qui menaient régulièrement, Armani et Paolini ne venaient que rarement au commandement. Quant à Lucien Aimar qui aurait bien voulu participer à l’action, il avait reçu l’ordre de ne pas mener, il eut même avec Édouard Delberghe à ce propos une vive explication.

Ç roule fortIMG_0715

D’autre part, aux côtés d’Ocaña, figuraient outre ses équipiers Mortensen, Genty et Labourdette, tous les Ferretti, tous les Mercier et tous les Werner. Les Ferretti disaient qu’ils défendaient la position de Petterson. Mais l’avant-veille, ils ne vinrent jamais relayer Merckx en lutte dans une situation inverse contre Ocaña. Les Mercier défendaient le maillot vert de Guimard. Mais l’avant-veille, on ne les avait jamais vus aux côtés de Merckx. Quant aux Werner qui travaillèrent avec cœur, on se demande ce qu’ils venaient faire là.
Toutes ces alliances naturelles et artificielles firent qu’Ocaña trouva beaucoup de précieux lieutenants.
Voyant que l’écart ne grandissait pas alors qu’il roulait à une allure folle –moyenne de cette fantastique étape : près de 46 km/h- , Merckx voulut se relever, Guillaume Driessens l’incitait à poursuivre. Le Belge comprenait mal comment il était possible que l’écart ne se creuse pas alors qu’il pouvait compter à l’arrière sur ses équipiers pour briser la cadence. Il ne savait pas que derrière le peloton se jouait un drame pour les Molteni. Bruyère ayant crevé, Giorgio Albani prit immédiatement la décision, pour récupérer le coureur wallon, de faire attendre Mintjens, Spruyt, Swerts et Stevens. Ce fut l’erreur fatale car jamais les cinq Molteni ne recollèrent au peloton… »
À l’arrivée à Marseille, avec une heure et demie d’avance sur l’horaire le plus optimiste, ce qui mit en colère le maire Gaston Defferre qui rata l’arrivée, cette folle partie de manivelles de 246 kilomètres ne rapporte que 1 minute et 56 secondes de profit à Merckx sur Ocaña, déception d’autant plus accentuée qu’il est battu au sprint d’un pneu par Armani, le long du vieux port. Luis Ocaña est mécontent : « Eddy n’a pas été régulier. Il a fait démarrer Wagtmans avant même que le directeur de la course eût levé son drapeau ».

SPORT N° 23 du 14 juillet 1971 19 Orcières - Marseille - Armani

Merckx « n’est plus » qu’à 7 minutes et 34 secondes du maillot jaune Ocaña ! Et quand Merckx se fâche … c’est bon signe !
Derrière cette descente héroïque, folle superbe, la montée, qui promettait d’être le grand clou de la journée, s’en trouva éclipsée. « C’était, en vérité, une montée en chandelle, qui allait transformer les coureurs en cent-six personnages en quête de hauteur. En effet, convertissant l’étape à Marseille en escale et s’escamotant dans les nuées sous les yeux de ses admirateurs à la manière des fakirs, le Tour de France jouait la fille de l’air et prenait l’avion comme tout le monde pour se rendre à Albi.
À jouer à pigeon-vole, tous les moulineurs de braquets se retrouvent sur le même plan. Personne ne « coinça » dans l’ascension de la turbine, ce nivellement par le haut offrant l’énorme avantage de permettre à chacun de se mettre dans la peau d’un grimpeur ailé au-dessus des Cévennes. J’en sais d’ailleurs plus d’un qui furent bien étonnés de pouvoir dire : « Aujourd’hui, je voltigeais. »
À l’atterrissage, nous eûmes l’image de ce que pourrait être à nouveau en France un cyclisme sur piste. À telle enseigne que, hier après-midi, le circuit du Séquestre faisait encore tourner les coureurs autour d’un aérodrome, sans doute pour ne pas trop les dépayser d’un seul coup… »
Sur un parcours accidenté de 16,300 km tracé à proximité du circuit automobile d’Albi, Merckx l’emporte, devançant Ocaña de 11 secondes. Mais à peine descendu de vélo, il se précipite vers le codirecteur de la course Félix Lévitan pour protester : « J’ai vu, en regardant dans la ligne opposée du circuit, une voiture de télévision abriter Ocaña. C’est inadmissible. D’autre part, une moto s’est arrêtée devant moi dans un virage et a failli me faire tomber. C’est inadmissible ! »

