Ici la route du Tour de France 1971 (1)

Pour mes flâneries littéraires sur les Tours de France d’antan, après l’édition de 1951* dominée par « le pédaleur de charme » Hugo Koblet, je me plonge, vingt ans après, dans la Grande Boucle 1971 : deux décennies durant lesquelles s’est étalée la longue carrière de l’idole de ma jeunesse Jacques Anquetil, un autre champion qui avait réussi, selon un article de Blondin paru dans la revue Arts, à faire passer le cyclisme de l’âge commercial à l’âge esthétique.
1971 : c’est l’année de la mort du jazzman Louis Armstrong, c’est celle de la naissance de Lance Armstrong !!! No comment !
Il semble me souvenir que mes yeux brillaient moins, que mon cœur battait moins vite, au départ de Mulhouse. Désormais, un « Cannibale » dévorait inexorablement tous les adversaires qui montraient quelques velléités offensives. Depuis trois ans, le « merckxisme » règne sur la planète vélo et le champion belge capitalise les succès.

Premier bouquet à Pluvigner

On a tous quelque chose en nous du roi Eddy !

Du côté de Pluvigner, patrie du « farfadet » Jean-Marie Goasmat, un gamin d’une douzaine d’années s’enthousiasme pour les exploits d’Eddy Merckx. Un demi-siècle plus tard, il est devenu un ami. C’est lui qui, chaque année, pallie aux manques de mes précieuses collections de magazines dédiées au vélo.
Justement, les temps ont changé, la presse aussi : le mythique Miroir des Sports But&Club a cessé de paraître le 14 novembre 1968 et le non moins mythique Miroir-Sprint a publié son dernier numéro le 2 février 1971.
L’époque n’est plus au sépia mais à la quadrichromie. Le 10 février 1971, un nouveau titre prend place au rayon de la presse sportive : Sport succède à Miroir-Sprint
Son directeur Maurice Vidal écrit en page 2 un éditorial ambitieux. Il se place dans la lignée de l’écrivain Jean-Jacques Rousseau qu’il cite : « Plus le corps est faible, plus il commande, Plus le corps est fort, plus il obéit ». Je ne suis pas certain que cette sentence s’applique à Eddy Merckx. En tout cas, vous avez quatre heures pour développer !
Comme souvent, avant chaque nouvelle édition, les journalistes s’épanchent sur le parcours du Tour de France. Ainsi, Abel Michea dans le numéro du Miroir du Cyclisme d’avant Tour :
« Le Tour de France 1971 fera date dans l’histoire de la Grande Boucle. Pour la première fois, en effet, en cours d’épreuve, les concurrents emprunteront l’avion.
Le programme de ce Tour, d’ailleurs, ressemble fort à un dépliant d’agence de voyages. Davantage qu’à un itinéraire de course cycliste…
« Programme extrasportif du 10 juillet à l’issue de l’étape Orcières-Merlette-Marseille (247,500 km) : Marseille-Marignane (25 km en autocar) Marignane-Toulouse (en avion). Toulouse-Albi en autocar (84km) … »

SPORT N° 20 du 23 juin 1971 05 Carte du TourSPORT N° 20 du 23 juin 1971 03 PELLOS

L’excellent Jacques Augendre donne son sentiment dans Sport :
« Le Tour 1971 a la forme d’un « S »… D’un « S » comme surprenant. Son dessin est inhabituel, bizarre à première vue, et il choquera sans doute ceux qui s’en tiennent à la stricte définition de l’épreuve. Jadis, le tracé suivait au plus près les frontières de l’hexagone. Cette notion est périmée pour de multiples raisons qui sont à la fois d’ordre sportif et d’ordre économique. Il importe tout d’abord que le parcours soit de nature à provoquer une course intéressante et qu’il utilise au mieux les ressources du relief. Il faut ensuite déterminer des points de chute logiques et le choix des villes étapes est évidemment conditionné par des impératifs financiers. Les organisateurs doivent enfin tenir compte des possibilités d’hébergement et nous croyons savoir que ce n’est pas leur moindre souci.
Ce Tour de France « S » est singulier, spécial et … séduisant. D’un caractère sportif très accusé, il nous paraît conforme à l’esprit de la compétition moderne qui se déroule sous le signe de la vitesse. Soucieux de nous faire pénétrer rapidement dans le vif du sujet, les responsables de l’itinéraire ont supprimé le long préambule constitué par des étapes sans intérêt stratégique, qui s’était révélé assez fastidieux les années précédentes. Dès le premier jour, les coureurs feront une incursion dans la Forêt Noire et reviendront à leur point de départ, c’est-à-dire à Mulhouse, au terme d’une épreuve de 225 kilomètres divisée en trois secteurs. Le lendemain et le surlendemain, ils franchiront les Vosges. Les deux jours suivants, ils évolueront sur un parcours comparable à celui de Liège-Bastogne-Liège ou de la Flèche Wallonne. Une semaine suffira pour traverser le Nord-Est de la France, la Belgique et atteindre la mer, au Touquet.
De Paris-plage à … Paris-ville, le terrain n’offre guère de difficultés : la distance sera effectuée d’un coup d’aile, et après une journée de transition, nous aborderons la montagne. La neuvième étape s’achèvera au sommet du Puy-de-Dôme et elle s’annonce d’autant plus redoutable que la route de Nevers à Clermont-Ferrand comporte une succession de côtes sévères, identiques à celles qui jalonnaient, autrefois, le célèbre Grand Prix du Pneumatique…
Le Tour de France 1971 nous paraît bien construit. L’intervention immédiate, la mise en valeur des difficultés et le retour rapide vers Paris au sortir de la montagne doivent garantir une course d’une haute intensité. La nouvelle réglementation internationale a contraint les organisateurs de réduire la durée et la distance de l’épreuve –vingt étapes et 3 600 kilomètres, contre vingt-trois étapes et 4 359 kilomètres l’an passé. En l’occurrence, il a fallu avoir recours à l’autocar, au train et surtout à l’avion pour « effacer » certaines portions d’itinéraires. La suppression des temps morts et des étapes de délayage trouvera une juste compensation dans la réduction des heures de travail pour les concurrents. La moyenne des étapes n’excède pas 180 kilomètres. Quatre départs seront donnés au début de l’après-midi et il y aura deux jours de repos… »
Chaque jour, la « première chaîne de télévision » assurera le reportage de l’arrivée et le direct des 15 derniers kilomètres. Cinq étapes (de la 13ème à la 17ème) seront retransmises en couleur !
Côté radios, « Le Tour de France comme si vous y étiez » c’est la gageure que vont s’efforcer de réaliser pour Europe n°1 Fernand Choisel, Robert Chapatte, Pierre Douglas et … Jacques Anquetil

