Archive pour juin, 2018

Une semaine à Florence (2)

Lunedi 21 maggio 2018 :

Ça y est, nous sommes installés à Florence. Nous logeons au rez-de-chaussée d’une maison occupée à l’étage par les sympathiques propriétaires. La location est proche du centre historique que nous pourrions rejoindre à pied mais, appliquant l’adage selon lequel qui veut voyager loin ménage sa posture (!), nous choisissons d’emprunter les bus de la ligne C. Électriques, d’une capacité modeste d’une vingtaine de passagers, ils vous amènent à travers les ruelles jusqu’aux principales curiosités, en l’occurrence, ce matin, le Duomo dont la blancheur de la façade éclate au soleil.

Duomo blog 1Duomo blog 3Duomo blog 2Duomo blog 8

Ainsi appelé familièrement, il s’agit de la cathédrale Santa Maria del Fiore, c’est presque plus joli dans la langue de Molière : Sainte-Marie-des-Fleurs.
Je vous en parlerai plus longuement plus tard, car, en cette heure matinale de ce lundi de Pentecôte, les queues sont déjà impressionnantes pour visiter qui l’église elle-même, qui sa coupole et qui le baptistère.
Avec le billet général d’entrée à l’ensemble de ces monuments, il n’est même plus possible aujourd’hui d’accéder à la coupole, le chef-d’œuvre de technique architecturale de Filippo Brunelleschi.

Duomo blog 6 enseigne

Après une rapide évaluation de la situation, nous décidons de nous rabattre vers la visite du Museo dell’ Opera del Duomo qui n’est pas, comme mes maigres rudiments d’italien pourraient me le laisser supposer, dédié à la musique et à la danse classiques. Construit en 1296, il abrite l’Œuvre du complexe sacré formé par le Duomo, le baptistère et le campanile. Ce n’est pas le musée le plus connu et fréquenté de Florence, pourtant y sont exposées de nombreuses sculptures et pièces originales qui, par souci de conservation, ont émigré ici et ont été remplacées par des copies dans les monuments où la foule se presse en face.
Attention, chefs-d’œuvre ! Nous nous retrouvons bientôt dans une véritable cathédrale oubliée, une immense salle au design moderne sur un mur de laquelle est reconstituée une sorte de maquette grandeur nature de la façade du Duomo telle qu’elle se présentait du XIV au XVIème siècle.

Museo dell'Opera  grande salleMuséo del Duomo viergeIMG_2522

IMG_2570

Un peuple de statues gothiques permet de comprendre le projet originel d’Arnolfo di Cambio. Destinée au tympan central, une étonnante Vierge aux yeux de verre est entourée de Sainte Reparata et Saint Zanobi.

IMG_2572IMG_2573IMG_2576IMG_2575

De part et d’autre de la porte principale, se dressent quatre évangélistes monumentaux dont Saint Jean baptisant le Christ, œuvre de Donatello. Demi-tour, sur le mur d’en face, on peut admirer les splendides portes de bronze Nord et Est du baptistère réalisées par Lorenzo Ghiberti. Ainsi, on contemple à loisir, quand les forcenés du selfie vous laissent en paix, la « vraie » porte du Paradis avec ses 10 panneaux dorés à l’or fin, représentant des scènes de l’Ancien testament, et bordés de têtes de prophètes et de sibylles.

IMG_2517IMG_2518IMG_2519IMG_2521IMG_2520

Ghiberti mit 27 ans à réaliser cette œuvre que Michel-Ange craignait voir enlevée à Florence pour en faire la porte du ciel. Mais auparavant, il lui avait fallu sortir victorieux du « match du siècle » (du moins la première manche !) qui l’opposa à Filippo Brunelleschi. Voyez, le « divismo », cette dualité chère aux Italiens, existait déjà !
En 1401, la corporation prospère des drapiers florentins décida d’organiser un concours pour poursuivre l’œuvre d’Andrea Pisano qui, soixante-dix ans plus tôt, avait réalisé une porte en bronze pour le baptistère dont le chantier avait été stoppé par les ravages de la peste. Le sujet proposé aux sculpteurs et orfèvres, parmi lesquels on comptait Donatello, était la réalisation d’un panneau représentant le sacrifice d’Isaac, dans un même cadre.
Brunelleschi réalisa plusieurs coulées qu’il assembla ensuite. Ghiberti, lui, coula ses figures quasiment d’un seul jet, ce qui donnait un panneau plus léger donc moins coûteux. « Ghiberti a gagné pour des raisons qui définissent l’art nouveau du Quattrocento … son panneau n’est pas seulement édifiant. Il communique l’angoisse par la force du suspense. C’est ce que l’on demande désormais à ce que l’on appelle, par opposition au gothique, l’art moderne » commente le conservateur du musée. 1 à 0 pour Ghiberti !
Je piaffe d’impatience, je ne voudrais surtout pas manquer les deux autres œuvres majeures du musée, quitte à revenir sur mes pas un peu plus tard.
Et pour commencer, je me renseigne auprès d’une gardienne pour qu’elle me dirige vers la Pietà de Michelangelo di Buonarroti, comprenez évidemment Michel-Ange.

IMG_2568IMG_2569

C’est la star du Museo dell’ Opera ! La Pietà fut un thème cher à Michel-Ange, la plus célèbre étant celle visible à la basilique Saint-Pierre de Rome.
Celle-ci est l’une des dernières œuvres de l’artiste. Il la commença à l’âge de 74 ans et l’on prétend qu’il la destinait à son propre tombeau. Il faut imaginer Michel-Ange, sur ses vieux jours, travaillant jusqu’à une heure avancée de la nuit, tenant une bougie sur sa tête pour guider sa main. C’est notamment pour cela (et aussi la mauvaise qualité d’un marbre trop veineux), qu’insatisfait, il renonça à l’achever et entreprit même de la détruire.
Heureusement pour nous, il en fut empêché par son élève Tiberio Calcagni qui, par la suite, rattacha le bras du Christ et réalisa la figure de Marie-Madeleine.
Le personnage à capuche qui soutient Jésus est Nicodème dont les Évangiles prétendent qu’il le porta jusqu’au sépulcre avec Joseph d’Arimathie. Mais derrière ce visage barbu, beaucoup de spécialistes croient reconnaître un autoportrait de Michel-Ange lui-même.
Bientôt, je recroise Marie-Madeleine beaucoup moins discrète puisqu’elle constitue le sujet unique du chef-d’œuvre de Donatello.

Donatello,_maria_maddalena_01marie-madeleine-2

Sa présence est attestée au baptistère en l’an 1500. Elle fut plusieurs fois déplacée au cours des siècles. En notre époque contemporaine, elle fut très gravement endommagée par la terrible crue de l’Arno en 1966. Elle rejoignit le Musée dell’ Opera del Duomo en 1972. Entreposée dans les réserves pour restauration, elle est depuis récemment accessible au public.
Je suis d’abord frappé par sa taille, 1 mètre 88, qui s’explique par le fait que Donatello, voulant restituer le tissu ligneux, se trouva dans l’obligation de tailler dans le sens du bois de peuplier, c’est-à-dire de la plus grande hauteur.
Le matériau lui-même, moins noble que le marbre et le bronze, exprime la pauvreté de cette femme pénitente, retirée dans le désert. Efflanquée, décharnée, dépouillée, le visage émacié, la peau cachant les os, le spectacle est effrayant mais d’une beauté extrême résolument moderne.
C’est exceptionnel qu’une œuvre d’art suscite autant d’émotion.

IMG_2552

Un coup d’œil aux cantorias, ces balcons destinés aux chanteurs dans un édifice religieux. Donatello et Luca della Robbia rivalisèrent (toujours le divismo !) d’audace pour exécuter ces tribunes des chantres pour le Duomo de Florence vers 1433-39 : équilibre, ordre, symétrie.
Chez Donatello, les anges entonnent à l’intention de Dieu un hymne à la joie de vivre tiré des Psaumes de l’Ancien Testament. À la danse frénétique et quasi païenne de Donatello, Luca della Robbia oppose douceur et mesure.

IMG_2534IMG_2535

Donatello encore, Donatello toujours, je ne m’en lasse pas, et j’arpente lentement la rangée de 16 statues en marbre blanc qui proviennent des niches hautes du campanile de Giotto et dont il est l’auteur pour la plupart.
On dit que nul n’est prophète en son pays mais ce matin, j’en ai trois presque côte-à-côte, un anonyme absorbé dans ses pensées (Profeta pensioroso), Jérémie et Habacuc que les Florentins surnomment « Zuccone » (le cabochard) à cause de son crâne rasé.
Ils possèderaient les traits de Florentins de l’époque, reconnaissables par tous et personnifiant des citoyens exemplaires. La légende affirme que Donatello était tellement habité par sa représentation d’Il Zuccone qu’il lui parlait en y travaillant : « Parle, parle, et qu’il te vienne une bonne colique », comprenez qu’elle était toute proche de devenir réellement vivante !

