Balades piémontaises : 3 jours à Turin (1)

Pour entrer immédiatement dans le vif du sujet, et peut-être pour émoustiller vos papilles, je fais partir l’évocation de mon court séjour à Turin depuis le petit village savoyard d’Apremont connu pour son vin éponyme. D’ailleurs, nous venons de passer deux nuits au charmant hôtel Saint-Vincent le bien nommé, juste en face de la toute nouvelle maison de la Vigne et du Vin, élégant écrin de bois, de verre et de cuivre destiné à valoriser la production régionale.
Á vrai dire, il s’agit plutôt, à cet instant, d’une histoire d’eau. En effet, la semaine précédente il a plu pendant quatre jours et la neige est apparue abondamment en altitude rendant problématique la circulation, notamment dans le col du Petit Saint-Bernard que je souhaitais franchir pour plonger vers le Val d’Aoste puis la plaine du Pô. Qu’à cela ne tienne, une fois encore, je suivrai la vallée de la Maurienne en direction du col du Mont Cenis, en espérant que le beau soleil de cette fin de matinée m’évitera d’emprunter le coûteux et ennuyeux tunnel du Fréjus. Á Lanslebourg, un panneau alerte que le col de l’Iseran est fermé mais, ouf, le col du Mont Cenis est bien ouvert.

montée Mont-Cenis

Le ciel est d’un azur déjà italien. Le cœur léger, je ferais bien une halte à Termignon, aujourd’hui en fête comme chaque premier dimanche d’octobre. Vous ne connaissez possiblement pas ce modeste village d’autant que depuis 2017, il a fusionné notamment avec Lanslebourg, Bramans et Lanslevillard pour former la nouvelle commune de Val Cenis. Mais l’amoureux de fromage que je suis n’ignore pas qu’ici, sont fabriquées les meules (7 à 10 kg) du fameux Bleu de Termignon à partir du lait cru de vaches savoyardes Tarine et Abondance. Il n’a besoin d’aucune appellation d’origine protégée, ni d’aucun label, seul, une poignée de paysans le fabrique avec amour durant l’été dans les alpages environnants. Les valeureuses (et heureuses) bêtes y paissent une infinie variété d’herbes et de fleurs telles la laîche des glaciers, le jonc arctique, l’achillée tomenteuse, la tofieldie boréale et l’adonis d’été. Déjà, vous salivez pour ce bleu persillé qui n’a nul besoin d’être ensemencé avec le champignon pénicillium comme ses collègues. Dans la pénombre des caves en altitude, la pâte blanche se nervure naturellement de moisissures bleuâtres. Après plusieurs mois d’affinage, les meules seront enfin mises en vente.
Á défaut de m’arrêter, il me faudra, à mon retour, dénicher le bon fromager affineur qui proposera ce trésor. Pour l’instant, au Relais du Mont Cenis, ma compagne et moi nous contentons d’un sandwich copieusement garni d’une goûteuse tomme locale. Au sommet du col, le vent souffle mais il fait bon dans un recoin de la terrasse.

Mont Cenis Simone

Une pittoresque aïeule en tenue savoyarde vient fureter auprès de notre table en nous interpellant sur l’histoire locale : « Vous connaissez l’origine de l’expression allô ? ». J’avoue presque piteusement que non. Après nous avoir laissés mariner, quelques secondes, dans notre ignorance, elle revient pour nous apprendre que ce réflexe préalable à nos conversations téléphoniques trouve son origine chez les Allobroges, un peuple gaulois qu’au milieu du IIe siècle avant J.C, l’historien grec Polybe évoqua le premier lors de son récit du passage des Alpes par Hannibal en -218. Flatteuse pour la fibre régionale, cette explication ne tient malheureusement pas puisque (après vérification ultérieure) cette interjection viendrait du hongrois « hallo », ce qui est plus vraisemblable, l’inventeur du central téléphonique, un dénommé Puskas (il ne jouait pas au football !), était hongrois.
Question de rattrapage, savons-nous l’origine de l’expression « 22 v’là les flics » ? Que nenni bien sûr ! Documents iconographiques à l’appui, notre curieuse conférencière explique qu’il faut remonter à juillet 1902 lors de la première édition de la course de côte automobile Susa-Moncenisio, une épreuve disputée entièrement sur le territoire italien puisque de 1860 jusqu’au traité de Paris en 1947, la frontière était située au-delà de l’auberge. C’est un certain Vincenzo Lancia, celui-là même qui créa la fameuse marque automobile, qui l’emporta sur une Fiat 24 chevaux en accomplissant les 22 kilomètres de montée en 30 minutes. Et que vit le pilote piémontais en parvenant au kilomètre 22 ? Deux gendarmes français au milieu de la chaussée, CQFD !

Susa-Montecenisio auto

L’intarissable Simone, dont je découvrirai bientôt qu’elle est l’ancienne patronne du relais aujourd’hui tenu par sa fille, peut vous raconter de telles anecdotes à la pelle. Véritable conteuse, avec sa gouaille, elle arrange à sa manière l’histoire locale pour captiver et distraire la clientèle.
Il nous faut abréger son stand up en terrasse, sans doute nous aurait-elle amusés avec les éléphants d’Hannibal représentés en effigies au sommet du col.

Version 2Mont Cenis éléphant 1

Les récits de Tite-Live et Polybe rapportent qu’Hannibal, chef des Carthaginois, quitta l’Espagne avec son armée (38 000 hommes à pied et 37 éléphants) durant l’année 218 avant J.C, traversa les Pyrénées, puis, décidé à prendre possession de Rome, choisit par stratégie d’attaquer non par la mer mais par la Gaule et les Alpes. Ceci dit, on ignore encore aujourd’hui le tracé exact de sa traversée alpestre et chaque village savoyard s’est forgé sa légende, a développé son imaginaire mythique, Hannibal par-ci, une défense d’éléphant par là, ça trompe énormément. Tous les cols des Alpes ou presque possèdent des défenseurs pour reconnaître en eux « la passe d’Hannibal ». Pour les historiens, le col du Mont Cenis n’est pas le plus mal placé mais n’offre aucune certitude.
D’autres effigies de cavaliers rappellent que le col a vu passer Bonaparte à partir de 1798 à l’occasion de plusieurs de ses campagnes d’Italie. Favorable au départ à un aménagement du col du Simplon, le nouvel empereur, après avoir franchi deux fois le Mont Cenis en 1805, donna la priorité au passage par la vallée de la Maurienne et ordonna de faire ouvrir un chemin qui permettrait d’accéder au Piémont sans mettre pied à terre.
La route fut achevée en 1811. Le trafic, cette année-là, fut de 45 000 mulets et 17 000 voitures. Soixante-quinze cantonniers avaient la charge de l’entretien de la voirie. Vingt-trois maisons cantonnières peintes en rouge, habitées en permanence, étaient réparties le long du trajet. La plupart sont encore visibles, certaines en ruine.
En 1812, avant de connaître une bérézina en Russie, Napoléon fit transférer secrètement et précipitamment, de Savone à Fontainebleau, le souverain pontife Pie VII à la santé alarmante au point qu’il reçut l’extrême-onction à l’hospice du col du Mont Cenis.
Suite à l’entrevue de Plombières de juillet 1858 entre Napoléon III et Cavour, premier ministre du royaume de Sardaigne, concluant une alliance défensive, puis à la déclaration de guerre de l’empereur d’Autriche François-Joseph, les troupes napoléoniennes dirigées par le général Vinoy franchirent en mai 1859 le col du Mont-Cenis avant de se distinguer aux batailles de Magenta et de Solferino.
Toute cette mémoire est relatée dans un petit musée en forme de pyramide, symbole des campagnes égyptiennes de Napoléon 1er. Outre sa vocation muséale, cet édifice tient lieu également de chapelle, de presbytère et de logement. Il fut construit en 1967 pour remplacer le prieuré englouti, avec l’hospice et les chalets d’alpage, sous la montée des eaux du barrage.
Puisque des effigies de coureurs cyclistes voisinent avec les éléphants d’Hannibal et les chevaux d’Empire, le passionné de vélo que je suis ne peut oublier que le col fut emprunté à cinq reprises par le Tour de France. Je me contenterai de rappeler que l’Aigle de Tolède, Federico Bahamontès le survola lors de l’étape Turin-Grenoble de l’édition 1956 au cours de laquelle le valeureux régional Roger Walkowiak, en suivant à distance tout de même respectable l’Ange de la montagne, Charly Gaul, s’empara de la toison d’or et forgea sa victoire finale inattendue et injustement mésestimée.

