La Revancharde 2008

Ce dimanche de juillet, aux odeurs nauséabondes dégagées, désormais, sur les routes du Tour de France, je préfère humer l’air qui souffle, vivifiant, au sommet d’une colline proche de chez moi.
Pourtant, Hervé Prudon, un des chefs de file du néo-polar français, en résidence artistique à Elancourt dans le cadre de la manifestation « Polar sur la ville », en fit une description bien peu bucolique dans « La revanche de la colline » :
« La maison de Pelo est de ce côté. A gauche, c’est la zone artisanale de la Petite Villedieu, et plus au nord d’Elancourt, tu as la zone d’activité des Côtes, et la zone d’activités industrielles des Bruyères, et le parc d’activités de Pissaloup, et la clef de Saint-Pierre. Tu vois, les activités ne manquent pas. Les gens sont heureux parce qu’ils travaillent, ils ignorent le regard de Dieu. Vers Pissaloup, il y a une colline, elle s’appelle La revanche et elle culmine à une altitude de deux cent quinze mètres, c’est même le point culminant du département des Yvelines. Sur cette colline, il n’y a rien. En Bretagne, il y aurait un calvaire, une chapelle, et à Paris, un néon géant. Ici il n’y a rien, c’est une friche. La municipalité ne sait qu’en faire. Moi je dis qu’il faut la laisser en friche. C’est le kilomètre zéro. Le lieu d’où tout le monde repart… Tu sais ce que c’est ? des remblais, détritus et gravats des travaux de la ville. C’est la modernité, cousin, c’est la modernité. »

larevanchedelacolline.jpg

La réalité dépasse parfois la fiction. L’écrivain sait-il qu’à quelques dizaines de mètres du lieu de son intrigue, on découvrit dans une décharge, le 1er octobre 1968, le cadavre de Stefan Markovic, ancien garde du corps d’Alain Delon. Ce fait divers greffé à une affaire politique, défraya la chronique à l’époque.
La nature très vorace a repris ses droits et a recouvert d’un dense habit végétal, ce « mont Etron » artificiel, fréquenté, désormais, par les passionnés de parapente, cerf-volant et VTT.
L’endroit avait même été choisi comme site pour accueillir les épreuves de VTT des Jeux Olympiques de 2012. C’est d’ailleurs pour cela que pour des raisons de promotion touristique et économique, la Colline de la Revanche fut rebaptisée Colline d’Elancourt par la municipalité … Hélas, Londres a supplanté Paris !
De moindre notoriété sans doute, se déroule, aujourd’hui, la dixième édition de « La Revancharde », une spectaculaire épreuve de VTT ouverte à tous, au profit des orphelins des sapeurs pompiers.

revancharde1.jpg

« Revancharde », jolie métaphore de l’essor du vélo « vert » dans un cadre et un esprit de liberté au détriment des pistes cyclables et des routes dangereusement encombrées par la circulation automobile, symbole aussi pour ce tertre verdoyant qui a supplanté cette verrue d’immondices dans le paysage urbain, combat de chacun encore contre sa surcharge en kilogrammes due à une vie quotidienne trop sédentaire.

revancharde16.jpg

Le règlement stipule que les coureurs de tous niveaux, hommes et femmes, peuvent s’engager et que la course est ouverte aux civils (licenciés ou non) et aux uniformes !!! Ce sont donc deux cents participants, chevronnés et néophytes (enfin, pas tant que cela à les voir négocier les difficultés !), jeunes et vétérans, en tandems parfois, qui s’élancent à 9 heures du matin, pour effectuer 3 ou 4 boucles de 11 kilomètres selon leur âge et leur sexe.

revancharde9.jpg

Le caméraman de la télévision régionale loue mon œil averti de photographe pour avoir déniché un poste d’observation stratégique dans les herbes sauvages en bordure d’une descente abrupte apte à mettre en évidence les qualités techniques des vététistes.

revancharde4.jpg

Chacun, à son rythme, du haut de la colline, bascule dans le vide mais tous ont la même concentration, les doigts sur les freins, le regard tendu, pour éviter le piège d’une pierre, d’une ravine ou d’une ronce. Heureusement, il ne pleut pas et l’herbe est sèche.

revancharde8.jpgrevancharde7.jpg

revancharde3.jpgrevancharde6.jpg

Chez les tandems, l’union fait la force n’est pas une vaine expression tant cela réclame une excellente synchronisation pour maîtriser l’équilibre de l’engin dans la pente.

revancharde22.jpg

Dans ces passages, l’attention extrême interdit tout coup d’œil même furtif sur le vaste panorama vers l’est de l’Ile-de-France.
En bas, au profit d’une portion de chemin moins escarpé, quelques secondes de relâchement pour jouir du bonheur d’évoluer dans la nature loin de la folie dangereuse des automobiles et camions. Il paraît même que, lors d’éditions précédentes, certains se ravitaillaient dans une zone peuplée de cerisiers.
Un peu comme l’hélicoptère au-dessus des routes du Tour, la pétarade d’une moto de trial permet de localiser le cheminement de l’homme de tête à travers la colline. C’est bien la seule chose dont on est sûr car, très vite, les concurrents sont disséminés tout le long du parcours. Cela ressemble à une course contre la montre ou plutôt à une course contre soi-même, particulièrement, dans le « mur » qui mène sous la banderole d’arrivée.

revancharde14.jpg

Le paysage est superbe avec la verdoyante vallée du rû d’Elancourt qui se déroule au pied de la colline, le vieux village, les hameaux de Launay et d’Ergal, la chapelle de Jouars et son historique allée de platanes, la plaine avec ses champs de blé et de colza, à l’horizon, Montfort-l’Amaury et la forêt de Rambouillet.

revancharde20.jpg

Tournant le dos à ce spectacle de la nature, des fourmis géantes au-dessus des toits du quartier de la Mare aux Saules, s’agrippent comme elles peuvent à la terrible pente. Beaucoup, en rupture d’équilibre, descendent de leur vélo et achèvent l’ascension, à pied, aplaties sur leur machine, « le nez dans le guidon » au sens le plus propre de l’expression.

revancharde17.jpg

Antoine Blondin, le chantre de la bicyclette, n’aurait peut-être pas désavoué! Je pastiche Jean de La Fontaine (La mouche et le coche) :

« Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé
Et de tous les côtés au soleil exposé,
De forts cyclos tiraient (sur) leur vélo.
Femmes, cadets, vétérans, beaucoup étaient descendus.
Les attelages suaient, soufflaient, étaient rendus.
Une supportrice survient, et les cyclos s’approchent ;
Prétend les animer par ses encouragements ;
Stimule l’un, exhorte l’autre, et pense à tout moment
Qu’elle fait aller la machine…. »

revancharde11.jpg

Il en est, pas forcément les premiers, qui parviennent à se hisser au sommet, sur leur vélo d’orgueil. Belle revanche sur la colline !

revancharde13.jpg

Pour la petite histoire, le vainqueur a accompli les 44 kilomètres en moins de deux heures, à la moyenne de 21,07 km/h et la première femme a roulé à 14,66 km/h mais, à l’école des fans de VTT, je mets tout le monde premier ex-aequo !

revancharde10.jpg

 

 

Publié dans : Coups de coeur |le 24 juillet, 2008 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

CLASSE BRANCHEE | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dysharmonik