IMG_2541

IMG_2537IMG_2539

Ces statues destinées à être situées très en hauteur sur le campanile, Donatello choisit de les représenter avec une légère inclinaison pour tenter de communiquer leur méditation au public. La communication existait donc déjà à la Renaissance !
De l’autre côté de cette galerie dite du campanile, sont exposés 54 carreaux de relief en hexagone ou en losange qui décoraient les étages inférieurs de la tour à l’origine, œuvres d’Andrea Pisano puis Luca delle Robbia. Ils y illustraient les planètes, les vertus, les arts libéraux, les sacrements.

IMG_2545IMG_2543IMG_2547Ivresse de Noé andrea Pisano 1336

Amusé, je repère sur l’un d’eux, « L’ivresse de Noé » (1336) vue par Andrea Pisano. Le patriarche biblique semble bien atteint auprès de son tonneau. Cet épisode est aussi connu sous le nom de Malédiction de Cham, le prénom d’un de ses fils. Une version plus modérée relate qu’il était question de rendre grâce à Dieu après une fête consécutive à la première vendange après le Déluge. Hips !
En tout cas, la consommation même abusive de ce qui n’était pas encore le Chianti Classico n’altéra pas la longévité de Noé à qui la Genèse attribue une vie de 950 ans !
Cela fait déjà plus de deux heures que je déambule dans le musée privilégiant bien sûr les œuvres majeures, pourtant je m’arrêterais volontiers à chaque pas pour prendre de grandes bouffées d’air de la Renaissance. Attention cependant à ne pas ressentir les premiers symptômes du syndrome de Stendhal, la semaine est longue ! Et devoir finir comme tout être humain sans cependant avoir l’honneur de mon masque mortuaire exposé dans un musée comme c’est le cas pour Filippo Brunelleschi.

IMG_2549

Il fut réalisé par Andrea di Lazzaro Cavalcanti dit Il Buggiano, sculpteur et architecte italien (1412-1462) adopté à l’âge de cinq ans par … Brunelleschi.
Dans ma visite désordonnée, je retrouve Brunelleschi bien vivant, sinon en chair et en os, du moins en gypse. Il fait partie d’un projet (1883) de huit grands plâtres destinés à des reliefs de marbre rendant hommage à huit hommes illustres. C’est émouvant d’avoir à quelques centimètres de soi les visages de Leénard de Vinci, Dante Alighieri, Brunelleschi, Giotto di Bondone, presque à leur caresser la joue dans un élan d’affection artistique.

IMG_2560IMG_2564IMG_2562

De haut en bas, Léonard de Vinci, Dante Aligheri et Filippo Brunelleschi

Un peu comme le symbole d’un retour au temps présent, j’achève ma visite devant la Pietà de Micciano, en marbre blanc de Carrare, exposée temporairement jusqu’à l’automne pour célébrer le centenaire de la naissance de son auteur Venturino Venturi (1918-2002).
Je laisse le soin à chacun d’exprimer sa sensibilité après avoir admiré celle de Michel-Ange : deux conceptions sculpturales de la mort et de la maternité accouchent à quatre siècles et demi d’intervalle.

IMG_2581IMG_2579

Déception à la sortie du musée de l’Œuvre, les files d’attente pour accéder au Duomo et à la Coupole n’ont pas diminué, bien au contraire, quant au baptistère, il est fermé jusqu’au milieu de l’après-midi. Comble de déveine, le ciel s’est considérablement chargé de lourds nuages.

Duomo blog 7 terrasseDuomo blog 4Duomo blog 13

Élévation moderne, sur la façade du campanile, des ouvriers dans leur nacelle tentent de tutoyer les anges, à tout le moins ils leur font un brin de toilette.
Nous nous dirigeons vers l’église Orsanmichele en descendant la via dei Calzaiuoli, mais elle n’ouvre qu’à 14 heures … décidément !
Nous nous conformons donc à « l’heure française » pour déjeuner ! Drôle d’idée de choisir à Florence, une pizzeria à l’enseigne d’Il Vesuvio … je la justifie par la décoration intérieure avec plusieurs maillots du Napoli et un portrait de Diego Maradona, ancienne idole des tifosi napolitains.

IMG_2584IMG_2585

Pourtant, si j’avais de l’admiration pour le génial footballeur argentin, peut-être le meilleur joueur de l’histoire du football avec le brésilien Pelé, je n’ai guère de considération pour l’homme. En tout cas, la pizza est excellente.
Après le catholicisme, avec le cyclisme (c’est fait dans le billet précédent), le Calcio (football) est la troisième religion de la péninsule. Ce n’est pas d’aujourd’hui, car son ancêtre le Calcio storico fiorentino est un sport collectif datant de la Renaissance. Disparu au XVIIIème siècle mais relancé depuis les années 1930, il oppose chaque année, d’ailleurs dans quelques jours, quatre quartiers de la ville toscane sur la Piazza Santa Croce : les Azzuri de Santa Croce, les Rossi de Santa Maria Novela, les Bianchi de Santo Spirito et les Verdi de San Giovanni. Mélange de jeu de balle ancien et de lutte romaine, le calcio florentin voit s’affronter deux équipes de 27 joueurs en costume d’époque. Les règles du jeu sont quasi inexistantes, ainsi ne se pose pas la question de l’arbitrage vidéo !

Duomo blog 5 mannequin

Par contre, la vidéo aurait sans doute été bien utile le 22 juin 1986 lors d’une demi-finale de la Coupe du Monde opposant l’Argentine et l’Angleterre … sur fond de Guerre des Malouines. Soudain, le petit Maradona (1,65m) bondit à hauteur des mains de l’imposant gardien britannique Peter Shilton (1,85m) et catapulta le ballon au fond des filets. Protestation des Anglais : « Ce but, je l’ai fait avec la tête de Maradona, mais aussi avec la main de Dieu.», avoua la « champion » argentin. Pourquoi Dieu avait-il voulu mettre sa main pour lui permettre de marquer ce but ? Il aurait souhaité venger les enfants morts durant la guerre des Malouines en 1982 ! Mais Dieu lui-même avait-il le droit de tricher même s’il jouit d’un statut d’exception ?
Le pape est argentin, et dans une rue de Florence, je retrouve Dieu, du moins une main, un Messi, du moins son maillot, et quelques évangélistes qui restent de marbre sur la façade de l’église Orsanmichele malgré les trombes d’eau qui s’abattent.

Orsanmichele blog 4

Curieuse histoire que celle de ce monument. Il doit son nom, contraction de San Michele in Orto, « Saint-Michel au jardin », au fait qu’à l’origine fut construit un oratoire dans le jardin d’un monastère bénédictin.
Détruit au XIIIème siècle, l’architecte Arnolfo di Cambio édifia au même endroit une loggia pour abriter les marchands de céréales et servir d’entrepôt en cas de famines ou siège de la cité. Cette Loge aux Grains de Arnolfodi di Cambio fut détruite par un incendie en 1304, puis reconstruite en la fermant avec des arcades et en la surélevant de deux étages supplémentaires. C’est vers la fin du XVème siècle que l’entrepôt fut transformé en église dédiée aux guildes corporatives florentines. Le projet impliqua les plus grands artistes présents à Florence tels les incontournables Brunelleschi, Donatello et Ghiberti, mais aussi Verrocchio et Nanni di Banco.
Malgré la pluie battante, à l’abri d’un parapluie, je m’attarde devant les statues extérieures des saints patrons respectifs de chacune des corporations (certaines de mes photos ont été prises par un jour plus clément !).

Orsanmichele blog 1Orsanmichele blog 2Orsanmichele blog 3

À l’intérieur, notre regard est immédiatement happé par l’extraordinaire tabernacle gothique d’Andrea Orcagna. Tout en marbre, il abrite la Vierge à l’enfant avec des anges (1346-1347) de Bernardo Daddi.

IMG_2586IMG_2587

Cette Vierge fut peinte sur deux images miraculeuses. Entre le Moyen-Âge et la Renaissance, on considérait le remplacement d’une ancienne peinture comme un acte accompli en hommage à celle-ci, et que la nouvelle peinture héritant de la puissance de l’originale gagnait en intensité. En tout cas, le résultat est magnifique.
Les cinéphiles qui ont vu Obsession, le film de Brian De Palma, se souviendront peut-être que cette Vierge est un élément important de l’intrigue. C’est celle-ci que restaure la jeune Sandra sosie de l’épouse décédée du héros.