Mont Cenis Gaul Walkowiak

Tour 1956 Mont Cenis

lac Mont Cenis 1

lac Mont-Cenis 2

Le paysage est grandiose : le sommet du col possède l’aspect d’une vaste combe dans laquelle, ce midi, miroitent les eaux bleues du lac.
Avec le percement des tunnels routiers du Mont Blanc et du Fréjus, la fréquentation commerciale a fortement régressé. Aujourd’hui, le col possède majoritairement une vocation touristique. Á proximité de l’ancienne douane, disparue suite aux accords de Schengen, et du hameau fantôme de Grand-Croix, avec à la mise en eau du barrage, il semblerait que quelques établissements hôteliers soient apparus depuis notre passage en 2007. En ce dimanche après-midi, de nombreux motocyclistes, en provenance du val de Susa se régalent à négocier les courbes serrées du versant italien.
L’approche vers Turin, cité olympique des Jeux d’hiver de 2006, n’a rien d’accueillante avec la multiplicité d’échangeurs sur l’autostrada et la tangenziale. Une bretelle vers Rivoli me replonge dans les batailles napoléoniennes et le roman de Balzac, Le Médecin de campagne, dans lequel le fantassin Goguelat fait le récit de la campagne d’Italie : « Nous étions trente mille va-nu-pieds contre quatre-vingt mille fendants d’Allemands, tous beaux hommes, bien garnis, que je vois encore. Alors Napoléon, qui n’était encore que Bonaparte, nous souffle je ne sais quoi dans le ventre. Et l’on marche la nuit, et l’on marche le jour, l’on te les tape à Montenotte, on court les rosser à Rivoli, Lodi, Arcole, Millesimo, et on ne te les lâche pas… »
Il est 16 heures et nous parvenons à destination, à notre hôtel Porta Susa, non loin de la gare éponyme.

Turin Hôtel

Situé en périphérie du cœur historique de la capitale piémontaise, il en annonce discrètement l’architecture avec ses longues arcades, son plan fondamentalement quadrangulaire avec ses rues orthogonales souvent parallèles et perpendiculaires, qui facilitent le guidage. Ne pouvant bénéficier du parking que le lendemain matin, je fais plusieurs fois le tour du quartier avant de parvenir à me garer. Je m’acclimate rapidement à la circulation, klaxons intempestifs, le circuit mythique de Monza n’est pas loin, rails de tramway, longs feux tricolores (donc pas toujours respectés), mais j’ai décidé sagement de laisser mon véhicule au garage le temps du séjour.
L’hôtel occupe les deuxième et quatrième étages d’un immeuble ancien dont la sortie débouche directement sous les fameuses arcades (on en recenserait dix-huit kilomètres) qui permettent la promenade même les jours pluvieux ou de forte chaleur (ce ne sera pas d’actualité durant notre séjour). Les souverains de la maison de Savoie les appréciaient particulièrement au point que dans certaines rues, telles celles de notre hôtel, elles ne s’interrompent pas même quand l’avenue croise d’autres voies. Il s’agit de la passeggiata del Re, la promenade du roi, souhaitée par Victor Emmanuel Ier et désormais à disposition de tous, têtes couronnées ou pas. Nous pourrons même prendre notre petit déjeuner sur une terrasse qui occupe le portique au-dessus de la rue voisine.

Turin terrasse hôtel

Après notre installation à l’hôtel, nous partons en reconnaissance dans le quartier, à la recherche d’un endroit sympathique pour notre premier diner. Nous empruntons la Via Garibaldi qui commence à quelques pas de chez nous Voie principale en raison de sa longueur (plus d’un kilomètre), rectiligne, son histoire très ancienne remonte à l’époque romaine, à l’époque son tracé reliait deux des quatre portes de la ville. Elle s’appela bien plus tard Via Dora Grossa et fut même baptisée, après l’occupation française durant la période napoléonienne, Via Moncenesio, rue du Mont Cenis, avant de redevenir Dora Grossa lors du retour de la Maison de Savoie. Enfin, après l’unification italienne, elle prit le nom de son principal artisan (avec Cavour), Guiseppe Garibaldi.
Garibaldi, prénommé Joseph pour l’état-civil, est né français en 1807 par la force des armes puisqu’alors Nice était un port du royaume de Piémont-Sardaigne annexé par la Convention. Il grandit à Nice redevenue piémontaise après le traité de Paris en 1814 avant son rattachement définitif à la France en 1860. Mais je ne vais pas vous embrouiller l’esprit avec cette longue histoire de l’unité italienne qui revenait inexorablement, au temps de ma scolarité, dans les sujets de compositions et d’examens !
Entièrement piétonne, la Via Garibaldi est bordée de boutiques et de bars où les Turinois commencent à sacrifier au rite de l’aperitivo. Cette tradition, née dans le Nord de l’Italie, apparemment à Turin, consiste, en début de soirée, lors des happy hours, à commander une boisson (autour de 10 euros), en général un spritz ou un vermouth, qui donne ensuite accès à un buffet en principe à volonté, beaucoup plus classe que nos chips et cacahuètes.
À la vitrine de la vaste boutique Candylisa, le gosse gourmand que je me surprends d’être encore guigne la myriade de confiseries qui s’amoncellent sur des tonneaux sous l’œil de super héros et de personnages de cartoons.

Turin Candy lisa

Je retrouve ma curiosité d’adulte devant la librairie Ubik Banco. Très originale, sa structure en verre s’étend telle une véranda, sur une soixantaine de mètres, le long de la Via Garibaldi. En entrant à un bout, sortant à l’autre, on peut donc effectuer une promenade littéraire, au milieu des ouvrages, sur un tronçon de l’avenue entre via Bligny et via Piave.

Turin librairieAnnie Ernaux

Ma fibre patriotique et, plus précisément encore, normande vibre avec l’exceptionnelle récompense attribuée à Annie Ernaux. Je me souviens de l’évocation émouvante de son enfance à Yvetot, petite ville du Pays de Caux.
Je découvre par hasard la disparition, l’an dernier, de Franco Battiato. Cela m’avait échappé tant ce touche-à-tout au faux-air de Woody Allen, chanteur-parolier-compositeur de la pop au rock en passant par la musique expérimentale, la musique sacrée et l’opéra, cinéaste, écrivain et peintre, était injustement méconnu en France. À mon retour, je ressortirai quelques-uns de mes CD.
Je vous aurais bien fait écouter ses Nomadi, en date de 1988, dont l’actualité reste brûlante :

« Nomade à la recherche de coins de tranquillité
Dans les brumes du Nord et dans le tumulte des civilisations
Entre clair-obscur et monotonie
Des jours qui passent
Marche à pied
Cherchant la paix au crépuscule
Tu la trouveras au bout de la route … »

Je vous propose plutôt sa Povera Patria qui entre en résonance avec les toutes récentes élections législatives en Italie. Ça ne changera jamais ?