Europe1

Encore en activité (!), Raymond Poulidor, lui, va suivre le Tour pour la première fois de l’extérieur pour le faire vivre de … l’intérieur aux auditeurs de RTL. En effet, le champion limousin va tester sa « poupoularité » en effectuant l’étape du jour avec 24 heures d’avance et révèlera les difficultés du parcours. Bien qu’il connaisse parfaitement tous les coureurs qui seront aux prises, avec lesquels il en a décousu depuis le début de la saison et qu’il retrouvera pour les tournées d’après Tour, ses commentaires seront souvent moins pertinents que ceux du Normand … la malédiction de l’éternel second ? et une dosette de chauvinisme de ma part !

Poulidor Tour sans moiPoulidor RTL

Manque de jugement ? « Ce Tour de France m’aurait plu si j’avais eu cinq ans de moins » devait déclarer Raymond Poulidor en prenant connaissance de l’itinéraire. C’est sans doute celui qui lui aurait le mieux convenu…
« S » comme séduction, « S » comme « Sport ». Pouvons-nous ajouter : « S » comme suspense ? On eût envisagé une course incertaine, sans cesse remise en question et des rebondissements spectaculaires s’il n’y avait … Eddy Merckx et si ce dernier, de surcroît, ne s’était mis en tête de porter le maillot jaune de bout en bout.
De toute évidence, le Belge s’oriente vers une course facile qu’il abordera l’esprit libre. Certes, une défaillance est toujours possible, les plus grands champions en ont subies dans le Tour … »

SPORT N° 20 du 23 juin 1971 01 Merckx le Tour en jaune 1971+-+Miroir+du+Cyclisme+-+143+-+01Merckx-Anquetil1971+-+Miroir+du+Cyclisme+-+143+-+02 Pellos

Curieusement, en couverture des magazines spécialisés, le principal adversaire de Merckx apparaît être le retraité Jacques Anquetil. Le Cannibale a en ligne de mire d’obtenir un troisième succès dans son projet d’égaler voire battre le record du Normand vainqueur à cinq reprises. De plus, faute d’adversaires à sa taille, Merckx a en tête de porter le maillot jaune d’un bout à l’autre du Tour comme le fit Anquetil en 1961.
Pas de Poulidor l’ancien donc, pas non plus de Hezard le jeune, fraîchement sacré champion de France sur route à Gap. Il sera déchu de son titre d’ailleurs, quelques semaines plus tard, pour question de dopage. Quant à Roger Pingeon, vainqueur en 1967, sous le coup d’une suspension de quatre mois pour la même raison, il attendra en vain la mansuétude des instances du cyclisme.

Champion de France Hézard

Depuis 1969, la formule des équipes nationales a été abandonnée, et l’on retrouve au départ 13 équipes de marques de 10 coureurs : 5 françaises BIC (crayons à bille) FAGOR-MERCIER (articles ménagers-cycles) HOOVER-DE GRIBALDY (appareils ménagers) PEUGEOT-BP-MICHELIN (cycles-essence-pneus) SONOLOR-LEJEUNE (radio-tv-cycles), 2 belges MOLTENI (charcuterie italienne !) MARS-FLANDRIA (chocolats-cycles), 3 italiennes FERETTI (meubles de cuisine) SALVARANI (meubles de cuisine) SCIC (meubles de cuisine), 2 espagnoles KAS (jus de fruits) WERNER (appareils de télévision), et 1 hollandaise GOUDSMID HOFF (Peinture, revêtements de sol).