IMG_2600

Saint Thomas doutant, œuvre de Andrea del Verrocchio

IMG_2592IMG_2593

San Marco, œuvre de Donatello

IMG_2595

San Giovanni Evangelista, œuvre de Baccio Montelupo

IMG_2598

San Giovanni Battista, œuvre de Lorenzo Ghiberti

IMG_2602

San Pietro, œuvre de Filippo Brunelleschi (il n’a pas oublié les clés du Paradis!)

IMG_2604

Quattri Santi Coronati (Quatres Saints couronnés), œuvre de Nanni di Banco

IMG_2607

San Matteo, œuvre de Lorenzo Ghiberti

Orsanmichele

À l’étage supérieur de l’église, on peut visiter un petit musée où l’on retrouve les statues nichées dans les tabernacles de la façade. Copies ou d’origine ? Justement, je réfléchis comme Saint Thomas en plein doute.
Il pleut toujours et, tant bien que mal, ou plutôt bras dessus-bras dessous à l’abri d’un seul parapluie, nous rejoignons la place du Dôme. Par bonheur, sans attente, nous pouvons cette fois pénétrer dans le Baptistère Saint-Jean, « il mio bel San Giovanni » comme écrivait Dante dans la Divine Comédie.
Il est considéré comme le plus vieux monument de Florence. Sa fondation sur des constructions romaines remonterait au Vème siècle. Plusieurs fois remanié, embelli jusqu’au XVIème siècle, il remplissait même des fonctions de cathédrale aux XI et XIIème siècles. Il devint baptistère en 1128 et accueillait alors deux fois par an, ceux qui souhaitaient recevoir le sacrement du baptême, c’est dire la cohue. Il n’était pas rare que, pris dans les bousculades, certains fidèles tombassent dans la petite piscine où se pratiquait le baptême par immersion. On dit que Dante, justement, sauva un enfant, une action courageuse qui ne l’empêcha pas cependant de jouir d’une réputation d’individu sacrilège.
Plus que des bancs et des prie-Dieu, il faudrait des matelas au sol pour admirer confortablement les superbes mosaïques de la coupole. Œuvres d’artistes florentins des XIIIème et XIVème siècles, elles se déploient en quartiers et bandes horizontales superposées qui, de manière narrative, racontent successivement la création du Monde, des épisodes de la vie de Joseph, des scènes de la vie de Marie, Jésus et Saint Jean-Baptiste, le Jugement dernier et enfin, les Hiérarchies célestes.

IMG_2613IMG_2609IMG_2610

Baptistère L'enfer

Vertigineux jusqu’à réveiller quelques douleurs cervicales !
Dans un grand cercle déformé par la perspective, le Christ en majesté nous tend les bras. À sa gauche, je m’attarde sur un diable cornu symbole des tourments de l’Enfer. À mon âge, on commence à s’intéresser à ces détails avec plus d’attention !
Sans blasphémer, ce n’est pas le lieu, en Italie, il y a des antipasti dans les trattorias et des antipapi dans les églises, à savoir des antipapes, personnes qui ont exercé la fonction et porté le titre de pape mais dont l’avènement à cette charge n’est pas reconnu aujourd’hui comme régulier et valable par l’Église catholique.
C’est le cas de Baldassarre Cossa élu pape par le concile de Pise en 1410 sous le nom de Jean XXIII et déposé par le concile de Constance en 1415. 70 chefs d’accusation avaient été portés contre lui, notamment la simonie (vente de biens spirituels), le viol, l’inceste, la torture et le meurtre, la totale en somme.
Son tombeau commandité par les Médicis et sculpté par Donatello est visible sur un côté de l’abside.

Tombeau antipape

À notre sortie, le ciel peu reconnaissant manifeste toujours son mécontentement, encore qu’il s’agisse maintenant d’un crachin rappelant ceux de mon enfance normande.
La queue pour la visite du Duomo s’est sensiblement raccourcie, allez on tente le coup ! Nous sommes sans cesse harcelés par d’ « opportunistes » vendeurs à la sauvette de ponchos et d’ombrelli, le mot signifie en italien aussi bien le parapluie que l’ombrelle.
J’ai le temps de vous relater l’épisode de la construction de la Coupole, joyau de la cathédrale Santa Maria del Fiore.
Il s’agit là de la seconde manche du « match du siècle ». vous vous souvenez que Filippo Brunelleschi a concédé la première face à Lorenzo Ghiberti pour les portes du baptistère. Affecté, il quitte Florence pour Rome en compagnie de son ami Donatello. Il y passera une quinzaine d’années étudiant les monuments antiques, perfectionnant ses connaissances techniques, littéraires et scientifiques. Lorsqu’il revient à Florence en 1417, il abandonne la sculpture pour se consacrer à l’architecture. Les commandes affluent et Brunelleschi devient quasiment l’architecte officiel de la ville : la piazza della Santissima Annunziata, les églises de San Lorenzo et Santo Spirito, la chapelle des Pazzi à Santa Croce, c’est lui !
Mais il va atteindre la véritable consécration en obtenant, en 1420, la charge de l’élévation de la Coupole du Duomo. Ce n’était pas gagné d’avance, en effet, l’Opera del Duomo et les consuls de l’Art de la laine organisèrent en 1418, encore un concours qui s’acheva une nouvelle fois sur la victoire ex æquo de Brunelleschi et … Ghiberti.
Brunelleschi aurait inquiété les jurés en refusant de dévoiler ses plans. Il se contenta de leur présenter un œuf en disant : « Celui qui le fera tenir debout sur cette table de marbre sera digne de faire la coupole ». Nul n’y étant parvenu, il prit l’œuf, donna un coup de sa pointe sur la table et le fit tenir droit. Comme les jurés, sceptiques, murmuraient qu’ils en auraient fait autant, Brunelleschi leur répondit en riant qu’ils sauraient donc également faire la coupole s’il leur montrait son modèle ou ses dessins ! Il y a sans doute une grande part de légende dans cette anecdote, mais j’aime les légendes.
Le duel artistique et esthétique opposant Brunelleschi à Ghiberti n’était pas clos, et pour obtenir la révocation définitive de son rival, Brunelleschi, la tête enveloppée de linges, simula un « mal d’entrailles » et engagea les artisans à se placer sous les ordres de Ghiberti. Celui-ci, plus orfèvre et sculpteur qu’architecte, mal préparé à jouer le rôle d’ingénieur en chef, avoua son impuissance et fut écarté de ses fonctions. Brunelleschi, désormais seul à bord, tenait sa revanche.
Il se lançait dans une entreprise incroyable : bâtir sans cintrage en élevant une structure autoportante, la plus grande coupole en maçonnerie jamais construite. La plus grande diagonale de la coupole interne mesure 45 mètres, alors que celle externe fait 54 mètres. Son poids est estimé à 37.000 tonnes et plus de quatre millions de briques auraient été employées. « Une construction immense, dressée vers le ciel, vaste au point de couvrir de son ombre tous les peuples de Toscane » écrivait Léon Battista Alberti grand humaniste italien du XVème siècle. C’est une des grands mystères de l’histoire de l’art, aujourd’hui encore des professeurs expliquent à leurs élèves ce miracle de l’architecture, comment le dôme tient !
À l’abri, sous des arcades de la Piazza del Duomo, Filippo Brunelleschi contemple son chef-d’œuvre, fier sans doute, bien que de marbre, d’attirer des visiteurs du monde entier.

statue-Bunelleschi

Lorsque, enfin, je pénètre dans la cathédrale, c’est d’abord un léger sentiment de déception qui m’étreint. Autant les façades extérieures resplendissent des marbres polychromes, blanc de Carrare, vert de Prato, rouge de la Maremme, autant l’immense nef à trois vaisseaux, longue de plus de 150 mètres, grisâtre, sombre même, apparaît vide et nue sans chaises, ce qui permet cependant d’admirer plus aisément le pavement en marbre coloré du XVIème siècle.
Pire, j’ignore pour quelle raison, une corde ou d’affreuses barrières métalliques empêchent de nous approcher de quelques œuvres remarquables, ainsi les deux fresques équestres de condottiere, notamment le monument réalisé par Paolo Ucello (1397-1475) commémorant Sir John Hackwood, un chevalier ayant servi sous les ordres d’Édouard III durant la guerre de Cent Ans avant de venir en Italie comme mercenaire vers 1360.

IMG_2625 2

L’éloignement nuit pour apprécier la taille de la fresque, 7 mètres sur 4, et le cadre en trompe-l’œil qui est un ajout du XVIème siècle.
Le téléobjectif de mon appareil me permet d’observer attentivement le tableau allégorique « al dante » (!) de la Divine Comédie qui se trouve tout à côté.