Image de prévisualisation YouTube

« Pauvre Nation, écrasée par les abus du pouvoir,
des gens infâmes qui ne savent pas ce que c’est la pudeur.
Ils se croient puissants et leur va bien ce qu’ils font
et tout leur appartient.
Parmi les dirigeants, combien de bouffons parfaitement inutiles!
Ce Pays est détruit par la douleur …
Mais ils ne vous donnent pas un peu de chagrin
Ces corps par terre sans plus de chaleur?
Ça ne va pas changer, ne va pas changer
Ne changera pas, peut-être que cela changera…
Mais comment peut-on pardonner ces hyènes dans les stades et celles des journaux?
Dans la boue coule la botte des porcs
J’ai honte et ça me blesse
De voir un homme égal à une bête.
Ça ne va pas changer, ne va pas changer …
Si, ça changera!
Tu verras que ça changera …
On peut espérer que la terre reviendra à situations plus normales,
Que l’on puisse contempler le ciel et les fleurs
Que l’on ne parle plus des dictatures …
Si nous avons encore un peu de temps à vivre.
Le printemps encore tarde à arriver. »

Après les nourritures de l’esprit, place aux saveurs terrestres, notre intuition nous fait avancer de quelques pas dans la Via della Misericordia vers le restaurant Recina. Sa terrasse est encore déserte mais bientôt les quelques tables vont être occupées.

Recina

Recina Turun

À quelques mètres de la Via Garibaldi, cela ne remet pas en cause l’unité italienne, chez Recina, on célèbre la cuisine de la province de Gênes : « Avant la mer et le sable, la Riviera Ligurienne, c’est la farine, l’eau ; l’huile, le sel, le parfum des fours, la Ligurie c’est la focaccia ». Il y en a plusieurs recettes mais déjà celle, fine et légère, parfumée, proposée comme mise en bouche, sur laquelle on étale du pesto, est une invitation au voyage culinaire au pays de Christophe Colomb.

Focaccia-genovese-e-pesto

Pour ma part, je poursuis directement comme secondi pasti avec de goûteuses trippi alla genovese. Pour couronner le tout, je commande en dessert la Stroscia di Pietrabruna, un gâteau typique de la région d’Imperia, avec de l’huile d’olive et sans beurre, friable (en Ligurie, strosciare signifie briser) accompagné d’une crème maison au limoncello. Je ne vous dis pas !!! Voilà un séjour en Piémont qui s’annonce sous les meilleurs auspices.

Recina Strocia Turin

De retour, sur la Via Garibaldi, je m’arrête quelques instants devant la façade majestueuse de la Farmacia chimica Tullio Boso, fondée en 1715. Dans une niche, on remarque le buste du médecin grec Claudius Galenus (Claude Galien), la plus grande figure de la médecine antique après Hippocrate. Ses études anatomiques sur les animaux et ses observations sur les fonctions du corps humain dominèrent la théorie et la pratique médicales pendant quatorze siècles. Il commença sa carrière à l’école des gladiateurs de Pergame, sa cité d’origine, avant de rendre à Rome auprès de plusieurs empereurs.

Turin Farmacia Garibaldi 1IMG_1684

Lunedi 3 ottobre :
Ce matin, est inscrite à notre programme la visite incontournable du museo Egizio, le second musée d’antiquités égyptiennes dans le monde, en importance, après celui du Caire. Nous choisissons le taxi pour nous y rendre rapidement, d’autant qu’une station se trouve à quelques pas de notre hôtel. Car, à Turin, on ne hèle pas les taxis.
Auparavant, je m’intéresse au monument érigé sur la Piazza Statuto à l’extrémité de la Via Garibaldi. Entourée d’arcades et d’immeubles élégants, sur trois côtés, c’est la dernière des grandes places de la période Risorgimento de l’ancienne capitale savoyarde.
Dans le jardin, au centre, se dresse une curieuse pyramide faite d’énormes rochers. Inaugurée en 1879, elle est dédiée aux ouvriers morts lors du percement du tunnel ferroviaire frontalier du Fréjus, les blocs de pierre provenant de son excavation. Dans une allégorie, un génie ailé avec une étoile à cinq branches inversée sur sa tête domine les Titans en marbre abattus.

Turin Estato 1Turin Estato 2Turin Estato 3Turin Estato 4

Cette place fut souvent un lieu de dispute, ainsi lors des émeutes de 1864 à l’occasion du transfert de la capitale de l’Italie de Turin à Florence, ou encore lors des grandes grèves de 1962 où affluèrent des dizaines de milliers d’ouvriers de Fiat et de Lancia.
En quelques minutes, l’aimable chauffeur de taxi nous emmène sur la route de Memphis … et de Thèbes, pensez à Champollion plutôt qu’à Eddy Mitchell !

Museo Egizio façade

C’est parti pour un voyage, sur quatre niveaux, à travers 4 000 ans d’histoire de l’art et archéologie. Première constatation, les dépliants aidant à la visite sont uniquement rédigés en langues italienne et anglaise, il en sera de même pour les informations auprès des œuvres. J’en suis quitte pour voir mon nom à foison puisqu’il signifie sarcophage dans la langue de Shakespeare ! Un camouflet pour nos gouvernants qui clament trop souvent que la France demeure un grand pays ! Le Siècle des Lumières est bien loin.
Au sous-sol, est racontée l’histoire de ce musée. Naïvement, moi qui ai descendu le Nil, des pyramides de Gizeh au temple d’Abou Simbel en passant par Louxor et Karnak, je m’interrogeais sur ce que je découvrirai de plus ici. Pourquoi un tel musée d’antiquités égyptiennes à Turin ? L’histoire commence en 1563, l’année où les ducs de Savoie transfèrent leur capitale de Chambéry à Turin. Le climat général de l’époque incite la noblesse à chercher ses origines dans la religion et la mythologie, ennoblissant ainsi la fondation de la capitale. Dans ce contexte, probablement entre 1626 et 1630, la famille de Savoie a acquis une collection d’antiquités des Gonzagas de Mantoue, parmi lesquelles la Mensa Isiaca, une plaque de bronze incrustée de divers métaux dont la figure féminine centrale est la déesse Isis, sœur et épouse du dieu Osiris.
En février 1799, elle fut récupérée par le Directoire de la France révolutionnaire jusqu’à l’effondrement de l’empire napoléonien 15 ans plus tard. En 1824, elle fut examinée par Jean-François Champollion, traducteur des hiéroglyphes.
Celui-ci passa neuf mois à déchiffrer de nombreuses trouvailles parmi lesquelles le Canon royal, un papyrus en écriture hiératique dont on peut observer quelques fragments. Il est aussi appelé « Papyrus des Rois » ou « Papyrus de Turin » et mentionne une liste de dieux et de demi-dieux ainsi que les noms et années de règne de plusieurs centaines de rois et pharaons. Champollion le qualifia de trésor pour l’histoire : « J’ai trouvé quelques noms Royaux » écrits à l’encre rouge au milieu des autres tracés en noir; je présume que c’était là les noms des chefs de dynastie. Tout ce que j’observe et que je puis dire en contemplant ces précieuses reliques ne peut que redoubler la douleur d’une telle perte peut-être irréparable à toujours: de tels trésors historiques peuvent ne point se retrouver deux fois, et j’avoue que le plus grand désappointement de ma vie littéraire est d’avoir découvert ce manuscrit dans un état aussi désespérant. Je ne m’en consolerai jamais… »

CanonRoyalTurinVersion 2Version 2

Au milieu des panneaux didactiques, les déesses Isis et Sekhmet jouent les gardiennes … du temple. Leurs statues furent récupérées par un certain Vitaliano Donati lors d’un voyage en Égypte en 1759 et de fouilles au temple de Mout à Karnak.
La visite s’effectue, par la suite, de haut en bas, nous empruntons donc les escaliers roulants pour rejoindre le second étage. On y découvre l’évolution dans le temps de l’art funéraire permettant, à travers une foule d’objets, céramiques, vases, bijoux, peignes, découverts dans les tombes, de reconstituer le quotidien des Égyptiens dans leur environnement social et religieux.