MercierPeugeot BPSonolorFlandriaSalvarani

Gilles Delamarre s’interroge dans sa première chronique « Une course et des hommes » de la nouvelle revue Sport : « …Question essentielle, le public est-il encore intéressé par les tribulations estivales d’une centaine de cyclistes au milieu d’une horde fébrile d’automobiles ? La passion n’a plus en tout cas cette ampleur qui faisait sourire les étrangers et même les Français qui ont parfois qualité de rire d’eux-mêmes. Mais si l’on ne fait plus la queue devant les maisons de la presse pour voir, inscrit sur un tableau, le résultat de l’étape, on le doit plus à la transformation des moyens d’information qu’à une profonde désaffection.
Sans doute l’institution pâtit-elle, comme tant d’autres, des formes de la vie moderne, mais ce sont le transistor et la télévision qui, curieusement, l’ont dépopularisée en la rendant plus accessible. La vie ne s’arrête plus pendant le Tour, mais si le Tour reste plein de vie, il le doit encore à ce public qui, par millions, continue à venir border son chemin. La course multicolore reste un spectacle, qu’il vienne quérir le badaud chez lui (et rien n’est plus sympathique que le paysan, l’artisan ou l‘ouvrier quittant un instant son travail pour encourager le travail des autres, les coureurs) ou qu’il soit un plaisir mérité après un lever matinal et l’escalade de quelque col pour avoir la bonne place. Plaisir fugitif et qui réside plus dans l’attente que dans le spectacle lui-même.
Sans le public, le Tour sonnerait creux (à voir après le Tour 2020 disputé à huis clos pour raisons de pandémie, ndlr). Continuera-t-il à passionner ? Cela dépend peut-être de ses acteurs. Le Tour s’est toujours nourri, tel un minotaure qui se dévorerait lui-même au mépris des enseignements de la mythologie, de sa propre légende. Il se repait de ce bouche à oreille qui ressasse sans se lasser les exploits insensés, les défaillances énormes, les personnages pittoresques d’une course aux mille visages. C’est peut-être là qu’est le danger. Le souvenir conduit parfois à trouver sans saveur les combats des successeurs, sentiment assez répandu chez les suiveurs et dans le public. Les coureurs sont-ils encore ces géants de la route qui appellent l’épopée, le lyrisme et le verbe haut ? Les avis sont partagés et varient, ce qui est sociologiquement logique, selon la profession de l’intéressé

SPORT N° 21 du 30 juin 1971 01 Petterson en tête du peloton

En mise en bouche, le prologue est une épreuve contre la montre par équipes disputée sur un circuit de 2 750 mètres à couvrir quatre fois. Elle ne compte que pour le classement général des équipes mais les membres des trois premières formations bénéficient de 20, 10 et 5 secondes de bonification selon leur rang.
L’équipe Molteni l’emporte et Eddy Merckx, premier de son équipe sur la ligne, revêt le maillot jaune pour la première étape.

Prologue 2

Voilà, le Tour cuvée 71 est vraiment parti avec donc une première étape de Mulhouse à Mulhouse, « saucissonnée » en trois tronçons, avec haltes à Bâle et Fribourg-en-Brisgau. Nous retrouvons Antoine Blondin qui semble déjà en verve :
« Le Tour de France, qui semblerait s’accommoder de ne pas repartir le matin de la ville-étape où il arrive le soir, a mis cependant son point d’honneur à arriver hier soir à l’endroit même d’où il était parti le matin. Ainsi avons-nous eu le sentiment tout à fait relatif de n’avoir point bougé, ou plutôt de nous être offert une excursion circulaire et frontalière entre le Rhin et la Forêt-Noire, qui méritait le détour, même si certains coureurs ont affiché un moment le propos pittoresque de s’en dispenser.
Le départ venait d’être donné dans ce grand frémissement de fanfares et de rubans que nous affectionnons, quand il nous apparut que quelque chose ne tournait pas rond, ne tournait même pas du tout dans la mécanique, introduisant une sorte de panique à rebours dans le cérémonial : le beau peloton se refusait à bouger, comme figé en gelée. Renseignements obtenus, il s’avéra que nos champions, qui ne prennent pas l’Or du Rhin pour une expression toute faite, venaient de s’aviser de ce que le montant des prix était insuffisant et qu’il convenait de ne pas s’engager dans l’aventure sans s’offrir d’abord un quart d’heure de rabais en manière de grève sur l’étape… »

Version 2SPORT N° 21 du 30 juin 1971 06 Jean-Pierre GenêtSPORT N° 21 du 30 juin 1971 07 Wagtmans

« … Le tronçon qui conduisait à Fribourg nous a paru le plus juteux, non seulement en raison de ses deux côtes d’assez belle venue, mais surtout parce qu’il débouchait sur un monument dont on n’ignore un peu trop l’existence.
C’est l’un des mérites de la saga du Tour de France que de glisser sous nos pas des chefs-d’œuvre de ce calibre et de nous les révéler à l’existence. Celui-là constitue la seule statue martiale que l’Allemagne se soit hasardée à ériger après la dernière guerre, et elle représente tout bêtement un canard. Depuis les oies du Capitole, on sait le rôle prépondérant joué par la volaille dans la stratégie militaire. En poussant à perdre haleine un cri d’alarme incohérent, le canard incita les habitants de son quartier, médusés, à se précipiter sans raison apparente dans les abris, échappant ainsi au raid aérien qui allait faire trois mille victimes quelques instants plus tard… »