_dante-domenico-di-michelino

Peint en 1465 par Domenico di Michelino, selon la technique de la tempera (émulsion), il représente au premier plan Dante tenant à la main son œuvre majeure.
En arrière-plan, le paysage constitue une allégorie des trois royaumes évoqués dans la Divine Comédie, l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis, ainsi qu’une vue de la ville de Florence derrière ses murailles.
C’est écrit sur la porte de l’enfer, « vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance », j’essaie donc de détourner mon regard de ces pêcheurs nus comme des vers, à la queue leu leu, poursuivis par des démons.
Ce ne serait déjà pas mal si je pouvais accéder au Purgatoire représenté comme une montagne, un immense gâteau, avec sept corniches : tension entre mon désir d’expiation et les obstacles de l’ascension.
Je n’ose envisager une seconde que je puisse accéder à la voûte céleste tout en haut du tableau. Encore que, s’il existe un petit coin de Paradis réservé aux blogueurs émérites, je peux qui sait espérer …
Au final, je me demande si le périmètre de sécurité autour de la fresque ne constitue pas en lui-même une allégorie pour éviter au monde des touristes vivants d’approcher trop tôt les trois royaumes. Dantesque !
Pour les puristes pinailleurs (!), on constate encore que Florence apparaît telle qu’elle était en 1465, au moment de la réalisation de la fresque, et non au temps de Dante, ce qui permet de retrouver la fameuse coupole de Brunelleschi !
L’accès au chœur est barré par … les gardiens du temple, billet pour la coupole oblige. En nous tordant le cou et le nez en l’air, ça tombe bien j’ai une séance de kiné le lendemain de mon retour, nous admirons l’extraordinaire chef-d’œuvre architectural de Brunelleschi tapissé des fresques commandées par le Grand-duc de Toscane Cosme Ier de Médicis, et peintes par son artiste officiel Giorgio Vasari de 1572 à sa mort en 1574, puis achevées par Federico Zuccari. Nous prenons conscience du gigantisme en repérant les fourmis humaines qui ont obtenu le précieux sésame pour circuler dans la galerie, une centaine de mètres au-dessus de nos têtes.
Souhaitant rivaliser avec le défunt Michel-Ange, Vasari choisit encore le thème du Jugement Dernier, décidément, pour recouvrir les trois mille six-cents mètres carrés de surface.

IMG_2619IMG_2620IMG_2623

700 personnages dont 248 anges, 235 âmes, 21 personnifications, 102 personnages religieux, 35 damnés (quand même !), 13 portraits, 14 monstres, 23 angelots, 12 animaux, voilà ce qu’on peut, paraît-il, recenser.
Je me souviens d’avoir, il y a une vingtaine d’années, appartenu au peuple des fourmis, le spectacle est en effet vertigineux.
Je descends au sous-sol de la cathédrale où des travaux de fouilles ont été effectués. Pendant des siècles, cette zone souterraine fut utilisée pour enterrer les évêques de Florence. Les recherches archéologiques en ont reconstitué l’histoire d’après des restes d’habitations romaines, des pavements paléochrétiens ainsi que des vestiges de l’ancienne basilique Santa Reparata au-dessus de laquelle fut construite celle de Sainte-Marie-des-Fleurs.
Santa Reparata est une ancienne vierge martyre qui est l’autre patronne de Florence.

IMG_2634IMG_2631IMG_2633IMG_2635

C’est au cours de ces fouilles que les archéologues ont découvert la tombe de Filippo Brunelleschi. Par contre, il ne fut trouvé aucune trace des sépultures de Giotto, Arnolfo di Cambio et Pisano qui devraient, selon la tradition, avoir été enterrés ici.
Retour à la surface ! Nous en avons plein les bottes et, bien que nous possédions un billet, nous renonçons à monter les 456 marches du campanile, le chef-d’œuvre de Giotto, d’ailleurs, même si la pluie a cessé, la visibilité serait médiocre.

Duomo blog 9 cheval

IMG_2636

Sur le parvis, les chevaux des calèches goûtent d’un bon foin, nous nous désaltérons en face d’une « birra a la spina » dans un sympathique pub. Ma compagne a repéré quelques beaux serveurs ! Dans l’attente de notre bus, je reluque la ragazza dans la vitrine en face …

vitrine blog2

Publié dans:Coups de coeur |on 18 juin, 2018 |1 Commentaire »

Avant une semaine à Florence (1) … sur la route du Tour de Lombardie

Encre violette is alive and well and was living in Italy, pour pasticher le titre d’un spectacle sur Jacques Brel créé par Mort Shuman.
Ne vous inquiétez donc pas : ma discrétion du mois de mai était promesse de prochains billets suite à mon séjour à Florence.

Sabato 19 maggio 2018 :
La météo incertaine n’incitant pas au franchissement du col du Mont-Cenis, c’est donc par le tunnel du Fréjus que nous entrons en Italie.
Avant de rejoindre la Toscane le lendemain, nous choisissons de passer la soirée au bord du lac de Côme.
L’acclimatation en terre étrangère s’effectue en douceur. En effet, nous longeons des villes, théâtres de batailles napoléoniennes, qui rappellent un plan de Paris et quelques artères de la capitale.
C’est d’abord, au débouché du val de Suse, Rivoli appartenant à la métropole de Turin. Nous nous retrouvons à l’hiver 1797. Engagé en Italie contre les Autrichiens, le général Bonaparte est empêtré dans le siège de la citadelle de Mantoue qui verrouille la route de Vienne. Et les Autrichiens du général Alvinczy descendent en nombre des Alpes pour débloquer la citadelle. En riposte, Bonaparte ordonne à Masséna et Ney de concentrer leurs troupes près du lac de Garde, à Rivoli, pour soutenir Joubert, un autre général de l’armée d’Italie. L’affrontement se produit le 14 janvier 1797 et les Français, inférieurs en nombre mais bien organisés, tiennent les Autrichiens en respect. Mantoue capitule le 2 février, ainsi la route de Vienne est ouverte aux Français. Les Autrichiens sont contraints de solliciter la paix qui sera signée lors du traité de Campoformio, le 18 octobre de la même année.
C’est quelques kilomètres plus loin, Turbigo, dans la banlieue de Milan. Le fait d’armes de Turbigo est un épisode de la seconde guerre d’indépendance italienne qui se déroula le 3 juin 1859. C’est là qu’à la veille de la bataille de Magenta, les troupes françaises commandées par le général Mac Mahon construisent en une nuit un pont de barques pour franchir le Tessin, après la destruction du pont de Boffalora sopra Ticino par les Autrichiens.
Il neige sur le lac Majeur chantait Mort Shuman déjà cité. La pluie s’invite sur le lac de Côme à notre arrivée à l’hôtel Mirabeau de Bellagio que j’ai choisi en connaissance de cause, je vous en dévoile la raison dans quelques lignes.
Curieux comme je suis, je demande au propriétaire de l’établissement qu’il m’explique le choix comme enseigne du futur inspirateur de la Révolution française. Honoré Riquetti comte de Mirabeau, « l’Orateur du peuple », aurait-il séjourné dans le coin ? Il le justifie d’abord phonétiquement par la vue superbe offerte sur le lac (mirer et beau).

Lac de Côme blog 1

D’autre part, la petite révolution due aux fortes tensions qui s’opérèrent dans sa famille à l’époque de la succession, inspira également l’hôtelier. Je ne manque pas de lui rappeler qu’après avoir été inhumée à l’église Sainte-Geneviève transformée en Panthéon des gloires nationales, la dépouille de Mirabeau fut exclue du mausolée, l’année suivante, suite à la découverte dans « l’armoire de fer » d’une correspondance avec Louis XVI révélant sa duplicité.
Aujourd’hui, je presse ma compagne de ranger à la hâte quelques vêtements dans la penderie car la journée n’est pas terminée, loin de là même. Ce n’est aucunement un hasard si j’ai décidé de faire étape dans cet hôtel situé dans la montée du col de Ghisallo, à quelques centaines de mètres du sommet et de la chapelle de la Madonna del Ghisallo. Les amoureux de la chose cycliste vont se réjouir, les réfractaires … moins !
Pour l’avoir évoqué dans plusieurs billets, le cyclisme est une religion en Italie et je m’étais promis après ma visite, il y a quelques années, à Notre-Dame des Cyclistes de Labastide d’Armagnac (voir billet http://encreviolette.unblog.fr/2012/09/05/notre-dame-des-cyclistes/) dans les Landes, de voir un jour son homologue transalpine d’ailleurs plus ancienne puisque c’est en 1948 que le pape Pie XII consacra la Madonna del Ghisallo patronne universelle des cyclistes. Un flambeau bénit par le souverain pontife fut porté à vélo de Rome au sanctuaire, avec pour derniers relayeurs les champions Gino Bartali et Fausto Coppi.