IMG_0716IMG_0700IMG_0702IMG_0717SPORT N° 23 du 14 juillet 1971 20 Albi Contre la montre - Merckx grignote

Quand Merckx se fâche … c’est bon signe ! Il « n’est plus » qu’à 7 minutes et 23 secondes du maillot jaune Ocaña !
Dans sa Croisière des Albigeois, Antoine Blondin fustige les organisateurs du Tour : « Il paraît que nous n’avons pas tout vu. Tout à l’heure, les indigènes, massés au pied de leur admirable cathédrale fortifiée, jouiront d’un spectacle particulièrement insolite. On leur montrera les coureurs en grande tenue, luisants d’embrocation, se présenter dans le décor majestueux du palais de la Berbie dédié aux œuvres de Toulouse-Lautrec et faire le simulacre d’enfourcher leurs bicyclettes. Puis, comme s’ils se ravisaient devant une ineptie, ils monteront tout bêtement dans l’autocar pour Revel, après avoir fort raisonnablement confié leurs engins aux bagages… »

tour 71 église revel

Avant le départ de la première étape pyrénéenne Revel-Luchon, Luis Ocaña se rend à l’église de Revel avec son équipier Labourdette pour se recueillir quelques instants, tel le torero priant dans la chapelle avant d’entrer dans l’arène et affronter le toro. Pour le fier Espagnol, croyant et mystique, cette étape vers Luchon est capitale et il s’attend à de furieux assauts d’Eddy Merckx.
Je retrouve Christian Laborde vélociférant* dans la cuisine de la maison familiale : « On n’avait pas dû avoir les images de la télévision à cause de l’orage. L’oreille au transistor, je me souviens de cette formule magique « À vous la route du Tour, à vous Jean-Paul Brouchon ».
« À propos des Pyrénées, une remarque : les manuels d’histoire, les Bordas, les Magnard, les Hatier se trompent. Tous affirment que Dieu aurait créé les Pyrénées pour séparer les Espagnols des Français. C’est faux, archifaux : il s’en tape, Dieu, des États, des frontières, et tout le sanguinolent toutim. Dieu a créé les Pyrénées pour distinguer les grimpeurs des non grimpeurs.
Luis est en jaune au seuil des Pyrénées. Les Pyrénées, les voici. Revel-Luchon : le Portet d’Aspet, le Menté, le Portillon. Et c’est dans le Portillon que Luis a décidé d’en finir avec Merckx. Il l’a dit à ses coéquipiers : « Dans le Portillon, c’est automatique ! »
Dans le Portet d’Aspet, c’est Merckx qui attaque, attaque de nouveau, attaque encore. À chaque fois, Luis revient à sa hauteur, le maillot jaune sur les épaules. Ils sont seuls tous les deux, avec le soleil au-dessus de la tête.
Voici le col du Menté, voici Eddy, voici Luis, voici le soleil et des nuages noirs. Qui se succèdent, se poursuivent, se regroupent au sommet du col.

montée Menté Merckx attaque1971+-+Miroir+du+Cyclisme+-+145+-+61

Eddy et Luis basculent ensemble dans la descente. Et tout de suite, tout à droite, et tout de suite Eddy à bloc. Et tout de suite les éclairs. Et tout de suite le tonnerre. Et tout de suite l’orage d’une violence inouïe. Mais plus violent que le violent orage, c’est Eddy. Qui descend à fond les ballons. Une descente rock’n roll sur une route mitraillée par la grêle. La grêle pyrénéenne, la grêle qui succède à la canicule. Des bassines de grêlons, des « toupis », des « parèches » de grêlons, gros comme des balles de tennis.
Mais Eddy, il s’en fout : Eddy, il est devenu fou.
La pluie maintenant. La pluie énorme, le chagat, la chagaterie montagnarde, et les essuie-glaces ne parviennent pas à la chasser des pare-brises. On n’y voit rien. Mais Eddy, il s’en fout. Eddy, il est devenu fou.
Sur la route, à la pluie se mêle la boue : ça glisse, ça patine, et les freins ne répondent plus. Ni ceux des vélos, ni ceux des autos. Mais Eddy, il s’en fout. Eddy, il est fou !
Le virage est fermé, ultra fermé, un fer à cheval. Eddy fait un tout droit, chute et repart avec la grêle, la pluie, la boue, les éclairs.
Le virage est fermé, ultra fermé, un fer à cheval : Luis fait un tout droit, et chute pour la première fois.
Luis tente de se relever, mais Joop Zoetemelk, privé de freins, le heurte. Luis tombe pour la seconde fois.
Luis tente de se relever, mais Joaquim Agostinho, privé de freins, le heurte. Luis tombe pour la troisième fois. Ne se relève pas, ne se relève plus.