Egizio Momie foetale

On est accueilli par une momie, de l’époque prédynastique (3500 avant J.C), d’un homme adulte en position fœtale enterré ainsi dans le sable du désert. Autour d’elle, sont déposés sandales, panier et flèches.
Des travaux récents de chercheurs, à partir d’échantillons prélevés sur la momie, ont révélé que le corps de cet homme n’avait pas été momifié naturellement par l’action desséchante du sable chaud, mais qu’il avait été embaumé selon une technique précise en imprégnant les tissus funéraires de résine de conifères chauffée, d’extraits de plantes aromatiques et d’une mixture de sucre et d’huile végétale.

Egizio toile de Gebelein

Non loin de là, la « toile de Gebelein » (30 km de Thèbes) est une trouvaille importante. Cette pièce d’étoffe est le tissu peint le plus ancien trouvé en Égypte. Les fragments exposés représentent des scènes de danse, de chasse et de navigation.
L’exposition n’a rien de mortifère, au contraire on s’attarde devant la beauté artistique du sarcophage intérieur (car il y a souvent aussi une enveloppe extérieure) en bois peint, avec sa locataire  la momie de Padiamenemipet, inspecteur en chef du temple de Khonsu.

Version 2Egizio Padiamenipet 2

On sourit devant le sarcophage d’Ini en bois décoré d’une paire d’yeux pour que le défunt puisse regarder dehors les offrandes déposées sur sa tombe.

Egizio yeux

On numérote les abattis, on recolle aussi, tant bien que mal, les morceaux, ainsi à partir de deux fragments retrouvés en 1903 lors de la fouille d’une tombe d’un mastaba à Gizeh, est reconstituée la statue de Iteti, prêtre en chef de la pyramide de Khafré (Kephren), assis sans bras, les mains sur les genoux. Malgré les mutilations du visage, on devine la moustache en relief, très à la mode sous la IVe dynastie.

Version 2

Autre curiosité, la « Tombe dite des Inconnus », ainsi appelée parce que les noms des défunts n’ont pas été retrouvés. Découverte intacte en 1911 sur le site de Gebelein, elle est exposée en l’état avec tout son matériel funéraire : quatre sarcophages en bois et en pierre, momie au visage dessiné sur les bandelettes, vases en céramique et même des cordes utilisées pour le transport vers la tombe.

Egizio momie bandelettesEgizio tête momie bandelettes

Le tombeau d’Iti (chef des troupes et trésorier du royal, donc aucune parenté avec le héros de Spielberg !) et de son épouse Néféru provient également du site de Gebelein (2118-1980 av. J.C). Á l’intérieur, un couloir donnait accès à onze salles contiguës. Il est particulièrement remarquable pour sa riche décoration de fresques, en bon état de conservation évoquant notamment les travaux agricoles et les rituels religieux.

Fresques 3Fresques 2Egizio fresques 1

Je contemple les riches collections d’ouchebtis, ces statuettes qui faisaient partie du mobilier funéraire du défunt. Elles étaient élaborées en terre cuite, en bois, en pierre ou en bronze selon la classe sociale. On pouvait en dénombrer plusieurs centaines dans la même tombe, normalement une pour chaque jour de l’année. Symbolisant les serviteurs, elles étaient censées accomplir les travaux aux champs à la place du mort.
Souvent élégantes dans leur émail bleu ou vert, elles feraient de jolies pièces d’échiquier encore qu’il y aurait trop de rois et de reines !
Même si je suis à Turin, je commence à craindre d’être victime du fameux syndrome de Stendhal, ces troubles qui atteignent les voyageurs exposés à une profusion d’œuvres d’art.

ouchtebi

Musée Egizio statuettesVersion 2Version 2Version 2Version 2

Allez courage et ténacité ! Au premier étage maintenant, zoom sur le village de Deir-el-Medina fondé, en 1500 av. J.C. sur la rive ouest de Thèbes. C’était le village des constructeurs, des ciseleurs, des dessinateurs, des peintres et du personnel de service avec leurs familles. Leur tâche était de construire et de décorer les tombes des Vallées des Rois et des Reines. Ce n’était point des ouvriers ordinaires car ils savaient écrire comme en témoignent les ostraca (tessons de bouteille ou éclats de calcaire utilisés comme support d’écriture) et les papyrus retrouvés enterrés.

Egizio ostracon danseuse

Comment ne pas être sous le charme d’un petit éclat de calcaire (10 cm de hauteur, 17 de largeur) et la plastique superbe d’une danseuse acrobatique devenue célèbre sous le surnom de « ballerine du musée de Turin ». Dessinée il y a plus de 3 000 ans, cette esquisse est pleine de vie et de grâce. Il faut ajouter qu’il ne s’agirait que d’un brouillon car les artistes s’exerçaient et recommençaient avant d’atteindre l’excellence et être admis à travailler in situ dans les tombes royales. En tout cas, quel beau moment suspendu !
La posture suggestive de la danseuse m’offre une transition coquine vers le papyrus, dit « érotique de Turin », qui est le seul retrouvé à ce jour traitant du thème de l’érotisme. Les fragments visibles (mais pas très lisibles) constituent un ensemble satirico-pornographique présentant des scènes dans lesquelles des animaux parodient des humains mais aussi, vu le petit attroupement de visiteurs, des hommes et des femmes s’adonnant à quelques ébats sexuels débridés dans un lupanar. Malgré la mauvaise qualité du document, on constate que les hommes sont présentés « débraillés, chauves, petits et bedonnants » avec des organes génitaux exagérément dimensionnés, besognant des femmes nubiles. Horrifié, Champollion parlait dans une lettre à son frère de « débris de peintures d’une obscénité monstrueuse qui me donnent une bien singulière idée de la gravité et de la sagesse égyptienne … »
Pas de mauvais esprit, il n’y a évidemment aucune allusion zoophile dans la statuette de Penmernabu offrant une chasse (naos) surmontée d’une tête de bélier, représentation sacrée du dieu solaire Amon-Rê lorsque celui-ci accomplissait son périple nocturne dans le monde inférieur, qu’y faisait-il d’ailleurs puisqu’une légende raconte que par sa semence, il féconda le cosmos ! Le tatouage existait-il déjà, une image de la déesse Nefertari apparaît sur l’épaule gauche de Penmernabu.

Penmernabu musée Egizio

Nous parvenons à l’un des musts du musée (selon les guides), le tombeau de l’architecte Khâ et de sa femme Merit découvert inviolé en 1906 avec tout son trousseau funéraire, un véritable mode d’emploi livrant une multitude de renseignements sur la vie quotidienne des classes moyennes de l’époque. Un papyrus, copie du Livre des Morts, mesure 14 mètres. Khâ qui vécut entre 1450 et 1380 av. J.C., connut trois pharaons, Amenhotep II, Thoutmosis IV et Amenhotep III, et dirigea la construction des tombes des souverains.

Version 2Version 2

J’arpente l’impressionnante galerie des sarcophages (« coffin » en anglais !), de véritables chefs-d’œuvre entièrement peints appartenant à des personnages de haut rang.
Nesimendjam, écolo avant l’heure, portait le titre de « cultivateur de fleurs de lotus dans le temple d’Amon ». Boutehamon était scribe royal et un important personnage en 1076 avant J.C. Tamoutmutef, chanteuse d’Amon, est une représentation de la femme en tenue de tous les jours. Curiosité, apparaissent le plissage du vêtement et les membres dépassant du tissu.

Version 2Version 2Version 2Version 2Egizio TamoutmutefVersion 2

Devant le sarcophage pile et face du vizir Gemenefherback (664-525 av.J.C), taillé dans le grauwacke une pierre rare très dure, je tends l’oreille auprès d’un père qui fournit des explications intéressantes à son fils : la poitrine de Gemenefherback arbore un scarabée ailé personnifiant le soleil qui renaît chaque matin. L’enfant, revêtu d’un maillot de la Juventus, un des deux grands clubs de football de Turin, voudrait peut-être plutôt savoir si Paul Pogba sera rétabli pour la Coupe du Monde !