Ghisallo 3  blogGhisallo 11 buste Bartali blogGhisallo 10 buste Coppi blogGhisallo Binda blog 11

Devant la chapelle miraculeusement éclairée par le soleil revenu, les bustes des deux campionissimi ainsi que celui de leur illustre aîné Alfredo Binda surveillent la route qu’ils empruntaient il y a plus de sept décennies à l’occasion du Tour de Lombardie et parfois du Giro d’Italie.
En-dessous de la statue de Bartali que l’on surnommait Gino le Pieux, une plaque mentionne trois mots du pape à son égard : Atleta perfetto cristiano (traduction inutile).

Bartali Ghisallo

S’il garda le secret jusqu’à sa mort, Gino sauva 800 Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, transportant à vélo des documents dans les tubes du cadre ou du guidon. Son comportement exceptionnel lui a valu récemment d’être proclamé Juste parmi les nations par l’état d’Israël.
Alfredo Binda est moins connu que ses voisins de bronze par les gens de ma génération quoiqu’il fût directeur technique des formations italiennes sur les Tours de France de mon enfance courus par équipes nationales. Extraordinaire coureur des années 1920-30, il possède un palmarès éblouissant avec, à défaut d’un Tour de France, 5 victoires dans le Tour d’Italie, 3 championnats du monde sur route, 2 Milan-San Remo et 4 tours de Lombardie. Devant une telle supériorité, les organisateurs du Giro de 1930 le payèrent pour qu’il ne participe pas à leur épreuve.
Je serai plus bref sur Fausto Coppi, le plus grand champion de toute l’histoire du cyclisme, car j’en ai déjà fait un très long portrait dans un ancien billet lors de ma visite dans son village piémontais de Castellania où il repose (voir billet http://encreviolette.unblog.fr/2016/08/27/vacances-postromaines-10-les-cerises-de-castellania-village-natal-de-fausto-coppi/ ).

Ghisallo 4  blogChapelle Ghisallo blogGhisallo Madonna blog

L’édifice religieux, grand ouvert au public, possède tout naturellement les artifices d’une chapelle classique avec statuettes, cierges, exvotos et bien évidemment le portrait de la Madone.
Mais ce pour quoi elle attire les amoureux de la petite reine du monde entier, c’est l’accumulation de reliques, maillots, vélos et trophées des coureurs les plus célèbres. Ils sont exposés en hauteur sans doute pour éviter les manipulations et les vols éventuels. Aujourd’hui, ces chers souvenirs sont très convoités et leur prix atteint des sommes astronomiques lors de ventes organisées pour des œuvres caritatives.
Certains trouveront puéril ou exagéré de m’extasier devant de tels objets mais vous ne pouvez pas imaginer mon émotion d’admirer les tuniques et les machines de champions qui me firent rêver dans mon enfance, parfois seulement par la lecture de leurs exploits dans les beaux magazines spécialisés achetés par mon papa.

Ghisallo 6 vélo Bartali  blogGhisallo 8 vélo Gimondi  blog

Ainsi, je reste en arrêt devant le vélo et un maillot jaune de Fausto Coppi lors de son Tour de France victorieux de 1949, une bicyclette et une tunique toison d’or de Gino Bartali du Tour 1938, le vélo de Felice Gimondi dans le Giro 1976 et son maillot jaune du Tour de France 1965, j’étais présent au Parc des Princes lors de son succès.
Je contemple aussi la tenue et l’engin futuriste utilisés par Francesco Moser lors de sa tentative contre le record de l’heure en 1984 sur le vélodrome de Mexico : 51,151kilomètres soit à 8 mètres près, 5 kilomètres de plus que le record établi en 1956 par mon champion Jacques Anquetil sur la piste référence du Vigorelli de Milan, une performance jugée extraordinaire à l’époque. L’effet de l’altitude, le rendement supérieur du vélodrome, les progrès de la technologie et … de la physiologie (transfusion sanguine) expliquent ce sacré bout de chemin supplémentaire ! Ne blasphémons pas en ce lieu !

Ghisallo 7 vélo Moser  blogGhisallo 5 vélo Casartelli  blog

Plus qu’une relique, instant de recueillement devant « la bicicleta di » Fabio Casartelli abimée lors de sa chute mortelle dans la descente du col du Portet d’Aspet pendant le Tour de France 1995. J’eus l’occasion de l’évoquer au passage devant la stèle qui lui est dédiée, lors de mes pérégrinations pyrénéennes à vélo (voir billet http://encreviolette.unblog.fr/2008/04/03/les-cols-buissonniers-en-pyrenees-le-mente-et-le-portet-daspet/).
Eddy Merckx est le seul coureur non italien à avoir le privilège qu’un de ses vélos soit accroché dans la chapelle.
En notre époque où l’égalité des sexes est au cœur de l’actualité, une femme, Alfonsina Strada, connaît la même fortune. En un temps où les tabous sexistes étaient tenaces dans une Italie profondément conservatrice et catholique, Alfonsina, surnommée la « diablesse en robe », mena son combat féministe en prenant part au Giro 1924 carrément avec les messieurs, non sans susciter des polémiques. « Heureusement » (!), pour taire toutes les médisances, elle termina hors des délais une étape de montagne entraînant son élimination.

Ghisallo 9 maillots  blog

L’exigüité de la chapelle empêchant l’accueil de nouveaux objets, un musée du cyclisme a été construit récemment à quelques mètres de là.
Pour s’y rendre, nous passons sur l’esplanade devant une statue élevée à la gloire du cyclisme. « Et Dieu créa la bicyclette pour que l’homme en fasse un instrument d’effort et d’exaltation sur le chemin difficile de la vie. »
Elle représente un coureur levant le bras en signe de victoire avec à terre un autre cycliste vaincu. Maléfice de la sorcière aux dents vertes personnage fabuleux de la légende des cycles ?

Ghisallo 1 blogGhisallo 13 le vaincu blogGhisallo 12 Museo blogBilletGhisallo

Bien que le vélo soit un engin né d’un autre âge, le musée qui lui rend hommage offre une architecture moderne sur trois niveaux reliés par des rampes figurant peut-être les lacets d’un col.
Un peu comme un gamin dans un magasin de jouets, j’erre sans logique au gré de mes étonnements et ravissements qui font resurgir des souvenirs de jeunesse.
Sans esprit partisan, il faut reconnaître que les collections concernent très majoritairement le cyclisme italien notamment à travers l’histoire du Giro, comprenez pour les béotiens, le Tour d’Italie. Il est vrai que la péninsule fut longtemps une grande terre de cyclisme et nombre de mots italiens comme campionissimo, gregario, grupetto, tifosi, font partie du vocabulaire courant du journaliste sportif.
Ceci dit, mon œil repère très vite une photo en noir et blanc de Jacques Anquetil recevant le baiser d’une miss de Côme lors de son Giro victorieux en 1960.

Ghisallo Museo anquetil blog 2

Je m’attarde aussi devant deux clichés cocasses : sur l’un, Antonio Bevilacqua, un ancien vainqueur de Paris-Roubaix dans les années 1950, entame un pas de danse avec un autre coureur au son d’une fanfare (un mot d’origine italienne à propos), sur l’autre, Gianni Motta, un beau coureur dont j’aimais l’élégance et la classe naturelle, avale un plat de spaghetti en pleine course.
Je ne manque pas de détailler la plastique d’une sculpturale ragazza en charge de récompenser les heureux lauréats sur le podium d’arrivée. Á cet instant, on rêverait de recevoir un baiser d’un rouge à lèvres bien gras qui vous tatoue la joue à rendre jalouse sa compagne.

Ghisallo Museo Nibalii blog 9Ghisallo Museo Spaghetti blog 10Ghisallo Museo Miss Giro blog 11

Le Giro, c’est d’ailleurs la vie en rose. Toute l’Italie arbore au mois de mai cette couleur sur le passage des coureurs, ballons, fanions, banderoles, façades des maisons, monuments, misses aux arrivées, sans oublier évidemment le fameux maglia rosa, maillot distinctif du leader de l’épreuve.
Comme le maillot jaune du Tour de France tient sa couleur de celle du journal L’Auto qui le créa, l’emblème rose du Giro tire sa teinte de celle des pages du quotidien organisateur La Gazzetta dello Sport.
Comme on étend son linge, est suspendue une impressionnante collection de maillots portés par de grands champions du passé.

Ghisallo Museo maillots roses blog 12Ghisallo Museo maillot rose Merckx blog 33Ghisallo Museo maillots roses blog 14Ghisallo Museo maillots roses blog 13

Qu’ils sont beaux ces maillots d’antan vierges de publicité, avec parfois leurs poches sur la poitrine et quelques stigmates des rudes batailles (à moins que ce soit le fait de quelques mites !). Me revient en mémoire mon émotion d’ado, j’avais alors treize ans, quand j’avais admiré dans une brasserie de la Place du Vieux Marché à Rouen, le maillot rose maculé de la boue du col du Gavia que Jacques Anquetil avait conquis de haute lutte malgré les poussettes des tifosi en faveur de leur compatriote Gastone Nencini. C’était le premier coureur français à accomplir un tel exploit.
Un espace est consacré spécialement au record de l’heure sur piste avec comme décor des agrandissements de croquis techniques de Léonard de Vinci. Quand l’art, la science et la bicyclette s’associent … ! Une réplique miniature de la maquette de la pseudo bicyclette conçue par l’artiste savant est exposée dans une vitrine, j’avais vu « l’original » au Clos Lucé à Amboise.
Italiens obligent, on rend là essentiellement hommage à Francesco Moser et Ercole Baldini. Gamin, j’avais maudit ce sympathique champion lorsqu’il avait ravi à Anquetil le record que mon compatriote normand avait eu tant de mal à battre trois mois plus tôt.