SPORT N° 24 du 21 juillet 1971 16 21 Le Tour décapitéSPORT N° 24 du 21 juillet 1971 08 Ocana - La chuteIMG_07181971+-+Miroir+du+Cyclisme+-+145+-+48-49

Dans le Portillon, y a toute l’Espagne et toute l’Espagne attend Luis. Sur la route, y a pas Luis. Sur la route, y a qu’Eddy. Alors les poings se ferment, les insultes fusent. Mais Eddy s’en fout. Eddy, il est fou, il monte le Portillon comme un fou.
Pendant que l’Espagne, en pleurs, menace Eddy, Luis passe au-dessus d’elle, dans l’hélico du Samu qui l’évacue vers Saint-Gaudens, vers la clinique du docteur Bergès. »

IMG_0719

Christian Laborde, c’est un clip qui met en évidence la violence du duel entre les deux champions qui se rendent coup pour coup, ainsi que celle des éléments déchaînés.
Antoine Blondin, c’est un film d’art et d’essai qui exprime l’anéantissement de deux coureurs, l’un qui perd le Tour de France qui lui semblait promis, l’autre qui perd le seul concurrent à sa hauteur, l’anéantissement d’une course orpheline de sa substance, l’anéantissement du public aussi :
« Luis Ocaña n’était peut-être pas intrinsèquement le meilleur de la course, mais il en était le soleil, formant d’ailleurs avec l’astre lui-même un couple indissociable, dont la chaleur et le rayonnement complémentaires nous éblouissaient depuis quatre jours. Il aura suffi que le ciel se couvre durant vingt minutes sur les Pyrénées pour qu’un bref cyclone, aux dimensions d’un cataclysme, couche au sol notre bel épi gorgé de lumière, qui s’apprêtait pourtant à retrouver là son terreau et son terroir de prédilection pour notre plus grande joie.
Le déluge fut, dit-on, envoyé sur la terre en punition de la folie des hommes. Depuis la veille, il régnait effectivement une certaine démence sur les premiers rangs du Tour de France, à la suite d’un excès d’énervement de Merckx, prolongé par des déclarations malheureuses de son directeur sportif Driessens et répercuté par quelques reporters trop enclins à se travestir pour la circonstance en correspondants de guerre –des télégrammes venus de Flandre et du Brabant assaillaient les organisateurs, leur reprochant vertement de favoriser la victoire d’Ocaña-, cependant que les partisans de celui-ci menaçaient de faire un malheur si l’on ternissait d’un soupçon, au reste immérité, la loyauté de leur champion.
Comme le parcours devait s’offrir, hier après-midi, un petit tronçon dans la province de Lerida, on appréhendait le pire, un conflit entre la Belgique et l’Espagne, l’une envahissant l’autre pour une sorte de kermesse héroïque à rebours, où des affronts vieux de trois siècles se fussent lavés …
Dès le début de l’étape, il apparut que le climat de la journée serait bien aux hostilités déclarées. On cogitait, on gigotait avec une émulation meurtrière dans les troupes rivales de Merckx et d’Ocaña. Déjà, le fil de la compétition avait décanté le contingent, et, sur les pentes du Portet d’Aspet, les deux chefs avaient jeté les bases d’un duel au soleil qui livrerait un verdict capital à Luchon. C’est alors que les nuages commencèrent à s’accrocher aux branches des sapins, plongeant la vallée dans cette atmosphère électrique et glauque qui prélude au tonnerre de Dieu. Suivirent deux ou trois éclairs mous, puis ce fut, en un instant, le typhon ravageur, la route coupée par des cataractes ou les charriant devant soi, le paysage comme secoué par un immense sanglot. On n’y voyait pas à un mètre, des chocs sourds ébranlaient les véhicules : nous attendions des pavés, c’étaient des grêlons.
La course cycliste, qui ne s’est jamais confondue avec une promenade de santé, renouait avec l’une des faces les plus aventureuses de sa vocation qui l’apparente à une navigation, tributaire des éléments, éventuellement des raz de marée. Les favoris, qui s’apprêtaient à franchir le col de Mente, s’étaient frileusement regroupés pour former un peloton de Noé, comme on dit l’arche, où chaque espèce était représentée : un Bic (Ocaña), un Molteni (Merckx), un Sonolor (Van Impe), un Flandria (Zoetemelk), un Mercier (Guimard)… non pas en vue de la reproduction, mais dans l’attente du rameau d’olivier qu’une colombe ne manquerait pas de leur tendre, quand les eaux se retireraient.
Au moment où l’arc-en-ciel s’annonça, Ocaña gisait dans l’ambulance, et les habitants de Saint-Béat applaudissaient, en pleurant, au passage de son convoi terriblement silencieux. Nous plongions alors vers cette frontière montagnarde, amicale et complice, de part et d’autre de laquelle on parle déjà l’espagnol en France, encore le français en Espagne, à l’image de celui qui s’en allait en emportant le Maillot Jaune avec lui. Quinze kilomètres le séparaient de son pays natal, où l’attendaient des banderoles désormais dérisoires ; trois jours le séparaient de l’apothéose de Mont-de-Marsan om il ne fait aucun doute qu’il fût entré revêtu de la casaque principale. Un deuil immense, aux arrière-goûts de frustration et de trahison, s’abattit sur la troupe rendue à l’unanimité.
Car le rameau d’olivier existait quelque part. Nous l’avons trouvé dans la bouche d’Eddy Merckx, tout de blanc vêtu, qui refusait à l’arrivée d’endosser le Maillot Jaune, estimant qu’il ne le méritait pas, et remâchant, avec une sportivité sublime, cette sorte de défaite que constitue pour un vrai champion une ombre portée sur sa victoire.
Cependant Ocaña était hissé dans l’hélicoptère et déposé sur le terrain de sport de Saint-Gaudens, où nous songions à la belle phrase de Giraudoux dans « Pleins Pouvoirs » : « L’ovale d’un stade est pour le sportif la plus belle illustration de l’intégrité et de la pureté. »
Car, à cet instant, il était encore un athlète. Tout à l’heure, à l’hôpital, il serait un blessé, et demain, peut-être, un malade. Demain où le soleil, lui, se relèvera quand même. »
J’avais évoqué dans un très ancien billet, « mes cols buissonniers »** Portet d’Aspet et Menté en haut desquels je me suis hissé à plusieurs reprises (par beau temps). Lors de mes séjours dans la région, au retour de mes emplettes à la frontière espagnole toute proche, de temps en temps, je prends à droite (en auto) à Saint-Béat la route du Menté et je me recueille quelques minutes dans le fameux virage à quelques centaines de mètres du sommet.