Canard Fribourg

Leman à BâleVersion 2SPORT N° 21 du 30 juin 1971 09 Van Vleierberghe à MulhouseCapture d’écran 2021-06-24 à 18.41.27SPORT N° 21 du 30 juin 1971 03 PELLOS Les moutons de panurge - Poulidor & Pingeon

Le Hollandais de la Molteni Rini Wagtmans se retrouva à l’arrivée du premier tronçon à Bâle avec le maillot jaune sur le dos. Mais Merckx s’empressa de lui reprendre à la faveur d’une bonification d’étape volante dans le second tronçon.
« … Sans doute les Suédois ne statufieront-ils pas les frères Petterson, mais c’est pourtant également l’appel lancé par le cadet Thomas qui permit de rameuter l’équipe Ferretti aux avant-postes et de colmater les brèches que Merckx et ses copains menaçaient d’y introduire.
J’aime beaucoup les Petterson. Comme les fils Aymon, ils sont quatre, à ceci près que ces derniers ne disposaient que d’un seul cheval pour tout le monde, alors que le vieux papa Petterson, avant de contribuer à propager le vélo en Scandinavie, avait quand même trouvé le moyen d’acheter autant de vélos qu’il avait de rejetons et de leur en inculquer le bon usage. Émigrés en Italie, essaimés sur les routes d’Europe pour chercher fortune, ils ne sont pas sans rappeler la famille Forsyte de célèbre mémoire. Et, comme les héros du roman de Galsworthy, ils portent sur leurs visages rigolards la chaleureuse dignité des gens qui ont le sentiment d’appartenir à une dynastie »… Les Forsyte de la route en somme !!!
« Dès le départ de Mulhouse, le vent, « ce taureau épars », comme dit Jules Renard, avait obligé les coureurs à prendre le vélo par les cornes. Il brassait des rafales sans queue ni tête, le plus souvent favorables, imprimant à une deuxième journée de compétition une allure prématurément exagérée. Naturellement, Eddy Merchx n’en avait cure et on le vit, aux abords de Merxheim (qui signifie littéralement : la maison de Merx), ne pas se gêner et faire comme chez lui pour ajouter à son crédit la malheureuse seconde de bonification du classement volant d’un « Point chaud Miko ». Une seconde ? J’arrive… Il n’y a pas de petits profits et il faut de tout pour faire un monstre.
Cependant, c’est un peu plus loin seulement que la majorité des favoris, allègres comme des débutantes, allaient ouvrir leur bal des ardents. (Parmi eux outre Merckx : Gosta Petterson, Zoetemelk, Roger De Vlaeminck, Van Impe, Thévenet, Van Springel, Ocana, Motta ndlr)

SPORT N° 22 du 7 juillet 1971 32 L'échappée

Le col de Firstplan, contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, n’est qu’un col de deuxième catégorie ; il possède pourtant la structure duraille et sournoise des difficultés de parcours qui marquent ce début d’épreuve et promettent de continuer dans les jours à venir : une montée exempte de grandes tragédies, mais une descente à pans coupés qu’il ne faut pas aborder trop loin derrière sous peine de perdre définitivement son prochain de vue. C’est ce que comprit admirablement Christian Raymond, en s’engouffrant dans la plongée sur Soultzbach-les-Bains. Contre toute attente, et d’abord la sienne propre, Merckx ne put supporter la vision radieuse de ce jeune homme, beau comme un Raymond de soleil, zébrant d’un lacet à l’autre la grisaille d’une double paroi de mélèzes boudeurs, et entraîna dans son sillage à peu près tout ce qui constitue le gratin présumé de ce Tour de France. Au flanc de la montagne à vaches, on eût dit d’une déflagration. Les « percussionnistes », au nombre de quinze, venaient de frapper un grand coup. Un coup qui possèderait, au fil des kilomètres, pour chacun de ceux qui n’en étaient pas, la saveur amère du coup de l’étrier.
Car il ne pouvait faire de doute qu’à l’occasion d’un caprice de bruit et de fureur, les grands de la course n’eussent choisi pour se décanter, d’une manière peut-être inexorable, la fatalité d’un paysage de vignobles et de chais suspendus au-dessus de la plaine d’Alsace, tous ces petits caveaux qui entretiennent l’amitié dans les temps ordinaires, mais où il était interdit de s’attarder hier sous peine de trinquer et de déguster… »
Dans Sport, Gilles Delamarre nous raconte le final : « Dans les derniers kilomètres, les Molteni et les Mars-Flandria s’étaient livrés une intense bataille à la fois pour contenir les attaques d’ailleurs improbables à l’allure où l’on roulait, et pour s’assurer l’avantage de l’initiative. Celui-ci est en effet primordial lorsqu’on aborde une piste en cendrée où l’entrée en tête est presque une assurance de l’emporter. Bien sûr Eddy Merckx ne l’ignore pas et placé sur la bonne orbite par Van Springel, il entra le premier sur le stade. Personne n’en fut outre mesure surpris. C’est ensuite que les surprises commencèrent. Dès la première ligne droite, Roger De Vlaeminck, que d’aucuns ont surnommé « le Gitan » en raison de sa chevelure brune et de son œil noir et peut-être aussi à cause de son animosité exacerbée envers Eddy Merckx, sauta le maillot jaune. On retrouvait le cyclo-crossman habitué à conserver son équilibre sur des terrains beaucoup plus traîtres. Le rival national de Merckx fit donc le premier tour en tête et, à vrai dire, la chose semblait entendue. Sauf pour Merckx qui l’attaqua dans la ligne opposée au prix d’un démarrage qui fit chasser sa roue arrière et d’un rétablissement miraculeux dans le dernier virage dont les deux hommes sortirent au coude à coude… »