Version 2

Je suis mauvaise langue, le jeune supporter semble bien studieux.
Les momies d’animaux étaient un élément important de la culture égyptienne, ainsi on peut observer des momies de chats, de chiens, d’oiseaux (faucons et ibis) et même d’un crocodile.
Il y avait des divinités qui s’incarnaient dans des animaux, tels le dieu Thot honoré par un ibis et la déesse Bastet par un chat. Pour cette raison, certains spécimens étaient élevés dans des temples dédiés à ces divinités, et après la mort, embaumés et placés dans des sarcophages.
Certaines momies animales étaient des offrandes votives et même de la nourriture emmenée dans la vie d’après.
Des animaux domestiques, chéris de leurs maîtres, étaient également momifiés pour leur tenir compagnie dans l’au-delà.

Egizio chatsEgizio chats momifiés

La numérotation des étages dans l’ascenseur n’est pourtant pas écrite en hiéroglyphes, nous ne parvenons pas à redescendre au rez-de-chaussée pour poursuivre la visite. Nous nous résignons à emprunter l’escalier en marbre, d’ailleurs majestueux.
Le niveau zéro est le clou du musée : « Une merveilleuse assemblée de rois et de divinités » s’éblouissait Champollion en découvrant ce parterre de « people ».
Admirablement mis en scène, à la faveur des Jeux Olympiques d’hiver de Turin (2006), par le célèbre décorateur Dante Ferretti (trois Oscar, notamment en 2012 pour Hugo Cabret), l’espace est plongé dans une semi pénombre avec une foule de miroirs.

Egizio Sphinx 1Egizio Sphinx 2

En bons gardiens du temple qu’était leur fonction, des sphinx nous accueillent. Diantre, c’est vrai qu’il y a du beau monde ici : des rois, Ramsès II, Thoutmosis III, Sethi II, Horemheb, Amenhotep II, quelques dieux et déesses, Amon, Mout, Hathor, Sekmhet. Évidemment, popularité oblige, les visiteurs cherchent d’abord Ramsès II.
Ceci dit, les souverains de l’époque ramesside ont largement eu recours au réemploi de statues de leurs prédécesseurs du Moyen Empire et de la XVIIIème dynastie en en « ramsessisant » la physionomie. Ramsès II s’est contenté même parfois (rarement) de faire ajouter son nom sur des statues sans en modifier les traits.
Plus souvent, on a « ramsessisé » la physionomie de statues plus anciennes. Ainsi est exposée une statue dite usurpée de Ramsès II. Si je devais me fier à la blague irrespectueuse de l’humoriste Thierry Le Luron qui la brocardait souvent affectueusement, seule sa camarade de jeu Line Renaud pourrait nous dire à quoi ressemblait Ramsès II !

statue usurpée Ramses IIVersion 2

Ramsès II ne s’embarrasse pas : véritable statue de famille, il « pose » en compagnie du dieu Amon et de la déesse Mout en lieu et place du dieu fils de la triade de Thèbes, le dieu lunaire Khonsu fils de Mout.

Egizio Ramsès II

Egizio autre statue Ramses II

Voilà une statue où il est représenté seul, assis, coiffé de la couronne kepresh (symbole de la victoire), le sceptre heqa (crosse assimilant le pharaon à un berger qui conduit son peuple) contre la poitrine.
Heureusement pour lui que le mouvement #MeToo n’existait pas à l’époque, son épouse Néfertari n’apparaît qu’en effigie à petite échelle le long de sa jambe. Attention peut-être à certains militants activistes qui n’hésitent pas à dégrader « Les Meules » de Claude Monet et « Les Tournesols » de Van Gogh pour défendre leur cause ! La Pieta de Michel-Ange, dans la basilique Saint-Pierre de Rome, avait bien été saccagée à coups de marteau par un réfugié hongrois.

Version 2Version 2

Thoutmosis III porte le pagne shendyt, la coiffe de némès (popularisée par le masque funéraire en or de Toutânkhamon) et le cobra uraeus (cobra femelle protégeant le pharaon de ses ennemis) sur le front. Une queue de taureau, symbole de puissance, pend entre ses jambes.
Méconnu au départ, Thoutmosis III se fit un nom, une fois sorti de l’ombre de la régence autoritaire d’Hatchepsout. Quelques mois après son accession au pouvoir, il marcha avec une armée de 20 000 soldats sur Meggido, dans le nord de l’actuel Israël, plus connu sous son nom grec d’Armaggedon.

Egizio Ramses II AmonVersion 2

Certains pharaons et dieux étaient-ils soucieux de leur image, ainsi Horemheb est représenté à petite échelle debout avec à sa droite le dieu Amon-Rê assis sur un trône. Cette dyade en calcaire blanc, de plus de deux mètres de hauteur, fut découverte au temple de Mout à Karnak.
Détail amusant rapporté par un guide à son groupe, le buste nu du pharaon laisse deviner un léger ventre rond. Ce serait le témoignage d’une transition artistique où l’on idéalisait moins les corps.
Les activistes féministes, mentionnées ci-avant, se réjouiraient peut-être devant la représentation d’Horemheb privé de tête en compagnie de son épouse la reine Mutnedjemet.

Version 2

Je passe en revue maintenant un alignement de statues de la déesse Sekhmet, je ne les ai pas comptées, il y en aurait vingt-et-une. Toutes représentées avec le corps d’une femme et la tête d’une lionne, en position assise ou debout, elles auraient été commandées par Amenhotep III, l’un des pharaons les plus célèbres de la XVIIIe dynastie (1388-1351 av. J.C.) afin d’orner l’enceinte de son « temple des millions d’années » (célèbre pour ses deux colosses de Memnon) à Thèbes.

Egizio Sekhmet 1Egizio Sekhmet 2

Ces statues possèdent des inscriptions en hiéroglyphes qui attribuent à la déesse de nombreux épithètes différents (365 pour chaque jour de l’année, avance-t-on) constituant une « litanie de pierre » par laquelle le pharaon voulait apaiser Sekhmet à travers un rituel quotidien afin de ne pas déclencher de fléaux contre l’Égypte. Car la déesse, dont le nom signifie « la Puissante » était d’un tempérament guerrier, présentée dans la mythologie égyptienne comme la fille du dieu Soleil Rê (elle porte le disque solaire), incarnant l’œil de ce dernier et se battant seule ou bien accompagnée de génies porteurs de flèches et de couteaux. Tempérons ce portrait en signalant son instinct maternel, divinité gouvernant le domaine des cycles menstruels.
Je reviens en arrière au pied de la plus impressionnante statue du musée, celle de Sethi II, haute de 5,16 m. L’œuvre jumelle est visible au musée du Louvre, les deux furent trouvées dans la première cour du temple de Karnak. Celle qui me toise arriva à Gênes par bateau puis fut transportée sur des canons jusqu’à Turin où on la laissa dehors, faute de place. C’est alors que Champollion, exaspéré, écrivit au roi de Sardaigne un pamphlet où il se faisait passer pour Sethi II : « Moi, roi des rois, je suis maintenant prisonnier dans une écurie piémontaise, essayant de trouver un endroit adapté à ma stature de grand roi ».

Egizio Sethi

Sa jambe gauche avancée symbolise sa capacité d’agir. Il en avait bien besoin car ce petit-fils de Ramsès II connut un court rège (de -1202 à -1198) troublé par un usurpateur Amenmes.