plaqueocana.jpgvirageocana.jpg

Le billet rigoureux de Pierre Chany me revient alors en mémoire :
« Ce drame qui a bouleversé le Tour de France et plongé dans la tristesse les sportifs par milliers, s’est produit soudain, deux kilomètres après le sommet du col de Menté, sur une route étroite en forme de vermicelle, alors que l’orage d’une violence inouïe ébranlait la montagne. Les grêlons crépitaient sur le toit de nos voitures, des torrents en fureur inondaient la chaussée d’une eau noirâtre, et la visibilité commençait à faire défaut. » (…)
« Un virage à gauche en forme d’épingle à cheveux, se présenta alors, au plus fort de cet orage, qui venait de nous surprendre après des heures d’une canicule intense. Une coulée d’eau limoneuse transformait la route en ruisseau, dissimulant un sol couvert de gravillons épars. Cette courbe vicieuse, Merckx ne parvint pas à la négocier parfaitement. Il partit en dérapage, tomba, et se releva aussitôt, le genou entaillé, une estafilade au mollet droit. Le porteur du maillot jaune, qui descendait très vite lui aussi, dans le sillage de celui qui n’avait pas réussi à le semer dans la montée du col, ne put éviter la glissade. Il était déjà en train de se redresser, prêt à reprendre le combat, quand Zoetemelk surgit soudain. Le choc fut d’une extrême violence, souligné d’une projection d’eau, et Luis Ocaña percuté de plein fouet, touché violemment à la poitrine, expédié contre la roche grise et visqueuse, demeura inerte sur le sol, inerte et les yeux clos.
Des suiveurs se précipitèrent dans une atmosphère de cataclysme, l’un d’eux hurlant que la montagne allait s’effondrer. Mais avant même que les premiers sauveteurs fussent parvenus auprès du maillot jaune gisant, débouchaient en pleine vitesse et Agostinho, et Thévenet, et Martinez, qui butèrent tous trois contre Ocaña, voltigèrent à leur tour et s’écrasèrent un peu plus bas. Le jeune français se releva avec une épaule meurtrie, et le coude ensanglanté. Plus heureux, Cyrille Guimard avait évité la chute de justesse, tandis que Wagtmans, connu pour son intrépidité, passait par miracle au milieu de tous ces gens, quittait la route et disparaissait, toujours à cheval sur sa bicyclette, dans une prairie en contrebas. »