Sprint Merckx-devlaeminck

Dans la dernière ligne droite, De Vlaeminck remonte le maillot jaune à soixante mètres de la ligne mais Merckx conservant quelques centimètres d’avance, gagne l’étape et 20 secondes de bonification. Le peloton des battus passe la ligne 9 minutes et 27 secondes plus tard. Roger De Vlaeminck prend le maillot vert à Karstens. Quelques coureurs de renom ont déjà perdu le Tour. Une somptueuse étape! Dans sa présentation quotidienne aux auditeurs de RTL, Poulidor avait prévu une étape de transition.

De Vlaeminck et Merckx

Raymond

Christian Raymond récompensé pour sa combativité

Antoine Blondin concluait : « Les Alsaciens ont le sens de la fête … On peut donc présumer qu’ils auront été comblés par la musique que leur ont exécutée hier les gros bras de la course, reléguant à plus de huit minutes un peloton qui, pour sa part, évoquait plutôt les fameux « Pierrots de Strasbourg » (valeureuse équipe de football amateur à l’époque, ndlr), la mine passablement enfarinée et réduite au silence.
Il ne viendrait à l’idée de personne d’avancer qu’un Agostinho tout de poils vêtu, un Guimard au sourire fendu en tirelire, un Geminiani en fer forgé évoquent au plus près les personnages écorchés de Dostoïevski. Eh bien ! néanmoins, il y avait de cela aux abords du stade Tivoli où les vaincus, dégoulinants de sueur et de pluie, se croisaient, un quart d’heure après la torchée, avec le regard incrédule de gens qui ne comprennent pas ce qui vient de se passer et ont effectivement le sentiment d’appartenir à la grande famille des Possédés. »
La troisième étape mène les coureurs de Strasbourg à Nancy, 165 kilomètres, avec le Donon et la Chapelotte, deux cols vosgiens de troisième catégorie, que Zoetemelk franchit en tête.
La bonne échappée part au km 137 avec David, Genet, Jimenez, Wagtmans et Van Neste, bientôt rejoints par Genty, Hoban, Guerra, Van Schil, Simonetti. Plusieurs coureurs tentent vainement de partir en solitaire (Guerra, Genet, David, Van Schil…) et l’avance n’augmente plus. Le sprint se dispute encore une fois sur une piste en cendrée du stade de Tombelaine.
Dans cet exercice, Rini Wagtmans est performant : « Sa victoire sur la cendrée de Nancy peut se résumer à une petite phrase : un coup de frein. Un coup de frein qu’il n’a pas donné à l’entrée du stade. Barry Hoban, lui, a appuyé sur sa poignée et il a perdu. Cela a déçu tous ceux qui aiment les victoires « morales », celles de ceux qu’on appelle de « fidèles et loyaux serviteurs du cyclisme ». Avec sa silhouette bien plantée, sa chevelure qui sera bientôt poivre et sel, ce sourire quasi permanent qui découvre une large dentition, Barry Hoban est de ceux que l’on pourrait appeler sans aucune nuance péjorative les « meubles ». Ils sont le décor de la course qui, sans eux, ne serait plus la même, comme une pièce que l’on ne reconnaîtrait pas en y entrant. »