Egizio temple

J’achève la visite en pénétrant dans le petit temple d’Ellesya construit par Thoumotsis III et dédié aux divinités Amon, Horus et Satis. Il a été entièrement reconstruit ici après que le gouvernement égyptien l’ait offert à l’Italie en remerciement de son aide au sauvetage des temples nubiens suite à la mise en eau du barrage d’Assouan.
Inévitablement, je me remémore ma croisière sur le lac Nasser pour atteindre le grandiose temple d’Abou Simbel et ses statues colossales de Ramsès II, sauvé des eaux suite à des travaux … pharaoniques.
Après trois heures de plongée en égyptologie dans une lumière très tamisée, il est presque aveuglant de se retrouver sur la Piazza San Carlo baignée de soleil et presque déserte en cette heure médiane. Très harmonieuse, elle fut construite vers 1640. Nommée alors Piazza Reale, elle abritait le marché des grains et du riz et accueillait fêtes et carrousels. Son nom actuel rend hommage à Charles Borromée prélat italien du XVIème siècle artisan de la Réforme catholique voulue par le concile de Trente (1545-1563).

Turin Piazza San Carlo 1Piazza San Carlo 2Piazza San Carlo 3Piazza San Carlo 4

Piazza San Carlo 5

En son centre, sur un cheval de bronze, Emmanuel-Philibert de Savoie dit « Tête de fer », lieutenant général du roi Philippe II d’Espagne, rengaine son épée après la bataille de Saint-Quentin (août 1557). Cet épisode en terre actuelle des Hauts-de-France est une cinglante victoire espagnole sur les troupes du roi de France Henri II. Elle préfigura la fin du conflit franco-Habsbourg avec le traité de Cateau-Cambrésis.
Fermant la perspective de la place, se dressent les églises Santa Cristina et San Carlo Borromeo, malheureusement closes en ce milieu de journée. Dommage car leur style baroque est digne d’intérêt.

Chiesa_San_Carlo_TorinoChiesa_Santa_Cristina_Torino

Á défaut de nourritures spirituelles, nous nous consolons avec quelque plaisir terrestre en nous engouffrant dans la Galleria San Federico toute proche. Les passages couverts sont une des curiosités de Turin. Celui-ci avec sa verrière et ses marbres blanc et noir abrite plusieurs enseignes de prestige, des restaurants et cafés et le Lux Cinéma. Inauguré en 1934 sous le nom de Cinéma Rex, il devint Dux en 1942 puis l’actuel Lux en 1945. Il faut peut-être voir derrière ces changements d’appellations, un clin d’œil au Duce Mussolini qui avait bien compris l’intérêt du cinéma comme outil de propagande en faisant construire notamment les studios Cinecitta à Rome.

Turin Galleria San Carlo 3SONY DSCTurin Galleria Federico 2

Sous la douce lumière traversant la verrière, je calme ma petite faim avec une salade au saumon. Pour le dessert, j’ai ma petite idée.
C’est parti maintenant pour une longue déambulation de place en place en me préservant du chaud soleil sous les arcades (« I Portici »). Á Turin, ville salon, le piéton est roi circulant en toute tranquillité. Quand je pense à ce que sont devenues certaines artères de Paris dont la traversée est périlleuse avec les feux décalés des autos, bus et taxis, et les vélos et trottinettes sur les pistes cyclables en double sens !

Turin Via RomaTurin Gioberti

Des statues, en veux-tu en voilà, trop même, ai-je trop aimé la « birra a la spina », ou alors Vincenzo Gioberti a-t-il un don d’ubiquité, je passe en quelques minutes, devant deux monuments en marbre de Carrare qui lui sont dédiés. Gioberti fut prêtre, éminent philosophe et homme politique du XIXème siècle. Á ce dernier titre, il fut le premier président de la chambre des députés du royaume de Sardaigne en 1848. Dépassé par l’aile gauche de sa coalition, il démissionna en 1849. Le nouveau roi Victor-Emmanuel II le nomma alors ambassadeur extraordinaire à Paris où il décèda en 1852. Il fut une figure importante du Risorgimento (unification italienne).
Le chauffeur de taxi de ce matin n’avait pas tort en nous conseillant de nous rendre sur la Piazza Carignano. Ravissante, piétonne, intime par sa petite taille, elle est entourée de bâtiments à l’architecture baroque, en particulier le Palazzo Carignano et sa façade curviligne en brique surmontée d’une rotonde.

Turin Palazzo Carignan

Construit à la fin du XVIIème siècle pour les princes de Carignan affiliés à la maison de Savoie, il vit naître le futur premier roi comme l’indique une inscription en son sommet : « QVI NACQUE VITTORIO EMANUELE II ». Il abrita la chambre des députés du parlement du royaume de Sardaigne entre 1848 et 1861, puis du parlement italien entre 1861 et 1865. Il renferme aujourd’hui le musée du Risorgimento. Le temps nous manque, j’aurais bien aimé le visiter, au moins pour admirer la somptueuse salle du Parlement subalpin. Émouvant d’imaginer que Cavour, Garibaldi, Gioberti, Massimo d’Azeglio siégèrent sur ses bancs !

Turin Carignan Parlement

De l’autre côté de la place, se trouvent notamment, outre le théâtre Carignano, le chic restaurant historique Del Cambio fréquenté autrefois par des personnages illustres tel le comte Cavour qui y avait sa table réservée, et aussi la plus que centenaire Gelateria Pepino. C’est ici que nous avons prévu de prendre notre dessert, je n’ai pas oublié.

Turin Pepino 1

Nous nous installons à l’intérieur un peu vieillot dans son décor belle époque. C’est là qu’en 1884 un glacier napolitain du nom de Domenico Pepino acquit ses lettres de noblesse auprès de la duchesse d’Aoste et les princes du Piémont, avec ses gelati aux agrumes du sud de l’Italie.
L’histoire retient surtout aujourd’hui que c’est ici, en 1939, que fut fabriqué le premier pinguino, littéralement pingouin, universellement connu sous le nom, même origine polaire, d’esquimau. Certes, les glaces enrobées de chocolat existaient auparavant mais la véritable invention fut le fameux bâtonnet. Le pinguino, est décliné dans une grande variété de parfums, parfois surprenants, telles la rose et la violette.
En ce qui me concerne, j’opte pour une glace cocktail mojito, menthe, citron vert, généreusement alcoolisée.

Il Pinguino

Pepino 3Pepino 2

Envers du décor, l’autre façade du Palazzo Carignano donne sur la Piazza Carlo Alberto du nom du roi de Sardaigne fils de Charles-Emmanuel de Savoie. Sur son cheval, il brandit en l’air son épée.

Piazza Carlo Albert

Le philosophe Friedrich Nietzsche vécut quelque temps à l’angle de cette place. Il y écrivit notamment Le Crépuscule des idoles et Ecce Homo.
C’est là, le 3 janvier 1889, qu’il se jeta en pleurant au cou d’un cheval de fiacre épuisé et brutalisé par son cocher, puis perdit connaissance. Suite à ce fait divers, Nietzsche sombra dans la démence et n’écrivit plus.
Encore quelques pas, nous débouchons maintenant sur la Piazza Castello, vaste place de 40 000 m2, véritable cœur de la ville par son animation, discrète cependant à cette heure-ci. Elle tient son nom du château médiéval d’Acaja dont on découvre les tours.

Turin Castello cavalieri 1

Á Turin, une place sans statue n’est pas concevable. Assez quelconque, le monument al Cavalieri d’Italia est une statue équestre, inaugurée en 1923 par le roi Vittorio Emanuele III, pour rappeler et honorer la valeur de cette arme tombée en désuétude après la Première Guerre mondiale.

Turin Cavalieri 2

Il fut déplacé à l’emplacement actuel en 1937 pour permettre l’érection, pas très loin de là, du monument du prince Emmanuel-Philibert duc d’Aoste. Rien à voir avec son ancêtre victorieux à Saint-Quentin, trois siècles plus tôt : petit-fils du roi d’Italie Victor-Emmanuel II, et fils d’Amédée de Savoie roi d’Espagne sous le nom d’Amédée Ier, il était commandant de la 3ème armée italienne invaincue lors de la Première Guerre mondiale En uniforme, il parade ici au milieu des bronzes de quelques-uns des héroïques soldats italiens.