IMG_0722IMG_0721

Le reste de l’étape se déroula dans l’indifférence générale et la victoire de José Manuel Fuente, l’ouvrier ferronnier d’Oviedo, ne fit pas la une des gazettes le lendemain. Il faut dire que l’Espagnol, vainqueur du Grand Prix de la montagne du Giro, avait traversé les Alpes dans une totale transparence à tel point qu’il aurait dû être éliminé par deux fois sans la mansuétude des commissaires.
Lui aussi vola au-dessus du parapet dans la descente du Menté et il lui fallut le secours d’un boyau tendu à bout de bras pour remonter à hauteur de la route. Il franchit le sommet du col du Portillon avec plus de 6 minutes d’avance avant de rebasculer vers la France et l’emporter sur les allées d’Étigny à Luchon.

Portillon Espagnols stèle 1Portillon Espagnols stèle 2

Le Portillon n’est pas automatique pour tout le monde ! En 2016, une sculpture a été inaugurée sur le versant espagnol du col et 7 grands virages ont été baptisés des noms de chaque vainqueur ibérique du Tour de France. Si Fuente n’y figure pas, en revanche Luis Ocaña est mentionné. Excusez si je « spoil » un futur Tour de France !
Ce 12 juillet 1971, Eddy Merckx a demandé aux organisateurs l’autorisation de ne pas porter le lendemain le maillot jaune qu’il a récupéré sans combattre.
Le Suédois Gosta Petterson, épuisé, a abandonné.

IMG_0720SPORT N° 24 du 21 juillet 1971 01 Merckx en jaune

Une L'Equipe

Hors les événements dramatiques de la veille, la quinzième étape est pour le moins insolite. Il s’agit de la plus courte de l’histoire du Tour de France : la montée en ligne de Luchon à la station de Superbagnères, 18,5 km à 6,3%.
Blondin se moque : « En cette ville d’eaux qui n’usurpe pas sa raison sociale, nous avons assisté, sous une pluie battante, à une compétition qui n’était pas sans rappeler l’effort dépouillé des écoliers dans la cour de récréation, lorsqu’ils s’élancent à un même signal pour se disputer la palme, à qui touchera le premier le mur d’en face…
Devant un de ces grands hôtels fermés qui offrent, sous des frondaisons dégoulinantes, la mélancolie des casinos d’automne, les coureurs, engoncés dans de petits imperméables apportés par leurs parents et le front bas sous la casquette,, se donnaient la mine de ceux qui ont pris le parti d’en rire. Il leur fallait seulement rallier Superbagnères à mille deux cents mètres de là, mais verticalement. Autant dire que celui qui baissait la tête pour satisfaire à la loi du genre et avoir l’air de ce qu’il était n’en voyait pas le bout, lequel se dérobait par surcroît derrière un jeu de lacets enveloppés de vapeurs pudiques…

IMG_0745

Seul, dans cette piaillée de poulbots mélangés au départ pour la montée de quelque rue Lepic, Eddy Merckx se distinguait par une gravité sombre qui n’était pas seulement celle du fort en thème mais trahissait l’application d’un être que le destin venait d’investir du soin d’assumer toute la condition cycliste. Chiche ! Il n’ignorait pas que c’était pour lui la gageure de relancer désormais un nouveau Tour de France qui portât son label propre et où il ne fût pas seulement le premier des seconds. Car les 7 minutes et 23 secondes d’avance que Luis Ocaña a emporté avec lui à Mont-de-Marsan, celles-là, Merckx ne les rattrapera jamais. À travers la multiplicité et la diversité des exercices qui vont encore solliciter les coureurs d’ici à la piste municipale du bois de Vincennes, transformant l’épreuve en une sorte de décathlon, il se retrouvait devant cette évidence qu’il lui restait six jours pour remodeler le visage de l’épreuve. Il y a plus qu’une coïncidence dans le fait qu’il s’attaqua à cette tâche à travers le paysage même où le lieutenant Alfred de Vigny occupait ses garnisons pyrénéennes à écrire Servitudes et Grandeurs de la vie militaire … »
Eddy Merckx, qui souffre de sa chute dans le Menté, porte le maillot blanc du combiné GAN.