Ghisallo Museo  blog 38Ghisallo Museo record heure blog 26Ghisallo Museo presse Moser blog 34

Je verrai, à quelques pas de là, le vélo, on pourrait presque dire le biclou vu son état, de Fausto Coppi lors de son mythique record établi à Milan en 1942. Une machine primitive comme aurait pu dire, cette fois avec justesse, une lectrice belge qui s’excusait en m’envoyant la photographie du vélo (sans freins ni dérailleur comme tout bon vélo de piste) exposé dans une station du métro de Bruxelles, qu’Eddy Merckx utilisa lors de son record à Mexico.

Ghisallo Museo record heure Coppi blog 30

Ghisallo Museo record heure Coppi blog 31Ghisallo Museo Coppi Carrea Geminiani blog 18

Tiens une photo du Tour de France 1952 ! J’avais cinq ans mais j’ai tellement feuilleté les revues spécialisées dans le vaste grenier familial que je reconnais immédiatement Andrea Carrea entre Fausto Coppi et Raphaël Geminiani. Vous me prendrez pour un fou mais je vous affirme même que le cliché fut pris à Lausanne et appartient à la légende du Tour.
Andrea Carrea était l’archétype de ce qu’on nomme un gregario, c’est-à-dire un équipier modèle au service du leader de son équipe. Durant la Seconde Guerre mondiale, il fut envoyé à Buchenwald à cause de ses convictions politiques et survécut à deux marches de la mort (transfert entre deux camps). Il pesait 40 kilos à la Libération, soit la moitié de son poids de forme. Il incarna tout au long de sa carrière sportive, le dévouement, la loyauté, le désintéressement total au service de Fausto Coppi. C’est ce qu’illustre la photographie : se retrouvant dans une échappée pour contrôler d’éventuels rivaux de Coppi, il endossa à son corps défendant le maillot jaune à Lausanne. Rêve de tout champion cycliste, lui en pleura de gêne craignant les foudres de Fausto pour son action involontaire de lèse-majesté. Coppi le réconforta et, le lendemain, répondant à une offensive de Robic dans L’Alpe d’Huez, remit la hiérarchie en place en s’emparant de la tunique jaune.

Ghisallo Museo livre Magni blog 6Ghisallo Museo Coppi Magni Bartali blog 17

Un rayon bibliothèque permet aux visiteurs de consulter de nombreux ouvrages consacrés au cyclisme, quasiment exclusivement dans la langue de Dante. Je feuillette la dernière acquisition, une biographie sur Fiorenzo Magni, Il terzo uomo, « Le troisième homme », un champion un peu dans l’ombre de ses contemporains Bartali et Coppi. On le surnommait aussi le « Lion des Flandres » en raison de ses trois succès consécutifs dans la grande classique, le Tour des Flandres.
La couverture du livre surprenante montre Magni tirant entre ses dents une chambre à air nouée à son guidon lors d’une étape du Giro 1956. La veille, victime d’une chute, il s’était brisé la clavicule, et avait donc trouvé cet artifice pour soulager sa douleur.
Ce champion fut très impopulaire à la sortie de la Seconde Guerre mondiale en raison de son appartenance à la milice fasciste sous le régime de Mussolini. Il fut même suspendu jusqu’en 1946 mais avec le temps, son courage à toute épreuve (à vélo !) lui permit de gagner le cœur des tifosi.
Il remporta trois Tours d’Italie et aurait peut-être gagné le Tour de France 1950 … si Gino Bartali ne lui avait pas joué un sale coup : encore un chapitre de la légende des cycles. Cela se situe lors de l’étape pyrénéenne de Pau à Saint-Gaudens remportée par Bartali tandis que Magni revêtait le maillot jaune devant le suisse Kubler et Louison Bobet. Le moral aurait dû être au beau fixe au sein de la Squadra Azzura. Au lieu de quoi, Bartali décida de se retirer de la course prétextant que sa sécurité était menacée. Un incident s’était effectivement produit au sommet du col d’Aspin : Gino faisant un écart entraîna Robic dans une chute sans gravité. Quelques énergumènes français un peu ivres prirent à partie le champion italien qui se plaignit que l’un d’eux l’agressa avec un couteau … oubliant que l’individu vindicatif tenait un saucisson dans l’autre main.
Toujours est-il que Bartali n’en démordit pas et exigea le retrait complet, Magni compris, de l’équipe d’Italie. Il fut dit que, sous le poids des ans, le vieillissant Bartali voyait d’un mauvais œil que Magni le supplantât sportivement, d’autant plus qu’il n’avait guère de sympathie pour les ex agissements miliciens de Fiorenzo. Comme tout bon Suisse, neutre dans ce conflit, c’est Ferdi Kubler qui profita de cette histoire et arriva en jaune à Paris.

Ghisallo Museo livre Cuneoi blog 7

Un autre livre m’interpelle : il évoque l’extraordinaire chevauchée de Fausto Coppi dans l’étape alpestre Cuneo-Pinerolo du Giro 1949. L’écrivain Dino Buzzati, auteur du Désert des Tartares, la relata aussi avec dithyrambes dans son recueil de chroniques lorsqu’il suivit l’épreuve, à la manière d’Antoine Blondin, pour un quotidien italien.
On lit en exergue cette phrase d’un radioreporter italien ébloui dans le sillage du campionissimo : « Un uomo solo al commando, la sua maglia è bianco celeste, il suo nome è Fausto Coppi », « Un homme est seul en tête, son maillot est blanc et bleu céleste, son nom est Fausto Coppi ». Ce fut son quasi leitmotiv pour décrire les nombreux exploits de Fausto tout au long de sa carrière.
Je suis encore loin d’avoir achevé ma visite que déjà un charmant monsieur me tend le livre d’or du musée. Il écarquille les yeux  quand je lui confie que j’ai vu en chair et en os courir (certes fugacement) tous ces immenses champions de l’âge d’or du cyclisme. Pour m’inviter (ou inciter) à déposer mon paraphe, il me montre fièrement, quelques pages en arrière, la signature de Vincenzo Nibali, le campionissimo de l’actuelle génération. J’obtempère évidemment.

Ghisallo Museo Nibalii blog 8

Je passe maintenant devant un florilège de « unes » de quotidiens vantant avec lyrisme les triomphes des champions italiens du passé.

Ghisallo Museo presse blog 20Ghisallo Museo presse blog 19Ghisallo Museo presse blog 25Ghisallo Museo presse blog 26

Je m’attarde devant la Gazzetta du lundi 21 juillet 1924 et le succès d’Ottavio Bottecchia dans le Tour de France. Mes plus fidèles lecteurs se souviennent que j’ai consacré récemment un billet aux chroniques d’Albert Londres lors de cette édition, à travers le spectacle Les forçats de la route joué à la Comédie Française (voir billet http://encreviolette.unblog.fr/2018/03/16/vas-y-lormeau-les-forcats-de-la-route-a-la-comedie-francaise/comment-page-1/

Ghisallo Museo presse blog 24Ghisallo Museo presse blog 23

Une autre « une » m’interpelle pour le message de propagande politique qu’elle dégage : « les grandes victoires des athlètes fascistes au nom et pour le prix du Duce ».
La Gazzetta dello sport distillait à l’époque mussolinienne une certaine vision fascisante du sport, les succès des athlètes italiens tenant plus de l’esprit insufflé par le Duce que de leur valeur sportive.

Ghisallo Museo maillot Bettinie blog 27Ghisallo Museo maillot italien blog 29

Plié dans une vitrine, voici un maillot porté par Fiorenzo Magni lors du Tour de France 1951. J’ai la nostalgie de ces magnifiques tenues du temps des équipes nationales et régionales qui rendent encore plus horribles celles bariolées de publicité des coureurs sandwiches de maintenant (sans parler des cuissards, chaussures, gants et casques !).
Ironie cependant, Magni fut le premier coureur à amener des sponsors extérieurs aux fabricants de cycles avec la marque Nivea !
L’heure de fermeture du musée approche. J’y resterais encore des heures tant chaque objet me renvoie aussitôt à moult anecdotes et souvenirs. Et puis j’ai pitié pour ma compagne qui, je la comprends, préfère Michel-Ange à l’Ange de la montagne Charly Gaul !

