Une semaine pas forcément gay!

Les débats autour du projet de loi sur le mariage pour tous réveillent de vieux démons. Partisans de l’école laïque et défenseurs de l’enseignement privé se chamaillent régulièrement depuis la Révolution française.
Ce dimanche, les opposants au mariage homosexuel descendront dans la rue pour manifester.

Une semaine pas forcément gay! dans Coups de coeur charlie-couverturemanif-gayblog

Plutôt que vous livrer ma bien modeste opinion sur la question, je préfère offrir à votre jugement un éditorial récent du philosophe Michel Serres.
Membre de l’Académie Française, professeur à l’université de Stanford aux Etats-Unis, auteur de nombreux essais philosophiques et d’histoire des sciences, et subsidiairement, amoureux de ceux (les essais) des rugbymen d’antan après cadrages débordements, reconnaissez qu’il y a pire choix !
« Cette question du mariage gay m’intéresse en raison de la réponse qu’y apporte la hiérarchie ecclésiale.
Depuis le 1er siècle après Jésus-Christ, le modèle familial, c’est celui de l’Église, c’est la Sainte Famille. Mais, examinons la Sainte Famille. Dans la Sainte Famille, le père n’est pas le père : Joseph n’est pas le père de Jésus, le fils n’est pas le fils, Jésus est le fils de Dieu, pas de Joseph. Joseph, lui, n’a jamais fait l’amour avec sa femme. Quant à la mère, elle est bien la mère mais elle est vierge.
La Sainte Famille, c’est ce que Lévi-Strauss appellerait la structure élémentaire de la parenté. Une structure qui rompt complètement avec la généalogie antique, basée jusque-là sur la filiation : la filiation naturelle , la reconnaissance de paternité et l’adoption. Dans la Sainte Famille, on fait l’impasse tout à la fois sur la filiation naturelle et sur la reconnaissance pour ne garder que l’adoption.
L’Église, donc, depuis l’Évangile selon Saint Luc, pose comme modèle de la famille, une structure élémentaire fondée sur l’adoption : il ne s’agit plus d’enfanter mais de se choisir.
À tel point que nous ne sommes parents, vous ne serez jamais parents, père et mère, que si vous dites à votre enfant « je t’ai choisi », « je t’adopte car je t’aime, « c’est toi que j’ai voulu ». Et réciproquement : l’enfant choisit aussi ses parents parce qu’il les aime.
De sorte que pour moi, la position de l’Église sur ce sujet du mariage homosexuel est parfaitement mystérieuse : ce problème est réglé depuis près de 2 000 ans. Je conseille à toute la hiérarchie catholique de relire l’Évangile selon Saint Luc, ou de se convertir. »
Je conclus avec une autre de ses citations : « Le savoir rend heureux, le savoir rend libre ».

Publié dans : Coups de coeur |le 10 janvier, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

CLASSE BRANCHEE | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dysharmonik