IMG_0725IMG_0724IMG_0746

Le coureur de l’équipe Bic Genty, qui porte bien son nom, attaque à plusieurs reprises, avec l’idée sans doute d’offrir la victoire d’étape à son leader Ocaña.
« C’est aussi l’appel à l’attention, d’abord timide, péremptoire ensuite, lancé par José Manuel Fuente. Voilà un homme dont le nom seul crèverait n’importe quelle affiche. Il gagne à Luchon dans la plus complète indifférence, éclipsé par le drame du Menté. Il n’y aura, pour ainsi dire, pas eu de vainqueur à Luchon, ce jour-là. Mais on reste à Luchon, qu’à cela ne tienne ! Fuente récidive le lendemain pour associer, coûte que coûte, au blason de cette cité son nom monumental et, cette fois, du plus profond de la vallée, l’écho commence à monter.
Vainqueurs d’étape qui vous plaignez que vos exploits soient trop souvent relégués dans l’anonymat, que cet exemple fasse que l’avenir vous serve de Luchon ! »

IMG_0723IMG_07261971+-+Miroir+du+Cyclisme+-+145+-+53

Eddy Merckx, quatrième, concède 34 secondes à Van Impe second et 32 secondes à Thévenet troisième, ce qui révèle ses limites actuelles.
La seizième étape est « saucissonnée » en deux, encore une curieuse idée des organisateurs, sont-ils conditionnés par l’équipe Molteni parrainée par des industriels de la charcuterie italienne.
Blondin la présentait ainsi : « Quatre cols à la une … », tel était le titre alléchant de la dernière journée dédiée aux grimpeurs. Ramassée sur une matinée, concentrée depuis le pied de Peyresourde jusqu’au sommet de l’Aubisque où elle laissait les coureurs dans les promesses d’apothéose que suggèrent les balcons du ciel, elle proposait une véritable étape de Nesmontagne, comme il y a du Nescafé. On verra qu’ici aussi il fut question d’ajouter de l’eau. Mais, jusque-là, le propos et le mode d’emploi paraissaient savoureux. »
Cette « demi » étape-reine des Pyrénées avait de quoi inquiéter Eddy Merckx, cette fois vêtu de jaune, qui se plaint toujours de douleurs à son genou droit et qui ne précède son compatriote grimpeur Lucien Van Impe que de 2 minutes et 17 secondes, autant dire pas grand chose.
« Le poète a eu raison d’avancer que tout le plaisir des jours est dans leur matinée. Car ces instants-là nous parurent effectivement les meilleurs, au regard de ce qu’on était en droit d’attendre du reste.
L’action avait pourtant semblé s’amorcer sous le souffle puissant de la fatalité. Détachés de la société pour satisfaire la triple unité d’intrigue, de temps et de lieu, les trois premiers du classement général (Merckx, Van Impe et Zoetemelk ndlr) s’avançaient en exergue de la course, dans le superbe isolement ménagé par ce qu’on voulait bien leur prêter de génie. On attendait la tragédie, à tout le moins le drame.

1971+-+Miroir+du+Cyclisme+-+145+-+56IMG_07301971+-+Miroir+du+Cyclisme+-+145+-+66

On crut y atteindre quand le « petit Belge » Van Impe partit seul à la conquête du maillot du « grand Belge » Eddy Merckx. En fait, nous avions plus simplement affaire à la situation triangulaire chère au vaudevilliste. On s’en aperçut quand Merckx et Zoetemelk d’abord, Merckx et Van Impe (car l’infidèle avait été retrouvé) ensuite, Van Impe et Zoetemelk enfin, se livrèrent à des scènes de ménage, tantôt bruyantes, tantôt feutrées, où les directeurs sportifs n’hésitaient pas à intervenir, comme des belles-mères ombrageuses…

1971+-+Miroir+du+Cyclisme+-+145+-+57IMG_0731

… C’était compter sans le 14-Juillet et le balcon du Soulor, pavoisé aux couleurs nationales, du Béarn et de Bic réunis. Un coureur, triplement local, tel que Labourdette ne pouvait choisir un endroit mieux privilégié pour ranimer la flamme. Sous les torrents qui s’épandaient du ciel, celui qui avait gardé son effort pour la bonne douche, le Béarnais, donc, mit toute la sauce : Labourdette, nous voilà ! … »