Ghisallo Museo Girardengo Bottecchia Binda blog 35Ghisallo Museo Bobet Bartali Coppi blog 36Ghisallo Museo blog 5Ghisallo Museo Anquetil Fignon blog 28

Je défile encore devant les immenses fresques photographiques où l’on retrouve les grands champions de l’histoire du cyclisme, toutes nationalités confondues.
Louison Bobet trinque-t-il à notre santé ? Qui de Bartali et Coppi tend une bouteille à l’autre ? J’eus l’occasion de vous relater les diverses versions de cet épisode à partir d’un vitrail, intitulé le partage, de la chapelle landaise Notre-Dame des Cyclistes.
Je lève la tête pour admirer la découverte géante de mon champion Anquetil dans la version italienne de son maillot de marque Helyett avec l’apéritif Fynsec.
Dans son sillage, apparaît Laurent Fignon, un autre fuoriclasse ffrançais qui a connu le même destin tragique d’une mort prématurée. J’appréciais son panache. Lui aussi, il se sentait à l’aise sur les routes italiennes en remportant le Giro et à deux reprises Milan-San Remo. Il se fit même voler un second Tour d’Italie à cause des combinazione de l’organisateur de l’épreuve souhaitant absolument la victoire de Moser : outre sa cécité face aux traditionnelles poussettes dont bénéficiaient les coureurs transalpins, il supprima carrément l’ascension du col du Stelvio (qui risquait d’être néfaste à Moser) à cause d’une neige en fait inexistante, il commanda encore que l’hélicoptère tournoie juste au-dessus du coureur français pour freiner se progression lors de la course contre la montre. Ce n’était pas une sinécure à l’époque d’être un coureur straniero (étranger).
Je retrouve ma compagne, assise sur un banc, suivant en direct à la télévision l’étape du Giro avec la terrible ascension du Zoncolan. Circulons il n’y a rien à voir, Froome va l’emporter !
Je suis médisant mais j’ai la bénédiction de l’ecclésiastique qui nous surveille au-dessus de nos têtes. Ce n’est pas l’abbé Cane (!) mais notre compatriote Fernandel dans sa soutane de Don Camillo, les plus anciens d’entre vous se souviennent de ses démêlés avec Peppone le maire communiste de Brescello (voir billet http://encreviolette.unblog.fr/2016/08/17/vacances-post-romaines-9-le-cure-de-brescello/ ).

Ghisallo Museo Don Camilloi blog 32

Le soleil illumine désormais la chapelle. Après un court retour à l’hôtel, nous passons la soirée sur les rives du lac de Côme.

Lac de Côme blog 2Lac de Côme blog 6Lac de Côme Belaggio blog 4

Les oiseaux-lyres étaient en pleurs dans la chanson de Mort Shuman. Les moineaux du lac de Côme, gais et effrontés, viennent picorer sans retenue dans mon assiette.

Lac de Côme Belaggio moineau blog 5

Domenico 20 maggio 2018
Un ultime regard sur l’émouvante chapelle. Chaque année, lors du Tour de Lombardie, les cloches sonnent à toute volée au passage des coureurs. J’imagine la ferveur des tifosi. Pour vous mettre en jambes, je vous offre une des chansons les plus connues de Paolo Conte dédiée à Bartali. « Les Français nous respectent », Paolo sourit de l’irritation française devant le succès de Gino mais il pense que ce personnage, profondément attachant d’Italien triste-gai a su gagner contre tous les préjugés et mauvais souvenirs.

Image de prévisualisation YouTube

Ghisallo chapelle 14 bloglombardia-au ghisallo blogCol de Ghisallo autrefois

Qu’il était malaisé le chemin vers la chapelle … il y a bien longtemps !

Bartali au Ghisallo

Gino Bartali devant la chapelle

Cap vers Florence, enfin presque … J’ai préparé un tant soit peu ma compagne, je ne saurais quitter le coin sans un très léger détour dans les collines surplombant le lac de Côme.
Comme j’avais effectué un voyage en enfer du Nord sur les pavés de Paris-Roubaix (voir billet http://encreviolette.unblog.fr/2011/04/15/voyage-au-bout-de-lenfer-du-nord/ ), un crochet sur la Riviera vers le Poggio, difficulté souvent décisive de Milan-San Remo (voir billet http://encreviolette.unblog.fr/2014/09/18/la-primavera-en-ete-sur-la-route-de-milan-san-remo/  ), j’ai envie ce matin de visiter un haut-lieu d’un autre « monument », ainsi appelle-t-on les courses prestigieuses d’un jour, au nombre de cinq, dans la légende du cyclisme. Il ne me restera qu’à me promener en Belgique vers les monts du Tour des Flandres et dans les Ardennes sur le parcours de Liège-Bastogne-Liège pour réussir le grand chelem de ma passion.
En ce jour de printemps, il n’y a plus de saison (même dans mes billets) ma bonne dame, c’est une course disputée à l’automne dont je veux vous parler. On la surnomme d’ailleurs la Classica delle foglie morte, la « course aux feuilles mortes » : le Tour de Lombardie, Il Lombardia comme disent les Italiens.

Affiche Lombardia blog

Alerte centenaire, elle fut créée en 1905, l’épreuve se déroule essentiellement dans les collines auprès du lac de Côme, là où se concentrent les difficultés propres à opérer la sélection. Le parcours est cependant loin d’être immuable, partant ou arrivant, au fil des éditions, notamment à Milan, Côme, Bergame, Varèse, Monza.
Avant 1950, la course était presque exclusivement l’apanage des Italiens maîtres sur leurs terres : seul six éditions leur avaient échappé, enlevées notamment, cocorico, en 1907 par Octave Garrigou et à trois reprises par Henri Pélissier.
Fausto Coppi (5), Alfredo Binda (4) et Gino Bartali (3) dont les bustes se dressent sur le seuil de la chapelle de la Madonna, totalisent ensemble 11 succès. Me reviennent en mémoire les larmes de Fausto en 1956 après que notre populaire André Darrigade l’eût privé d’une sixième victoire, pour quelques centimètres, sur la piste du Vigorelli de Milan.

Arrivo-Darrigade-Coppi-Lombardia19561Quand-Darrigade-brise-le-rêve-de-Coppi

Ce matin de Pentecôte, la bien nommée phonétiquement au moins, c’est vers un endroit bien précis que je me dirige. Je l’atteindrais presque sans mon GPS tant il me suffit de suivre les petits pelotons de cyclotouristes qui envahissent la chaussée.
Au bout de quelques kilomètres d’une montée pas si aisée que cela dans les collines boisées, au détour d’un virage, une pancarte surgit devant moi. J’y suis !

Sormano blog 5Sormano blog 6

Il terribile Muro di Sormano ! Comme la tranchée de Wallers-Arenberg, le Koppenberg, le Poggio, ce lieu appartient à la mythologie du cyclisme, bien que les champions ne l’aient escaladé que très rarement finalement.
L’organisateur du Tour de Lombardie Vincenzo Torriani, excédé que sa course s’achevât de plus en plus souvent par un sprint massif, eut l’idée un peu folle pour la redynamiser, en 1960, d’introduire sur le parcours, à quelques kilomètres du col du Ghisallo, l’ascension d’un chemin alors muletier surtout utilisé par les chèvres : moins de deux kilomètres avec des pourcentages atteignant 25% !
Le spectacle fut à la hauteur de l’événement, surtout pour les photographes : des coureurs courbés sur leur machine, parfois à la limite de la perte d’équilibre comme notre brave Poulidor, certains achevant même la montée à pied.

Sormano blog 1Sormano 1960 blog 2Sormano blog 3Sormano poulidor1961 blogSormanocropimage2

Finalement, l’effet escompté fut escamoté et la crédibilité de la course mise en cause en raison du sport national pratiqué par les tifosi, à savoir les poussettes évidemment en faveur des coursiers italiens.
C’est ainsi que le Mur de Sormano fut abandonné au bout de trois années avant de n’être à nouveau emprunté qu’en 2012.
La chaussée est interdite aux automobiles (même celles des directions techniques des équipes lors du Tour de Lombardie). Des barrières enlevées le jour de la course leur empêchent l’accès.
Première surprise, je constate que les cyclistes que j’ai doublés précédemment ne s’engagent pas vers le Mur et préfèrent poursuivre leur ascension sur la nouvelle Provinciale, certes plus longue mais de ce fait, beaucoup moins raide.
Je vais les accompagner (en auto !) jusqu’au sommet, à hauteur du restaurant de La Colma di Sormano, où je retrouve la sortie du Mur.
Petite marche matinale, je décide d’en effectuer une partie de la descente à pied.
1 105, 1 104, 1 103, des inscriptions au sol marquent chaque mètre d’altitude, leur fréquence atteste de la raideur de la pente.