Hoban

Gilles Delamarre brosse ensuite un portrait de Uncle Barry : « Six années chez Mercier où il fut l’équipier de Raymond Poulidor, deux chez Sonolor depuis que Jean Stablinski en est devenu le directeur sportif, et une solide réputation de coureur du Tour et notamment de vainqueur d’étapes. À Sallanches, en 1968, il hérita non seulement du bouquet du vainqueur mais aussi d’une vache. L’année suivante, se vengeant d’une défaite que lui avait infligée 6 ans plus tôt André Darrigade qui obtenait ainsi la première victoire sur cette piste, il l’emporta à Bordeaux et récidiva le lendemain à Brive. Mais on se souvient aussi de celle de Sète en 1967. Ses yeux rougis par les larmes cachées derrière des lunettes noires, il franchit la ligne le premier : c’était l’hommage, choisi par le peloton, à son ami Tom Simpson mort la veille sur les pentes arides du Ventoux… Pour les deux petites filles du champion, il était « Uncle Barry ». À Noël 1969, il devint leur père en épousant Helen Simpson … »
On était bien dans une étape de transition, Antoine Blondin choisit dans sa chronique « Un aventurier du monde moderne » de rendre hommage à Maurice De Muer qui « mériterait pour un jour d’être sacré « directeur sportif le plus méritant de France » : « Soudain, mon attention fut sollicitée par la présence sur le podium de deux garçons aux couleurs de l’équipe Bic, flanqués de Maurice De Muer, leur mentor, dont le visage affichait cette béatitude de circonstance qu’offrent les parents à l’instant de la distribution des prix. Le trophée de la Combativité pour Genty, celui de l’Amabilité pour Labourdette, justifiaient cette fête. »
La quatrième étape conduit les 127 rescapés de Nancy à Marche-en-Famenne, ville francophone de Belgique située dans la province de Luxembourg.
« Hier, le cyclisme belge, habitué depuis quelque temps à se tailler la part du lion qui orne ses oriflammes, a fait cruellement maigre. Jeûne et abstinence pour ceux qui avaient déjà tendance à considérer ce Tour comme un mardi gras permanent où l’on se déguisait en jaune, en vert, en blanc, selon ses appétits ou son humour.
Il aura suffi que deux lascars, tombant comme mars en carême, se déguisent, eux, en courants d’air, pour transformer un mercredi promis aux apothéoses en mercredi des cendres et la kermesse prête à flamber en leur messe noire. Jour des rogatons aussi pour le roi Léopold, la princesse de Réthy et la petite princesse Esmeralda (dimanche de Quasimodo, quand reviendras-tu ?) qui nous avaient fait l’honneur de venir chez nous pour nous serrer la pince.
Car c’est là un des paradoxes les plus enrichissants du Tour de France, qu’on y rencontre des altesses royales dans les vestiaires et des coureurs cyclistes dans les palais. À Nancy, sous les lambris des hôtels nobles qui ourlent d’un diadème de pierres incomparables les grilles dorées de la place Stanislas-Leczinski, c’était la réception donnée par l’équipe Sonolor-Lejeune. Sonolor-Lejeune (comme on dit Breughel le Vieux) et les survêtements se reflétaient dans les grumeaux d’époque pour la plus grande gloire du maître des cérémonies Ladislas Stablinski. Voyez comme ça se trouve !
Quelques heures plus tard, sans transition, on rencontrait les mêmes hommes pédalant dans une gadoue innommable au cœur d’un paysage de cauchemar agité par les bras des sapins. La tartelette de riz avait repris le pas sur le toast au caviar.
Cette course qui nous promène d’un château l’autre, d’une usine l’autre, on n’exprimera jamais totalement la profusion de ses contrastes et leur diversité. Après la procession frileuse de la matinée, voilà que le temps se lève sur la côte de Montmédy. Aussitôt, c’est l’attaque. Le peloton aux abois se décime effroyablement sur un chemin désert, étroit, sinueux. On songe à quelque Bérézina ensoleillée, d’autant plus tragique que les coureurs ne savent plus où ils en sont. Certains attendent des coéquipiers, qui sont devant eux, d’autres semblent faire naufrage à l’arrière dans l’indifférence. On s’aperçoit à peine qu’un motard de la police a plongé dans un petit ravin au détour d’un virelet frontalier…
Puis, la frénésie se calme comme par enchantement. Même les coursiers se donnent le temps de coiffer le casque protecteur obligatoire en Belgique. On se reprend à songer à ces princes qui nous attendent à l’arrivée. Et tout est à recommencer.
C’est à Jehonville, où Verlaine se réfugia au sortir de la prison de Mons, que Genet et Gomez-Lucas se conjurèrent pour entamer une de ces grandes vadrouilles des bords de Meuse que le poète avait menées en compagnie de Rimbaud et qui le conduisirent précisément jusqu’au cachot où il venait d’écrire « Sagesse », dont les vers les plus célèbres du recueil nous trottaient à ce moment par la tête :
« Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà, de ton Genet ? » (ta jeunesse, ndlr)
Mais c’était plutôt la folie que nous évoquions, devant cette aventure de quarante kilomètres à tenter sur le territoire adverse, avec tous les Molteni et les Flandria de la création aux trousses. La poursuite fut effectivement pathétique sur un espace qui allait se réduisant aux dimensions d’une peau de chagrin dévorée par des enzymes gloutons. Trente Flamands, Wallons, Bruxellois, le casque hérissé en casque à pointe (de vitesse), se ruaient sur les malheureux. Ils vinrent échouer à quelques mètres de Genet et de Gomez-Lucas pour avoir trop tardé à donner la réplique. MM. Merckx, De Vlaeminck, Godefroot, Leman, Reybroeck et compagnie privaient la Belgique de la seule et unique victoire qu’elle ne devait pas perdre… »