1971+-+Miroir+du+Cyclisme+-+145+-+59IMG_07291971+-+Miroir+du+Cyclisme+-+145+-+67IMG_0728

La guerre des trois n’avait pas eu lieu : ils terminaient dans la nouvelle station de Gourette juste séparés de 3 secondes, le sprinter Cyrille Guimard les talonnant même à 5 secondes.
L’après-midi, le second tronçon est amputé de 15 kilomètres en raison de l’orage qui rend la descente de l’Aubisque vers Eaux-Bonnes boueuse. Le départ est donné à Laruns à 17 heures.
Van Impe passe en tête de toutes les côtes de 4ème catégorie, s’adjugeant ainsi définitivement le Grand Prix de la Montagne. Après la côte d’Esquillot, Van Springel (Moleteni et Van Neste (Flandria) se détachent. Sur le circuit du Grand Prix automobile de Pau, l’équipier de Merckx l’emporte facilement.

IMG_0732

Le jeudi 15 juillet, la dix-septième étape mène les 95 rescapés de Mont-de-Marsan, la ville où demeure Ocaña, à Bordeaux, sous un soleil de plomb revenu.
Est-ce la visite qu’il rend au domicile de son malheureux rival à Bretagne-de-Marsan, Eddy Merckx semble vouloir valoriser sa future victoire finale qui ne fait plus de doute, et lui donner du panache.

IMG_0751

« Si l’on consulte le diagramme de la condition d’Eddy Merckx, on constate qu’il n’a cessé de s’attacher à nous déconcerter par des performances en dents de scie et qu’il va finir par nous gagner un Tour de France sans avoir jamais cessé d’être battu par l’un ou par l’autre, mais jamais par les deux à la fois.
Prenez Van Impe, qu’il n’était pas téméraire de considérer hier comme un vainqueur éventuel et qu’on pouvait légitimement s’appliquer à gonfler aux proportions de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. En quelques minutes, par la vertu d’une sorte de pied de nez à son propre destin, on le voit se calfeutrer dans une condition médiocre et résignée. Ainsi de Zoetemelk et du bon colosse Agostinho, dont les griffes font patte de velours à l’instant qu’on croit qu’il va attaquer, puis qui vous mijote on ne sait quel tour de sa façon dès qu’il s’agit d’introduire le charivari dans le cérémonial.
Le sport, qui finit, malgré tout, par imposer ses glorieuses certitudes, ne cesse, depuis deux semaines, de jouer avec le feu. Dans les Landes, il va de soi que cela est imprudent et de nombreuses pancartes au détour des pins étaient là pour nous rappeler à l’ordre. Le conformisme semblait pour une fois devoir s’appesantir sur le peloton.

IMG_0750

C’est alors que notre ami Michel Pebeyre, sur une route désormais historique, souscrivit à une de ces mises en scène géniales dont Jean-Marie Rivière, animateur de l’équipe Hoover-De Gribaldy a le secret toujours rebondissant. Le demi de mêlée de l’équipe de France de rugby se travestit en coureur cycliste avec un talent si contagieux que le public non instruit se prit au jeu et qu’il s’organisa autour de lui un simulacre de caravane. Le célèbre et mythique Chabert, sorti tout armé de l’imagination de Francis Huger, champion fabuleux qui pédalait dans les marges du classement, prenait corps sous nos yeux.
Tout cela pour émerveiller Annabel, la petite fille de J.M. Rivière, et lui donner du Tour l’image plus vraie que nature qu’elle eût risqué de ne pas emporter. Figurants de l’allégresse, nous faisions au vaillant Michel une escorte attentive, avec l’arrière-pensée de nous voir passer nous-même dans les yeux d’une enfant.
Les stratégies avaient alors bonne mine. « Nathanaël, disait André Gide, que l’importance soit dans ton regard et non dans la chose regardée. » Ainsi de la petite Annabel. »