Sormano blog 8Sormano blog 9

Bientôt, la chaussée est peinte d’une longue citation de l’ancien champion Ercole Baldini. Voici mon premier exercice de traduction (approximative) d’un texte italien, voyez que le vélo peut avoir des vertus éducatives :
« Je n’arrive pas à comprendre pourquoi Torriani a voulu une nouveauté de ce genre. Je comprends que le Ghisallo ne donnait plus de garanties de sélection, mais franchement c’était excessif en sens inverse. Cette montée est simplement bestiale, impossible à parcourir ».
Un peu plus bas, c’est une phrase de Gino Bartali qui est écrite sur l’asphalte. Elle pourrait me concerner ce matin : « Une « passista » (intraduisible, un piéton ?) n’a pas d’alternative. Il doit arriver au pied du mur au moins dix minutes à l’avance, car s’il le fait à pied il marchera un quart d’heure de plus que c’est nécessaire à vélo, il arrivera en haut cinq ou six minutes en retard, et il peut encore espérer ».

Sormano blog 10

Une autre inscription de Bartali met en garde et conseille les cyclistes sur les braquets à adopter : « Devant 50 et 42, derrière 24, 17, 19, 23, 26 parce que c’est une montée à faire avec le 42 × 26 on s’enfuit … Les 2 kilomètres à gravir seront difficiles car ils présentent des courbes sèches avec des pointes effrayantes… »
La pente est si sévère qu’elle semble rebuter les éventuels candidats à l’ascension, en tout cas pour l’instant, je ne vois pas âme qui vive. L’atmosphère est presque même oppressante de me retrouver seul dans les sous-bois, en outre, le portable ne passe pas, nul moyen d’informer ma compagne de ma localisation.
Soudain, des coureurs … enfin presque … plus exactement des noms de coureurs peints sur la route avec leurs temps respectifs pour escalader le mur lors des éditions des années 60. Ainsi, Ercole Baldini effectua la montée la plus rapide en 1962 avec un temps de 9 minutes et 24 secondes. Le français Romain Bardet a escaladé le mur récemment en 9 minutes et 2 secondes mais le revêtement d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec l’affreux chemin d’antan. .

Sormano blog 11

Un peu plus bas encore, j’ai un pincement au cœur en découvrant le nom d’Anquetil mais aussi celui du béarnais Mastrotto, le « taureau de Naye », qui eut du mérite de hisser sa massive carcasse. Á chaque pas, il me semble revoir des images et des classements dans les vieux Miroir-Sprint et But&Club couleur sepia.

Sormano blogSormano blog 12

Il est temps que je rebrousse chemin car ma compagne va commencer à s’inquiéter. D’autant qu’en remontant, même à pied, je prends conscience de l’extrême rudesse de la pente. Le cœur bat la chamade, le souffle court, je me résigne à quelques pauses. Effrayant !
Au son de quelques cliquetis lointains, je me retourne et aperçois enfin quelques braves qui ont choisi, plutôt que la route provinciale, de faire le Mur. Le VTT est de rigueur.

Sormano blog 14Sormano blog 13

Ils méritent mes encouragements, bravissimo, auxquels ils répondent par un aimable grazie mille.
J’ai presque les jambes coupées devant l’époustouflante progression d’un sexagénaire ; devant moi je détecte le bruissement insidieux du vélo électrique.
Une femme me dépasse peu avant le sommet. J’invite bientôt la mienne à boire un délicieux espresso italien à l’auberge de La Colma di Sormano envahie par une cohorte de cyclotouristes. La grande majorité est montée par la Provinciale, faire le Mur de Sormano est un exercice périlleux qui n’est à la portée que de quelques fortes têtes et cuisses.

Sormano blog 15Sormano Colma blog 17Sormano Colma blog 16

Coppi et Bartali s’affichent au coude-à-coude sur un mur du restaurant. Fausto était champion du monde, la photo date donc de 1953 !
Soixante après et plus, ils demeurent dans le cœur des Italiens. Leurs luttes fratricides enthousiasmaient et … divisaient l’Italie des années 1940-50. Curzo Malaparte évoqua ce « divismo » dans un intéressant livre Coppi et Bartali les deux visages de l’Italie.
Cap vers Florence, cette fois pour de bon ! Par une longue descente, je sors de l’enclave du lac de Côme. Dans la grande banlieue de Milan, un panneau m’indique la proximité de Melegnano. Cela ne vous parle probablement pas mais si je vous dis 1515 … C’est en effet le nom moderne de Marignan que le produit le plus cancre de l’école de Jules Ferry connaît !
La bataille de Marignan est inscrite au panthéon des victoires militaires françaises, la der des der de la chevalerie. Le 10 septembre 1515, le jeune roi François 1er installe son campement à 16 kilomètres au sud-est de Milan : 10 000 cavaliers, 30 000 fantassins, 72 canons, avec le soutien de l’armée vénitienne, viennent bouter hors du duché de Milan 30 000 mercenaires suisses. De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace, trois jours plus tard, François 1er et ses chevaliers de la Palice (c’est une évidence !!!) et Bayard anéantissent les Suisses réputés pourtant invincibles au prix d’un grand carnage, 16 000 morts. Le mythe de Marignan est né.
Les manuels scolaires sont beaucoup plus discrets voire muets sur la bataille de Pavie que nous contournons quelques kilomètres plus loin. Dix ans plus tard, en 1525 donc, François 1er, certes privé de Bayard son chevalier sans peur et sans reproche, connut là une déroute mémorable au cours de laquelle il fut fait prisonnier par un chevalier italien César Ercolani.
Je ne sais si notre fibre patriotique peut s’en réjouir, le vainqueur de la bataille de Pavie fut tout de même un Français, l’ancien connétable Charles III de Bourbon qui avait servi François 1er à Marignan avant de rejoindre son ennemi l’empereur Charles Quint. Il faut reconnaître aussi que les armées en présence n’avaient guère d’unités nationales, et on parlait français, espagnol, allemand et italien dans les deux camps ! On comptait même des piquiers suisses dans la cavalerie française.
Nous voici désormais dans la basse plaine du Pô d’une étonnante planéité. Les campagnes lombarde et émilienne rougissent de leurs coquelicots à notre passage, signe peut-être d’un certain déclin de l’agriculture.
J’ai toujours le béguin pour l’architecture des fermes, les cascina, même délabrées, avec leurs murs de briques et leurs toits de tuiles. Elles me renvoient au merveilleux film d’Ermanno Olmi (décédé 15 jours auparavant), L’arbre aux sabots. Il brossait le portrait de quatre familles de paysans métayers de la région de Bergame à la fin du XIXème siècle. L’un des patriarches abat sans autorisation un arbre afin de tailler une paire de sabots neufs pour son fils, excellent écolier que le curé encourage à poursuivre ses études. Pour ce geste, le propriétaire expulse la famille. Chef-d’œuvre !
J’accède à la requête de ma compagne qui, lasse de l’autoroute monotone, me suggère d’emprunter la Provinciale entre Piacenza (Plaisance) et Parme. Tant pis si la vitesse est limitée à 50 km/h, je ne peux faire de moins après mon détour par le mur de Sormano !
Peu avant Cortemaggiore, nous faisons halte en rase campagne à l’auberge San Carlo installée dans une ancienne ferme, de l’époque de celle de L’arbre aux sabots, qui appartenait à l’église.

Cortemaggiore blog 1Cortemaggiore blog 4Cortemaggiore blog 2Cortemaggiore blog 3

Premier repas en plein air : apéritif maison offert avec mise en bouche de crostini, chiffonnade de jambon et salami. J’apprends que l’excellent salame piacentino (de Piacenza) est une spécialité régionale avec label.
Pour suivre, un risotto rosmarino (romarin) pour madame et de délicieuses pâtes à la crème, safran et lardons pour moi, puis un carpaccio de rosbif, enfin un savoureux sorbet (le mien avec vodka). Derrière ce bien sympathique déjeuner, je partagerais volontiers une sieste crapuleuse avec la chartreuse de Parme !
Est-ce l’effet de l’alcool russe, pardonnez mon lamentable fantasme, d’ailleurs, je ne peux rivaliser aucunement avec la beauté de Fabrice del Dongo héros du roman de Stendhal, qui en pinçait pour Clélia Conti.
J’aurai sans doute l’occasion de reparler de Stendhal et de son syndrome car dans quelques heures, nous atteindrons Florence … Le covoiturage étant de plus en plus à la mode, j’emmène à bord Paolo Conte, Max, les violons, les flûtes et les accordéons (pour le piano …!).

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans:Coups de coeur |on 9 juin, 2018 |1 Commentaire »

CLASSE BRANCHEE | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dysharmonik