Genet couleursUne de L'equipe GenetAnquetil et Genet

Jean-Pierre Genet, dont on se souvient qu’il fut le porte-parole des coureurs au cours de leur mini-grève au départ du Tour, ce qui mesure l’estime dans laquelle ils le tiennent, offrit son bouquet à Claudine Merckx, un geste de troubadour à la dame du seigneur.
La cinquième étape conduit les coureurs de Dinant, dans les Ardennes belges, à Roubaix, avec l’escalade du terrible mur de Grammont.
Roger Bastide, dans le roman du Tour intitulé cette année Les maillons de la chaîne, relate la fin de course d’un coureur en « chasse-patate » :
« Nous ne sommes plus qu’à une dizaine de kilomètres de Roubaix. Dans le vaste espace entre le groupe de sept échappés et le peloton, un coureur roule seul : Walter Godefroot. Il lutte pour combler la cinquantaine de secondes qui le sépare du commando de tête. Il absorbe un passage pavé puis se retrouve sur une longue ligne droite asphaltée. Il aperçoit les hommes de tête, mais lui-même s’offre en point de mire au peloton. Il roule avec acharnement, transformant sa vélocité naturelle en puissance de rouleur. Mais l’on sent, dans le vent, décliner lentement ses forces. Il perd du terrain, inexorablement sur ceux qu’il voulait rejoindre tandis que ceux qui le poursuivent regagnent sur lui. Il ne parviendra plus à ses fins, c’est la cruelle évidence, et pourtant il s’obstine. Il s’obstine parce qu’il n’est plus guidé par la raison. C’est le désespoir qui l’a propulsé dans cette entreprise. Il voulait anticiper sur son vingt-neuvième anniversaire qui tombe demain. Au vélodrome de Roubaix, l’attendent Micheline son épouse et Patrick leur petit garçon. Il souhaitait, de toutes ses forces, leur offrir le bouquet du vainqueur. Mais il a manqué le départ du bon wagon et désormais son effort solitaire est voué à l’échec.
Robert Naye, l’ancien six-dayman, qui conduit la voiture de liaison du groupe Peugeot-B.P. et qui couvrait l’avant de la course aurait-il dû faire décrocher Robert Bouloux devant pour attendre Godefroot ?Nous ne le pensons pas. L’allure était bien trop rapide. Le sacrifice de Bouloux eût été inutile alors qu’il gardait une chance de gagner l’étape. De toute façon, on ne laisse pas partir un Walter Godefroot. La chasse ne se fût pas relâchée tant qu’il n’eût pas été réduit à merci. L’aide de Bouloux lui eût permis de prolonger sa résistance mais c’eût été peut-être provoquer l’échec de l’échappée.

mur de GrammontGuerra gagne

Pietro Guerra a gagné l’étape. Les trois plus rapides du groupe de tête ont été victimes d’incidents divers : Guido Reybroeck a crevé, Albert Van Vlerberghe a senti son boyau arrière se dégonfler lentement dans les cinq derniers kilomètres. Raymond Riotte a fini avec la roue arrière voilée.
Guerra fait son tour d’honneur. Sur la pelouse, Walter Godefroot, encore essoufflé, se désaltère, appuyé sur le cadre de son vélo. Il ne peut encore parler. Près de lui, Micheline son épouse et le petit Patrick attendent patiemment, silencieux aussi. Et soudain, Walter sourit, d’un merveilleux sourire sans amertume. Il a tout juste un geste fataliste : « Que voulez-vous, c’est la course. » Puis tendant une main au petit Patrick, tirant son vélo de l’autre, il se dirige vers la sortie. Micheline à son côté, marchant d’un même pas. Toute déception est oubliée.
Comment Eddy Merckx eût-il pris un tel échec après s’être tant battu pour forcer le sort ? Mais la question se pose-t-elle ? Eddy ne se fût pas lancé dans une telle aventure. Chez lui, le réalisme prend le pas sur les raisons du cœur. Du moins en compétition. »
Gilles Delamarre : « On ne saurait dire par contre de Pietro Guerra, autre artisan du vélo, qu’il est dépourvu de maître. Il remplit consciencieusement, comme l’enfant d’une famille de neuf enfants de Vérone qui a choisi le métier de coureur de préférence à celui de carreleur, le rôle d’équipier de Gianni Motta qui demeure l’inconnue de la course. Mais il a aussi aux approches des arrivées, un second maître en la personne du sprinter Guido Reybroeck à qui il est tenu de servir de locomotive. C’était le cas dans l’échappée de Roubaix puisque Reybroeck était là. Mais il creva. Le brave Pietro ne s’arrêta pas. Il expliqua ensuite que lorsque son patron avait crié « crevé », il avait cru qu’il s’agissait de son propre boyau. « Après, Guido était loin, il ne me restait plus qu’à courir pour moi ».
Lui aussi avait pour un instant découvert la liberté. Il en usa fort bien et l’on se rappela alors que ce garçon de 28 ans avait été deux fois champion du monde amateur des 100 kilomètres contre la montre, une discipline déjà exigeante et déjà collective. »
En ce début de Tour, la sixième étape est encore tronçonnée avec un premier secteur qui mène les coureurs à Amiens, et un second qui s’achève au Touquet, sur la côte d’Opale. On retrouve Raymond Poulidor, dans la capitale picarde, 24 heures auparavant.

