Bonne Fête Mamans

Pour cause de Pentecôte tardive, les mamans sont fêtées, cette année, en ce premier dimanche de juin.
Dans un ancien billet (voir Fête des Mères et Collier de nouilles du 25 mai 2008), j’ai évoqué longuement l’origine de cette tendre tradition.
Aujourd’hui, plutôt qu’un long discours, je m’efface derrière les mots du chanteur algérien Idir, fils de berger berbère. Son nom de scène signifie en kabyle, « il vivra » ; ainsi appelle-t-on l’enfant né difficilement pour l’encourager à vivre.
Artiste discret et modeste, homme de conviction, Idir participe souvent à des concerts pour soutenir de nobles causes. Il chante l’amour, la liberté, l’exil qu’il connaît bien puisqu’il est installé en région parisienne depuis 1975.
Bien avant la mode du raï exporté notamment par Khaled et Cheb Mami, il enregistre « Avava inouva », le premier tube planétaire issu du Maghreb.
En ce jour, je vous propose d’écouter une autre de ses berceuses, écrite en hommage à sa mère.
Ssendu est le mouvement de balancier que sa maman effectuait quand elle battait le lait pendant des heures pour obtenir une petite motte de beurre :

« Baratte ! et donne-nous du beurre bien blanc
Baratte ! que l’on remplisse le pot
Baratte-toi petit lait
Donne-nous une motte de beurre
Dont on a envie (comme on le souhaite)

Calebasse que les mains étreignent
C’est toi, tout mon secret !
Malgré la disette…
Le chant adoucit la misère
Venant te solliciter…
Ma calebasse appelle le bien
Mon petit lait sera clarifié…
Avec la grâce du seigneur. »

Au-delà de l’amour d’une mère pour ses enfants et de la profonde gratitude du fils devenu adulte, Ssendu constitue un émouvant hommage aux mères d’Algérie et plus universellement, à toutes les mamans du monde. Savourez, c’est sublime!
Tendrement à toi chère maman !

http://www.dailymotion.com/video/xemeh

 

Publié dans : Almanach, Coups de coeur |le 6 juin, 2009 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 6 juin, 2009 à 9:48 Claudie écrit:

    Merci encre violette,que dire c’est beau,c’est fort, toi seul pouvais nous faire ce merveilleux cadeau.

    Répondre

  2. le 8 juin, 2009 à 12:53 maesv écrit:

    Si les colliers de nouilles,c’est rigolo; ceci, c’est tremolo

    Choukran bézef à Idir pour ses paroles

    Merci beaucoup à toi pour me l’avoir fait découvrir

    J’ai tout bu comme du petit lait … c’était doux, c’était bon et pour faire un jeu de mot qui se rapporte à ton « plumage », je dirais que si ça ne met pas de beurre dans les épinards, c’est du baume au coeur pour toutes les mamans qui ont parfois de ces petits (ou gros) chagrins quand elles ont à faire un choix entre la mère et la femme qu’elles sont, entre ces deux rôles qu’elles aiment interpréter, entre l’envie de vivre et le sens du devoir, entre tous les soupirs de regret et un jour peut-être … cette reconnaissance qui ne vient que quand les enfants ont grandi.

    Répondre

  3. le 12 juin, 2009 à 23:44 La Tite Normande écrit:

    Très joli texte comme d’habitude.
    Mais pour dire un petit mot au sujet de la fête des mères, chacun sait qui l’a instituée et pour quelles raisons.
    Voici ce que j’ai pu relever sur un site :
    En 1941 Pétain institue la fête des mères pour repeupler la France. Même si certain(e)s confondent parfois, cela n’a rien à voir avec la Journée Internationale des Femmes !
    Le discours de Pétain (prononcé à l’automne 1940) utilise la métaphore du bâtiment pour asseoir la famille comme entité primaire de la patrie. Catholique conservateur, Jacques Chevalier (éphémère secrétaire d’Etat à la famille et à la santé de février à août 1941) présente la mère comme pilier de cette famille. Elle est associée au sacrifice et au sentiment, donc à l’irrationnel, au métaphysique, au religieux (le rationnel et l’intellect sont le fait des hommes dans ce mode de pensée). L’idée généalogique (famille éternelle à reproduire) est fortement présente.

    J’ose espérer que les moeurs ont changé depuis. D’ailleurs dans ma famille, soeurs et frères, nous nous sommes toujours refusés d’offrir un cadeau à notre mère qui aurait pu vouloir dire : tiens Maman c’est pour t’aider à mieux nous servir… les pubs télévisés qui passent à cet époque de l’année reflètent encore de ces idées : robot ménager, aspirateur, etc… toujours nous lui avons offert un cadeau qui n’était que pour elle.

    Personnellement, ma fête c’est tous les jours…. qu’elle se passe dans la joie ou dans les larmes, l’amour d’une mère pour son enfant et inversement, est le plus beau cadeau du monde.

    Répondre

Laisser un commentaire

CLASSE BRANCHEE | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dysharmonik