Turin Castello 2Turin Piazza Castello

La rumeur lui prêtait quelque sympathie pour le Duce et il aurait même été proposé comme roi d’Italie au cas où le souverain légitime Victor-Emmanuel III s’opposerait à Mussolini. Mouais, ça semble redevenir à la mode … !

Palazzo MadamaTurin Palazzo Madama 2

Au centre de la place, on comprend mieux l’architecture curieuse du Palazzo Madama en observant une photographie aérienne. Imbriqué dans des éléments de l’ancienne casaforte des Acaja, il prit son aspect actuel au XVIIIème siècle avec sa splendide façade baroque au faux air de Versailles. Il tient son nom des deux « Madame Royale » qui y résidèrent : Christine de France, fille de notre Henri IV et régente du duc de Savoie Charles-Emmanuel II, puis Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie dite Mademoiselle de Nemours, veuve du duc précité et régente du duché de Savoie pour son fils Victor-Amédée II. Oui, je sais, avec les Savoie, ce n’est pas du gâteau !
Le Palais abrite aujourd’hui les collections du Musée Civique d’Art Ancien, et parmi les chefs-d’œuvre, un missel des Très Belles Heures de Notre Dame de Jean de Berry et un Portrait d’homme (1476) d’Antonello de Messine.

Antonello_da_Messina_-_Portrait_of_a_Man_or_Trivulzio_(oil_on_wood)_-_(MeisterDrucke-1080823)

Quelques pas encore vers un coin de la place Castello, on se retrouve sur le parvis du Palazzo Reale (Palais Royal) gardé par les statues équestres de Castor et Pollux, les jumeaux dioscures de la mythologie romaine. C’est l’ancien lieu de résidence de la Maison de Savoie après qu’Emmanuel-Philibert, délaissant Chambéry, eût transféré son duché en 1563 dans le palais des archevêques de Turin. En 1584, le duc Charles-Emmanuel ordonna la construction d’un nouvel édifice, fortement endommagé lors du siège de Turin en 1640. C’est Madame Royale, Christine de France qui ordonna les travaux en 1646 pour édifier le Palazzo Reale où le premier roi d’Italie Victor-Emmanuel II résida jusqu’en 1865.

Turin Palazzo Reale

Sur le site web du Palais, on lit en présentation : « Les livres de voyage du siècle dernier regorgent d’histoires sur la magnificence de la demeure royale. Ils célèbrent les vastes salles, les plafonds sculptés et dorés, les peintures, les tapisseries, les lampes en cristal de montagne, les meubles et outils, ciselés, incrustés, plaqués, riches en or, pierres précieuses, nacre et ivoire, et les sols engagé et incrusté de diverses essences de bois. »
Au milieu de cette magnificence, l’attraction du palais est la Scala delle forbici, « l’escalier des ciseaux », conçue en 1720 par Filippo Juvarra pour donner un aspect majestueux aux appartements des jeunes mariés, le prince Charles-Emmanuel III et la princesse Anne-Christine de Palatinat. Les rampes semblent suspendues dans le vide. Par une astuce appelée « pince », l’architecte déchargea le poids sur les parois latérales et les arcs transversaux des paliers. La légende veut que la paire de ciseaux que Juvarra sculpta au plafond soit une provocation aux commérages de la Cour devant son audace.
Le Palazzo Reale s‘inscrit dans un complexe comprenant l’Armurerie, le Musée archéologique, la Bibliothèque, les Jardins en grande partie œuvre d’André Lenôtre, oui le nôtre celui de la Cour de Versailles, et la Galleria Sabauda.
Je regrette, faute de temps, de ne pas pouvoir visiter cette galerie. « Le Palais du Roy renferme une immense quantité de tableaux des plus grands maîtres des Ecoles d’Italie et de Flandre … Ils sont bien conservés et arrangés avec autant de goût et d’ordre qu’ils pourraient l’être dans le cabinet d’un curieux et d’un amateur » écrivait Fragonard.
Á la consultation du catalogue, j’ai des coups de cœur pour la Vierge à l’enfant (entre 1485 et 1495) de Botticelli, une scène agricole de Brueghel l’Ancien, le Portrait d’un vieillard dormant (1629) de Rembrandt, et pour faire réagir les militantes de #MeToo deux œuvres de Rubens, Deianira tentée par la Fureur (1638) et Suzanne et les vieillards la tripotant.

Galleria Sabauda 2Galleria Sabauda 3Galleria Sabauda  1Galleria Sabauda 4Galleria Sabauda 5

Nous partons maintenant à la recherche de la discrète église San Lorenzo dont on aperçoit le dôme émergeant des toits. Cher lecteur, vous vous souvenez sans doute d’Emmanuel-Philibert de Savoie et son cousin Philippe II d’Espagne vainqueurs de la bataille de Saint-Quentin, le 10 août 1557, jour de la … Saint Laurent. Ils avaient promis, en cas de victoire, de construire une église en son honneur. Le roi d’Espagne érigea l’Escurial, Emmanuel-Philibert, en manque de liquidités, se contenta de donner le nom de San Lorenzo à une église déjà présente sur la Piazza Castello. Un siècle plus tard, la première pierre de l’église promise fut posée, les travaux, sous le contrôle de l’illustre architecte (et astronome) Camillo Guarini, pouvaient commencer.
La façade, étonnamment quelconque, explique notre difficulté à la repérer et ne laisse aucunement présager de ce qui nous attend à l’intérieur. On est ébloui par l’exubérance des marbres polychromes, sculptures, stucs et dorures. L’édifice présente un plan octogonal autour duquel se greffent sept chapelles votives et le maître-autel. Nous aurons raté le phénomène d’une semaine, la lumière solaire éclairerait les fresques de ces chapelles uniquement aux équinoxes de printemps et d’automne.

Turin San Lorenzo ensembleTurin San Lorenzo 1Yurin San Lorenzo 2Turin San Lorenzo 3Turin San Lorenzo 4

Le chef-d’œuvre, c’est la coupole en forme de fleur à huit pétales surmontée d’une lanterne culminant à cinquante mètres au-dessus de notre tête. Vertigineux !

Turin San Lorenzo coupoleSan Lorenzo coupole 2

Chapelles et églises s’enchaînent, communiquent parfois, nous contournons cependant le pâté de maison pour nous retrouver Piazza San Giovanni sur le parvis de la cathédrale éclairée par la belle lumière de fin d’après-midi.

Turin San Giovanni 1

Le Duomo di San Giovanni Battista (en français, cathédrale Saint-Jean-Baptiste) fut construit entre 1491 et 1498 selon les plans de Meo del Caprino. Sa façade en marbre blanc contraste avec le campanile en brique rouge bâti peu avant en 1469.
L’intérieur avec ses trois nefs et sept chapelles latérales ne possède pas le faste de certains autres édifices religieux d’Italie et même de Turin.

Turin San Giovanni 2San Giovanni 3San Giovanni 4

La cathédrale accueille les sépultures de nombreux membres de la Maison de Savoie, dont Emmanuel-Philibert Ier de Savoie, la fameuse « Tête de fer ».
Plus surprenante est la sépulture contemporaine du bienheureux Pier Giorgio Frassati (mort à 24 ans en 1925), jeune turinois engagé dans les actions caritatives, déclaré « saint pour la jeunesse du troisième millénaire » et béatifié par Jean-Paul II.