Image de prévisualisation YouTube

le son commence à 25 secondes

Il semblerait que Raymond soit perspicace en annonçant une étape sans grands rebondissements.
Antoine Blondin se désintéresse de la course, préférant brosser le portrait d’un coureur cosinus :
« Il en arrive, comme ça, un ou deux par génération, la musette pleine d’une science toute fraîche, bacheliers émancipés par le goût du vent comme l’était jadis Gil Blas de Santillane ou l’Escholier limousin. À l’école du peloton, ils ne mettent pas longtemps à calculer l’âge du capitaine. La malice, étrangement tempérée par une passion authentique pour la bicyclette, est leur vocation naturelle. Ils ont le courage de leurs espiègleries en course, souvent chèrement payées. Leur mot de passe est : « Salut les coquins ! »
Celui qui arpente les routes de ce 58ème Tour de France et l’honore de sa présence farfelue se distingue par un mélange de réflexion forcenée et d’ingénuité, qui est la véritable marque du savant de légende. Il s’appelle François Coquery. À 23 ans, il est l’un des benjamins des professionnels français. Les mathématiques l’ont occupé jusqu’à ce jour. Quand la compétition se durcit, il tire la langue comme au tableau noir.
En moins d’une semaine, ses étourderies et la dimension du raisonnement à perte de vue, qu’il apporte à un sport que les autres pratiquent comme ils respirent, attendrissent et excèdent, tout à tour, ses compagnons. C’est François le Bleu et Gribouille sous une même casquette. Désormais, il occupe le plus fréquemment une chambre seul, car ses équipiers, qui, par ailleurs, lui vouent une amitié stupéfaite, commencent à trouver qu’il leur met la tête en capilotade. Coquery ne s’en aperçoit même pas : il pose ses axiomes, déduit, explique.
Pourtant, ce garçon, dépourvu de lunettes, robuste et rougeaud, n’a rien, à première vue, du chercheur pâle ni du rat de laboratoire, et il dégage, lui aussi, une puissante odeur d’embrocation.
Ne nous y trompons pas. Écrivons-le plutôt :
« Étant donné que je suis né près de Vailly-sur-Sauldre, dans le Cher, et que nous étions quatre enfants, d’une part, étant donné que nous n’avions pas assez de terres à cultiver, d’autre part, il ne me restait donc plus qu’à me cultiver moi-même. C.Q.F.D. ! »
Jusque-là, tout va bien. Mais supposons que Coquery crève. Au lieu de lever le bras verticalement, comme le veut l’usage, il commence par l’étendre horizontalement, dans un souci rigoureux de déterminer son abscisse en fonction de son ordonnée. Ce faisant, il applique une gifle formidable à son collègue Ducreux (ce valeureux coureur normand est décédé le 1er mai dernier ndlr), qui pédale à ses côtés, et menace de le faire tomber. Sommé de s’expliquer, il répond que la loi inexorable de la chute des corps repose sur le principe que deux corps s’attirent en raison inverse du carré de leur distance. Or Francis Ducreux est 107e au classement général et lui-même 105e. Qui dit mieux ? La loi est une fois de plus vérifiée.
Les mécaniciens accourent alors pour dépanner ce Newton en perdition. Celui-ci tempère leur précipitation par quelques considérations sur l’adhérence basale, leur explique comment on calcule le rayon d’une roue et, pourquoi pas son diamètre, à partir du rayon (Pi=3,1416), s’attarde, pendant qu’on y est, à réciter la table des développements qu’il appelle la table de démultiplication.
Enfin, le voilà qui rejoint le peloton au paroxysme de son état convulsionnaire. Coquery oublie l’effort pour s’abîmer dans des considérations sur la résistance à l’air et les coefficients de pénétration. Il en fait part à son plus proche voisin, en les agrémentant d’une théorie sur le polygone des forces. L’autre l’accable de propos assassins…
… Son véritable rêve, il ne s’en cache pas, ce serait de participer à une course non euclidienne, où les extrêmes se toucheraient vraiment, comme les parallèles se rejoignent, et qui lui permettrait de figurer dans l’équation du Tour autrement qu’à titre d’inconnu … »
Un demi-siècle plus tard, le peloton du Tour de France compte dans ses rangs un coureur philosophe, Guillaume Martin, auquel j’avais consacré un billet à la sortie de son livre Socrate à vélo**.
En marge de ce portrait, il y eut tout de même des tentatives d’échappée non concluantes et un sprint massif sur l’hippodrome du Petit-Saint-Jean que le Belge Eric Leman remporte devant le Hollandais Karstens.

Leman à Amiens

À Amiens, les coureurs ont été rassemblés une paire d’heures pour prendre un rapide repas avant le second départ en direction du Touquet-Paris-Plage.
Le peloton roule à environ 25 km/h de moyenne pendant les deux premières heures. Au km 82, sept coureurs parviennent à créer la bonne échappée : Genty, Van der Vleuten, Wolfshohl, Simonetti, Francioni, Diaz et Mintjens.
Sur le circuit de la Digue à parcourir deux fois, Van der Vleuten sprinte un tour trop tôt et c’est l’Italien Simonetti qui l’emporte devant un peloton revenu très fort sur les échappés.

Sprint Touquet

Eddy Merckx poursuit tranquillement son objectif de porter le maillot jaune d’un bout à l’autre du Tour. Roger De Vlaeminck détient le maillot vert du classement par points.
Après une semaine qui n’a pas donné ce qu’elle pouvait promettre, les coureurs bénéficient… d’une journée de repos au Touquet-Paris-Plage avant de rejoindre en avion … Paris-Orly-Rungis, lieu de départ de la septième étape. Vous aussi !

ZoetemelkDe Vlaeminck et KarstensVan ImpeMolteni 2Molteni 1

* http://encreviolette.unblog.fr/2021/07/02/ici-la-route-du-tour-de-france-1951-3/
** http://encreviolette.unblog.fr/2020/08/01/en-cyclopedies-avec-guillaume-martin-et-michel-dreano/
Pour relater ce début de Tour de France 1971, j’ai puisé dans le « nouveau (à l’époque) magazine SPORT avec l’aide de Jean-Pierre Le Port pour combler mes manques, dans L’Équipe-Cyclisme-magazine, et dans Tours de France, chroniques de « L’Équipe » 1954-1982 d’Antoine Blondin (La Table Ronde)

Publié dans : Cyclisme |le 9 juillet, 2021 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Pas à la marge.... juste au... | Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Dysharmonik