IMG_0733IMG_0749Merckx Une L'Equipe

Echappé avec Vandenberghe, Van der Vleuten, Swerts et le Bourguignon Raymond Riotte, Merckx l’emporte sur le circuit du Pas du Lac avec plus de 3 minutes d’avance sur ses adversaires les plus directs, et reçoit l’accolade de Piero Molteni venu spécialement d’Arcole.
Jacques Goddet, toujours susceptible quand on raille l’institution qu’est le Tour, peut-être en réponse à l’humour de Blondin, écrit : « Personnellement, j’approuve qu’il veuille accéder à tous les honneurs du moment, qu’il n’y parvient qu’en fournissant plus d’effort et en montrant plus d’à propos que les autres, la course c’est ça, la recherche des conquêtes et non pas les petites concessions faites à la masse commune. »
Avant-veille de l’arrivée à Paris, les 95 rescapés ont au menu du jour, sous une chaleur lourde, 244 kilomètres à parcourir entre Bordeaux et Poitiers.
Dans sa chronique, Blondin se désintéresse complètement de l’étape sinon pour placer dans le titre, un calembour dont il est un maître du genre : « Les choses à Poitiers » !
Hors une échappée solitaire de l’Italien Roberto Ballini de l’équipe Ferretti, l’étape s’anime après le 170ème kilomètre sous l’impulsion de Jean-Pierre Danguillaume qui se sent des fourmis dans les jambes à l’approche de sa Touraine natale. Sous sa conduite, un groupe de dix coureurs se forme comprenant trois Français, Vidament, Cattieau et Bernard Guyot, deux Italiens Paolini et Crepaldi, le Belge Spruyt, l’Allemand Wolfshohl, le Hollandais Krekels et le Luxembourgeois Schleck.
Sur la piste en rubkor de Poitiers, Wolfshohl lance le sprint mais dérape dans le dernier virage entraînant dans sa chute Paolini et Schleck.

IMG_0734IMG_0735IMG_0743

Jean-Pierre Danguillaume l’emporte facilement. Quelques années plus tard, il fera quelques confidences sur cette étape qui en disent long sur certaines mœurs de l’époque dans le milieu cycliste : « Merckx te mettait un type à lui sur le porte-bagages. Ou tu arrivais à t’en débarrasser ou tu devais le mettre dans le coup, sinon, il te pourrissait la vie. » (…) « Cette fois là (à Poitiers), j’avais demandé à Spruyt de me faire rentrer en tête dans le vélodrome, il n’a même pas demandé combien. Ces types là, c’étaient des rudes, des travailleurs de l’ombre, de vrais pros. » C’était cher ? « 1 000 balles. Ça faisait de l’argent. A l’époque, je gagnais 2 000 francs par mois. Le plus drôle, c’est qu’au bas du podium, ma femme m’a averti qu’on devait 4 000 francs au maçon, et qu’on n’avait plus que 54 francs sur le compte. J’ai dû taper mon père. »
Lucien Van Impe, vainqueur du Grand Prix de la Montagne, reçoit son poids en chocolat Poulain !

SPORT N° 24 du 21 juillet 1971 26

L’avant-dernière étape, de Blois à Versailles, a un parfum de la classique Paris-Tours à l’envers.
La prime du Souvenir Henri-Desgrange qui se dispute traditionnellement au sommet du col du Galibier ou en haut du col le plus haut franchi en l’absence du Galibier, est, cette année, attribuée en haut de … la côte de Dourdan. C’est l’Italien Wilmo Francioni qui la gagne.

IMG_0736IMG_0737

Ce sont 12 coureurs qui se présentent pour l’emballage final sur l’avenue de Paris à Versailles, parmi lesquels Barry Hoban, Cyrille Guimard, Herman Van Springel, Joaquim Agostinho, Rinus Wagtmans et encore Jean-Pierre Danguillaume.
Le Hollandais Jan Krekels l’emporte devant Cyrille Guimard.
Le Tour de France s’achève le 18 juillet par une course contre la montre de 53,8 kilomètres entre Versailles et la bonne vieille piste de la Cipale à Vincennes*** remise en service depuis la destruction du Parc des Princes.
Il semble que l’on retrouve un Eddy Merckx à la mesure de sa classe et de ses moyens. Comme s’il devait tout prouver en cette ultime étape, en un éclair, est réapparu le prototype de champion à la pédalée efficace et ailée. La machine tournait rond, le soleil brillait haut dans le ciel et la foule énorme formait un véritable cortège royal.

IMG_0739IMG_0738SPORT N° 24 du 21 juillet 1971 24 25 Merckx & Zoetemelk

Merckx rejoint Zoetemelk parti 4 minutes devant lui. Il l’emporte à la moyenne de 45,765 km/h sur un vélo Colnago ultraléger reçu l’avant-veille à Bordeaux, avec un développement de 55×13, soit 9,10 mètres à chaque tour de pédale.
Outre Merckx, quatre équipiers de la Molteni, Wagtmans, Swerts, Van Springel et Van Schil terminent dans les sept premiers.