Turin San Giovanni Frassati

Á vrai dire, la cathédrale est surtout fréquentée par les touristes pour sa chapelle du Saint-Suaire où est conservé le « Suaire de Turin » dans une châsse à haute technologie. Du beau linge puisqu’il s’agit d’une toile de lin portant l’image floue d’un homme de 1,78 m environ, mort dans les mêmes conditions que le Christ, couronne d’épines, traces de coups, de flagellation et de mise en croix. Ce drap est considéré comme une icône par certains croyants chrétiens car il aurait servi à recouvrir le corps de Jésus de Nazareth après sa mort.
Sans blasphémer sur un certain obscurantisme, des travaux de datation au carbone 14 réalisés par des chercheurs en 1998 conclurent que le fil de lin pour fabriquer le tissu date da la fin du XIIIème siècle. Conséquence implacable, le linceul ne pourrait donc pas avoir enveloppé le corps du Christ au soir de sa Passion. L’Église déclare prudemment aujourd’hui que « c’est une icône de la souffrance, de l’innocence et non une relique ».
Ceci dit, la dévotion persiste (plus mollement) et le linceul hyper protégé n’est visible qu’à l’occasion de très rares ostensions. Plus personne ne peut me le confirmer aujourd’hui, mais il me semble que lors d’un passage à Turin dans ma prime jeunesse avec mes parents, nous vîmes le fameux drap.


Turin San Giovanni parvis 1

Nous en faisons l’impasse, et en ressortant de la cathédrale, nous nous dirigeons juste en face vers le Largo IV Marzo, un square qui va bientôt prendre vie à l’heure de l’aperitivo. Au centre, sous les frondaisons, se dresse la statue en bronze grandeur nature du journaliste turinois et homme politique Giovanni Battista Bottero tenant à la main la Gazzetta del Popolo, le quotidien qu’il fonda en 1848 et dont les pages alimentaient une vive polémique anticléricale. Admirateur de Garibaldi, partisan de Gioberti et Cavour, il s’opposa à la cession de Nice à la France. Sa présence face à la cathédrale me fait penser à Don Camillo et le maire Peppone sur la place de Brescello*.

Turin Bottero

Nous avons pointé sur nos guides la Cianci Piola (petit resto traditionnel ou bistrot du coin en dialecte piémontais) pour dîner. Pour l’instant, la terrasse est absolument vide, le service ne débute qu’à 19 heures, et nous ne pouvons même pas, pour tromper l’attente, goûter à l’apéritif local que vante une affiche vintage sur les murs patinés.

Turin Carpano 1

L’histoire de cet apéritif commence à Turin en 1786 lorsque un certain Benedetto Carpano, étudiant herboriste d’origine piémontaise, après avoir appris les bases de la distillerie, se mit à son compte avec l’idée de créer une boisson innovante en faisant macérer dans du vin blanc (piémontais évidemment) une trentaine de variétés d’épices et plantes médicinales. Il ne lui restait plus qu’à lui trouver un nom : cultivé, féru de la poésie de Goethe, il y dénicha le mot allemand wermut signifiant absinthe. Le vermouth était né et ce vin liquoreux suscita l’enthousiasme notamment chez les turinoises.
Le fameux « Punt e mes » (« un point doux, un demi-point amer ») naquit un siècle plus tard lorsque un client de la boutique Carpano commanda un vermouth corrigé d’une demi-dose de quinquina.
Je saute sur l’occasion, n’en déplaise à certains de mes lecteurs, pour enfourcher mon vélo, vous savez bien que le cyclisme est une religion en Italie. Donc pour moi, Carpano, ce fut avant tout une équipe de cyclistes, au tournant des années 1950-60, sponsorisée par la marque de vermouth turinoise. Pour son maillot, elle adopta les rayures noires et blanches du club de football Juventus de Turin. Fausto Coppi et le Suisse Ferdi Kubler y firent une brève apparition à la fin de leur carrière. Parmi les champions qui brillèrent sous ses couleurs, on relève les noms de Gastone Nencini vainqueur d’un Tour de France orphelin de Roger Rivière et d’un Giro au nez et à la barbe (19 secondes) de Louison Bobet, de Franco Balmamion double vainqueur du Giro, d’Italio Zilioli, de l’excellent sprinter Nino Defilippis, ainsi que des Belges Fred De Bruyne, Jan Adriaenssens, Jos Planckaert et Willy Vannitsen.

Turin Carpano Nencini

La terrasse se remplit en quelques minutes d’une clientèle transgénérationnelle mélangeant touristes comme nous, mais aussi locaux, bobos, étudiants, couples en goguette.
Ici pas de chichis, les jeunes serveurs sont souriants et tentent tant bien que mal de vous traduire les plats de l’ardoise décrits uniquement en italien. Á défaut de connaître l’équivalent en anglais de anatra, le sympathique garçon a l’astucieuse idée d’imiter le cri du canard, coincoin !
La cuisine est familiale comme savent la préparer les « mammas » piémontaises avec les produits locaux. On ne décore pas l’assiette de quelques zébrures de poudre d’épices, on la remplit généreusement.
Je choisis en antipasto un grand classique de la cuisine piémontaise, le cultissime vitello tonnato, comprenez des fines tranches de veau froides et légèrement rosées avec une délicate sauce au thon et jaunes d’œufs, une association surprenante mais sacrément savoureuse.

Vitello a tonnoCianci Piola

Pour suivre, en primi pasti, je me laisse tenter par la viande hachée du coincoin avec des tajarin, pâtes fraîches aux œufs (beaucoup d’œufs), typiquement piémontaises, longues comme des spaghetti, fines et étroites comme des tagliatelles.
Vous comprendrez que je ne prends pas de secondi pasti mais par irraisonnable gourmandise, je ne résiste pas en dessert à la coupe maison Cianci à base de nougat, crème, chocolat et biscuit. J’ai presque honte !

cianci-piola-bere

« Souvenez vous que la vie est courte… Débarrassez vite les tables ! » La file de clients à attendre est longue. Vite, nous réglons la note peu douloureuse. Le retour par la longue Via Garibaldi pour rejoindre notre hôtel va constituer une excellente promenade digestive.
Rendez-vous dans un prochain billet pour la suite du séjour !

* http://encreviolette.unblog.fr/2016/08/17/vacances-post-romaines-9-le-cure-de-brescello/

Publié dans : Coups de coeur |le 4 novembre, 2022 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 5 novembre, 2022 à 12:43 Jean PUZENAT écrit:

    Ce billet était décidemment important. Indépendamment des rafraîchissements historiques indispensables j’ai découvert le talent incroyable de Franco Battiato . Je suis encore sous le charme du live de 2004 à Segesta. Une pure merveille .
    Merci pour toutes ces références culturelles dont nous avons tant besoin.

    Répondre

  2. le 6 novembre, 2022 à 10:41 Renée Bonneau écrit:

    Eblouissant voyage. Quelle chance ont ses lecteurs. S’il y avait un Goncourt des blogs, notre ami Jean Michel l’aurait à l’unanimité.

    Répondre

    • le 6 novembre, 2022 à 15:57 encreviolette écrit:

      Merci beaucoup pour ce chaleureux commentaire. C’est sans doute un peu excessif mais comme on dit, quand on aime, on ne compte pas.

      Répondre

  3. le 6 novembre, 2022 à 15:58 encreviolette écrit:

    Reçu de la part d’un ami:
    « Ah ! je t’envie. Quelle belle balade. Et puis, tu attaques par l’un de mes points faibles, le fromage. Et mon Charly. Et la gastronomie. Les hôtels et musées. L’Egypte, les momies, les églises, la peinture la plus somptueuse, une vraie invitation à boucler sa valise, destination Turin via la montagne. Tu racontes tout ça avec verve et, comme toujours, une documentation historique de premier choix, une iconographie magnifique. Tes lecteurs vont tous vouloir se rendre en Italie ! Grand merci, donc. »

    Répondre

Laisser un commentaire

Pas à la marge.... juste au... | Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Dysharmonik